Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une maison parmi les arbres

Couverture du livre « Une maison parmi les arbres » de Julia Glass aux éditions Gallmeister
Résumé:

Le jour où l'auteur vénéré de livres pour enfants Morty Lear meurt accidentellement dans sa maison du Connecticut, il lègue à Tomasina Daulair sa propriété et la gestion de son patrimoine artistique. Au fil des années, Tommy était devenue à la fois son assistante, sa confidente et le témoin de... Voir plus

Le jour où l'auteur vénéré de livres pour enfants Morty Lear meurt accidentellement dans sa maison du Connecticut, il lègue à Tomasina Daulair sa propriété et la gestion de son patrimoine artistique. Au fil des années, Tommy était devenue à la fois son assistante, sa confidente et le témoin de sa routine quotidienne, mais aussi des conséquences émotionnelles de son étrange jeunesse et de sa relation passionnelle avec un amant emporté par le sida.
Lorsqu'un célèbre acteur engagé pour incarner Morty à l'écran se présente pour une visite prévue peu de temps avant la mort de l'écrivain, Tommy et lui sont amenés à fouiller le passé de Morty. Tommy s'interroge alors : connaissait-elle vraiment cet homme dont elle a partagé la vie durant plus de quarante ans ?

Ce roman compose une fresque délicate sur les blessures de l'enfance qui ne se referment jamais tout à fait. Seule les atténue la plume tendre et subtile de Julia Glass, lauréate du prestigieux National Book Award.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (16)

  • Une maison parmi les arbres de Julia Glass est un roman qui fait du bien.

    À chaque fois que je me replongeais dans sa lecture, c'est une sensation de bien-être qui s'emparait de moi.
    Julia Glass est une conteuse extraordinaire.
    L'écriture est exquise, légère et drôle.
    Merci madame...
    Voir plus

    Une maison parmi les arbres de Julia Glass est un roman qui fait du bien.

    À chaque fois que je me replongeais dans sa lecture, c'est une sensation de bien-être qui s'emparait de moi.
    Julia Glass est une conteuse extraordinaire.
    L'écriture est exquise, légère et drôle.
    Merci madame Julia Glass pour les merveilleux moments de lecture que m'a apportés votre roman.

    Un roman que j’ai offert à plusieurs de mes amis et qui a su les émerveiller .

    C'est une lecture que je recommande.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Cette maison c’est celle de Mort Lear célèbre auteur britannique pour enfants dont Tomasina Daulair , dite Tommy, précieuse assistante hérite au décès accidentel de son patron.
    Tommy la fidèle, l’amie, la secrétaire, la confidente devient donc l’exécutrice testamentaire de Mort et doit...
    Voir plus

    Cette maison c’est celle de Mort Lear célèbre auteur britannique pour enfants dont Tomasina Daulair , dite Tommy, précieuse assistante hérite au décès accidentel de son patron.
    Tommy la fidèle, l’amie, la secrétaire, la confidente devient donc l’exécutrice testamentaire de Mort et doit organiser cette succession.
    Une succession est toujours délicate et donne souvent l’occasion de découvrir des aspects du disparu que l’on ignorait, celle-ci ne déroge pas à la règle.
    L’organisation de cette succession est le prétexte qu’utilise Julia Grass pour dérouler la vie de Mort, son œuvre au travers de regards croisés et nous faire découvrir les petits arrangements qu’il a commis avec la réalité.

    Regard de Tommy qui en fouillant dans le passé de son ancien employeur (et en revisitant également le sien) va découvrir des aspects de sa vie qu’elle ignorait.
    Regard de l’acteur Nicholas Greene (Nick) qui doit tenir le rôle de Mort dans le biopic qui lui est consacré et qui connait un pan de la vie de Mort que Tommy ignore.
    Regard de Merry, conservatrice d'un musée qui connaissait Mort depuis une dizaine d’année et qui souhaite réserver toute une aile du musée à l'oeuvre de l'auteur .
    La confrontation de ces regards qui se complètent et se contredisent permet de découvrir un homme bien différent de ce qu’il semblait être et au lecteur de se faire sa propre opinion.
    J’ai beaucoup aimé ce roman dense, riche, écrit avec beaucoup de finesse et d’intelligence, les personnages (même secondaires) sont fouillés.
    Madame Glass fait preuve d’une grande connaissance des êtres et de leurs contradictions.
    Un livre à relire comme on regarde à nouveau un film qu’on a aimé pour voir des choses que l’on n’a pas vues la première fois….

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pas emballée du tout par ce roman très dense, fourmillant de nombreux personnages et de détails dont la présence semble parfois tout à fait inutile à la narration et à l'intrigue. La lenteur de la narration, l'abus de parenthèses qui forment un obstacle à la fluidité de la lecture ont failli me...
    Voir plus

    Pas emballée du tout par ce roman très dense, fourmillant de nombreux personnages et de détails dont la présence semble parfois tout à fait inutile à la narration et à l'intrigue. La lenteur de la narration, l'abus de parenthèses qui forment un obstacle à la fluidité de la lecture ont failli me décourager à plusieurs reprises même si le style est très beau et la touche d'humour so british amusante. Les personnages et le monde factice des écrivains, des acteurs, des actrices, des agents, des producteurs, des musées m'ont laissée indifférente même si certains thèmes comme la célébrité, la solitude, l'admiration, le dévouement sont intéressants.
    J'ai cependant apprécié la technique littéraire utilisée par Julia Glass qui consiste à faire découvrir un personnage, en l'occurrence Morty, le célèbre écrivain pour la jeunesse, à travers la vision de ceux et celles qui l'ont connu et/ou apprécié, faisant émerger au fil des pages une personnalité bien différente de l'homme public, personnalité que seul(e) le lecteur/lectrice aura le privilège de connaître dans son entièreté.
    J'ai également apprécié et même été touchée par deux personnages de femmes : Tommy et Meredith. Elles sont toutes deux très attachées à Morty. Toutes deux se sentent abandonnées, voire trahies par sa mort pour des raisons différentes. Tommy, l'assistante fidèle et dévouée a vécu une trentaine d'année dans l'ombre du grand homme, par procuration. Elle me rappelle, par de nombreux côtés, la Helen du très beau roman « Ma dévotion » de Julia Kerninon : un personnage de femme brillante qui s'efface pour que l'artiste soit dans la lumière, qui aplanit toutes les contingences matérielles pour que l'artiste se consacre pleinement à son art, très attachée, voire à la limite amoureuse de l'objet de sa dévotion, s'oubliant au point de se retrouver seule, isolée, sans enfant.
    Le personnage de Mérédith, conservatrice du musée du Livre Contemporain est elle aussi seule, avec son chien, après des tentatives infructueuses d'avoir un bébé qui lui ont coûté son couple, trahie par Morty, dont elle était secrètement amoureuse, qui dépouille, dans son testament, son musée des pièces rares qu'il lui avait promises, victime collatérale d'un écrivain à l'égo surdimensionné.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un célèbre auteur jeunesse vient de mourir accidentellement, Morty Lear. Léguant tout à son assistante Tomasina Daulaire, dite Tommy, y compris son patrimoine artistique, il fait d’elle son unique exécutrice testamentaire. Elle, son assistante, confidente et amie partageait sa vie depuis trente...
    Voir plus

    Un célèbre auteur jeunesse vient de mourir accidentellement, Morty Lear. Léguant tout à son assistante Tomasina Daulaire, dite Tommy, y compris son patrimoine artistique, il fait d’elle son unique exécutrice testamentaire. Elle, son assistante, confidente et amie partageait sa vie depuis trente ans et pensait tout savoir de lui. Elle rencontre Nicholas Greene, un jeune acteur, qui doit incarner Morty à l’écran. Celui-ci veut tout apprendre du passé de l’écrivain, obligeant Tommy à se poser mille questions. Finalement, le connaissait-elle vraiment ?

    J’ai lu de très nombreux billets sur ce roman avant ma lecture. Très prometteur. Mais pour moi le charme n’a pas opéré. L’intrigue est quasi laborieuse à s’installer, trop de longueurs, me forçant à faire des pauses pour m’oxygéner un peu. De là, l’ennui. Celui d’une lecture que je vais survoler jusqu’à la moitié. Rien n’y fait je n’accroche pas à tous ces allers-retours passé-présent, à tous ces personnages, à ces parenthèses et ces descriptions à ne plus savoir où j’habite. Bref, un rendez-vous manqué.

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2019/02/17/37105316.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelle découverte que ce livre ! Dense et intense !
    Ouvrir la porte de cette Maison parmi les arbres, c'est pénétrer dans un univers peuplé d'artistes et de processus créatifs, c'est suivre les destins familiaux et et professionnels de nombre de protagonistes, c'est saisir l'importance capitale...
    Voir plus

    Quelle découverte que ce livre ! Dense et intense !
    Ouvrir la porte de cette Maison parmi les arbres, c'est pénétrer dans un univers peuplé d'artistes et de processus créatifs, c'est suivre les destins familiaux et et professionnels de nombre de protagonistes, c'est saisir l'importance capitale des vécus d'enfants dans les « adultes devenus »...
    Un célèbre auteur pour enfant, Morty, vient de mourir. Il lègue sa maison à Tommy, sa gouvernante/assistante/confidente, qui doit aussi gérer sa succession, le devenir de ses collections et de son travail. Le récit développe la relation atypique d'interdépendance qui unit ces deux-là.
    Parallèlement, un film est justement en train d'être réalisé, qui retrace la vie de Morty, l'auteur célèbre. Il sera incarné par Nick, un acteur oscarisé, très en vue, et qui prend très à cœur ce rôle.
    En plus du parcours, de la vie , de l'évolution, des familles, des travers, des amours de ces 3 personnages « principaux », Morty, Tommy et Nick, on croise le chemin (et parfois plus) d'un réalisateur, de comédiennes, d'une directrice de musée, d'avocats...
    Ce livre foisonnant demande (et mérite) qu'on lui accorde le temps de s'imprégner progressivement de son atmosphère. Le style est profond et sensible, mais fluide, la construction audacieuse et dynamique.
    Par ailleurs, l'auteure y accomplit tout de même la prouesse d'y placer, voire d'y développer les trames de livres jeunesse, de scénarios de films, des mises en scènes artistiques diverses... une sacrée mise en abîme de la réflexion menée sur l'activité créatrice !!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne vous proposerai pas de résumé il est disponible partout. Sachez juste que je vous encourage vivement à lire ce très beau roman. Quand un roman m'emporte vers des images, quand il m'emporte vers des paysages et quand je me représente les personnages, c'est pour moi qu'il est réussi....
    Voir plus

    Je ne vous proposerai pas de résumé il est disponible partout. Sachez juste que je vous encourage vivement à lire ce très beau roman. Quand un roman m'emporte vers des images, quand il m'emporte vers des paysages et quand je me représente les personnages, c'est pour moi qu'il est réussi. Celui-ci a bien plus de qualités encore, il a le mérite de nous faire rentrer dans la vie de différents personnages, pour certains depuis leur enfance, et puis il est subtil dans ce qu'il décrit des relations humaines et ne se cantonne pas à un seul milieu. J'ai totalement adoré la lecture de ce livre il fait partie des rares livres, de plus en plus rares, dont je me souviens et dont je me souviendrai toujours . Cette femme qui décide un jour d'être l'assistante d'un écrivain, l'ambiance de cette maison, tout est vraiment fascinant intéressant émouvant, c'est un vrai roman, il est à la fois, beau, passionnant il faut le lire.
    Je sais, je fais court,

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mort Lear est un auteur, à succès, de livres pour enfants. Tomasina Daulair, rencontrée dans un parc avec son frère quand elle était petite, est devenue son assistante-gouvernante-confidente, toujours présente depuis 25 ans, quitte à s’oublier de vivre. Nicholas Greene, acteur en vogue, nouvelle...
    Voir plus

    Mort Lear est un auteur, à succès, de livres pour enfants. Tomasina Daulair, rencontrée dans un parc avec son frère quand elle était petite, est devenue son assistante-gouvernante-confidente, toujours présente depuis 25 ans, quitte à s’oublier de vivre. Nicholas Greene, acteur en vogue, nouvelle coqueluche du cinéma, a été choisi pour jouer le rôle de Mort Lear dans un biopic, version émotionnelle. Merry envisage, quant à elle, de créer un musée, qui s’annonce lucratif, en l’honneur de l’œuvre de Mort Lear.
    Mais avant que tous ces glorieux projets ne se concrétisent, Mort Lear meurt accidentellement en voulant dégager une branche coincée dans le toit de sa « maison parmi les arbres ». Et les différents plans s’en trouvent quelque peu ébranlés.

    Nous suivons, au fil des pages, les 1ers jours et semaines après le décès de Mort, la relation de chacun avec lui, avec des retours en arrière pour évoquer sa vie de manière rétrospective et mieux le connaître. L’empreinte du passé façonne et participe à la construction et l’évolution de chacun.
    L’histoire se déroule doucement, avec de nombreuses descriptions précises, permettant de s’imaginer la maison, les protagonistes et leurs émotions, et d’avancer longtemps dans l’ouvrage sans que des éléments exceptionnels ne se soient réellement présentés. Mais le peu de rebondissements ne donne pas une impression de longueur ou d’inutilité des descriptions.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La maison parmi les arbres, dans le Connecticut, n'est autre que le maison de Mort Lear, célèbre auteur de livres pour enfants. le livre s'ouvre quelques jours après la mort accidentelle de l'écrivain.

    Il lègue cet écrin de verdure et la lourde gestion de son colossal patrimoine artistique à...
    Voir plus

    La maison parmi les arbres, dans le Connecticut, n'est autre que le maison de Mort Lear, célèbre auteur de livres pour enfants. le livre s'ouvre quelques jours après la mort accidentelle de l'écrivain.

    Il lègue cet écrin de verdure et la lourde gestion de son colossal patrimoine artistique à Tomasina Daulair. En effet, Tommy est sa seule famille. Engagée en tant qu'assistante, elle est devenue au fil des années, des décennies, la confidente et l'amie du grand homme. Travailleuse de l'ombre qui n'aura de cesse d'épauler, d'aider, de conseiller l'écrivain. Une relation platonique s'installe, elle lui sera dévouée jusqu'à la fin.

    Mort Lear est donc le pilier de ce roman, le point commun entre trois autres personnages principaux que le lecteur va découvrir.

    Tout d'abord, Tommy, bien évidemment. De nombreux flash-back nous permettent de plonger dans son passé, en commençant par la rencontre avec Morty, lorsqu'elle était enfant. Le lecteur et Tommy font également la connaissance Nicholas Greene (Nick), séduisant acteur oscarisé, qui doit tenir le rôle de Morty dans un biopic qui est en train d'être tourné. Pour ce faire, il avait échangé de nombreux mails avec l'auteur . Lors de cet échange, l'écrivain s'était confié, notamment à propos d'un traumatisme d'enfance dont il avait déjà parlé à un journaliste, mais il semble que la vérité serait toute autre … Ils n'auront jamais l'occasion de se rencontrer. Nick décide tout de même de se rendre dans cette maison, afin de découvrir l'envers du décor en plongeant dans l'intimité de l'artiste disparu.

    Tommy et lui vont être amenés à fouiller dans le passé de Morty, à sortir les vieux cadavres du placard. Tommy connaissait-elle réellement cet homme dont elle partagé la vie durant près de trente ans ?

    Enfin, un troisième personnage entre en scène : Meredith Galarza (Merry),conservatrice dans un musée, et amoureuse de Morty et de son oeuvre, projette d'exposer son travail. L'artiste avait promis de lui faire don de plusieurs illustrations originales, d'albums, et de divers objets issus de sa collection, sauf que le testament ne semble pas aller dans ce sens.
    Outre ces personnages principaux, il y a de nombreux personnages secondaires qui ont leur importance, dont Soren, l'amant de Morty, qui sera emporté par le Sida.

    On comprend rapidement que de nombreux secrets sont enfouis et menacent d'être révélés à tout instant. Que peut cacher cette maison parmi les arbres, cet écrin de verdure idyllique et paradisiaque ? Que s'est-il passé dans ce huis-clos édénique ? Surtout, qui était réellement Mort Lear ?
    Le talent de Julia Glass réside dans sa façon de raconter cette histoire. En effet, le style est captivant et l'auteure nous fait découvrir des vies singulières, humaines, touchantes. Tous semblent être marqués par des blessures qui ne sont pas refermées, par des traumatismes d'enfance, par la figure maternelle. Les nombreux retours en arrière nous permettent de découvrir tous ces personnages, individuellement, et sans que le lecteur ne soit jamais égaré. le récit reste fluide, et ce malgré les quelques 450 pages.

    Ce qu'il faut retenir ? Une plume délicate qui explore brillamment l'âme humaine, les sentiments et passions propres à chaque individu, et les rémanence des blessures de l'enfance qui semblent dicter chaque vie, chaque parcours.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.