Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'archipel du chien

Couverture du livre « L'archipel du chien » de Philippe Claudel aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234085954
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Le dimanche qui suivit, différents signes annoncèrent que  quelque chose allait se produire.
Ce fut déjà et cela dès l'aube une chaleur oppressante, sans  brise aucune. L'air semblait s'être solidifié autour de l'île,  dans une transparence compacte et gélatineuse qui déformait  ça et là... Voir plus

« Le dimanche qui suivit, différents signes annoncèrent que  quelque chose allait se produire.
Ce fut déjà et cela dès l'aube une chaleur oppressante, sans  brise aucune. L'air semblait s'être solidifié autour de l'île,  dans une transparence compacte et gélatineuse qui déformait  ça et là l'horizon quand il ne l'effaçait pas : l'île flottait au milieu de nulle part. Le Brau luisait de reflets de  meringue. Les laves noires à nu en haut des vignes et des  vergers frémissaient comme si soudain elles redevenaient  liquides. Les maisons très vite se trouvèrent gorgées d'une haleine éreintante qui épuisa les corps comme les esprits.
On ne pouvait y jouir d'aucune fraîcheur.
Puis il y eut une odeur, presque imperceptible au début, à  propos de laquelle on aurait pu se dire qu'on l'avait rêvée,  ou qu'elle émanait des êtres, de leur peau, de leur bouche,  de leurs vêtements ou de leurs intérieurs. Mais d'heure en  heure l'odeur s'affirma. Elle s'installa d'une façon discrète,  pour tout dire clandestine. »

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (35)

  • Alors que 3 corps sont découverts échoués sur la plage, Le Maire, le Docteur, L'instituteur et le Curé décident de faire disparaitre les corps comme si ce n'était jamais arrivé. La vie suit son corps jusqu'à l'arrivée du Commissaire qui va les mettre les uns et les autres face à la noirceur de...
    Voir plus

    Alors que 3 corps sont découverts échoués sur la plage, Le Maire, le Docteur, L'instituteur et le Curé décident de faire disparaitre les corps comme si ce n'était jamais arrivé. La vie suit son corps jusqu'à l'arrivée du Commissaire qui va les mettre les uns et les autres face à la noirceur de leur âme.

    Comme souvent chez Claudel c'est sombre, les personnages sont au delà du réel sans être caricaturaux, créatifs et prêts à tout pour ne perdre la face. Le commissaire est bien mystérieux et il nous dévoile les perversions au compte goutte.

    Magistral.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lorsque trois cadavres de jeunes noirs s’échouent sur une plage d’une île volcanique de l’Archipel du Chien, le Maire décide de s’en débarrasser. Il ne tient pas à troubler la tranquillité de son île peuplée de pêcheurs et d’agriculteurs, et puis il est aussi question d’un projet thermal pour...
    Voir plus

    Lorsque trois cadavres de jeunes noirs s’échouent sur une plage d’une île volcanique de l’Archipel du Chien, le Maire décide de s’en débarrasser. Il ne tient pas à troubler la tranquillité de son île peuplée de pêcheurs et d’agriculteurs, et puis il est aussi question d’un projet thermal pour favoriser le tourisme. Il va passer un pacte de silence avec le reste des témoins de cette macabre découverte : le docteur, le curé, l’ancienne institutrice à la retraite, le nouvel instituteur venu du continent et un pêcheur. A ce stade de l’histoire, chacun aurait pu retourner vaquer à sa petite existence avec quelques troubles de conscience mais c’est sans compter l’entrée en scène d’un étrange personnage…

    Une fable contemporaine sur la nature humaine. Si « elle se passe ici, comme elle aurait pu se dérouler là », l’actualité nous fait porter notre regard vers une certaine île grecque. Toute la palette sombre des sentiments humains y est habilement dépeinte. Au fur à mesure que le drame se noue, le ciel en aplats bleus vire à l’anthracite et l’île est recouverte d’une couche noire de lave refroidie. La nature se fait puissance vengeresse.

    L’un des personnages raille le médecin lorsque celui-ci lui répond qu’il lit des livres pour comprendre ses semblables. Avec celui de Philippe Claudel, ils ne sont pas fréquentables surtout lorsqu’ils sont persuadés d’agir pour le bien du plus grand nombre. L’enfer est pavé de bonnes intentions, et l’île en est une préfiguration. Certains lecteurs ont trouvé les personnages trop stéréotypés, peut-être n’ont-ils pas compris que la forme de fable l’exigeait pour parler de la lâcheté ordinaire ou peut-être qu’ils n’ont pas supporté le miroir grossissant tendu par celle-ci…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Philippe Claudel est un amoureux de Louis-Ferdinand Céline. C'est à dire qu'il est un sentimental des débuts de romans, des récits incontournables et décisifs. On se souvient des premiers mots de Mort à Crédit: « Nous voici encore seuls. Tout cela est si lent, si lourd, si triste... » Lourd et...
    Voir plus

    Philippe Claudel est un amoureux de Louis-Ferdinand Céline. C'est à dire qu'il est un sentimental des débuts de romans, des récits incontournables et décisifs. On se souvient des premiers mots de Mort à Crédit: « Nous voici encore seuls. Tout cela est si lent, si lourd, si triste... » Lourd et lent, ces mots rappellent ceux d'un autre maître en écriture de Philippe Claudel: André Hardellet et son roman à scandale: Lourdes, Lentes. Écriture puissante, tracée au sabre, qui influença fortement l'auteur des Âmes Grises, tout au long d'un Inhumaines, le précédent livre du romancier.
    Littérature de rupture, contagieuse en outrages et autres provocations. Avec L'Archipel du Chien, Claudel revient à ses premiers amours et au dynamitage d'un certain manichéisme. Comment devient-on complice? Comment devient-on coupable ? Ces questionnements, digne d'un Kafka, Claudel les met en place au fil de ce roman passionnant. Sorte de syncrétisme littéraire - on y retrouve du polar, de l'imaginaire et du réalisme - L'Archipel du Chien convoque les thématiques de l'étranger et de la migration, dans un espace fantasmé qui ressemble de très près au bassin méditerranéen. Durant cette parabole, cet imaginaire au vitriol, Claudel fabrique une tension et un suspens, qui interroge l'éthique de tout un chacun. Claudel, une odyssée nécessaire.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • il vient de sortir en poche, depuis le temps que je voulais le lire, j'hésitais.
    Hâpée par le récit, le caractère âpre de ces personnages, fiction, ou réalité, mais tellement d'actualité.
    Ne laisse pas indifférent sur la nature humaine.
    Très bien écrit.

    il vient de sortir en poche, depuis le temps que je voulais le lire, j'hésitais.
    Hâpée par le récit, le caractère âpre de ces personnages, fiction, ou réalité, mais tellement d'actualité.
    Ne laisse pas indifférent sur la nature humaine.
    Très bien écrit.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • On accroche rapidement à ce livre, qui met en avant la nature humaine, mais pas de son bon coté

    On accroche rapidement à ce livre, qui met en avant la nature humaine, mais pas de son bon coté

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un conte qui n'a rien de merveilleux et qui nous met vraiment en face de la petitesse de l'homme et de la supériorité de toutes les forces financières sur l'humanité. Je ne parlerai pas de l'écriture , ce serait faire injure au talent d'écrivain de Philippe Claudel , c'est remarquable , des...
    Voir plus

    Un conte qui n'a rien de merveilleux et qui nous met vraiment en face de la petitesse de l'homme et de la supériorité de toutes les forces financières sur l'humanité. Je ne parlerai pas de l'écriture , ce serait faire injure au talent d'écrivain de Philippe Claudel , c'est remarquable , des scènes décrites avec une énorme sincérité, une incroyable finesse. Si les personnages sont stéréotypés , ils n'en ressemblent pas moins aux gens que l'on fréquente au quotidien et , franchement , ce livre doit nous interpeller et nous ramener à ce que nous sommes , un infiniment petit avec des ambitions et leurs limites. J'avoue avoir été bouleversé par l'attitude de l'un des personnages du récit et outré par l'attitude de tous les autres , sans doute vous et moi.Et pourtant les médias nous inondent chaque jour de débats ou de monologues de personnes qui savent de quoi un avenir heureux doit être fait , pour peu qu'on leur accorde crédit , donc qu'on leur accorde notre voix électorale , c'est pourtant simple , non?. Un livre noir , un conte qui n'a rien de merveilleux , la vie , quoi.Pas belle ? Oui , et bien on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. Un passage vers la disparition de l'humanité ? Et pourquoi pas?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Philippe Claudel, lorrain, membre du jury du prix Goncourt. J’ai pris plaisir à découvrir sa biographie… celle de quelqu’un qui se cherche pendant 2 ans au sortir de son bac et finit par passer un capes et une agrégation de français, un doctorat pour se révéler être un merveilleux écrivain....
    Voir plus

    Philippe Claudel, lorrain, membre du jury du prix Goncourt. J’ai pris plaisir à découvrir sa biographie… celle de quelqu’un qui se cherche pendant 2 ans au sortir de son bac et finit par passer un capes et une agrégation de français, un doctorat pour se révéler être un merveilleux écrivain.

    « Vous convoitez l’or et vous répandez la cendres.

    Vous souillez la beauté, flétrissez l’innocence.

    Partout, vous laissez s’écouler de grands torrents de boue. La haine est votre nourriture, l’indifférence votre boussole. Vous êtes créatures du sommeil, endormies toujours, même quand cous vous pensez éveillés. Vous êtes le fruit d’une époque assoupie. Vos émois sont éphémères, papillons vite éclos, aussitôt calcinés par la lumière des jours. Vos mains pétrissent votre vie dans une glaise aride et fade. Vous êtes dévorés par votre solitude. Votre égoïsme vous engraisse. Vous tournez le dos à vos frères et vous perdez votre âme. Votre nature de serment d’oubli.

    Comment les siècles futurs jugeront-ils votre temps?


    Oui, j’en ai été le témoin. Comme vous l’avez été mais vous n’avez pas voulu voir. Vous ne voulez jamais voir. Je suis celui qui vous le rappelle Je suis le gêneur. Je suis celui à qui rien n’échappe. Je vois tout. Je sais tout. Mais je ne suis rien et j’entends bien le rester. Ni homme ni femme. Je suis la voix simplement. C’est de l’ombre que je vous dirai l’histoire. »

    Ce sont les premières pages de ce récit… qui nous mettent dans « l’ambiance » d’un récit noir qui dénonce le principe même de l’humanité des hommes sans finalement tomber dans le moralisateur.

    L’histoire c’est celle de trois migrants qui s’échouent morts sur la plage de galet d’une ile proche de l’Afrique. C’est l’histoire aussi d’un village replié sur lui même qui est prêt à tout pour protéger ses intérêts égoïstes. L’histoire d’un volcan qui semble être le seul à s’étonner encore des comportements humains, d’êtres précipités dans leur chute.

    Charmée par la très belle écriture de Philippe Claudel, fine, exacte, précise, sans exagération, terriblement efficace et d’une grande beauté.

    Charmée aussi par cette histoire d’une fatalité inéluctable, une sorte de roman policier sombre et passionnant qui se lit avec une facilité déconcertante.

    Je le recommande vivement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • juste la fin pessimiste mais bien réel

    juste la fin pessimiste mais bien réel

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.