Colombe Schneck

Colombe Schneck
Colombe Schneck est née à Paris en 1966. Elle est journaliste à France Inter. Elle a publié en 2006 un premier récit remarqué, L'increvable Monsieur Schneck, et deux romans, Sa petite chérie, en 2007, et Val de Grâce en 2008.

Avis (49)

  • Couverture du livre « Les guerres de mon père » de Colombe Schneck aux éditions Stock

    Bib HLM sur Les guerres de mon père de Colombe Schneck

    Il y a un peu de La promesse de l'aube de Romain Gary dans ce roman !

    L'auteur nous raconte l'histoire de son père, et à travers lui, elle nous raconte l'Histoire d'une communauté, l'Histoire d'un pays. ​Pour nous parler de lui, elle tente de le faire avec précision, et pour cela, elle va...
    Voir plus

    Il y a un peu de La promesse de l'aube de Romain Gary dans ce roman !

    L'auteur nous raconte l'histoire de son père, et à travers lui, elle nous raconte l'Histoire d'une communauté, l'Histoire d'un pays. ​Pour nous parler de lui, elle tente de le faire avec précision, et pour cela, elle va mener une enquête minutieuse. Abattre un travail de recherche et de lecture titanesque, notamment avec tous les supports d'archives qui lui sont accessibles. Avec ses recherches elle tente de recomposer le parcours de son père, pour le saisir et pourquoi pas le comprendre. Revenir à la source pour expliquer sa personnalité, ses choix et ses travers.

    Enfin "travers", il faut le dire vite ! Elle dresse le portrait d'un homme profondément positif et optimiste. Un homme qui a connu l'exil vers la France en étant petit, enfant il a survécu à la Seconde Guerre mondiale, adolescent à une honte injuste et à peine adulte à la barbarie de la guerre d'Algérie. Abîmé par la vie, il s'est bricolé un masque souriant. Il n'en était pas moins un homme généreux, aimant, qui avait pour devise de ne jamais parler des choses qui fâchent. J'ai découvert en la personne de Gilbert Schneck, un homme inspirant !

  • Couverture du livre « La réparation » de Colombe Schneck aux éditions J'ai Lu

    Miss Marple sur La réparation de Colombe Schneck

    Inimaginable..incroyable et pourtant vrai..La Lituanie, un pays dans le nord..origine de très nombreux juifs orthodoxes, les Loubavitch..reconnaissables à leur chapeau noir: trouver les origines de sa mère la bas..avec tant de secrets plus épouvantables les uns que les autres, réussir à en faire...
    Voir plus

    Inimaginable..incroyable et pourtant vrai..La Lituanie, un pays dans le nord..origine de très nombreux juifs orthodoxes, les Loubavitch..reconnaissables à leur chapeau noir: trouver les origines de sa mère la bas..avec tant de secrets plus épouvantables les uns que les autres, réussir à en faire un roman pour transmettre un petit bout de son histoire et de l'Histoire avec un grand H!! à sa fille Salomé..
    Beau parcours, belle réussite, très émouvant et éprouvant.

  • Couverture du livre « Les guerres de mon père » de Colombe Schneck aux éditions Stock

    Jean-Paul Degache sur Les guerres de mon père de Colombe Schneck

    « Il avait survécu aux destructions et aux rafles, aux morts injustes et à la torture, aux terreurs, à l’humiliation et à la peur, à la honte, à l’exil, à la perte encore ; il avait été confronté, enfant, adolescent, jeune homme, à la violence et l’inhumanité. » Ces quelques mots donnent le ton...
    Voir plus

    « Il avait survécu aux destructions et aux rafles, aux morts injustes et à la torture, aux terreurs, à l’humiliation et à la peur, à la honte, à l’exil, à la perte encore ; il avait été confronté, enfant, adolescent, jeune homme, à la violence et l’inhumanité. » Ces quelques mots donnent le ton de la quête menée par Colombe Schneck , partie à la recherche de son père, mort trop jeune et dont la vie a été marquée par tant de traumatismes.

    Les guerres de mon père me rappelle un peu la façon dont Philippe Jaenada mène ses enquêtes avec ces rencontres réussies ou non, ces recherches dans les archives, ces questions posées pas toujours résolues et ce souci du détail si important quand on est sur les traces d’un passé qui s’enfuit trop vite.
    Ce travail, détaillé avec talent, ne fut pas simple car Pierre, son oncle, ne mit pas beaucoup d’enthousiasme pour l’aider. Petit frère de sa mère, il avait présenté Catherine à son ami Gilbert qui en était tombé aussitôt amoureux. Or, Gilbert était déjà marié à Hélène, sa sœur... Avec elle, ils avaient deux enfants, un garçon et une fille qui venait de naître : Colombe Schneck.
    Pour mieux connaître ce père « amoureux de plusieurs filles en même temps, refusant de choisir », sa fille remonte dans le passé de la famille, grands-parents paternels et maternels. Elle note : « Le passé de Gilbert, avant la guerre, avant sa naissance, était déjà lourd de destructions et de fantômes.»
    Majer Schneck, le grand-père, né en 1902, en Galicie, aujourd’hui en Pologne, déjà obsédé par les filles, a vécu les mesures contre les magasins juifs, les pillages, les meurtres, les viols, en 1918 et 1919. Ses parents, tués parce qu’ils sont juifs laissent Majer seul. Il a 16 ans et fuit. En 1920, il est en France, à Strasbourg mais continue à parcourir l’Europe comme voyageur de commerce.
    Ce passé, bouleversé par la haine, se poursuit en France où le calme enfin trouvé ne dure pas. Les nazis qui n’ont rien inventé en matière d’antisémitisme, pousseront cette horreur au paroxysme, trouvant chez nous bien trop d’échos favorables.
    Colombe Schneck, journaliste que j’aimais écouter sur France Inter, ne suit pas un parcours linéaire. Elle fait des retours en arrière, se projette dans le présent, parle de sa vie à elle, puis revient avec son père mettant en valeur les gens qui l’ont sauvé durant l’occupation allemande.
    Elle souligne aussi l’ignominie commise par ces hauts fonctionnaires faisant du zèle pour fournir des listes aux nazis, se réfugiant lâchement derrière l’obéissance aux ordres. Il n’y a pas eu beaucoup de Jean Moulin.

    Puis il y a la guerre d’Algérie où il soigne et découvre la torture. Ensuite, à Paris, une vie familiale coupée en deux et ce constat : « La littérature nous a sauvés et nous a aussi protégés de ceux qui jugent sans comprendre. » Enfin, Colombe Schneck avoue : « Il y a très peu de temps, j’ai accepté qu’il était mortel, faillible et infidèle. »

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com