La partition

Couverture du livre « La partition » de Diane Brasseur aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370732811
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Un matin d'hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu'il devise silencieusement sur les jambes d'une jolie brune qui le précède, il s'écroule, mort.
Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un... Voir plus

Un matin d'hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu'il devise silencieusement sur les jambes d'une jolie brune qui le précède, il s'écroule, mort.
Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un espoir fou s'évanouit. Le soir même, ils auraient dû se retrouver au Victoria Hall à l'occasion d'un récital de violon d'Alexakis. Pour la première fois, la musique allait les réunir.
La Partition nous plonge dans l'histoire de cette fratrie éclatée en suivant les traces de leur mère, Koula, une grecque au tempérament de feu. Elle découvre l'amour à 16 ans, quitte son pays natal pour la Suisse dans les années 1920 et refera sa vie avec un homme de 30 ans son aîné. Une femme intense, solaire, possessive, déchirée entre ses pays, ses fils et ses rêves. Une épouse et une mère pour qui l'amour est synonyme d'excès.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(7)

  • Une partition, à la fois un partage et une division. Mais aussi une ligne géométrique et une page de musique représentant la totalité d’une œuvre. Toujours un ensemble même si divisé. Un peu comme une famille…

    Le roman commence par une fin, comme un tomber de rideau sur la grande scène de la...
    Voir plus

    Une partition, à la fois un partage et une division. Mais aussi une ligne géométrique et une page de musique représentant la totalité d’une œuvre. Toujours un ensemble même si divisé. Un peu comme une famille…

    Le roman commence par une fin, comme un tomber de rideau sur la grande scène de la vie. Bruno K s’effondre dans une rue à Genève après avoir remarqué les jambes d’une jolie femme. C’était le dernier chant du cygne. Il devait le soir même retrouver enfin ses frères Georgely et Alexakis, ce dernier étant devenu un violoniste virtuose. La musique allait les réunir et surtout dans une ambiance festive. La grande faucheuse va les séparer définitivement.
    Mais ce n’était qu’un prélude, la véritable histoire va commencer, en plusieurs mouvements, ils ne seront jamais perpétuels mais épouseront tous les rythmes d’une symphonie familiale aux accents qui vont d’un vivace à un largo déchirant.

    Le personnage central est la mère, Koula, une femme au tempérament de feu que si Stravinsky l’avait connue peut-être aurait-il composé un ballet en son honneur, comme l’oiseau elle irradie une lumière rouge, à la fois merveilleuse et redoutable ; elle est peut-être aussi un peu déesse étant née sous les cieux grecs. Elle va être à la fois le pilier de cette famille K mais également une colonne qui peut faire s’effondrer le plafond des sentiments par sa domination excessive sur les siens suite à une faille dès le début de la construction familiale, ce terrible choix de ne pouvoir « tout prendre » suite à la première séparation.

    Une histoire familiale très éloignée de celles que nous avons l’habitude de lire, tant sur la forme que sur le fond. Ce sont des petites rhapsodies qui défilent, comme pour mettre en appétit pour les autres qui vont se jouer avec comme fil conducteur un court extrait des lettres de Bruno à sa mère. Diane Brasseur dévoile beaucoup mais le strip-tease de ses personnages sera long et laissera le soin au lecteur de deviner quelle est cette véritable confusion des sentiments.

    Les peurs, les joies, les pertes et les retrouvailles, tout se poursuit en cascades comme des notes sur, justement, une partition, à un rythme soutenu sans que le lecteur d’aperçoive de, parfois, la brutalité des événements. De Koula, on sait tout et pourtant elle reste énigmatique, seul la tonalité de Bruno résonnera davantage dans la mise en sourdine de Georgely (l’enfant laissé à son père) et Alexakis (né du deuxième mariage et élevé comme une fille durant ses premières années). Et pourtant, qui sortira de l’ombre… ? Et la musique ? Source d’épanouissement, elle aurait pu réunir la fratrie à une croche près. Car la vie est un résumé de blanc et de noir pour une ronde de chaque destinée. Diane Brasseur en est un chef d’orchestre de l’écriture.

    Blog : https://squirelito.blogspot.com/2019/05/une-noisette-un-livre-la-partition.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’histoire commence par la mort du héros, Bruno K, sur un trottoir de Genève, le jour où il devait retrouver ses frères pour assister au concert de l’un d’entre- eux célèbre violoniste.
    A partir de cet évènement dramatique, Diane Brasseur brosse le portrait de Koula, la mère, une femme...
    Voir plus

    L’histoire commence par la mort du héros, Bruno K, sur un trottoir de Genève, le jour où il devait retrouver ses frères pour assister au concert de l’un d’entre- eux célèbre violoniste.
    A partir de cet évènement dramatique, Diane Brasseur brosse le portrait de Koula, la mère, une femme éblouissante.
    Entre la Grèce où elle est née et la Suisse où elle a suivi son mari, sa vie s’écoule sans réel bonheur.
    Lasse d’être trompée, Koula repart en Grèce avec la complicité de sa belle-mère.
    Mais elle doit, la mort dans l’âme laisser un de ses fils à son mari.
    Bouleversée de devoir faire ce choix, Koula continue sa vie courageusement.

    La partition est l’histoire d’une femme, mais c’est aussi une magnifique histoire d’hommes que j’ai aimés autant que je les ai détestés.

    Diane Brasseur dépeint avec justesse les relations familiales et fraternelles mais aussi les émotions humaines, la vie en somme. Elle dresse avec beaucoup de finesse le portrait et le parcours de vie de chacun des personnages, leurs blessures et leurs fragilités, tout en révélant les malentendus, les non-dits et les secrets enfouis des uns et des autres.
    « La partition » se lit avec régal, on s’attache à tous ces personnages délicieusement croqués !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Koula, femme belle et impétueuse quitte la Grèce, pour aller en Suisse où elle épousera le père de ses fils Bruno K et Georgely. Investie dans son rôle de femme et de mère, elle ne découvre que tardivement les infidélités de son mari, quand elle apprend que son aîné âgé de quelques mois est...
    Voir plus

    Koula, femme belle et impétueuse quitte la Grèce, pour aller en Suisse où elle épousera le père de ses fils Bruno K et Georgely. Investie dans son rôle de femme et de mère, elle ne découvre que tardivement les infidélités de son mari, quand elle apprend que son aîné âgé de quelques mois est porteur de la syphilis transmise à sa naissance par celle-ci qui l’ignorait.

    Koula ne pardonne pas les séquelles laissées à son fils adoré, et décide de le quitter quand les infidélités reprennent de plus belle. Sa belle-mère l’y encouragera en lui prêtant de l’argent pour l’achat des billets qui la ramèneront dans sa patrie natale. Mais le prix à payer pour sa liberté va lui laisser un goût amer et briser son cœur de mère, car elle doit faire le choix de laisser un de ses fils pour que son départ soit équitable pour son mari. Un choix cornélien pour une mère aimante. Qui doit-elle abandonner ? Bruno K son fils chéri et souffreteux, ou Georgely, petit bonhomme rondouillard et fort , âgé de trois ans à peine ? Qui des deux aura le plus besoin d’elle ? Des questions qui la hantent, mais avec lesquelles elle devra composer pour le restant de ses jours.

    Son choix fait, elle partira pour la Grèce où elle refera sa vie, une vie chaotique que la seconde guerre mondiale va chahuter un peu plus. L’amour absolu d’une mère pour ses enfants, qui peut parfois prendre des tours inexplicables. Une fratrie déchirée, des sentiments possessifs et ardents, tant maternels que filiaux, une histoire d’amour passionnante, comptée avec talent par son auteure. De la Grèce à la Suisse Allemande, en passant par la Belgique, un voyage initiatique qui ne peut laisser indifférent le lecteur et qui parfois le bouleverse vraiment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie NetGalley et Allary Editions pour cette lecture qui s’est avérée un immense coup de coeur.

    Le roman s’ouvre sur l’imminente réunion tant attendue de trois frères séparés par la vie, et qui pourtant ne pourra avoir lieu. La mort vient en effet de cueillir Bruno K, l’aîné...
    Voir plus

    Je remercie NetGalley et Allary Editions pour cette lecture qui s’est avérée un immense coup de coeur.

    Le roman s’ouvre sur l’imminente réunion tant attendue de trois frères séparés par la vie, et qui pourtant ne pourra avoir lieu. La mort vient en effet de cueillir Bruno K, l’aîné cinquantenaire, sur le trottoir qui le menait au concert de son frère Alexakis. C’était le soir où, enfin, la fratrie devait se retrouver.

    Ils sont trois, nés de 1922 à 1931, de mère grecque et de père suisse pour les deux premiers, belge pour le benjamin. C’est toute leur vie que nous allons découvrir dans ce récit à rebours, celui de trois enfants d’abord, séparés et ballottés entre trois pays, au rythme de la vie tumultueuse de leur mère Koula et des évènements de leur siècle. Et on peut dire que rien ne fut ordinaire dans leur existence, que ce soit celle de Bruno, contaminé in utero par la syphilis paternelle, de Georgely, abandonné en Suisse par sa mère contrainte de choisir entre ses fils lors de sa fuite loin de son mari, ou d’Alexakis, né deux fois : en 1931 en Egypte, mais officiellement en 1932 en Grèce après le divorce et le remariage maternels, et qui porta, tant pis, les robes roses prévues pour la fille tant désirée.

    Si le récit se déroule du point de vue de l’aîné Bruno, le personnage central est véritablement Koula, mère possessive et dévorante, femme solaire au tempérament entier et volcanique qui la porte à tous les excès. Elle qui rêvait des stars et de la célébrité, mena sa vie avec la passion tragique d’une véritable diva, éclipsant son entourage dans l’ombre de son aura, car comment trouver sa place auprès d’un tel astre sans s’y brûler ?

    Le récit a de tels accents d’authenticité et est émaillé de tant de détails qui ne s’inventent pas, qu’il paraît la remembrance d’une saga familiale véritable : ce qu’il est sans doute d’ailleurs, à lire, à la fin du livre, les remerciements de l’auteur à son père pour les courriers conservés, alors que chaque chapitre s’ouvre sur des extraits de lettres. On a dès lors l’intuition, peut-être fausse, que l’auteur, franco-suisse, pourrait être une descendante de Georgely ou de Bruno.

    Quoi qu’il en soit, la narration, habilement construite, est captivante : en nous faisant entrer dans cette histoire par la fin, l’auteur installe d’emblée le lecteur dans une tension tragique qui ne se relâchera pas, contrebalancée par une légèreté de ton teintée d’humour qui donne au récit une tonalité douce-amère : celle du souvenir, du temps passé, de l’inéluctabilité du destin et de la mort qui vient sceller à jamais les séparations et les regrets.

    L’écriture est délicieuse, les mots admirablement choisis, le ton toujours parfaitement juste dans cette évocation si profondément empathique. C’est avec une infinie tendresse que s’y mêlent constamment rire et larmes, dans une simplicité et une économie de style qui exaltent l’émotion. La partition est une pépite, une lecture d’autant plus marquante qu’elle vous va droit au coeur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Les dédicaces

Service proposé en partenariat avec Les Dédicaces

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com