Benedicte Belpois

Benedicte Belpois
Bénédicte Belpois a passé son enfance en Algérie, elle vit aujourd'hui en Franche-Comté où elle exerce le métier de sage-femme.

Avis (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Suiza » de Benedicte Belpois aux éditions Gallimard

    DELPHINE MARTEL sur Suiza de Benedicte Belpois

    Suiza de Bénédicte Belpois
    Magnifique découverte car aux 68ères fois, le destin d’une femme qui n’ont a enfermé dans une catégorie, cataloguée comme idiote mais « sauvée » par son physique ou au contraire exploitée à cause de ce physique.
    Le récit est cynique, sans détour, violent, trash,...
    Voir plus

    Suiza de Bénédicte Belpois
    Magnifique découverte car aux 68ères fois, le destin d’une femme qui n’ont a enfermé dans une catégorie, cataloguée comme idiote mais « sauvée » par son physique ou au contraire exploitée à cause de ce physique.
    Le récit est cynique, sans détour, violent, trash, parce que proche d’un quotidien difficile dans les campagnes espagnoles. Un agriculteur rustre, plus vieux garçon que vraiment veuf, avec un pactole à la banque face à une gamine paumée, ne parlant pas un mot d’espagnol qui a pris la poudre d’escampette pour sauver sa peau…a priori…
    Si le narrateur ouvre le roman avec la description d’un mal très sérieux qui le ronge, on peut tout au long du roman, comprendre à quel point l’amour sera une maladie encore plus coriace… Si ces deux écorchés vifs se sont consolés dans la violence, le sexe mais aussi la douceur et les attentions d’une maison tenue pour légitimer sa position l’un à côté de l’autre…
    Ce roman est bouleversant, terrible, mais tellement puissant.
    Je ne vous parlé évidemment pas de la fin… qui…

  • add_box
    Couverture du livre « Suiza » de Benedicte Belpois aux éditions Gallimard

    Fabienne DEFOSSE sur Suiza de Benedicte Belpois

    Bénédicte Belpois est sage-femme. Les enfants ayant quitté le nid, elle a ressenti le besoin d'expérimenter. Elle s’est essayé à l'écriture. Essai transformé ! Son premier roman est publié chez Gallimard. C'est l'Espagne, plus précisément la Galice qu'elle a choisi pour encrer Suiza.

    Autant...
    Voir plus

    Bénédicte Belpois est sage-femme. Les enfants ayant quitté le nid, elle a ressenti le besoin d'expérimenter. Elle s’est essayé à l'écriture. Essai transformé ! Son premier roman est publié chez Gallimard. C'est l'Espagne, plus précisément la Galice qu'elle a choisi pour encrer Suiza.

    Autant vous le dire de suite, on ne peut que se féliciter du fait que Suiza ait été écrit par une femme, s'il l'avait été par un homme, à n'en pas douter, on crierait au scandale. Et oui, Suiza n'est pas à mettre entre toutes les mains, notamment entre celles des puristes du féminisme. Ils demanderaient à ce que ce roman soit immédiatement mis au pilon. Et très sincèrement ce serait un réel gâchis, car Suiza est une ode à la sensualité, à la féminité, aux plaisirs de la chair. Il est un cri à la vie, à l'amour. Charnel, puis brutal et bestial, il devient au gré des pages Amour tout court.

    Suiza est une jolie fille terriblement sensuelle, nécessairement conne, qui après avoir quitté la Suisse échoue en Galice parce qu'elle voulait voir la mer. Elle n'a pas de famille, pas de papiers, pas de langue. Elle ne parle pas, d'ailleurs elle n'a rien à dire, n'a aucun avis. Elle accepte tout, même de se faire baiser par qui veut la posséder. Suiza sort d'un orphelinat où on lui a appris à devenir une bonne femme d'intérieur au service de l'homme de jour comme de nuit.
    Tomás est un agriculteur machiste, bourru, veuf. Il vient d'apprendre qu'il est atteint d'un cancer. Quand il rencontre Suiza, il n'a qu'une envie. Comme tous les autres mâles, il doit la posséder, la déposséder de son corps. Comme elle n'appartient à personne, même pas à elle, il la prendra. Suiza deviendra sa propriété. Comme à son habitude, Suiza se laissera faire.
    Peu à peu, ces deux-là s'apprivoiseront, se laisseront gagner par l'envie. Ensemble, ils vont connaître la rédemption, le bonheur de faire couple. Ils vont découvrir l'Amour tout simplement.

    Toute l'originalité de Bénédicte Belpois tient au fait que c'est essentiellement du point de vue de Tomás qu'elle raconte cette histoire. Elle utilise des mots crus, des mots d'homme. Elle pense comme lui. Elle devient rustre, machiste, est sans complaisance pour la gent féminine. Ce récit est agrémenté de la voix de Suiza. Elle s'émerveille de tout, apporte douceur et naïveté pour finalement devenir le point d'ancrage de Tomás.

    Suiza est un roman âpre, violent et sensuel, outrageusement sensuel. Je comprends qu'il puisse secouer, choquer, mais une chose est certaine, il réveille nos sens.
    Suiza est un premier roman très réussi. Un conseil, lisez-le !

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2019/04/mon-avis-sur-suiza-de-benedicte-belpois.html

  • add_box
    Couverture du livre « Suiza » de Benedicte Belpois aux éditions Gallimard

    Solange07 sur Suiza de Benedicte Belpois

    Mon Dieu ! Quelle émotion ! Quel bonheur ce livre ! J'ai adoré ! Voilà longtemps que je n'ai pas été aussi happée par un bouquin ! J'ai commencé à 17h, j'ai fini dans la nuit. Oh ! Quelle fin ! Quelle surprise ! Et puis oui, il ne pouvait pas en être autrement. Merveilleux vraiment ! Vive la...
    Voir plus

    Mon Dieu ! Quelle émotion ! Quel bonheur ce livre ! J'ai adoré ! Voilà longtemps que je n'ai pas été aussi happée par un bouquin ! J'ai commencé à 17h, j'ai fini dans la nuit. Oh ! Quelle fin ! Quelle surprise ! Et puis oui, il ne pouvait pas en être autrement. Merveilleux vraiment ! Vive la lecture, vive les romans...
    J'ai lu que ce bouquin était arrivé par la poste, légende? Est-il possible que ce genre de conte de fée arrive de nos jours? Si oui, merci Gallimard !

  • add_box
    Couverture du livre « Suiza » de Benedicte Belpois aux éditions Gallimard

    Mimosa sur Suiza de Benedicte Belpois

    Sous le charme de ce 1er roman de Bénédicte Belpois!je l'ai dégusté attendrie par les personnages malgré le recul des premières pages où Tomas apprend sa maladie,où naît la peur de mourir qui va le ronger,qu'il tentera de dissimuler à tous ;amis,nourrice..lui,une force brute de la nature:"les...
    Voir plus

    Sous le charme de ce 1er roman de Bénédicte Belpois!je l'ai dégusté attendrie par les personnages malgré le recul des premières pages où Tomas apprend sa maladie,où naît la peur de mourir qui va le ronger,qu'il tentera de dissimuler à tous ;amis,nourrice..lui,une force brute de la nature:"les filles me prenaient-à juste titre-pour un alcoolique taciturne et peu amène ayant le charisme d'une écumoire et la finesse d'un semi-remorque".Riche mais solitaire,(sa femme est morte elle aussi d'un cancer)il ne vit que pour ses terres,sa Galice dont il goûte aussi la beauté des paysages!Ce n'est pas une brute épaisse,il a fait des études,mais il se conduira comme tel lorsqu'il croisera Suiza,une jeune fille,belle,légèrement attardée(violence paternelle?)qui voulant voir la mer,a fui le foyer où elle vivait et atterrit au village.Dès que leurs regards se croisent au café où elle travaille,l'attirance naît.Tomas se conduit comme un primate primaire mais la sensualité jaillit,parfois poétiquement exprimée.Une écriture travaillée qui colle aux personnages:"J'(Suiza)mis les petites cuillères avec les grandes,sinon elles avaient peur."On vibre tout au long de la narration,émotionnellement atteint.Une belle histoire d'amour naît entre "une petite paire d'inséparables",elle rejaillit sur tous les personnages,tous plus ou moins cabossés par la vie.Une situation finale émouvante,pourtant annoncée par les premières lignes sur les "on-dit"villageois...Un très beau moment de lecture servie par une langue ciselée...

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !