Les guerres de mon père

Couverture du livre « Les guerres de mon père » de Colombe Schneck aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234081833
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« Quand j'évoque mon père devant ses proches, bientôt trente ans après sa mort, ils sourient toujours, un sourire reconnaissant pour sa générosité. Il répétait, il ne faut laisser que des bons souvenirs. Il disait aussi, on ne parle pas des choses qui fâchent. À le voir vivre, on ne pouvait rien... Voir plus

« Quand j'évoque mon père devant ses proches, bientôt trente ans après sa mort, ils sourient toujours, un sourire reconnaissant pour sa générosité. Il répétait, il ne faut laisser que des bons souvenirs. Il disait aussi, on ne parle pas des choses qui fâchent. À le voir vivre, on ne pouvait rien deviner des guerres qu'il avait traversées. J'ai découvert ce qu'il cachait, la violence, l'exil, les destructions et la honte, j'ai compris que sa manière d'être était un état de survie et de résistance.
Quand je regarde cette photo en couverture de ce livre, moi à l'âge de deux ans sur les épaules de mon père, je vois l'arrogance de mon regard d'enfant, son amour était immortel. Sa mort à la sortie de l'adolescence m'a laissée dans un état de grande solitude. En écrivant, en enquêtant dans les archives, pour comprendre ce que mon père fuyait, je me suis avouée, pour la première fois, que nous n'étions pas coupables de nos errances en tout genre et que, peut-être, je pouvais accepter d'être aimée. »

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un roman puissant et personnel où Colombe Schneck rend hommage à son père.
    Un récit très intéressant, pour tout ce que l’on y apprend.
    A quand votre prochain livre Colombe Schneck?

    Un roman puissant et personnel où Colombe Schneck rend hommage à son père.
    Un récit très intéressant, pour tout ce que l’on y apprend.
    A quand votre prochain livre Colombe Schneck?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il y a un peu de La promesse de l'aube de Romain Gary dans ce roman !

    L'auteur nous raconte l'histoire de son père, et à travers lui, elle nous raconte l'Histoire d'une communauté, l'Histoire d'un pays. ​Pour nous parler de lui, elle tente de le faire avec précision, et pour cela, elle va...
    Voir plus

    Il y a un peu de La promesse de l'aube de Romain Gary dans ce roman !

    L'auteur nous raconte l'histoire de son père, et à travers lui, elle nous raconte l'Histoire d'une communauté, l'Histoire d'un pays. ​Pour nous parler de lui, elle tente de le faire avec précision, et pour cela, elle va mener une enquête minutieuse. Abattre un travail de recherche et de lecture titanesque, notamment avec tous les supports d'archives qui lui sont accessibles. Avec ses recherches elle tente de recomposer le parcours de son père, pour le saisir et pourquoi pas le comprendre. Revenir à la source pour expliquer sa personnalité, ses choix et ses travers.

    Enfin "travers", il faut le dire vite ! Elle dresse le portrait d'un homme profondément positif et optimiste. Un homme qui a connu l'exil vers la France en étant petit, enfant il a survécu à la Seconde Guerre mondiale, adolescent à une honte injuste et à peine adulte à la barbarie de la guerre d'Algérie. Abîmé par la vie, il s'est bricolé un masque souriant. Il n'en était pas moins un homme généreux, aimant, qui avait pour devise de ne jamais parler des choses qui fâchent. J'ai découvert en la personne de Gilbert Schneck, un homme inspirant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Il avait survécu aux destructions et aux rafles, aux morts injustes et à la torture, aux terreurs, à l’humiliation et à la peur, à la honte, à l’exil, à la perte encore ; il avait été confronté, enfant, adolescent, jeune homme, à la violence et l’inhumanité. » Ces quelques mots donnent le ton...
    Voir plus

    « Il avait survécu aux destructions et aux rafles, aux morts injustes et à la torture, aux terreurs, à l’humiliation et à la peur, à la honte, à l’exil, à la perte encore ; il avait été confronté, enfant, adolescent, jeune homme, à la violence et l’inhumanité. » Ces quelques mots donnent le ton de la quête menée par Colombe Schneck , partie à la recherche de son père, mort trop jeune et dont la vie a été marquée par tant de traumatismes.

    Les guerres de mon père me rappelle un peu la façon dont Philippe Jaenada mène ses enquêtes avec ces rencontres réussies ou non, ces recherches dans les archives, ces questions posées pas toujours résolues et ce souci du détail si important quand on est sur les traces d’un passé qui s’enfuit trop vite.
    Ce travail, détaillé avec talent, ne fut pas simple car Pierre, son oncle, ne mit pas beaucoup d’enthousiasme pour l’aider. Petit frère de sa mère, il avait présenté Catherine à son ami Gilbert qui en était tombé aussitôt amoureux. Or, Gilbert était déjà marié à Hélène, sa sœur... Avec elle, ils avaient deux enfants, un garçon et une fille qui venait de naître : Colombe Schneck.
    Pour mieux connaître ce père « amoureux de plusieurs filles en même temps, refusant de choisir », sa fille remonte dans le passé de la famille, grands-parents paternels et maternels. Elle note : « Le passé de Gilbert, avant la guerre, avant sa naissance, était déjà lourd de destructions et de fantômes.»
    Majer Schneck, le grand-père, né en 1902, en Galicie, aujourd’hui en Pologne, déjà obsédé par les filles, a vécu les mesures contre les magasins juifs, les pillages, les meurtres, les viols, en 1918 et 1919. Ses parents, tués parce qu’ils sont juifs laissent Majer seul. Il a 16 ans et fuit. En 1920, il est en France, à Strasbourg mais continue à parcourir l’Europe comme voyageur de commerce.
    Ce passé, bouleversé par la haine, se poursuit en France où le calme enfin trouvé ne dure pas. Les nazis qui n’ont rien inventé en matière d’antisémitisme, pousseront cette horreur au paroxysme, trouvant chez nous bien trop d’échos favorables.
    Colombe Schneck, journaliste que j’aimais écouter sur France Inter, ne suit pas un parcours linéaire. Elle fait des retours en arrière, se projette dans le présent, parle de sa vie à elle, puis revient avec son père mettant en valeur les gens qui l’ont sauvé durant l’occupation allemande.
    Elle souligne aussi l’ignominie commise par ces hauts fonctionnaires faisant du zèle pour fournir des listes aux nazis, se réfugiant lâchement derrière l’obéissance aux ordres. Il n’y a pas eu beaucoup de Jean Moulin.

    Puis il y a la guerre d’Algérie où il soigne et découvre la torture. Ensuite, à Paris, une vie familiale coupée en deux et ce constat : « La littérature nous a sauvés et nous a aussi protégés de ceux qui jugent sans comprendre. » Enfin, Colombe Schneck avoue : « Il y a très peu de temps, j’ai accepté qu’il était mortel, faillible et infidèle. »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très beau livre. Cette auteure a une plume remarquable.

    Très beau livre. Cette auteure a une plume remarquable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment accepter la mort de son père, affronter ses secrets, ses manquements, accepter de vivre sans lui et de continuer son chemin sans cesse se retourner ?
    Questions essentielles face au deuil, à la perte, notamment quand le père n'est pas tout à fait conforme à l'image qu'on aimerait garder...
    Voir plus

    Comment accepter la mort de son père, affronter ses secrets, ses manquements, accepter de vivre sans lui et de continuer son chemin sans cesse se retourner ?
    Questions essentielles face au deuil, à la perte, notamment quand le père n'est pas tout à fait conforme à l'image qu'on aimerait garder de lui. Difficile de se construire en tant que femme face aux autres hommes, ceux qu'on aime et qui trichent, les champions de l'infidélité et ceux qui sont en permanence dans la fuite.
    Mais, aussi juste que soit l'écriture d'un roman, n'est-ce pas un sujet trop intime pour être ainsi livré aux lecteurs ? Colombe Schneck a-t-elle réussi sa thérapie, a-t-elle enfin trouvé la paix ? Je me pose la question de savoir si le lecteur doit être confronté à l'intime, si l'histoire familiale doit être racontée ainsi, de manière si crue et sans filtre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • un livre témoignage, construit sur le mode d'une enquête. L'amour inconditionnel d'une fille pour son père. Je n'ai malheureusement pas adhéré à ce livre qui reste une déception pour moi.

    un livre témoignage, construit sur le mode d'une enquête. L'amour inconditionnel d'une fille pour son père. Je n'ai malheureusement pas adhéré à ce livre qui reste une déception pour moi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Les parents doivent tout à leurs enfants, leurs enfants ne leur doivent rien. La peur des parents est un fardeau inutile pour les enfants. »

    Dans « les guerres de mon père » Colombe Schneck fouille le passé de Gilbert.
    Gilbert Schneck, son père, mort trop jeune, et qui s’efforçait...
    Voir plus

    « Les parents doivent tout à leurs enfants, leurs enfants ne leur doivent rien. La peur des parents est un fardeau inutile pour les enfants. »

    Dans « les guerres de mon père » Colombe Schneck fouille le passé de Gilbert.
    Gilbert Schneck, son père, mort trop jeune, et qui s’efforçait constamment de faire croire que la vie était belle alors qu’il avait traversé guerres, violence, exil et honte.
    Une plongée dans la vie d’un homme généreux, d’un homme qui aimait sans concession sa fille, qui s’évertuait à rendre tout idyllique et ne dévoilait jamais les parts d’ombres de son passé.
    Qu’a donc vraiment vécu ce père si parfait (et ce mari si imparfait) ?

    Pour retracer cette vie, Colombe Schneck va s’immerger dans les archives et forcer la parole de son entourage.
    Gilbert aura été un enfant juif caché, un adolescent dont le père sera assassiné, un jeune médecin dévasté par la guerre d’Algérie.

    Un récit intime, une enquête familiale au travers de laquelle on suit l’histoire de notre pays, les horreurs qui vont avec (le zèle de l’administration de Vichy, les tortures de l’armée française en Algérie) et l’héroïsme de quelques français ordinaires.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/02/les-guerres-de-mon-pere-de-colombe.html

    Colombe Schneck est une auteure qui a beaucoup écrit sur son histoire familiale. Ici, elle part sur les traces de son père Gilbert Schneck, décédé il y a vingt-cinq ans.

    Elle nous relate en détail son...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/02/les-guerres-de-mon-pere-de-colombe.html

    Colombe Schneck est une auteure qui a beaucoup écrit sur son histoire familiale. Ici, elle part sur les traces de son père Gilbert Schneck, décédé il y a vingt-cinq ans.

    Elle nous relate en détail son enquête pour reconstituer l'histoire de son père, ses recherches aux Archives Nationales sur ce qu'il a subi avec ses parents pendant la seconde guerre mondiale, ses recherches sur ceux qui l'ont caché et sauvé, elle parle de l'épreuve de son exil en Dordogne à sept ans qui faisait écho à l'exil de ses parents. Elle relate ses échanges avec son oncle maternel qui était le meilleur ami de son père, ses rencontres avec des amis de son père et avec certaines de ses nombreuses maitresses. Elle part sur les traces de son grand-père paternel Max un homme "aux origines incertaines, aux traces effacées dans des pays qui n'existent plus.", elle semble même obsédée par la mort de Max, assassiné en 1949 alors que Gilbert n'avait que seize ans, elle enquête sur ce fait divers national qui avait fait les gros titres racoleurs de la presse à l'époque, Max aurait été assassiné par son amant et son corps coupé en morceaux transporté dans une valise... Une disparition source de scandale et de honte pour la famille et qui fera toujours l'objet d'un silence familial pesant. "Tristesses, hontes, humiliations, peines restent cachées, non dites, non écrites."
    Elle raconte aussi son père médecin fraichement diplômé confronté durant trente mois à la guerre d'Algérie où il avait en charge les personnes torturées par l'armée française.

    Ce texte est visiblement un livre thérapie pour Colombe Schneck qui doit enfin accepter la mort de son père, affronter ce qu'il cachait, accepter de vivre sans lui et d'être aimée sans lui. Il n'a pas été facile pour elle de se construire avec un père théoricien de l'infidélité qui a passé sa vie à fuir, lui offrant un modèle masculin dont il lui a été difficile de se débarrasser. Elle a eu du mal à accepter d'être aimée... "Vingt-cinq ans pour l'accepter, il est mort, il ne reviendra pas, je peux enfin le pleurer et recommencer à vivre entièrement", "Je ne consens à être aimée que par ceux qui me trompent, m'oublient, rejetant à mon tour ceux qui m'aiment avec bonté. Ils ne sont pas mon père, ils ne seront jamais à la hauteur"

    L'histoire de cette famille est intéressante mais j'ai peiné dans la lecture de ce livre, noyée sous une multitude de détails, de noms, de rapports qui m'ont rendu la lecture difficile et qui m'ont parfois ennuyée... Un rendez-vous manqué avec cette auteure dont la plume assez journalistique ne m'a pas particulièrement séduite. Peut-être aurai-je mieux apprécié ce récit si j'avais lu ses précédents romans sur son histoire familiale...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Gilbert Schneck, le père de l'auteur est un homme heureux, toujours souriant ou essayant de l'être, cherchant à voir le monde sous son bon profil. Un jour, à 58 ans, il disparaît, il meure. Alors que sa vie d'adulte commence, sa fille, Colombe ne s'en remet pas, il va revenir. Il lui faudra...
    Voir plus

    Gilbert Schneck, le père de l'auteur est un homme heureux, toujours souriant ou essayant de l'être, cherchant à voir le monde sous son bon profil. Un jour, à 58 ans, il disparaît, il meure. Alors que sa vie d'adulte commence, sa fille, Colombe ne s'en remet pas, il va revenir. Il lui faudra attendre 25 ans avant d'admettre que ce père aimé est effectivement parti et qu'il ne reviendra pas. 25 années durant lesquelles l'auteur a refusé d'aimer, de se laisser aimer par quelqu'un d'autre que ce père. C'est alors le moment d'un bilan, d'un retour en arrière pour re découvrir cet homme qui fut son père à travers le temoignage de proches, son frère, ses maitresses, parce qu'il en a eu quelques unes, ne pouvant n'aimer qu'une seule femme. Le roman parcourt la vie de cette génération d'hommes et de femmes qui ont connu la collaboration, la résistance, la déportation, la guerre d'Algérie et la torture. Mais Gilbert Schneck, c'est aussi le fils de Majer dit Max dont la mort fera la une des journaux. Gilbert, enfant, s'est caché de l'occupant pour sauver sa vie, adolescent, il s'est forgé dans le ciment du récit totalement faux de la mort de son père et, adulte, médecin, il se sera confronté à la torture durant la guerre d'Algérie. Gilbert Schneck était un survivant, un homme qui pronait le bonheur pour cacher ses malheurs, qui embellissait la vie pour masquer la mort, qui magnifiait l'amour pour oublier les haines.

    Ce roman de Colombe Schneck est une exploration intime de sa propre histoire à travers celle de son père, une exploration qui, peut être, pourra la libérer et l'autoriser à être aimée par un autre que Gilbert.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sujet brulant sur la derniere guerre et ses pauvres juifs le malheur etait poue eux et c est triste d avoir tant souffert cette histoire me rappelle des mauvais souvenirs mais c est à lire et découvrir la bêtise humaine a suivre

    Sujet brulant sur la derniere guerre et ses pauvres juifs le malheur etait poue eux et c est triste d avoir tant souffert cette histoire me rappelle des mauvais souvenirs mais c est à lire et découvrir la bêtise humaine a suivre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com