Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La partition

Couverture du livre « La partition » de Diane Brasseur aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370732811
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Un matin d'hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu'il devise silencieusement sur les jambes d'une jolie brune qui le précède, il s'écroule, mort.
Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un... Voir plus

Un matin d'hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu'il devise silencieusement sur les jambes d'une jolie brune qui le précède, il s'écroule, mort.
Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un espoir fou s'évanouit. Le soir même, ils auraient dû se retrouver au Victoria Hall à l'occasion d'un récital de violon d'Alexakis. Pour la première fois, la musique allait les réunir.
La Partition nous plonge dans l'histoire de cette fratrie éclatée en suivant les traces de leur mère, Koula, une grecque au tempérament de feu. Elle découvre l'amour à 16 ans, quitte son pays natal pour la Suisse dans les années 1920 et refera sa vie avec un homme de 30 ans son aîné. Une femme intense, solaire, possessive, déchirée entre ses pays, ses fils et ses rêves. Une épouse et une mère pour qui l'amour est synonyme d'excès.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (15)

  • La partition nous plonge dans l'histoire d'une famille au coeur du XX siècle dans une Europe qui nous conduit de la Grèce en passant par l'Allemagne, la Belgique et la Suisse. Le narrateur est un des fils du personnage central, Koula, femme forte et fragile, douce et colérique, pétrie de...
    Voir plus

    La partition nous plonge dans l'histoire d'une famille au coeur du XX siècle dans une Europe qui nous conduit de la Grèce en passant par l'Allemagne, la Belgique et la Suisse. Le narrateur est un des fils du personnage central, Koula, femme forte et fragile, douce et colérique, pétrie de contradictions, une figure solaire adorée de son fils.
    On suit ces destins, happé par l'écriture fluide, le récit est parfaitement maîtrisé et sait jouer une partition unique, une musique qui charmera bon nombre de lecteurs.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Si vous lisez avec plaisir les fresques familiales, si vous avez gout à la tragédie, Les partitions saura probablement vous plaire. La fraternité n’est sans doute pas une chose facile à vivre, et Diane Brasseur emploie là tout son talent pour en démontrer toute sa complexité, encore plus lorsque...
    Voir plus

    Si vous lisez avec plaisir les fresques familiales, si vous avez gout à la tragédie, Les partitions saura probablement vous plaire. La fraternité n’est sans doute pas une chose facile à vivre, et Diane Brasseur emploie là tout son talent pour en démontrer toute sa complexité, encore plus lorsque la famille implose. Je ne connaissais pas cette auteure française, également scripte pour le cinéma, qui se fait plutôt discrète et pourtant c’est un beau roman fresque qu’elle nous signe là, sans autre prétention que d’explorer les méandres de trois frères séparés par les aléas de la vie, à travers la vie d’une femme à la personnalité hors-du-commun, trop jeune et inexpérimentée pour être consciente de la portée de ses choix.

    Diane Brasseur m’a pris à contre-pied puisque le roman débute directement par la mort soudaine de l’aîné, Bruno K. Je me suis interrogée sur le fait de dévoiler ce pan de la narration mais je me suis décidée à le faire puisque ce n’est pas vraiment le point d’orgue du roman finalement. Voilà qui stoppe brutalement les éventuelles attentes du lecteur quant à un quelconque espoir pour une réconciliation fraternelle. C’est davantage le passé qui intéresse notre auteure franco-suisse, qui s’attache à remonter l’arbre généalogique pour le moins alambiqué des familles ou trouvent racine les origines des frères: Grèce, Belgique, Suisse, France, ce n’est plus un arbre, mais bel et bien une forêt, de langues, de cultures, de religions, d’écosystèmes, de mode de vie, d’où va prendre vie cette lignée d’hommes différents, qui n’ont en commun que d’avoir été mis au monde par la même mère. Koulia. Le fil conducteur, la figure, la déesse maternelle aimée, adorée autant que haïe, aimante autant que dure et colérique. Elle est grecque, elle ne fait pas dans la demi-mesure, elle donne tout, elle reprend tout, elle résiste à tout, à l’exil, à l’abandon, à l’adultère, à la séparation, au divorce.

    J’ai été immédiatement séduite par le résumé de quatrième de couverture, des arts, littérature, musique, du soleil, celui de l’antiquité et de sa mythologie, il semblait qu’on allait à faire à une histoire maudite. Les cieux grecques ne pouvaient être prédestinés qu’à abriter la malédiction de Kolia et de sa famille, comme sa mère avant elle. Le charme discret de ce roman n’a pas opéré immédiatement, Bruno K. m’a paru au premier abord être sans grand intérêt, un homme somme toute ordinaire dont rien ne donne franchement envie de s’arrêter sur le personnage. Encore faut-il connaître son histoire ainsi que celle de ces frères, séparés par des pays, un père et une mère.



    Qu’est-ce qui réunit ces trois garçons ? Vous l’aurez deviné, la musique, au-delà de la flamboyante Kolia, devient ce trait d’union entre les fils, davantage d’ailleurs entre Bruno et Alexakis. Et il est évident que sans Kolia, cette figure femme, figure mère, imposante, le roman n’aurait pas eu cette dimension maudite, tragique, les trois frères grandiront séparément, sans la personnalité et l’aura de cette femme qui quitte sa Grèce natale pour une Suisse froide et étrangère, impersonnelle, n’en impose. J’ai très vite pris Bruno l’ainé en grippe, celui de la soixantaine approchante, l’homme mûr avec sa sagesse et sa sobriété, cet homme que je voyais lisse, presque fade, transparent. Mais très vite, assistant à la conception et la naissance, bien mal engagées, de ce garçon, j’ai appris à en apprécier le caractère, l’histoire, la vie. Même si la figure de marbre de l’héroïne grecque parvient à donner de la consistance au roman et à la famille, à travers ses bons et mauvais choix, dans son imperfection, elle a réussi à transmettre au moins une chose à ses enfants, une force, un courage et une quiétude intérieure qui permettra à ses fils de survivre. Elle a pu leur donner les clefs afin qu’ils se projettent dans la vie.

    C’est une histoire de choix, d’erreurs irréparables avec lesquels il faut faire, de pardons, de réconciliation, une véritable épopée moderne de la Grèce à la Suisse, ou une fratrie se fait la guerre, froide. Mais comme les Atrides, il n’en reste plus grand-chose, les rancœurs, les passions, les haines, tout finit par se dissoudre dans la mort et le travail du temps qui s’écoule. J’ai beaucoup aimé l’écriture très scandée de Diane Brasseur, faites de nombreuses coupures et césures, très théâtrale en fin de compte, qui garde ce rôle de focalisateur omniscient. De la distance mais une grande tendresse pour Koulia, qui incarne parfaitement le rôle d’Athéna, cette guerrière née qui ne trouve pas repos que dans la bataille.

    Concilier la Suisse et la Grèce n’a pas été chose facile, si le flegme de la première a su tempérer l’ardeur, la fougue et le dévouement passionné de Kola, rien n’affaiblira l’image de sa personne. Il lui faut l’intensité, le feu, de la vie, qui ne trouvera d’écho que dans la musique passionnée sous les doigts du premier fils puis du petit dernier. Il lui faut l’émotion forte, fortissimo des notes d’une portée, la vitalité explosive des arpèges, des aigus, des graves des cordes des pianos et des violons pour se sentir exister. Mais aussi la colère, la fureur, le ressentiment, sans demi-mesure, sans sourdine, jamais de chuchotement, elle tient son regard haut, son front fièrement dressé face à ceux qui l’entourent, défiant le monde. Elle dirige, elle commande, elle porte la famille avec dignité et force même si cela lui a valu de créer une distance dans la fratrie. Un sacrifice, sa douleur, qu’elle surmonte.

    Diane Brasseur a eu la main heureuse en doublant son récit de ce gout de tragédie grecque, d’un brin de mythologie, cette passion maudite, qui fait de cette femme une héroïne du XXe siècle. Elle est ce refuge aussi bienfaiteur que maudit, qui cimente les siens, les pousse en avant, malgré elle, malgré eux. Avec ces incessants retours à la ligne, Diane Brasseur marque encore davantage l’esprit guerrier de celle qu’elle a presque érigé en divinité. Les fils ont trouvé leur façon d’exprimer cette passion, inscrite dans leurs gènes, ou non d’ailleurs, celle qui s’inscrit dans les portées d’une partition.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman porte bien son titre. Il est une véritable partition. Une partition de la vie, où se mêlent le mode majeur, avec ses événements grandiloquents, et le mineur, celui de la douleur, de la nostalgie du temps qui passe. Quelques modulations par moment, chassant les nuages sombres pour...
    Voir plus

    Ce roman porte bien son titre. Il est une véritable partition. Une partition de la vie, où se mêlent le mode majeur, avec ses événements grandiloquents, et le mineur, celui de la douleur, de la nostalgie du temps qui passe. Quelques modulations par moment, chassant les nuages sombres pour laisser place à un ciel plus bleu. Et bien sûr, des silences qui annoncent des moments de réflexion, des non-dits.
    L’amour d’une mère et d’un fils, qui se passe de toute fioriture. Par ici, quelques trémolos, par là, un rythme martial laissant résonner des graves comme un glas dans la nuit. Le lecteur reste le chef d’orchestre : à lui de tisser les liens, à lui de s’approprier la partition pour n’en retenir que la mélodie qui lui correspond, et d’écrire alors la partition de sa propre vie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • On fait la connaissance de Bruno K. (on ne saura en fait jamais vraiment ce que signifie ce K. que l’on retrouve dans le nom du père…) en 1977, alors qu’il marche dans la rue, suivant une jeune fille dont il admire les jambes, et brusquement il s’écroule, mort ! il s’agit de retrouver sa...
    Voir plus

    On fait la connaissance de Bruno K. (on ne saura en fait jamais vraiment ce que signifie ce K. que l’on retrouve dans le nom du père…) en 1977, alors qu’il marche dans la rue, suivant une jeune fille dont il admire les jambes, et brusquement il s’écroule, mort ! il s’agit de retrouver sa famille, pour procéder aux démarches habituelles et cela s’avère compliqué…

    Bruno avait trois frères, plus ou moins perdus de vue depuis des années, et ce roman propose de remonter le passé à la recherche de secrets de familles. Chaque chapitre propose une lettre de Bruno adressée le plus souvent à sa mère, pas toujours chronologiquement, mais servant de charpente à l’histoire qui se déroule en fait des années 20 à 1977.

    La saga commence en Grèce, avec Koula, la mère de Bruno, et raconte un peu qui était sa mère Epistimi, et le grand-père colonel héros de guerre, mais en fait on en saura très peu à son sujet, l’auteure préférant insister sur les principes de l’éducation grecque à l’époque, notamment le statut des filles… Koula rencontre Paul Peter K, un représentant en porcelaine, l’épouse et le suit en Suisse.

    Après une première grossesse, (Bruno) elle déchante car son mari est volage, sa belle-mère la Mutti, compatit car elle a vécu la même chose, puis un deuxième enfant fait son entrée Georges…

    Koula ne supporte pas la situation et sur les conseils de la Mutti, repart en Grèce, avec Bruno, mais laisse derrière elle Georges. Elle finit par refaire sa vie avec Hyacinthe, alias Cintho, un homme plus âgé dont elle aura un enfant Alexakis. Le décor est planté ! on imagine très bien que les trois frères ne vivront pas des relations « normales ».

    Bruno apprend le piano, Alexakis sera violoniste et Georges un inventeur (la laisse élastique pour chien par exemple !) et une partition servira de toile de fond. Il s’agit du Concerto pur violon et orchestre de Beethoven.

    Certes, les hésitations, les réflexions de Koula, semblent sincères, après tout on lui a demandé de choisir entre ses deux fils celui qu’elle emmènera, choix extrêmement violent pour retrouver sa liberté, mais cela ne suffit pas à la rendre sympathique. J’ai beaucoup pensé au « Choix de Sophie » en lisant la première partie.

    Les amateurs de « mère toxique » seront servis, Koula a tout pour elle, son exubérance, son intolérance, son exigence, son rejet de toutes les femmes qui s’approchent de ses fils, les considérant comme des rivales. Elle est infecte, tellement imbuvable que je n’ai pas accroché du tout, j’ai terminé le roman pour voir où l’auteure voulait aller.

    J’aurais aimé que Diane Brasseur laisse une part plus importante aux anciens, pour mieux comprendre le fonctionnement mental de Koula.

    Un point positif : la manière dont elle évoque la syphilis, notamment la forme congénitale, et les répercussions sur la famille…

    Grosse déception donc… en lisant les autres critiques sur ce roman, je me dis que peut-être je suis passée à côté; bien-sûr je viens de lire « Les déracinés » que j’ai adoré, donc la lecture qui suit un coup de cœur est toujours difficile à apprécier…

    Un grand merci à NetGalley et aux éditions Allary qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteur.

    #LaPartition #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • chronique Nathalie Bullat
    Nous savons tous ce qu'est une partition en musique. Mais "partition" signifie aussi partage, séparation, division. Et c'est bien la séparation le thème dominant de cet ouvrage même si la musique tient une grande place.
    "La partition " c'est une fresque familiale, l...
    Voir plus

    chronique Nathalie Bullat
    Nous savons tous ce qu'est une partition en musique. Mais "partition" signifie aussi partage, séparation, division. Et c'est bien la séparation le thème dominant de cet ouvrage même si la musique tient une grande place.
    "La partition " c'est une fresque familiale, l histoire de Bruno K, Georgely et Alexakis, trois frères séparés par la vie. C'est surtout Koula, leur mère, belle Grecque, flamboyante, excessive, exclusive, mariée à 16 ans à Paul jeune Suisse aussi séduisant qu'infidèle. C'est une grande rêveuse Koula et elle va s'ennuyer en Suisse malgré la naissance de ses deux fils. Elle imaginait une vie en Technicolor. Elle se trouvera face à un choix difficile, insoutenable..
    Koula c'est surtout une amoureuse passionnée qui saura séduire Cyntho qui a déjà des cheveux blancs. Elle fuit la culpabilité, elle étouffera d'un amour exclusif, possessif son fils aîné Bruno K. Koula a la bougeotte, elle n'hésite pas à partir.
    Le roman commence par la fin, par le décès de Bruno K, alors âgé de 55 ans qui devait rejoindre à Genève ses deux frères , enfin réunis , pour un concert donné par Alexakis le cadet, célèbre violoniste. Au piano Bruno était un conteur depuis l'enfance, il aimait accompagner Alexakis qui étirait " la note sur son violon comme un lance pierre". Bruno K est passionné par la littérature, les femmes fragiles , Lausanne et " Le léman qui se prend pour une mer". Georgely est d'une nature heureuse et peu rancunier .
    La musique, l'amour, la fratrie, la passion façonnent ce beau récit délicat, entrecoupé de correspondances entre les personnages. La chronologie peut paraître chaotique mais vous aimerez voyager avec ces personnages entre la Grèce, la Suisse, l' Egypte , la Belgique des années 20 aux années 70. Koula est exaspérante mais si attachante ! Vous vous demanderez quel est ce mauvais esprit qui s'amuse chaque fois à détruire les espoirs de cette famille. Koula semble avoir la réponse " la vie est une toujours une grande surprise et il ne faut jamais renoncer "

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je remercie NetGalley et Allary Editions pour cette très belle découverte !
    Ce roman est une magnifique saga familiale avec pour toile de fond la musique et les voyages.
    Une famille éclatée et cela se retrouve dans la forme puisque le récit est lui-même éclaté : retours en arrière, ellipses,...
    Voir plus

    Je remercie NetGalley et Allary Editions pour cette très belle découverte !
    Ce roman est une magnifique saga familiale avec pour toile de fond la musique et les voyages.
    Une famille éclatée et cela se retrouve dans la forme puisque le récit est lui-même éclaté : retours en arrière, ellipses, lettres pour débuter chaque nouveau chapitre, qui rendent le texte encore plus humain. Un véritable kaléidoscope et un roman que le lecteur doit reconstituer dans sa linéarité.
    Des conflits, des rebondissements, des personnages fascinants (en particulier Koula, mère du protagoniste, Bruno K, lui-même mort dès le tout début du texte. Un incipit in medias res. Tout est fait pour nous subjuguer !
    Un roman que je recommande vivement !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • https://dubonheurdelire.wordpress.com/2019/07/17/la-partition-de-diane-vasseur/
    Grâce à Allary Editions et à Net Galley, j’ai pu découvrir le sublime roman de Diane Vasseur La partition.
    Voici la présentation :
    « De la Grèce aux rives du lac Léman, une superbe fresque familiale.Un matin...
    Voir plus

    https://dubonheurdelire.wordpress.com/2019/07/17/la-partition-de-diane-vasseur/
    Grâce à Allary Editions et à Net Galley, j’ai pu découvrir le sublime roman de Diane Vasseur La partition.
    Voici la présentation :
    « De la Grèce aux rives du lac Léman, une superbe fresque familiale.Un matin d'hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu'il devise silencieusement sur les jambes d'une jolie brune qui le précède, il s'écroule, mort. Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un espoir fou s'évanouit. Le soir même, ils auraient dû se retrouver au Victoria Hall à l'occasion d'un récital de violon d'Alexakis. Pour la première fois, la musique allait les réunir.La Partition nous plonge dans l'histoire de cette fratrie éclatée en suivant les traces de leur mère, Koula, une grecque au tempérament de feu. Elle découvre l'amour à 16 ans, quitte son pays natal pour la Suisse dans les années 1920 et refera sa vie avec un homme de 30 ans son aîné. »
    J’ai plongé dans cette saga familiale entre la Grèce, la Suisse et la Belgique sans scrupule mais avec surprise. En effet, je n’avais pas lu la première de couverture et le titre associé à cette photographie d’une femme si belle et énigmatique me laissait songer à une histoire de musique, peut être le parcours d’une pianiste… Mais ce roman s’il a la musique au cœur de son récit avec Bruno K, le pianiste et Alexakis, le violoniste, c’est avant tout le roman d’une femme, Koula. Tombée amoureuse d’un beau jeune homme, elle se marie et quitte la Grèce natale pour la Suisse… mais la réalité est décevante et Koula est confrontée à l’adultère et au pire choix qu’une mère puisse connaître : partir mais laisser derrière elle un de ses deux fils…Femme mais surtout mère, Koula, hantée par l’abandon, aimera de toutes ses forces Bruno K et Alexakis, donnant parfois l’image d’une mère excessive et injuste.
    La partition par sa construction alternant fragment de lettres et récits nous plonge dans l’histoire de cette fratrie éclatée dont le dernier espoir d’une réunion possible vole en éclats dès les premières pages du roman avec la disparition du fils aîné… Finement ciselé, ce roman c’est l’histoire d’une mère et de son amour mais aussi les liens complexes entre frères et surtout l’amour de la musique comme révélation à soi et compréhension du monde.
    Et subtilement en creux, Diane Vasseur évoque la situation géopolitique complexe des années 30 en Europe et ses conséquences sur les familles.
    En résumé : un récit tout en finesse sur la famille, l’amour d’une mère où la musique joue délicatement sa partition.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La Partition de Diane Brasseur est une saga flamboyante et addictive que l'auteur, avec un style très personnel, nous distille par petits chapitres, semant le doute et l'incompréhension pendant tout son roman.
    Le récit commence par le décès de l’aîné d’une fratrie de 3 garçons juste avant leur...
    Voir plus

    La Partition de Diane Brasseur est une saga flamboyante et addictive que l'auteur, avec un style très personnel, nous distille par petits chapitres, semant le doute et l'incompréhension pendant tout son roman.
    Le récit commence par le décès de l’aîné d’une fratrie de 3 garçons juste avant leur retrouvailles après des années de séparation. Pour comprendre la dislocation de cette famille l'auteur remonte aux années 1920, à la jeunesse de leur mère Koula. Et quelle mère! Fantasque, écervelée, autoritaire, invivable, se prenant toujours pour le centre du monde et engluant deux de ses fils d'un amour débordant mais que moi je trouve égoïste. Sa seule décision sensée c'est quand on lui intime l'ordre de ne partir qu'avec un seul de ses deux fils et qu'elle choisit le plus faible, l’aîné.
    Je n'ai pas vraiment pu m'attacher à cette femme, que certains peuvent trouver flamboyante mais que moi je trouve trop extravagante et soûlante. Je sais pourtant que de telles mères existent. Je ne suis pas bien entrée non plus dans la psychologie des autres personnages que j'ai trouvés un peu trop superficiels.
    Le titre Partition est-il choisit au sens d'une partition musicale, la musique ayant une place centrale dans ce récit ou d'une partition familiale, Koula, la mère ayant dû choisir lequel de ses deux premiers fils elle garde? J'ai lu quelque part que l'auteur s'était inspiré de lettres familiales pour créer ses personnages et j'aurais bien aimé en savoir un peu plus. Les extraits de lettres sortent-ils de son imagination ou ont-ils été écrits par des personnes réelles?
    Par ailleurs je n'ai pas compris pourquoi l'auteur nomme son personnage Bruno K et non Bruno tout simplement. Et ça m'a bêtement agacé pendant toute ma lecture!
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/07/06/la-partition-de-diane-brasseur/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com