Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Qui après nous vivrez

Couverture du livre « Qui après nous vivrez » de Herve Le Corre aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743661649
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

A la fin du XXIe siècle, dans une grande ville de province, une jeune femme et son compagnon viennent malgré les crises à répétition, de donner naissance à un enfant. Un jour, le réseau électrique français s'effondre et une émeute plus violente que les autres éclate. Le jeune père ne rentre pas... Voir plus

A la fin du XXIe siècle, dans une grande ville de province, une jeune femme et son compagnon viennent malgré les crises à répétition, de donner naissance à un enfant. Un jour, le réseau électrique français s'effondre et une émeute plus violente que les autres éclate. Le jeune père ne rentre pas chez lui. Pour sa compagne, l'angoisse va grandissant. Trois générations plus tard, dans un monde où toute technologie avancée a disparu, un petit groupe de gens a trouvé un abri de fortune dans une maison campagnarde qui a échappé à la destruction. Pas pour longtemps. Des pillards vont bientôt l'incendier et les survivants vont devoir fuir sur les routes avec leur carriole et leur cheval. Commence une épopée proche du western, où chaque jour l'enjeu est de survivre...

Donner votre avis

Avis (4)

  • Tout commence par la grande panne, celle qui a suivi les multiples pandémies au XXI siècle. Un jeune couple Rebecca et Martin viennent de mettre au monde une petite fille Alice. Dans ce monde en décomposition Rebecca se retrouve seule a devoir quitter la ville en prise aux émeutes et aux...
    Voir plus

    Tout commence par la grande panne, celle qui a suivi les multiples pandémies au XXI siècle. Un jeune couple Rebecca et Martin viennent de mettre au monde une petite fille Alice. Dans ce monde en décomposition Rebecca se retrouve seule a devoir quitter la ville en prise aux émeutes et aux violences grandissantes. Les années passent, la peur reste, elle accompagne toute l'écriture de ce roman, peur de mourir, peur de manquer, peur des autres. La peur contamine tout, rendant les uns vulnérables et les autres brutaux et violents. Un roman post apocalyptique d'une noirceur à toute épreuve. Je ne conseille pas sa lecture aux personnes déprimées. Personnellement c'est un énorme coup de cœur pour ce roman qui vous met le cœur et la tête à l'envers. C'est une projection de ce qui pourrait bien nous attendre si nous poursuivons sur notre lancée sans rien remettre en question. C'est réaliste, cruel, cynique et tellement vraisemblable. L'auteur met en lumière nos peurs les plus profondes avec toujours comme éclairage salvateur, les femmes. Nous allons ainsi suivre trois générations féminines, de mère en fille, les pères sont souvent absents physiquement mais restent dans le cœur et la mémoire de ses femmes. La femme tient une place importante de cette symbolique de vie, elle est la mère, la femme, l'amante, la guérisseuse, la force envers et contre tout. On suit avec effarement, les soubresauts de cette humanité dans toutes ses dérives. Une galerie de personnages attachante dont la destiné est incertaine mais avec chevillée au corps la nécessite de survie. Une belle écriture qui sait montrer avec poésie la beauté du monde et à contrario trouver les mots pour décrire l’innommable et le retour de l'obscurantisme. Un roman puissant qui pourrait bien éveiller les consciences et provoquer la réflexion. Bonne lecture.


    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2024/02/22/40127522.html

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Hervé Le Corre a depuis longtemps fait ses preuves dans le roman noir contemporain. Il déplace souvent ses intrigues dans le temps, mais n’avait jamais franchi le pas du futur. Direction donc demain où le monde a basculé.

    Successivement le récit suit trois générations de femmes. On comprend...
    Voir plus

    Hervé Le Corre a depuis longtemps fait ses preuves dans le roman noir contemporain. Il déplace souvent ses intrigues dans le temps, mais n’avait jamais franchi le pas du futur. Direction donc demain où le monde a basculé.

    Successivement le récit suit trois générations de femmes. On comprend très vite qu’elles sont liées par le sang. Chacune est confrontée à l’environnement de son époque. A travers elles, on assiste à l’évolution de notre planète et de ses habitants. Et le moins que l’on puisse dire que cette projection n’est pas rassurante.

    Alors que toute technologie est devenue obsolète, la survie devient la priorité des individus. Sans superflu, ils doivent se contenter des seuls échanges avec leurs congénères. Et c’est là où le bât blesse ! L’Homme étant ce qu’il a toujours été, le monde devient le terrain de l’intégrisme, de l’égoïsme et des conflits perpétuels. Tous les mauvais instincts refont surface, engendrant un univers complètement hostile.

    Sous la plume magnifique d’Hervé Le Corre, on assiste aux dérives d’une humanité prise au piège. Je ressors groggy de cette lecture. La narration déconstruite, le rythme lent, l’ambiance sombre et les scènes violentes crée une atmosphère suffocante. Je me suis senti oppressé durant tout le livre, sans porte de sortie à l’horizon. Seules les femmes gardent un peu d’altruisme et semblent surnager dans ce tumulte. L’amour et la dévotion qu’elles offrent peuvent quand même donner un semblant d’espoir à cette histoire.

    Cet auteur qui parle de notre société dans ses écrits, nous donne une version de l’avenir plutôt chaotique. Et comme il a la réputation d’être assez réaliste dans ses analyses, on peut commencer à s’inquiéter. Il faut maintenant espérer qu’il est plus observateur que visionnaire ! Je vous conseille donc ce roman aussi brillant que déprimant, tout en croisant les doigts pour qu’il reste une fiction!

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2024/02/19/914-herve-le-corre-qui-apres-nous-vivrez/

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un roman oppressant dès les premières lignes, la violence, le chaos, tout qui brule, les tirs, les morts... Un épouvantable chaos de notre monde. La violence et toujours de violence, trop de violence à chaque page, les fuites, les traques, les viols les meurtres...
    Une lecture oppressante que...
    Voir plus

    Un roman oppressant dès les premières lignes, la violence, le chaos, tout qui brule, les tirs, les morts... Un épouvantable chaos de notre monde. La violence et toujours de violence, trop de violence à chaque page, les fuites, les traques, les viols les meurtres...
    Une lecture oppressante que j'ai du mal à terminer... je cherche la lueur, l'espoir dans ce monde là ou tout n'est que ténèbre...mais je n'y arrive pas.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Que la découverte de ce roman fut difficile ! Mais ça, Hervé Le Corre devait s’en douter en proposant ce début si pessimiste dans Qui après nous vivrez. Cette dystopie, qui se situe au milieu de notre XXIème siècle, raconte le monde d’après, après le point critique écologique, par le récit de...
    Voir plus

    Que la découverte de ce roman fut difficile ! Mais ça, Hervé Le Corre devait s’en douter en proposant ce début si pessimiste dans Qui après nous vivrez. Cette dystopie, qui se situe au milieu de notre XXIème siècle, raconte le monde d’après, après le point critique écologique, par le récit de trois générations de femmes qui parcourt le siècle sous différentes époques. Rapidement, j’ai retrouvé la patte sociale de l’écrivain et le roman devint une ode à la solidarité sur fond de ténèbres. Lumineux !

    Brins d’histoire
    Celle qui ouvre le roman noir est la génération la plus proche de nous. Au cours de cette année 2032, le seuil irréversible de l’environnement est franchi ! Martin et Rebecca sont des jeunes parents ébahis devant Alice, encore tout bébé, qui s’apprête à grandir dans un monde incertain. D’ailleurs la nuit précédente, une nouvelle panne d’électricité est apparue pendant le couvre-feu et n’a toujours pas été réparée lorsque Martin rejoint son travail.

    Pourtant, tous les jours, Martin accueille les allocataires et distribue, selon son évaluation, les aides gouvernementales. Rebecca est dessinatrice et illustratrice et profite de ce qu’Alice soit enfin apaisée pour finir le dernier chapitre à rendre le soir même. Seulement un soir, Martin ne rentre pas…

    Raconter comme cela, rien de dérangeant ! Seulement Hervé Le Corre décrit par le menu ce nouveau monde, tellement proche de nous. Les policiers ont le droit de tirer sans sommation. La chaleur y est intenable. Les magasins sont pillés. Une épidémie fait encore plus de morts que celle que nous avons connue (200 ou 300 millions de morts en 2 ans). La natalité mondiale est au plus bas. Etc. Ainsi, la naissance de la petite Alice est un défi dans ce monde incertain.

    Se présente une autre génération. Dans une forêt calcinée, près d’un village abandonné, Léo découvre une maison restée intacte, ce qui lui rappelle des souvenirs. Nour, la mère de Clara, que Marceau a trouvée, toutes les deux blotties dans un fossé, collées à un mort. Marceau, le père de Léo, est blessé par des hordes incendiaires qui ont attaqué la maison. Ils vont fuir pour trouver un ailleurs pour vivre !

    Puis, Hervé Le Corre raconte la génération d’Alice adulte. Et ainsi de suite, l’écrivain reprend certains de ses récits, les laisse, les enchevêtre et au lecteur de s’y débrouiller !

    Une lumière dans les ténèbres
    Ce sont les femmes qui pour Hervé Le Corre assurent le fil conducteur de son récit. Des portraits de femmes courageuses, combatives et déterminées qui se chargent de la survie de leur clan. De plus, elles témoignent de la transmission pour ne pas oublier le monde d’avant ou celui que chacun a envie de retrouver, ou de trouver simplement.

    Seulement, Qui après nous vivrez est un puzzle où il faut retrouver les liens. L’écrivain embrouille avec plaisir, déstabilise et pousse vers l’overdose, créant un climat littéraire sombre et désespérant. Comme une punition de ne pas avoir incité plus fortement au changement alors qu’il était encore temps !

    Évidemment, les oppressions sont de retour dans ce récit avec la fin de la démocratie et le retour des dictatures. Et Hervé Le Corre met en situation les plus terribles comme toutes les violences que les femmes subissent. Néanmoins, de génération en génération, il leur fait porter l’espoir d’une ode poétique, comme le titre le suggère :

    Frères humains qui après nous vivez,
    N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
    Car, se pitié de nous pauvres avez,
    Dieu en aura plus tôt de vous mercis…

    En conclusion,
    Hervé le Corre, en choisissant cet extrait du poète François Villon, illustre une traversée du futur, évoquant un espoir porté par les femmes malgré le chaos, les violences et l’oppression, tel un retour à un Moyen-Âge sombre, mais dans un autre temps.

    Et, la narration d’Hervé Le Corre, malgré ce roman du futur obscur, redevient sociale et politique, comme elle a toujours été dans tous ses romans. Car, “Qui après nous” est un hymne à la puissance du collectif, à la solidarité et à la fraternité qui nous permettent de résister et de nous unir contre l’horreur. C’est même la seule façon pour ne pas être atteint par la violence ravageuse, par la destruction massive et par l’oppression aveugle.

    Car dans toutes les époques racontées, ce qui permet à chaque groupe de durer et d’enfanter pour permettre la survie de l’espèce, c’est ce qui fonde notre profonde singularité, notre humanité. Alors, dans des ténèbres, Hervé Le Corre ressuscite la lumière qui brûle en nous, la chaleur qui nous relie et la solidarité qui assurera notre survie. Un excellent roman noir et social, à la fois !
    Chronique illustrée ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2024/01/09/herve-le-corre-qui-apres-nous-vivrez/

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com