Tenir jusqu'à l'aube

Couverture du livre « Tenir jusqu'à l'aube » de Carole Fives aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072797392
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Une jeune mère célibataire s'occupe de son fils de deux ans. Sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation tendre mais terriblement fusionnelle. Pour échapper à l'étouffement, la mère s'autorise à fuguer certaines nuits. À quelques mètres de... Voir plus

Une jeune mère célibataire s'occupe de son fils de deux ans. Sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation tendre mais terriblement fusionnelle. Pour échapper à l'étouffement, la mère s'autorise à fuguer certaines nuits. À quelques mètres de l'appartement d'abord, puis toujours un peu plus loin, toujours un peu plus tard, à la poursuite d'un semblant de légèreté.
Comme La chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore ?
On retrouve, dans ce roman, l'écriture enlevée de Carole Fives, qui parvient, en fine portraitiste de la famille contemporaine, à saisir les difficultés concrètes d'une mère célibataire, autant que les émotions contradictoires qui la traversent.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • J’ai pris du temps pour rédiger mon billet sur cette lecture et même en ayant attendu, je suis un peu mal à l’aise pour l’écrire…..

    J’ai eu le plaisir de rencontrer Carole Fives lors de la Fête des Livres en Septembre à Saint Philbert de Grand Lieu et j’avais été très intéressée par les...
    Voir plus

    J’ai pris du temps pour rédiger mon billet sur cette lecture et même en ayant attendu, je suis un peu mal à l’aise pour l’écrire…..

    J’ai eu le plaisir de rencontrer Carole Fives lors de la Fête des Livres en Septembre à Saint Philbert de Grand Lieu et j’avais été très intéressée par les raisons pour lesquelles elle avait écrit ce roman, son dynamisme, son investissement dans le sujet.

    Je suis revenue avec le livre à la si jolie couverture, avec en prime une dédicace et je l’ai gardé sous le coude jusqu’à maintenant. Je ressors de ma lecture un peu déçue mais Carole Fives n’en n’est pas totalement responsable.

    En utilisant le conte de la Chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet, Carole Fives alterne moments de désespoir et fable morale, univers enfantin et montée en puissance du dénouement dramatique qui s’annonce.

    Les situations sont parfaitement réalistes, piochées dans l’observation de la réalité du quotidien des mères (dans le cas présent), isolées, déchirées entre maternité et vie personnelle, problèmes financiers et isolement. Les passages d’échanges entre mères sur les forums, les réflexions de son entourage, du manque de prise en compte de ses difficultés par ses interlocuteurs sont bien rendus, mais j’ai trouvé, pour ma part, cette femme dans une phase de dépression, peut-être d’usure et par moment j’ai eu envie de la secouer (mais cela vient peut-être de mon tempérament…..).

    Il s’agit d’un court roman, une sorte de journal du quotidien de cette jeune femme sans nom, sans visage comme le montre la couverture, car elle pourrait être n’importe laquelle, qui en a plein le dos de porter seule toutes les responsabilités de son foyer…. C’est également une sorte de mise en évidence, et cela Carole Fives en parlait très bien lors de la rencontre, au risque d’ailleurs de choquer l’assistance, d’un silence qui règne autour des pères qui « abandonnent » leurs enfants pour débuter une autre vie sans se préoccuper du devenir de leurs enfants déjà là, des pensions non versées et du jugement que l’on porte sur des femmes qui à un moment « craquent » parce qu’elles n’y arrivent plus.

    Cela ressemble presque plus à un essai/romancé sur la condition des mères isolées avec les difficultés qu’elles rencontrent, les absurdités de certaines situations, le manque d’écoute et d’aide.

    Le problème que j’ai rencontré, et je le dis très honnêtement, c’est que ce roman a été très largement commenté lors de sa sortie, la trame m’était connue car même pendant sa présentation on expliquait le crescendo des sorties, un peu plus longues à chaque fois, un peu plus loin jusqu’à ce que……

    Pendant ma lecture, j’avais le sentiment de lire un roman que j’avais déjà lu, dont je connaissais la construction, le fond et une fois terminé j’ai eu un sentiment étrange : je ne ressentais rien alors qu’il s’agit d’un sujet de société et je n’avais pas grand chose à en dire car, pour moi, pas une découverte et rien de plus que je n’avais entendu ou lu.

    Je pense que toute mère (ou parent) peut se retrouver dans les pages de ce récit : au-delà de la solitude et de l’isolement de cette héroïne, la difficulté de gérer le quotidien, le manque de relations avec l’extérieur, l’isolement que confèrent parfois la parentalité, l’exigence (oui oui) des enfants (mais cela tient peut-être à la situation), les difficultés financières et professionnelles liées à cet état, une femme (un homme) en couple peut d’ailleurs également s’y retrouver.

    Carole Fives observe notre société et plus particulièrement les femmes et elle pointe sa plume sur leur position, leur place dans la société, leur envie de s’épanouir en dehors de leur rôle de mère qui leur colle à la peau (dans le cas contraire elle passe pour des femmes indignes et sont jugées) alors qu’aucune étiquette ne colle sur ceux qui abandonnent.

    J’attendais beaucoup de cette lecture et le fait d’avoir lu, entendu et écouté sur ce livre fait que celle-ci ne m’a rien apporté de plus. Le fond ‘m’était connu, la forme également, reste l’écriture qui est, comme dans le précédent, efficace, concise, directe. La narration à la troisième personne fait que j’ai gardé une distance, un regard extérieur, comme un reportage sur un épisode de vie.

    Malgré tout un récit qui peut intéresser un large public mais qui touchera je pense particulièrement toutes les femmes qui se reconnaîtront dans ce portrait, qui vivent cet état.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Et oui, tellement vrai ce sentiment d'être seule au monde quand on élève son enfant en solo ! Vers qui se tourner pour trouver de l'aide, une oreille attentive ou simplement un peu de tendresse face à la complexité d'un quotidien qui exige de la maman seule d'être présente sur tous les plans....
    Voir plus

    Et oui, tellement vrai ce sentiment d'être seule au monde quand on élève son enfant en solo ! Vers qui se tourner pour trouver de l'aide, une oreille attentive ou simplement un peu de tendresse face à la complexité d'un quotidien qui exige de la maman seule d'être présente sur tous les plans.

    Le roman de Carole Fives est précieux en ce sens qu'il décrit les facettes multiples de ce que ressent la "solo" qui a envie (besoin) de liberté, d'un peu de temps pour elle, tout simplement, et c'est bien légitime. Mais comment faire quand on ne peut compter sur personne ?

    Une jolie écriture, le tout entre-coupé de mails plus ou moins ravageurs piochés dans les blogs culpabilisants et carrément insultants des autres mamans. Qui n'osent pas rêver de liberté ou ne le disent pas ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment expliquer le plus clairement possible qu’un livre nous a touché, interloqué, happé, que nous avons ressenti beaucoup de sentiments différents, attendu avec impatience le dénouement tout en faisant durer le plaisir de la lecture. Tout cela en peinant à trouver les mots justes.
    Au premier...
    Voir plus

    Comment expliquer le plus clairement possible qu’un livre nous a touché, interloqué, happé, que nous avons ressenti beaucoup de sentiments différents, attendu avec impatience le dénouement tout en faisant durer le plaisir de la lecture. Tout cela en peinant à trouver les mots justes.
    Au premier abord, nous pourrions penser, à bien des égards, que ce texte évoque un sujet malheureusement courant de nos jours : les mères célibataires et leurs difficultés.
    Pourtant, très rapidement, nous nous rendons compte que le thème est abordé d’une autre manière. Nous rentrons dans le premier cercle intime de cette femme et de son fils en restant à distance : pas de prénom, d’âge précis, d’historique de la situation. Des tâches du quotidien.
    Puis, peu à peu, nous entrons dans le second cercle, celui où nous prenons conscience des souffrances, des angoisses, des impasses, des injustices que ce type de situation impliquent. Des moments « borderline » que toute maman rencontre, seule ou accompagnée, de toutes ces interrogations sur notre statut de femme, sur nos multiples facettes : la professionnelle, l’amante, la « jeunette » que nous avons été et que nous ne serons jamais plus, la rencontre avec la solitude, l’éloignement de l’entourage, la difficulté d’assumer ses choix, la complexité du lien social, des démarches administratives….

    Bref, ce petit bijou de moins de 200 cents pages qui nous emporte, nous fait sentir moins seule quelques fois, nous submerge de solidarité, et d’empathie, nous amène finalement là où nous ne nous attendions certainement pas….

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une histoire banale, toute simple. Une jeune maman seule avec son petit. Elle travaille en freelance. Les journées se suivent avec les galères, la solitude et le manque d'argent. Personne à qui parler, se confier à part un site informatique pour s'épancher du trop plein.
    Comment survivre et...
    Voir plus

    Une histoire banale, toute simple. Une jeune maman seule avec son petit. Elle travaille en freelance. Les journées se suivent avec les galères, la solitude et le manque d'argent. Personne à qui parler, se confier à part un site informatique pour s'épancher du trop plein.
    Comment survivre et s'accrocher ? Un roman prenant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jusqu'alors, c'était une mère célibataire élevant seule son fils du mieux qu'elle pouvait, comme beaucoup d'autres ... mais au bout d'un moment, comment ne pas étouffer quand son enfant réclame toute l'attention, demande son "papa" à longueur de journée ... comment réussir à se sentir "femme" et...
    Voir plus

    Jusqu'alors, c'était une mère célibataire élevant seule son fils du mieux qu'elle pouvait, comme beaucoup d'autres ... mais au bout d'un moment, comment ne pas étouffer quand son enfant réclame toute l'attention, demande son "papa" à longueur de journée ... comment réussir à se sentir "femme" et pas seulement "maman exténuée" ? Alors, il ne reste qu'une seule solution : sortir quand l'enfant dort, après le dîner ... Est-ce inconscient ? Peut-être ... Sûrement même d'après les avis des autres mères qu'elle peut lire sur les forums Internet ... Tant pis ... Les fugues sont d'ailleurs de plus en plus longues, elle tire sur la corde ... jusqu'au jour où ...

    Un roman court, prenant, qui nous plonge rapidement dans une ambiance où l'on partage toute la tension de la mère à chaque fois qu'elle s'éloigne de son enfant sans pour autant tomber dans le pathos ... Le sujet est d'actualité, finalement assez peu abordé et pourtant, il mérite de l'être.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman a pour sujet principal la situation des mamans "solo".
    Ces femmes qui élèvent seules leur(s) enfant(s) dont le père est peu ou pas présents et qui se retrouvent dans une situation de solitude non seulement affective mais aussi financière.
    Ces femmes culpabilisent et consacrent leur...
    Voir plus

    Ce roman a pour sujet principal la situation des mamans "solo".
    Ces femmes qui élèvent seules leur(s) enfant(s) dont le père est peu ou pas présents et qui se retrouvent dans une situation de solitude non seulement affective mais aussi financière.
    Ces femmes culpabilisent et consacrent leur "vie" à leur(s) enfant(s) et finissent par s'oublier. Et pourtant l'envie d'avoir une vie sociale est toujours présente et elles doivent user de differents stratagèmes pour en profiter. Moments qui leur font du bien mais pour lesquels elles culpabilisent.
    Je ne saurai dire si j'ai aimé ou pas ce roman car si le sujet me touche avec le nombre croissant des familles monoparentales, dans une société où l'échec n'est pas permis, qui se débattent comme elles peuvent pour affronter toute la difficulté d'être parent et à fortiori quand on est seul, la façon dont le sujet est amené ne m'a pas convaincu. En effet, je trouve le personnage principal, trop passif, qui subit trop sa vie et qui se laisse submerger par son fils.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Trop court !

    Voilà ce que j'ai retenu de cet ouvrage. Il nous fait entrer dans la vie d'une maman solo avec son petit garçon de deux ans. Les complications du quotidien sont bien décrites, les envies de fuir par moment également.

    Et cette maman, malgré les fugues nocturnes, je n'ai pas...
    Voir plus

    Trop court !

    Voilà ce que j'ai retenu de cet ouvrage. Il nous fait entrer dans la vie d'une maman solo avec son petit garçon de deux ans. Les complications du quotidien sont bien décrites, les envies de fuir par moment également.

    Et cette maman, malgré les fugues nocturnes, je n'ai pas réussi à lui en vouloir. Pourtant c'est mal ce qu'elle fait si on y réfléchit bien. Mais je me suis mise à sa place. J'aurai fait quoi moi ?
    C'est la question qui reste suspendue tout au long de la lecture.

    Et cette corde qu'elle tire, sera-t-elle assez solide pour tenir le temps dont elle a besoin ? N'est-elle pas déjà en train de s'effilocher ? Pourtant la journée cette corde elle est plutôt très bien rangée dans un placard qu'on ouvre jamais.

    Mais dès que les lueurs des réverbères s'immisce dans le logement, elle sort comme par magie on dirait.

    C'est un récit dont la fin ne m'est pas apparue avant la fin justement car je ne prêtait attention qu'à cette maman solo. Ce qui était une erreur car si elle est bien le personnage central, ce n'est pas forcément elle retiendra votre attention finale.

    J'ai été agréablement surprise par cette oeuvre.

    Premier récit que je lisais de Carole Fives et dans lequel j'ai trouvé une belle qualité. Elle sait manier les émotions car je n'ai pu rester insensible à cette vie racontée mais je gardais aussi à l'esprit que ce qui se tramait ne se faisait pas dans la réalité (enfin c'est ce que j'ai envie de croire mais je ne suis pas complètement naïve rassurez-vous).

    J'ai trouvé ce livre trop court car à mon avis il y avait surement encore beaucoup à explorer pour cette famille mais aussi sur l'entourage. J'aurai voulu en savoir plus sur leur avenir et sur leurs comportements notamment. Je l'ai fini en me disant "oh dommage elles sont où les pages manquantes".

    Mais attention, c'est un très bon roman et il est d'actualité. Il porte sur la féminité, sur la gestion d'une vie solo et sur les défauts de notre société. Il est incitateur à la réflexion c'est sur et certain.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Le dur combat de la mère célibataire

    Un nouveau roman percutant signé Carole Fives. Après Une femme au téléphone, elle nous raconte dans Tenir jusqu’à l’aube le quotidien d’une mère célibataire. Dramatiquement juste, formidablement prenant.

    Il y a de ces livres qui vous secouent. De ces...
    Voir plus

    Le dur combat de la mère célibataire

    Un nouveau roman percutant signé Carole Fives. Après Une femme au téléphone, elle nous raconte dans Tenir jusqu’à l’aube le quotidien d’une mère célibataire. Dramatiquement juste, formidablement prenant.

    Il y a de ces livres qui vous secouent. De ces histoires qui vous remuent. De ces scènes qui vous restent ancrées dans la mémoire. Carole Fives réussit une nouvelle fois à attraper son lecteur dès les premières lignes de ce court et bouleversant roman. Nous sommes à Lyon où nous prenons le pas d’une femme pressée. Après avoir fait manger son fils, l’avoir couché, lui avoir lu une histoire et attendu qu’il s’endorme, elle s’est offert une escapade de quelques minutes. Prendre l’air, croiser des gens, se promener seule: un luxe quasi impossible pour une mère célibataire. Car chaque pas résonne déjà de ce sentiment de culpabilité. Il pourrait arriver quelque chose au bébé. Aussi se dépêche-t-elle de monter les escaliers et n’est vraiment rassurée qu’en constatant que l’enfant dort toujours.
    Tout au long du roman, il va en aller de même. Au fil des jours qui passent le poids de sa responsabilité va croître, les moments de liberté se limiter à la portion congrue.
    Dans son appartement, qu’elle n’arrive plus à payer, elle doit être attentive chaque minute car son fils a vite fait de transformer la cuisine en champ de bataille, la salle de bain en territoire inondé ou le coin jeu en studio de street art.
    Quand elle va à un rendez-vous ou se promène au parc de la Tête d’Or, sa vigilance ne doit pas se relâcher non plus. Il suffit d’un instant d’inattention pour le perdre, pour qu’il s’en prenne à un autre petit garçon ou qu’il chute malencontreusement.
    Bien entendu, elle cherche des solutions. Le père de l‘enfant ayant démissionné, elle essaie de trouver une place de crèche. Mais pour l’obtenir elle aurait dû s’inscrire dès la conception de l’enfant. Son grand-père l’accueille quelquefois, mais s’énerve du manque d’éducation de son petit-fils et s’étonne du laisser-faire de sa fille.
    Ajoutons encore à ce tableau les rendez-vous avec l’administration qui va briller par son incompétence à régler les problèmes ou, sorte de sommet de l’humiliation, à sa visite chez le pédiatre. Une scène que je vous laisse découvrir par vous-mêmes.
    On l’aura compris, le tableau dressé par Carole Fives ressemble à un long chemin de croix, une épreuve qui apparaît de plus en plus insoluble au fil des jours.
    Le temps pour se consacrer à son métier de graphiste se réduit comme peau de chagrin, les dettes s’accumulent, pas plus le père que le grand-père n’apportent leur soutien.
    Avec beaucoup d’à-propos, Carole Fives choisit d’agrémenter son récit en publiant d’une part des échanges menés sur internet avec des femmes rencontrant les mêmes problèmes et d’autre part des extraits de La chèvre de Monsieur Seguin, l’histoire qu’elle lit à son bout de chou et qui résonne très fort en elle.
    L’épilogue de ce drame est aussi subtil que surprenant. Il nous prouve combien Carole Fives s’installe livre après livre, comme une voix originale de la littérature française contemporaine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman, document, essai ; c’est une approche d’un sujet éminemment actuel. Une jeune mère célibataire avec son fils de deux ans.
    Tous les ingrédients semblent réunis, pour faire tomber cette maman dans la culpabilité –qui transpire tout au long de ce roman- ; un emploi erratique, une famille...
    Voir plus

    Roman, document, essai ; c’est une approche d’un sujet éminemment actuel. Une jeune mère célibataire avec son fils de deux ans.
    Tous les ingrédients semblent réunis, pour faire tomber cette maman dans la culpabilité –qui transpire tout au long de ce roman- ; un emploi erratique, une famille éloignée, de faibles revenus, un père totalement absent…

    Elle étouffe dans cette relation mère/fils, et subit en permanence sa loi ! Ce qui réduit d’autant sa vie sociale –déjà bien peu étoffée- pourtant, par moment, des bouffées de « liberté » l’oblige, l’incite à prendre quelques instants de Liberté…

    A certains moments, elle recherche l’avis d’internautes, qui non seulement ne l’aide pas de conseils mais l’abreuvent de remarques désobligeantes. Dans ce contexte, étouffant, oppressant, elle choisit de sortir. Est-ce bien raisonnable ? Compter les minutes de liberté afin de respirer, d’exister.

    Si la pédagogie admet et recommande de permettre et favoriser le libre essor d’un enfant ; le devoir d’une mère est également celui de lui inculquer également les limites, les règles de vie, donc les codes sociaux !

    Je donne ici un avis masculin, vous l’aurez compris. Mais en aucun cas je n’absous le père. Un développement d’un enfant se doit d’être accompli avec ses deux parents. En l’occurrence, la lâcheté du père me révolte, comme vous Mesdames.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai découvert cet auteur à la faveur du festival de Namur "intime festival".
    Festival de lecture publique.

    Une mère à laquelle le père a laissé entièrement la prise en charge de leur fils, est dépassée par la charge de la tâche à accomplir.
    Vivre le quotidien peut devenir rapidement...
    Voir plus

    J'ai découvert cet auteur à la faveur du festival de Namur "intime festival".
    Festival de lecture publique.

    Une mère à laquelle le père a laissé entièrement la prise en charge de leur fils, est dépassée par la charge de la tâche à accomplir.
    Vivre le quotidien peut devenir rapidement l'enfer. De surcroît si vous pensez trouver du soutien sur la toile...

    Le thème et l'approche de l'auteur m'ont emballé.

    Par contre, la lecture m'a un peu laissée sur ma faim.
    Quelques raccourcis m'ont dérangé.
    Le thème, et le style sont intéressants cependant il m'a manqué un peu d'épaisseur.

    Je pense que ce livre est une première amarre pour percevoir ce sujet de la femme isolée avec un enfant confrontée à l'administration, à la normalité, à sa solitude, aux jugements, à son jugement, ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions