Un monstre et un chaos

Couverture du livre « Un monstre et un chaos » de Hubert Haddad aux éditions Zulma
  • Date de parution :
  • Editeur : Zulma
  • EAN : 9782843048715
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Lodz, 1941. Chaïm Rumkowski prétend sauver son peuple en transformant le ghetto en un vaste atelier industriel au service du Reich. Mais dans les caves, les greniers, éclosent imprimeries et radios clandestines, les enfants soustraits aux convois de la mort se dérobent derrière les doubles... Voir plus

Lodz, 1941. Chaïm Rumkowski prétend sauver son peuple en transformant le ghetto en un vaste atelier industriel au service du Reich. Mais dans les caves, les greniers, éclosent imprimeries et radios clandestines, les enfants soustraits aux convois de la mort se dérobent derrière les doubles cloisons... Et parmi eux Alter, un gamin de douze ans, qui dans sa quête obstinée pour la vie refuse de porter l'étoile. Avec la vivacité d'un chat, il se faufile dans les moindres recoins du ghetto, jusqu'aux coulisses du théâtre de marionnettes où l'on continue à chanter en sourdine, à jouer la comédie, à conter mille histoires d'évasion.
Hubert Haddad fait resurgir tout un monde sacrifié, où la vie tragique du ghetto vibre des refrains yiddish. Comme un chant de résistance éperdu. Et c'est un prodige.

Donner votre avis

Avis(2)

  • Ce roman aurait pu être un énième roman d'un garçon pendant la guerre. Mais il y a la patte Hubert Haddad qui change tout. D'une part il place son héros fictif dans un contexte réel -Chaïm Rumkowski et comparses ont réellement existé- et apporte donc des éléments d'une terrible réalité inconnue...
    Voir plus

    Ce roman aurait pu être un énième roman d'un garçon pendant la guerre. Mais il y a la patte Hubert Haddad qui change tout. D'une part il place son héros fictif dans un contexte réel -Chaïm Rumkowski et comparses ont réellement existé- et apporte donc des éléments d'une terrible réalité inconnue ou oubliée. Pour ma part, j'avoue que je connaissais un peu le ghetto de Varsovie, mais pas celui de Lodz, et comme savent ceux qui me lisent régulièrement, j'aime beaucoup les romans qui sont ancrés dans un contexte réel, ils m'apportent beaucoup sur la connaissance de faits historiques et me sont souvent plus faciles à lire que des essais. D'autre part, Hubert Haddad use d'une langue particulièrement gracieuse et élégante. Les tournures de phrases dans lesquelles peuvent cohabiter la plus belle nature et la vision la plus terrible montrent combien cette guerre fut cruelle, terrible : "A moins de cent mètres, deux camions militaires s'étaient rangés le long d'un mur de cimetière, sur le bas-côté d'une route perdue au milieu des chaumes du plus bel ocre visités par des nuées de freux et de sansonnets. Des soldats bottés et casqués, fusil en bandoulière, descendirent du second véhicule et firent descendre à coup de crosse des jeunes gens du premier, garçons et filles, les mains ligotées dans le dos." (p. 64)

    Je pourrais prendre n'importe quelle page de ce somptueux roman pour citer une phrase qui touche, émeut, par son contenu et/ou sa construction. L'écriture nécessite parfois de prendre son temps pour ne pas se perdre, on peut se laisser bercer par le plaisir des mots sans chercher à en saisir le sens et il faut donc y revenir parce que l'histoire du ghetto et d'Alter est importante et passionnante.

    Fidèle à son oeuvre déjà remarquable, Hubert Haddad écrit là un roman fort et touchant, instructif, avec des personnages -je ne parle évidemment pas des bourreaux- d'une grande humanité. Sans doute, je l'espère, l'un des romans marquants et remarqués de cette rentrée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est, pour moi, un des évènements de cette rentrée littéraire. On y retrouve la verve, la précision et la générosité du grand écrivain, qui s’est pourtant attaqué à un sujet sensible et rebattu : la Shoah. Il y a une interrogation récurrente dans ce livre : pourquoi les juifs ne se sont pas...
    Voir plus

    C’est, pour moi, un des évènements de cette rentrée littéraire. On y retrouve la verve, la précision et la générosité du grand écrivain, qui s’est pourtant attaqué à un sujet sensible et rebattu : la Shoah. Il y a une interrogation récurrente dans ce livre : pourquoi les juifs ne se sont pas davantage défendus, révoltés, insurgés contre l’oppresseur ? Un élément de réponse : « Les siens ne disposaient que d’un Dieu sans visage, les autres avaient un Führer » (p141). La constitution du Ghetto de Lodz au chapitre 19 est fascinante. Composer avec l’ennemi ? En 1939, ce n’est pas encore de la lâcheté, c’est du bon sens. Les représentants du peuple juif doutent. Le doute est signe d’intelligence et d’humanité. En face, les nazis ne doutent pas. Commettre un génocide au nom d’une théorie rédigée par un peintre raté ? Ils ont été au bout de leur folie, et l’histoire se demande encore comment cela fut possible. Dans le ghetto de Lodz, L’homme du compromis et du déshonneur s’appelle le roi Chaïm. La devise de cet Hérode mégalomane est « Arbeit macht frei », car la force de travail de son peuple (produire pour l’économie allemande) peut assurer le salut de tous, croit-il. Ivre de son pouvoir, collaborateur pour un moindre mal, il pense que « dans un monde en guerre, seul compte la survie du plus grand nombre » (p187). Il s’obstine à nier l’horreur que d’autres (insurrection de Varsovie en 1943) ont comprise : le ghetto est l’antichambre d’une mort certaine. In fine, Chaïm périt, lui aussi. Avec ce roman brillant, poignant et documenté, Hubert Haddad perpétue magistralement le nécessaire devoir de mémoire.
    Bilan :

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions