Herve Guibert

Herve Guibert
Hervé Guibert est né en 1955. Il est mort à Paris en 1991. Ecrivain, journaliste et photographe, il est l'auteur de nombreux livres parmi lesquels Mes parents, A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie, et un journal posthume, Le Mausolée des amants. Zouc est auteur interprète. Ses spectacles ont laiss... Voir plus
Hervé Guibert est né en 1955. Il est mort à Paris en 1991. Ecrivain, journaliste et photographe, il est l'auteur de nombreux livres parmi lesquels Mes parents, A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie, et un journal posthume, Le Mausolée des amants. Zouc est auteur interprète. Ses spectacles ont laissé une trace inoubliable dans la mémoire de ceux qui l'ont vue et entendue jouer seuls sur scène, entre 1970 et 1989. Victime en 1997, d'une infection nosocomiale qui l'a laissée gravement handicapée, elle n'a pu, depuis, reprendre son activité théâtrale.

Avis (8)

  • Couverture du livre « Mauve le vierge » de Herve Guibert aux éditions Gallimard

    julien Raynaud sur Mauve le vierge de Herve Guibert

    La nouvelle sur Michel Foucault (Les secrets d'un homme) a une valeur historique. Les autres textes, sur le fond, ne développent pas des histoires passionnantes (à mon goût). Restent la forme et le style : là, c'est magistral et hors d'atteinte, notamment certaines phrases de la nouvelle "Papier...
    Voir plus

    La nouvelle sur Michel Foucault (Les secrets d'un homme) a une valeur historique. Les autres textes, sur le fond, ne développent pas des histoires passionnantes (à mon goût). Restent la forme et le style : là, c'est magistral et hors d'atteinte, notamment certaines phrases de la nouvelle "Papier magique".

  • Couverture du livre « L'autre journal » de Herve Guibert aux éditions Gallimard

    Yannick Chassort sur L'autre journal de Herve Guibert

    Drôle de destin que celui qui est réservé à Hervé Guibert et à son œuvre. Mort à 36 ans du SIDA, à une époque où cette maladie était encore emprunte à beaucoup d’idées reçues, révélé au grand public lors de la publication, en 1990, de son roman À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, un an avant...
    Voir plus

    Drôle de destin que celui qui est réservé à Hervé Guibert et à son œuvre. Mort à 36 ans du SIDA, à une époque où cette maladie était encore emprunte à beaucoup d’idées reçues, révélé au grand public lors de la publication, en 1990, de son roman À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, un an avant son décès, Hervé Guibert et son univers resteront toutefois confinés à un certain public littéraire exigeant avant d’être remis sur le devant de la scène avec la première rétrospective consacrée à l’œuvre photographique de l’auteur en 2011 par la Maison européenne de la photographie.

    Hervé Guibert n’était alors plus seulement un écrivain, mais aussi un photographe de talent et un journaliste confirmé avec la parution de ses articles en volume. L’Autre Journal, publié par les éditions Gallimard dans la collection « L’Arbalète » est une compilation de ses articles qu’il fit paraître dans « L’Autre Journal », un périodique créé par l’écrivain Michel Butel et qui paru entre 1984 et 1993. Dans l’introduction au présent volume, Michel Butel reviendra sur sa collaboration avec Hervé Guibert et sur « son regard […] si extraordinaire qu’il pouvait tout se permettre » [page 10].

    Tel résume bien le caractère d’Hervé Guibert, un artiste touche-à-tout de talent, réussissant tout ce qu’il entreprend, fondant son œuvre littéraire exigeante sur les relations primaires entre individus, régies par l’attirance et le sexe, nourrissant ses ouvrages de caractères autobiographiques à travers des phrases courtes et sèches, qui claquent comme un fouet, lui faisant écrire, dans son tout premier livre paru : « Et si je suis fou, on me percera le crâne, on me cisaillera le front, on me trépanera. Ou on me fera avaler une potion qui me fera chier tous les démons qui m’habitent » (La mort propagande, page 102, édité par les éditions Gallimard).

    Cette potion, ce sera la littérature, la photographie et ces articles, dans Le Monde d’abord, dans L’Autre Journal ensuite. Ce sera des phrases dépouillées, cherchant à extraire d’un mot tout son suc, et habillées par un vocabulaire cru, sans concession. Mais il y a tout de même une certaine sophistication dans son écriture, notamment lorsqu’il aborde l’art en général : son entretien avec Peter Handke, le plus long article qu’il écrivit pour L’Autre Journal, est révélateur du rapport qu’il entretient avec l’écriture et de son rôle d’écrivain. « Le vrai écrivain peut-il écrire toute sa vie ? » interroge-t-il Peter Handke [page 111]. Lui le fera, les ouvrages signés de sa main continueront à paraître après sa disparition, comme Le Paradis, paru un an après sa mort, sorte de testament qu’il lègue aux lecteurs et où il affirmera : « Je suis un être double, écrivain parfois, rien d’autre les autres fois, je voudrais être un être triple, quadruple… » (1).

    Le reflet de son œuvre, ses obsessions et son amour pour la photographie sont présents dans chacun des articles qu’il compose pour L’Autre Journal : le plaisir charnel est l’occasion pour Guibert d’interviewer une vieille dame qui lui parle de sa vie, « une vie racontée avec le charme de la liberté » [page 68], des photographies parsèment ses articles, souvent légendées à la main. Difficile de ne pas s’arrêter devant la photographie d’Isabelle Adjani à la page 93, sublime portrait dont transparaît une certaine mélancolie, une certaine fragilité.

    Dévoilant un nouveau pan à l’œuvre d’Hervé Guibert, L’Autre Journal est un recueil dont la lecture nous transporte. C’est une sorte de pierre manquante à l’édifice construit par son auteur, une synthèse de son art et de son univers. Difficile de ne pas être envoûté une dernière fois par cette voix unique de la littérature française, une voix comme venue d’outre-tombe.


    (1) Le Paradis d’Hervé Guibert, édition Gallimard, collection Folio, 1996. La citation est tirée de la page 115.

    https://unepauselitteraire.com/2015/12/18/lautre-journal-dherve-guibert/

  • Couverture du livre « A l'ami qui ne m'a pas sauve la vie » de Herve Guibert aux éditions Gallimard

    Elizabeth Neef-Pianon sur A l'ami qui ne m'a pas sauve la vie de Herve Guibert

    Quelle lecture difficile ! C’est angoissant, déprimant, triste, dur.
    Hervé Guibert, atteint du sida, écrit ce livre qu’il considère comme son dernier compagnon de vie, celui à qui on dit tout.
    Effectivement, il dit tout. Les premiers symptômes, les diagnostiques, les explications sur la...
    Voir plus

    Quelle lecture difficile ! C’est angoissant, déprimant, triste, dur.
    Hervé Guibert, atteint du sida, écrit ce livre qu’il considère comme son dernier compagnon de vie, celui à qui on dit tout.
    Effectivement, il dit tout. Les premiers symptômes, les diagnostiques, les explications sur la maladie, les médicaments. Et aussi les rapports avec les autres, avec les amis. Et même les relations sexuelles, avec tous les détails.
    Un livre que j’ai eu envie d’interrompre en permanence sans le pouvoir.
    La première partie surtout, faite de phrases longues, interminables, comme pour en dire le plus possible avant qu’il ne soit trop tard.
    Ensuite les chapitres sont plus courts, plus aérés, plus clairs, mais tout aussi désespérés.
    Surtout quand on sait qu’il s’est suicidé quelques temps après.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !