Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Je vais m'y mettre

Couverture du livre « Je vais m'y mettre » de Florent Oiseau aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370730961
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Fred, la petite quarantaine, surfe sur l'écume des jours. Après des années à enchaîner jobs alimentaires et périodes de chômage, il a renoncé à faire carrière. Il passe désormais ses journées à dormir, manger des Knacki devant les émissions de Sophie Davant et boire des demis au bistrot du coin... Voir plus

Fred, la petite quarantaine, surfe sur l'écume des jours. Après des années à enchaîner jobs alimentaires et périodes de chômage, il a renoncé à faire carrière. Il passe désormais ses journées à dormir, manger des Knacki devant les émissions de Sophie Davant et boire des demis au bistrot du coin en attendant l'amour.

Jusqu'au moment où il découvre qu'il arrive en fin de droits, et que ses maigres allocations disparaîtront bientôt. Il n'a plus le choix : il doit s'y mettre. Un emploi salarié ? Il n'en trouvera pas. Mais des  ennuis, oui. Fred, par paresse ou naïveté, a une fâcheuse tendance à se laisser glisser dans les embrouilles.

De Paris à Malaga, Je vais m'y mettre nous embarque pour une série d'aventures drolatiques en compagnie d'un personnage aussi attachant que désabusé. Une comédie d'aujourd'hui où, derrière les éclats de rire, se dessine le devenir de la génération précaire.

Donner votre avis

Avis (6)

  • Après avoir lu Paris-Venise et les Magnolias, retour dans le temps avec le premier roman de Florent Oiseau.
    Son style est déjà là : franc parlé, situations et personnages atypiques.
    La fin m'a laissé un petit goût d'inachevé...

    Après avoir lu Paris-Venise et les Magnolias, retour dans le temps avec le premier roman de Florent Oiseau.
    Son style est déjà là : franc parlé, situations et personnages atypiques.
    La fin m'a laissé un petit goût d'inachevé...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Alors là, j'avoue, je n'ai pas accroché à ce livre. Le style d'écriture, l'histoire, les personnages, il n'y a rien qui m'a vraiment emballé et ça manquait quand même de profondeur.

    J'ai été déçu dans la mesure ou le principe semblait être prometteur. J'en attendais peut-être un peu...
    Voir plus

    Alors là, j'avoue, je n'ai pas accroché à ce livre. Le style d'écriture, l'histoire, les personnages, il n'y a rien qui m'a vraiment emballé et ça manquait quand même de profondeur.

    J'ai été déçu dans la mesure ou le principe semblait être prometteur. J'en attendais peut-être un peu trop...

    Il y a quand même quelques passages qui m'ont fait sourire (mais pas franchement rire).

    Après, ça se lit rapidement... Un livre pas prise de tête mais que je ne recommanderai pas pour autant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman sur le 'looser' par excellence : ce n'est pas seulement qu'il est inapte au travail, il est aussi inapte à la vie, à l'amour, au respect. Il est paresseux, désordonné, sale, alcoolique, il est lourd avec les femmes, presque violent. Le trait est trop gros, cela manque de subtilité et...
    Voir plus

    Un roman sur le 'looser' par excellence : ce n'est pas seulement qu'il est inapte au travail, il est aussi inapte à la vie, à l'amour, au respect. Il est paresseux, désordonné, sale, alcoolique, il est lourd avec les femmes, presque violent. Le trait est trop gros, cela manque de subtilité et d'un petit quelque chose qui rattraperait le personnage. C'est dommage car l'écriture est plutôt agréable.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Fred a la quarantaine, il est au chômage depuis deux ans et arrive en fin de droits. Il n'a jamais aimé travaillé, il a fait divers petits boulots mais ce qu'il préfère c'est faire la grasse mat et picoler. Mais là, il est temps, il va s'y mettre.....mais après avoir été boire un verre avec...
    Voir plus

    Fred a la quarantaine, il est au chômage depuis deux ans et arrive en fin de droits. Il n'a jamais aimé travaillé, il a fait divers petits boulots mais ce qu'il préfère c'est faire la grasse mat et picoler. Mais là, il est temps, il va s'y mettre.....mais après avoir été boire un verre avec les potes.

    Il fait un petit bilan de sa vie, au fond de lui une culpabilité le ronge, il sent bien que son père lui en veut encore mêm si on ne lui a jamais dit clairement. C'est en allant leur chercher de la picole que son frère a été renversé par une voiture, il y a des années....

    Fred est donc paumé, alcolo. Le sexe, il aimerait bien; il n'hésite pas à se faire plaisir quotidienneent mais les femmes ça c'est autre chose..., c'est compliqué.

    C'est le déclin total dans sa saoulographie mais il va donc s'y mettre, lui procrastinateur devant l'éternel..

    Un matin, il a le déclic, il est tombé trop bas, il se reprend en mains, il deviendra un proxénète au grand coeur et veillera sur Marlène et Cerise. Un incident le poussera à tout quitter, à fuir son Paris et ses zincs pour les alentours de Malaga.

    Cerise fuira avec lui.

    Un récit proche de l'oralité qui se lit très facilement, il y a c'est indéniable quelque chose d'intéressant dans son écriture. Florent Oiseau nous dépeint à merveille la société actuelle et le mot "procrastination". Beaucoup d'humour, de l'humanité aussi dans le personnage de Fred auquel on s'attache peu à peu.

    J'ai cependant une réserve pour le ton cru, limite vulgaire, un franc parler proche de l'argot, et une fn qui aurait pu être plus aboutie.

    Néanmoins un sympathique premier roman dont la construction est intéressante, la plume caustique, vive et drôle.

    Ma note : 7/10


    Les jolies phrases

    L'enfoiré essayait de m'endormir, un bonimenteur en soutane. Je le voyais bien, dans une autre vie, il devait être brocanteur. Un homme du dianche, dans tous les cas.

    La seule chose qui nous maintient en vie, c'est l'amour intrinsèque qu'on porte à cette dernière, indépendamment du fait qu'elle nous en fait baver.

    Il m'arrivait d'avoir quelques absences, je le concède bien volontiers, mais un chef d'entreprise reste avant tout un homme et les hommes ont des failles, je ne l'apprends pas à mes lectrices.

    Le maquereau reconverti en vendeur de poissons, un poivrot qui refourguait du bar. La vie ne manquait pas d'humour.

    https://nathavh49.blogspot.be/2016/12/je-vais-my-mettre-florent-oiseau.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout commence souvent par de bonnes résolutions. Fred, 42 ans, au chômage, réalise qu'il n'a plus vraiment le choix. Il doit s'y mettre! Mais le comble est qu'il n'a jamais su garder un boulot.... Entre le temps qu'il passe à dormir et celui qu'il passe à à boire, il attend patiemment que lui...
    Voir plus

    Tout commence souvent par de bonnes résolutions. Fred, 42 ans, au chômage, réalise qu'il n'a plus vraiment le choix. Il doit s'y mettre! Mais le comble est qu'il n'a jamais su garder un boulot.... Entre le temps qu'il passe à dormir et celui qu'il passe à à boire, il attend patiemment que lui tombe du ciel l'idée qui lui servira d'électrochoc... En attendant, repoussant sans en avoir l'air l'échéance, il nous dresse, à coeur ouvert, avec son franc parler, un portrait de son existence, de ses ratés.

    Pour ce premier roman, Florent Oiseau, 25 ans, se lance dans un exercice périlleux. Sorte de journal vérité d'un personnage a priori sans envergure, "Je vais m'y mettre" nous plonge au coeur d'une génération, certes naïve mais également désabusée en quête d'objectifs. Fred est l'anti-héros par excellence, sans grandes ambitions - si ce n'est d'attendre cette sorte d'inspiration divine qui lui permettrait d'occuper ses journées.

    La plume habile de l'auteur, cet humour souvent caustique, maîtrisé, couplé d'un langage sans fioritures nous emmènent au coeur du quotidien de son "héros". Un premier "essai" réussit pour un auteur qui lui ne manque pas d'ambition!

    Une belle surprise de cette rentrée littéraire 2016.

    Je remercie les éditions Allary pour cette découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • À la fois loufoque et décalé, Florent Oiseau nous offre un premier roman intéressant sur la société actuelle et ce mot : procrastination que j'entends de plus en plus dans certains médias.
    Une écriture travaillée effleurant la facilité sans la dépasser : l'auteur joue avec les mots, joue...
    Voir plus

    À la fois loufoque et décalé, Florent Oiseau nous offre un premier roman intéressant sur la société actuelle et ce mot : procrastination que j'entends de plus en plus dans certains médias.
    Une écriture travaillée effleurant la facilité sans la dépasser : l'auteur joue avec les mots, joue aussi avec le quotidien de Fred, donnant des scènes d'un humour caustique délicieux. Jouant au Loto, se trouvant un travail qui ne va surtout pas l'exténuer jusqu'à protéger ces deux jeunes femmes... Jouant au Loto, se trouvant un travail qui ne va surtout pas l'exténuer jusqu'à protéger ces deux jeunes femmes... Comprendront les lecteurs... C'est la grande qualité de ce livre : avec un scénario simple, l'auteur nous fait voyager de la France en Espagne, utilisant un humour qui m'a conquise : loin des codes habituels de la littérature, on a droit à un livre qui ne connaît pas de copie dans sa façon de critiquer sans accuser.

    La construction du livre est très intéressante. Je me suis attendue à ne pas apprécier Fred en lisant la quatrième de couverture. Et pourtant, je l'ai trouvé attachant dans sa bizarrerie, dans sa simplicité (car oui, il ne va pas au Ritz tous les soirs), mais aussi son franc-parler : il se rend compte de sa situation, il sait qu'il faut changer tout cela, mais en même temps, il tourne les événements de telle façon qu'ils semblent "normaux".

    Fred rencontre différents personnages, et malgré son indolence, arrive à sympathiser avec eux. J'ai aimé cette palette de personnalité qu'il découvre au fil de ses péripéties : simple, entier, différent, critiquable par leurs actions... Bref des personnes, des vrais que Florent Oiseau a su retranscrire dans ses pages avec beaucoup de réalisme et de respect.
    Il y a également une bonne partie du livre qui peut se résumer au rapport que Fred a avec les femmes : targuant de les aimer et de vouloir leur bien, il n'est pourtant pas si "gentleman" que cela. En effet, le nombre de fois où il nous raconte ses mésaventures amoureuses et sexuelles, Fred s'en plaint, s'en forcément se remettre en question. Cela montre une autre facette de ce personnage prêt à s'y mettre.


    Sur le blog :
    http://lecturedaydora.blogspot.fr/2016/08/je-vais-my-mettre-florent-oiseau.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.