Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'amour égorgé

Couverture du livre « L'amour égorgé » de Patrice Trigano aux éditions Maurice Nadeau
Résumé:

Un matin de juin 1914, à son réveil, René âgé de quatorze ans découvre le corps pendu de son père à la poutre centrale du salon de l'appartement familial. Ce traumatisme alimentera un besoin de révolte qui ne quittera pas le poète qu'il devint. Tourmenté par sa bisexualité, tiraillé entre... Voir plus

Un matin de juin 1914, à son réveil, René âgé de quatorze ans découvre le corps pendu de son père à la poutre centrale du salon de l'appartement familial. Ce traumatisme alimentera un besoin de révolte qui ne quittera pas le poète qu'il devint. Tourmenté par sa bisexualité, tiraillé entre l'amour qu'il portait à un peintre américain et à une jeune berlinoise adepte du triolisme, dégoûté par son corps atteint de tuberculose, René Crevel conjurait son mal de vivre en cherchant dans les abus de la drogue, du sexe, et des frivolités mondaines l'apaisement de ses maux. Jusqu'à son suicide en 1935 il rêva à une version régénérée du monde en devenant tour à tour membre du mouvement Dada, du groupe surréaliste et enfin du Parti communiste. En une épopée passionnante, d'une plume alerte, Patrice Trigano fait revivre les moments d'exaltation, les sentiments de craintes, d'angoisses, les douleurs morales et physiques de René Crevel. Il dresse une peinture des milieux intellectuels des années vingt et trente, alors que le fascisme était en embuscade, à travers des portraits saisissants des amis du poète: Gide, Nancy Cunard, Breton, Éluard, Aragon, Tzara, Cocteau, Dali, Giacometti.

Donner votre avis

Avis (6)

  • Décidément, je trouve la rentrée littéraire de septembre 2020 de qualité et la sélection du site Lecteurs.com pour ses explorateurs, vraiment excellente. Je termine la lecture de "L’amour égorgé" de Patrick Trigano. Cette biographie romancée du poète René Crevel a vraiment fière allure et...
    Voir plus

    Décidément, je trouve la rentrée littéraire de septembre 2020 de qualité et la sélection du site Lecteurs.com pour ses explorateurs, vraiment excellente. Je termine la lecture de "L’amour égorgé" de Patrick Trigano. Cette biographie romancée du poète René Crevel a vraiment fière allure et l’intérêt du fond n’a d’égal que la beauté de la forme.

    Espantée, c’est le terme – utilisé dans le sud pour dire ébahie, épatée - qui me correspond à l’issue de cette découverte, découverte du roman, naturellement, mais aussi – et c’est plus inavouable – du poète dont il est question et que je ne connaissais pas. Il s’agit pourtant d’un personnage fascinant, par sa beauté d’abord qui lui valut de nombreux succès amoureux, par son esprit, son élégance, sa finesse, sa culture. C’est pourtant un être blessé "Son père pendu, la détestation de sa mère, ses difficultés à assumer son homosexualité, l’étonnement qu’il avait éprouvé en découvrant sa bisexualité, les morsures de son incessante tourmente…", c’est ainsi que "Il s’ouvrait, se racontait, se libérait." auprès de Mopsa Sterheim, son grand amour rencontrée à Berlin. Surréaliste, Dadaïste, communiste, il vit entre exaltation et tristesse. Amateur de cocaïne, il hante les lieux "de perdition" et connaît toute forme de sexualité débridée. Bref ! un homme véritablement hors du commun.

    Mais, outre le portrait de René Crevel, c’est tout est un pan de l’histoire de l’entre-deux-guerres que nous dépeint l’auteur et Dieu sait si les personnages sont des plus intéressants. Quel plaisir, quel enthousiasme de retrouver sous la plume fringante, racée, habilement travaillée de Patrice Trigano, les noms qui m’enchantent depuis mon adolescence : André Gide, Paul Eluard, Aragon, Cocteau, Stephan Zweig… sans oublier Giacometti et son œuvre "La femme égorgée" dont Crevel disait "Ta sculpture livre ta vision de l’amour, un amour qui fait mal…" au même titre que celui de sa mère qui ..."[m]’affirmait n’aimer que [moi], dont elle a fait…son amour égorgé", devenu le titre du livre.

    Car ce récit ne se limite pas à la biographie du poète parti trop tôt, suicidé au gaz à l’âge de trente-cinq ans. C’est aussi une fresque des courants artistiques nés après la première guerre mondiale, une passionnante revue de la politique de l’époque avec notamment la montée du fascisme, et, quelque part, un magazine "people" relatant, à travers anecdotes savoureuses et dialogues enlevés, la vie déchaînée que menaient tous ces artistes, leurs soirées rocambolesques et leurs vies souvent dissolues.

    "L’amour égorgé" : un roman brillantissime, érudit, captivant, enrichissant.

    Je remercie chaleureusement François Constant pour le partage du livre, les site Lecteurs.com et les Editions Maurice Nadeau.

    http://memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0)
  • Le titre du livre de Patrice Trigano renvoie à une oeuvre de Giacometti, La femme égorgée, sculpture (conservée au Musée d'Art Moderne de Paris) d'une célèbre figure du mouvement surréaliste, comme le furent Breton, Éluard, Aragon,... dont les portraits sont finement ciselés tout au long de cet...
    Voir plus

    Le titre du livre de Patrice Trigano renvoie à une oeuvre de Giacometti, La femme égorgée, sculpture (conservée au Musée d'Art Moderne de Paris) d'une célèbre figure du mouvement surréaliste, comme le furent Breton, Éluard, Aragon,... dont les portraits sont finement ciselés tout au long de cet ouvrage, biographie d'un artiste météore qui se suicida à trente cinq ans.
    Touchante, déchirée, la vie de René Crevel est ainsi détaillée, prétexte à la présentation d'un mouvement artistique dont l'influence considérable ne doit pas effacer les contradictions toutes humaines de ses principaux instigateurs. Et c'est bien là, je pense, le fonds du projet de l'auteur : montrer à quel point il est difficile, voire dangereux pour son intégrité mentale et physique, d'appliquer dans sa vie personnelle des principes philosophiques extrêmes.
    Le corps a ses raisons que la raison ne connaît point. René Crevel en a payé le prix. Vie de débauche, bisexualité, rejet absolu de la Société, et à terme tuberculose, sans doute conséquence d'excès chroniques.
    En ce sens, peut-être Crevel a-t-il été comme Perceval le seul héros véritablement pur de cette histoire, alors que beaucoup d'autres membres du mouvement comme André Breton ou Aragon ont répondu pour l'un à la sirène de l'autoritarisme et pour l'autre à celle du dogmatisme stalinien.
    On ne doit pas négliger, me semble-t-il, dans l'aventure stupéfiante de ces hommes qui voulaient révolutionner le monde du travail (sans le connaître du reste) par l'art, l'importance de la Grande Guerre, qui ne fut grande que par le nombre de morts.
    Le surréalisme s'inscrit dans les Années folles, cette période qui durera jusqu'à la dépression de 1929. Aujourd'hui, à la suite de cette tragédie sanglante de 14-18, on dirait : ils ont voulu s'éclater, et dans tous les domaines, car la guerre n'a été motivée que par un conservatisme absolu des mentalités bourgeoises de l'époque. Il fallait briser le carcan des conventions, des puritanismes, des préjugés. Freud (qui par ailleurs n'appréciait pas les surréalistes) avait ouvert la voie en dévoilant l'infini potentiel de l'esprit. Tout était possible. Il fallait faire table rase des habitudes, des résignations, et ceci par tous les moyens. Mais ce mythe rousseauiste qui consiste à surestimer la bonté humaine se heurta une fois de plus à la réalité, aux travers et aux frustrations enfouies en chacun de nous. René Crevel assista déçu à la désacralisation de ses idoles. Acculé par la maladie, il mit fin à ses jours comme l'avait fait son père avant lui, en nous laissant ces derniers mots amers :
    Qu'on brûle mon corps. Dégoût.
    À découvrir !

    comment Commentaire (1)
  • Explorateurs de la rentrée 2020

    L’amour égorgé, signé Patrice Trigano, est une biographie romancée mais très documentée du poète René Crevel (1900-1935). Ce dernier, à la courte vie, a connu une enfance pénible marquée par le suicide de son père dont il découvre, à 14 ans et à hauteur des...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée 2020

    L’amour égorgé, signé Patrice Trigano, est une biographie romancée mais très documentée du poète René Crevel (1900-1935). Ce dernier, à la courte vie, a connu une enfance pénible marquée par le suicide de son père dont il découvre, à 14 ans et à hauteur des yeux, les pieds d’un corps qui pend à la poutre du grenier. Son enfance s’est poursuivie sous la tyrannie d’une mère qui ne sait aimer mais qui est passée maître dans l’art de la maltraitance psychologique. René Crevel ne trouvera d’autre réponse que la haïr, fuir le foyer et tâcher de libérer l’esprit révolté qu’il a en lui en envoyant dinguer toute morale et tous tabous. Car si son esprit se veut libre, Il lui faudra aussi découvrir les dictats de son moi qui le pousse à une bisexualité débridée et à la recherche de tous les abus, drogues, expédients et expériences bien plus souvent sexuelles qu’amoureuses. A 35 ans, il se suicide, moment dramatique auquel le lecteur s’attendait mais qui est affirmé avec pudeur par Patrice Trigano en une seule phrase sublime, épurée, nette de tous détails inutiles. Cette phrase termine le roman, plonge le lecteur dans la réflexion et pousse enfin René Crevel vers la liberté.
    Je suis resté quelques instants, temps suspendu, sur cette dernière phrase. J’ai revu sa vie, ses souffrances, ses combats et le grand charivari de ce monde des Lettres d’une époque où les mœurs étaient bien légères et la poésie si féconde. J’ai basculé mon regard sur la citation mise en exergue du roman : « La mosaïque des simulacres ne tient pas. » (René Crevel). Je l’ai mieux comprise et j’ai fermé le livre en silence.
    Ce qui me frappe, dans ce livre, c’est la connaissance phénoménale de l’auteur, Patrice Trigano, qui à tout propos est capable d’étayer ce qu’il dit par une allusion à une œuvre, un titre, une citation de tous les contemporains de Crevel. Toujours bien plus connus que lui, ils ont façonné l’esprit littéraire et artistique de cette époque ambivalente. Celle-ci correspond à une première sortie de guerre et à la volonté de s’affranchir d’un passé obscur et de se jeter dans la fête, l’insouciance, la frivolité et la recherche d’une puissance d’apparat obtenue dans les salons où on cause, s’exhibe et lance des idées, le plus possible en réaction avec l’ordre établi, la morale, le noir chagrin qui ont tant dicté les conduites durant des siècles et qui n’ont pas éviter la boucherie des tranchées. Ce livre nous immerge totalement dans la montée en puissance du Dadaïsme et surtout du Surréalisme qui a suivi et dont André Breton s’est proclamé le Pape avec la même autorité et infaillibilité que celles des pontifes dont il pourfendait la morale.
    Et cette courte période d’euphorie est très tôt marquée par la montée du fascisme, la menace d’un totalitarisme nouveau qui poussera tous ces intellectuels à se tourner vers le Communisme. Mais, peut-on, à la fois, défendre les ouvriers et le prolétariat en étant habitué des salons et en quémandant sans arrêt l’approbation de la bourgeoisie qui fait et défait Paris, le monde et les notoriétés ? Est-on crédible quand on veut pourfendre tout ordre, toute morale, toute contrainte et que ce sont les gloussements et les applaudissements des notables nantis qui décident de la puissance de nos créations ? Cette question traverse le roman, c’est au lecteur à apporter une réponse.
    Mais l’aspect le plus édifiant de ce roman est la quête d’identité de René Crevel dans un monde égocentré. Patrice Trigano a choisi de retracer la vie d’un poète, somme toute assez peu connu, vie qui s’est révélée être une descente vertigineuse en abyme. Le pauvre a tout expérimenté, il s’est cassé les dents sur tous ses espoirs de vie heureuse. Il a souffert dans son corps. Il a souffert dans son esprit. Il a cherché toute sa courte vie à comprendre qui il était et quels étaient les amis, les vrais, sur lesquels il pouvait s’appuyer. Et durant tout ce temps, les amis, tels coqs en basse-cour, jouaient des ergots, donnaient des coups de becs à tout qui leur faisait un peu d’ombre. Moi qui ai lu tant de ces auteurs, Aragon, Prévert, Eluard, Gide, Zweig, Desnos et qui ai admiré les œuvres de Magritte, Cocteau, Giacometti, Dali, j’ai eu quelques difficultés à accepter leur querelle d’ego, leurs pitreries dans les combats douteux et les attaques de conférences, de créations théâtrales et autres manifestations de leur rejet de tout. Pire que des gosses dans un bac à sable. Et pourtant, chacun a été capable de donner naissance à de si belles œuvres !
    Le contraste entre la déchéance humaine vécue par René Crevel et la culture des égos surdimensionnés est, pour moi, la question fondamentale que pose ce roman. Au milieu d’un monde de fous avides de pouvoir et de reconnaissance sociale, quelle est la place disponible à celui qui souffre dans sa chair et plus encore dans son psychisme ? Quelle est la place offerte à l’humilité, la non-performance, la vie autre, simple et pourtant créatrice ?
    « Pour raconter l’histoire de René Crevel qui me poursuit depuis mon adolescence – dit Patrice Trigano -, j’ai sacrifié l’exactitude sur l’autel de la vérité. La réalité voudra bien me pardonner ».
    La réalité qui pousse à la réflexion est toujours bonne à prendre. Merci, Monsieur Trigano, pour cette biographie qui ouvre l’esprit et l’interroge.

    A la page 100, je disais: "Je suis entré dans ce livre, avec curiosité et réticence. Curiosité parce que la quatrième de couverture, même en n’annonçant pas un parcours de vie joyeux pour le héros, laissait entendre le récit de ses rencontres avec des noms prestigieux tels que André Breton, Louis Aragon, André Gide, Paul Eluard, Jean Cocteau, S Dali, Giacometti et bien d’autres dont j’ai lu une partie de l’œuvre ou visionné des toiles ou sculptures dans bien des musées. Réticence aussi car je n’ai jamais été un grand lecteur de biographie. Néanmoins, à la page 100, je reste intéressé par cette vie romancée de Crevel et surtout par tous les soubresauts relationnels qui étayaient et pourrissaient les liens mondains entre ces grands noms qui sont entrés dans l’histoire du monde artistique. Preuve, une fois de plus, que les « salons » sont bien des lieux où on cause et surtout décause !"

    comment Commentaire (0)
  • Ce roman est l'occasion, à travers le destin de René Crevel, poète surréaliste qui a fréquenté tous les intellectuels de l'entre deux guerre, de se plonger dans une période fascinante sur le plan intellectuel comme sur le plan artistique et sur le plan politique. Beaucoup de similitudes avec...
    Voir plus

    Ce roman est l'occasion, à travers le destin de René Crevel, poète surréaliste qui a fréquenté tous les intellectuels de l'entre deux guerre, de se plonger dans une période fascinante sur le plan intellectuel comme sur le plan artistique et sur le plan politique. Beaucoup de similitudes avec notre époque où la jeunesse, refusant un modèle qui se meurt, est tentée par la radicalité: celle qui conduit à la liberté et à la création, comme celle qui entraine de sombres dérives.
    Le roman traite aussi d'un sujet qui, à ma connaissance, est rarement traité de manière aussi frontale: la bisexualité. Et, à ce titre, il mérité un intérêt tout particulier.
    A lire donc, et à suivre dans cette rentrée littéraire 2020!

    comment Commentaire (0)
  • Avis de la page 100 des explorateurs de la rentrée littéraire:

    L'auteur nous propose de découvrir le destin méconnu du poète René Crevel. On assiste à son intégration dans l’intellect parisien où il y croise des figures emblématiques de l'époque. Cela donne lieu à des anecdotes...
    Voir plus

    Avis de la page 100 des explorateurs de la rentrée littéraire:

    L'auteur nous propose de découvrir le destin méconnu du poète René Crevel. On assiste à son intégration dans l’intellect parisien où il y croise des figures emblématiques de l'époque. Cela donne lieu à des anecdotes croustillantes.
    Pour l'instant, c'est passionnant!

    Avis final: Pour être honnête avec vous, je n’avais jamais entendu parler de René Crevel. Lorsque j’ai compris que ce livre était sa biographie, n’étant pas un adepte du genre, j’ai été un peu inquiet. Mais cette appréhension a très vite été balayée par la puissance de cette vie romanesque.
    En effet, le destin de ce poète est extraordinaire dans tous les sens du terme. D’un point de vue personnel, il connaît le suicide de son père alors qu’il est enfant, une éducation stricte avec une mère tyrannique et une bisexualité incompatible avec les stéréotypes de l’époque. Atteint de la tuberculose, il passe plusieurs séjours douloureux dans des établissements spécialisés.
    Paradoxalement, dans son parcours social et professionnel, il vit des expériences fabuleuses. Il intègre très jeune un mouvement révolutionnaire qui souhaite libérer l’art de ses règles. Tout au long du roman, il croise donc André Gide, André Breton, Louis Aragon, Salvatore Dali, Jean Cocteau… les acteurs influents de la culture parisienne. Le poète profite à outrance de la vie avec ce gratin mondain.
    Je suis passé par tous les sentiments devant ce destin en montagnes russes. Le récit alterne entre les moments difficiles de l’intimité de René et les instants flamboyants de sa carrière. Patrice Trigano utilise une écriture et une narration qui ne laissent aucune place à l’ennui. J’ai donc été captivé de bout en bout par les aventures du jeune homme.
    Outre le portrait d’un artiste méconnu, à travers cette histoire, l’auteur nous dépeint le mode de vie et les idées de l’époque, à l’aube de la montée du fascisme. Plus précisément, on découvre l’envers du décor de l’intelligentsia des années 20/30 avec son hypocrisie et ses luttes de pouvoir. Je suis ravi d’avoir eu l’occasion de lire cette pépite. Je vous garantis que vous allez, comme moi, en apprendre beaucoup sur cette période et vous prendre de passion pour le beau René Crevel !

    comment Commentaire (0)
  • Ce livre est pour moi un récit à plusieurs entrées. Il faudrait peut être dire ici que ce texte se veut un portrait de René Crevel, en traçant rapidement qui il était. Si la trame est celle de la biographie romancée, René Crevel n'est pas le seul héros du livre car l'époque et le surréalisme...
    Voir plus

    Ce livre est pour moi un récit à plusieurs entrées. Il faudrait peut être dire ici que ce texte se veut un portrait de René Crevel, en traçant rapidement qui il était. Si la trame est celle de la biographie romancée, René Crevel n'est pas le seul héros du livre car l'époque et le surréalisme sont eux aussi fort présents et André Breton, figure tutélaire, monstre de narcissisme et d'égo(t)isme est plus qu'un second rôle au vu de l'influence exercée sur notre héros.

    Ce héros, faible de caractère et de santé précaire, fils d'une "Folcoche" castratrice à l'excès, passant de l'exaltation à l'amuïssement des sentiments et du moral, nous décrit par le menu les émois que suscitent en lui le Paris des années folles. Fréquentant à la fois milieux culturels et milieux interlopes qui bien souvent se confondent, il partage avec nous sa découverte des principaux animateurs de la vie culturelle d'alors. Breton, déjà cité, mais aussi Gide, Eluard, Tzara, Aragon et Dali font, entre autres, des apparitions dans ce livre singulier où les amours homosexuelles ou équivoques sont la règle plutôt que l'exception, et où le spleen est un ami fidèle. Perpétuel angoissé, torturé par sa lâcheté et par un corps qui lui fait subir les affres de la douleur physique ce qui l'acculera à abréger sa vie à 35 ans.

    Tout foisonne dans ce récit et c'est ce qui m'a particulièrement séduit. Patrice Trigano m'était un auteur inconnu et je regrette aujourd'hui qu'il soit méconnu. Il possède une écriture fluide, un vrai talent pour la description, que ce soient les lieux, les caractères, les sentiments on acquiert grâce à lui une vrai compréhension des personnages et de l'époque. Il a ce talent de nous faire ressentir une vraie empathie pour ses personnages même si pour moi René Crevel est plus un anti-héros qu'un héros véritable, le poids de l'enfance et de l'hystérie de sa marâtre pesant comme une chape de plomb sur son caractère et son incapacité à gérer le moindre conflit. Bon auteur, belle plume, je le relirai avec plaisir.

    Note sur 30. Critères : originalité du sujet, qualité de l'écriture, plaisir de lecture seront des éléments pris en compte.

    Note finale : 23

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.