Helena

Couverture du livre « Helena » de Jeremy Fel aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743644673
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue.   Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l'équilibre familial.   Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa... Voir plus

La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue.   Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l'équilibre familial.   Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu'en l'infligeant à d'autres...   Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d'où ils tenteront par tous les moyens de s'extirper. Quitte à risquer le pire.   Et il y a Helena...
Dans ce deuxième roman très attendu, Jérémy Fel dépeint un drame familial pour décortiquer avec une implacable maîtrise les mécanismes de la violence.

Donner votre avis

Articles (3)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Waouh !!!! Peu élégante cette expression, je vous l’accorde, et moins encore littéraire. C’est pourtant le premier mot qui m’est venu en tournant la dernière page du deuxième roman de Jérémy Fel "Helena". Pour tout dire, il me trottait même dans la tête depuis le début, subjuguée que j’étais. Ce...
    Voir plus

    Waouh !!!! Peu élégante cette expression, je vous l’accorde, et moins encore littéraire. C’est pourtant le premier mot qui m’est venu en tournant la dernière page du deuxième roman de Jérémy Fel "Helena". Pour tout dire, il me trottait même dans la tête depuis le début, subjuguée que j’étais. Ce roman, je n’irai pas par quatre chemins, je l’ai beaucoup, beaucoup aimé même si, élagué d’une centaine de pages, il m’aurait semblé encore plus puissant.

    Parler du sujet sans rien déflorer ne me semble pas simple aussi me contenterais-je de lister les personnages : Tommy, un jeune adolescent qui prend plaisir à tuer des chiens et pas n’importe comment, Hayley, jeune fille de dix-sept ans qui s’apprête à participer à un tournoi de golf à Dallas, Norma, une femme d’une quarantaine d’année, mère de trois enfants, Graham, Cindy et… Tommy. Lorsque Hayley, tombe en panne sur le chemin de Dallas, elle est prise en charge par Norma qui la ramène chez elle, le temps que sa voiture soit réparée. Des destins qui se croisent, s’entremêlent, se construisent, se détruisent et basculent.

    Addictif, envoûtant, passionnant, ensorcelant, je ne saurais trouver d’autres qualificatifs pour ce roman qui m’a tenue en haleine, jusqu’à la fin ou presque. J’ai aimé la construction du récit par chapitre alterné, chacun portant en titre le nom d’un des protagonistes. J’ai particulièrement apprécié les explications de l’un dans l’autre, les retours en arrière, les liens établis entre les faits et les raisons de ces actions. Le roman est noir et d’une violence inouïe mais rien n’est gratuit et tout est expliqué. Et il est bien plus que ça.

    L’auteur décortique le cœur de chacun, analyse, dissèque l’importance de la vie, ses difficultés, ses horreurs et leurs conséquences. Il utilise une écriture simple, élégante, fluide, mais sacrément efficace. Il substitue aux horreurs des passages poétiques, faisant de ce Midwest des Etats-Unis un décor parfait pour l’intrigue. J’ai aimé aussi les rappels de son premier roman "Les loups à leur porte", forcément intéressants pour ceux qui l’ont lu mais qui ne gênent en rien ceux qui ne le connaissent pas. Les passages de la réalité aux hallucinations sont savamment maîtrisés, l’auteur fait preuve d’une grande connaissance dans le domaine des pathologies mentales. Par ailleurs, l’équilibre est parfait entre dialogues et récit. Par moment, la narration d’instants heureux permet au lecteur de reprendre son souffle, de baisser les épaules, d’oublier la tension.

    Et puis il y a Helena, et puis il y a la vision de l’importance d’une mère dans la vie. Jusqu’où une mère est-elle capable d’aller pour sauver son enfant ? Jusqu’où une mère est-elle coupable ou tout au moins responsable de ses actes ? N’est-ce pas là finalement que se situe le sujet du récit ? Car, si ce roman est noir, violent, il est aussi illuminé par l’amour, le grand, peut-être le seul véritable : l’amour maternel. N’est-ce pas finalement dans les remerciements de l’auteur que l’on découvre la clé ? Chacun, je le pense, peut trouver sa réponse.

    Jérémy Fel est à mes yeux un écrivain sans doute dérangeant mais bourré de talent. "Les loups à leur porte" m’avait intéressée, celui-ci m’a enthousiasmée. Je suis désormais impatiente de découvrir le troisième.

    https://memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Habitants du Midwest pris dans un vortex de violence
    *
    ALERTE COUP DE COEUR
    *
    Oui, encore dans cette même année, j'ai eu l'immense plaisir de recevoir un coup de poing dans l'abdomen. Dit comme ça, ça fait glauque mais on se comprend hein ! J'imagine, d'après tous les bons avis – voire...
    Voir plus

    Habitants du Midwest pris dans un vortex de violence
    *
    ALERTE COUP DE COEUR
    *
    Oui, encore dans cette même année, j'ai eu l'immense plaisir de recevoir un coup de poing dans l'abdomen. Dit comme ça, ça fait glauque mais on se comprend hein ! J'imagine, d'après tous les bons avis – voire excellents- ici sur la Toile, vous savez de quoi je parle.
    De 734 pages de pur bonheur de lecture.
    Une telle frénésie m'a emporté durant 4 jours que j'ai oublié tout le reste autour de moi.
    Il faut que je vous explique ce qu'on retrouve à l'intérieur de ce pavé.
    De la violence (énormément), du sang (beaucoup!), des armes (de toutes sortes), de l'amour (que ça en déborde), du sexe, de la vengeance (pure et dure) et des secrets en pagaille.
    *
    Vu comme ça, -j'ai parlé de bonheur juste avant – vous souriez certainement. Mais oui, je ne vous l'ai pas encore rappelé, c'est un roman noir . Le noir si noir que même les chats n'y verraient rien....(le lien ? Il n'y en a pas!, c'est une illustration).
    *
    Focus sur le lieu : le Kansas, cet état perdu en plein milieu des USA. La morne plaine, avec juste des champs de mais à foison sous une chaleur caniculaire.
    Les personnages : une desperate housewife , un fils borderline, une ado paumée, l'autre fils tout pimpant. On mélange bien et on se retrouve dans un engrenage infernal où personne n'en sortira indemne. Impossible.
    Vous ai-je donné envie d'ouvrir ce petit bijou de thriller psychologique ?
    J'espère bien !
    *
    C'est dérangeant, glauque, glaçant, cruel, énervant parfois, flippant mais surtout GRANDIOSE. On s'attache à eux, on les déteste, on a envie d'en étriper certains (grrr), on en veut aussi à l'auteur pour certains twists (là, je vais faire ma Annie Wilkes dans Misery pour soudoyer l'auteur afin qu'il rectifie quelques détails:).
    *
    La cerise sur le gateau : les questions morales qui parsèment le récit. L'identification à certains personnages sont inévitables – je suis mère de 3 enfants donc forcément je me suis intéressée à la problématique de la protection de son enfant coûte que coûte - , le silence sur des traumatismes, la souffrance qu'on peut infliger aux autres ou à soi-même .
    *
    Un point négatif : la couverture très nineties ou SF qui ne rend pas justice à la teneur du contenu. Et puis « Helena », où es-tu ? Où te caches-tu ? Ah oui, toi qui t'es perdue dans un des chapitres de la fin. Peut-être que l'auteur va utiliser ton personnage dans un « spin off » ou une suite ? Comme il a utilisé la maison maudite de cette famille dans son 1er roman « Les loups à leur porte ». (magistral aussi ).
    *
    Voilà, vous l'aurez compris, j'ai été conquise par cette prouesse littéraire, cette tornade d'émotions .
    Qui est coupable ? Qui est sain d'esprit là-dedans ? Accrochez-vous bien et laissez vos jugements moraux de côté durant 3 jours (peut-être 2 si vous lisez aussi la nuit, avec la lumière allumée bien sûr pour vous épargner des cauchemars).
    *
    Le pouls s'accélère, le souffle est court, ça y est on a le vertige, on est dedans !
    *
    Lu dans le cadre des #MRL2018 de #RAKUTEN

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • J’avais lu de nombreuses critiques élogieuses concernant ce nouveau titre de la rentrée 2018. C’est finalement une libraire qui a fini par me convaincre. Jérémy Fel nous offre ici un chef-d’œuvre. Une alchimie dérangeante entre noirceur et psychologie. On ne sort pas indemne de ce roman dont les...
    Voir plus

    J’avais lu de nombreuses critiques élogieuses concernant ce nouveau titre de la rentrée 2018. C’est finalement une libraire qui a fini par me convaincre. Jérémy Fel nous offre ici un chef-d’œuvre. Une alchimie dérangeante entre noirceur et psychologie. On ne sort pas indemne de ce roman dont les thématiques sont la vengeance et les limites que nous sommes prêts à franchir pour protéger et sauver ceux qu’on aime. L’auteur exploite ses personnages à fond de manière à perturber le lecteur. Alors que l’un des quatre protagonistes est un dangereux psychopathe, il en devient presque touchant lors de certains passages. Le récit alterne les points de vue des quatre personnages principaux, ce qui rend parfois la lecture un peu monotone mais permet de voir l’histoire sous des angles différents. Les faits qui sont traités dans cette histoire découlent fortement du hasard, ce qui induit une question récurrente chez le lecteur : « Qu’aurais-je fait à sa place ? ». Le roman provoque donc un questionnement permanent qui peut se révéler un peu épuisant tout au long de ses 700 pages. L’écriture est simple et fluide, à la manière d’un film où les scènes se succèdent, entraînant le lecteur dans une plongée noire dans l’Amérique contemporaine. En conclusion, je recommande chaudement ce roman qui s’apparente pour moi à un électro-encéphalogramme du mal. J’encourage cependant le lecteur à dépasser la première scène du livre qui est plus que dérangeante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hayley, une jeune fille, tombe en panne au milieu de nul part dans le Kansas. Norma, une mère de famille va s'arrêter pour lui proposer son aide. Le garagiste n'étant pas disponible, Norma propose à Hayley de venir chez elle. Hayley va alors faire la rencontre des enfants de cette dernière, ses...
    Voir plus

    Hayley, une jeune fille, tombe en panne au milieu de nul part dans le Kansas. Norma, une mère de famille va s'arrêter pour lui proposer son aide. Le garagiste n'étant pas disponible, Norma propose à Hayley de venir chez elle. Hayley va alors faire la rencontre des enfants de cette dernière, ses deux fils et sa fille.

    C'est un thriller psychologique dense et très noir qui se lit très facilement car le rythme est soutenu. La violence est omniprésente. L'auteur sait instiller une ambiance malsaine et dérangeante qui met le lecteur mal à l'aise tout au long de sa lecture. Jeremy Fel ne nous épargne pas : les visions d'horreur s’enchaînent, il n'y a pas de répit. C'est un récit angoissant et cauchemardesque qui s'offre à nous.

    L'auteur joue avec le genre cinématographique. C'est un roman choral, dans lequel il utilise plusieurs voix : celle d'Hayley, Norma, et de ses deux fils Tommy et Graham. Les destins de ses différents personnages vont se lier et l'engrenage de la violence va se mettre en route. La psychologie des personnages est très travaillée. Tous les protagonistes torturés ont de la consistance.
    L'auteur joue aussi avec son lecteur car tout au long du livre, il se demande qui est Helena ? Presque jusqu'à l'oublier. Et pour cause ! Elle ne se manifeste finalement qu'à la fin du roman. Si l'apparition de celle que l'on attendait peut paraître décevante, l'auteur arrive à nous décontenancer. Avec du recul, l'histoire de ce personnage permet d’emboîter les pièces du puzzle.

    Jeremy Fel pose différentes questions à travers son récit : jusqu'où une mère peut-elle aller pour protéger son enfant ? Quelles sont les incidences sur la construction de l'enfant d'une relation entre une mère toxique et son enfant ? Après un traumatisme, est-ce que tous les individus sont capables de résilience ?

    C'est un livre qui n'est pas facile à lire pour les personnes sensibles et pour le sujet traité. Mais, le style de Jeremy Fel est vraiment singulier. Je ne crois pas encore avoir lu un thriller de cette trempe. « Helena » fait froid dans le dos et vient confirmer après « Les loups à leur porte », l’immense talent de son auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hayley était prête pour un dernier entraînement intensif avant le grand jour. Dans quelques semaines se déroulerait le World Junior Girl Championship de Dallais, tournoi de golf amateur au cours duquel seraient repérés les futurs professionnels. Sur le départ pour rencontrer son coach, sa vie...
    Voir plus

    Hayley était prête pour un dernier entraînement intensif avant le grand jour. Dans quelques semaines se déroulerait le World Junior Girl Championship de Dallais, tournoi de golf amateur au cours duquel seraient repérés les futurs professionnels. Sur le départ pour rencontrer son coach, sa vie d’adolescente s’effondre : elle a surpris son petit ami avec une jeune fille moins… farouche. Rester sur place pour régler ça et renoncer au tournoi ? Non, elle partira quand même. Cet enfoiré attendra et la donzelle ne perd rien pour attendre. Pour s’assurer de ne pas craquer, elle dépose son portable chez sa meilleure amie et, le cœur lourd, elle prend la route. Si son père n’accorde pas tellement d’importance à la carrière qu’elle miroite, sa mère, elle, y croyait et lui a très tôt donné les moyens de réussir. Pour elle, elle se doit d’aller jusqu’au bout.

    Hayley est toute à ses ruminements quand le capot de la voiture se met à fumer… et à fumer tant et plus. Première sortie, elle quitte l’autoroute, quelqu’un va devoir la dépanner. La chance semble revenir lorsque Norma, sympathique mère de famille, propose de tracter sa voiture jusqu’à chez elle et d’aviser. Mais on se doute bien que ça va partir en vrille, parce qu’un peu plus tôt dans le roman, on a croisé Tommy. Il était en train d’éviscérer un chien dans un ancien abattoir (j’ai lu ce passage en diagonale : dépecer un homme si vous voulez, mais ne vous avisez pas de marcher sur la queue du chat, ça me rend malade), et il n’en était pas à son coup d’essai. À première vue, rien ne relie les personnages, alors qu’en est-il ? L’auteur laisse au lecteur le temps de se poser des questions et balance le truc tout à trac. L’effet recherché n’en est que plus réussi. On suit les unes, puis l’autre, et l’une, et l’autre, et psychologiquement, c’est assez éprouvant. Chaque chose qui se produit semble en entraîner une autre, et le battement d’aile du papillon va déclencher un tsunami. Les personnages, à leur place dans leur rôle, progressent en demi-teinte et sèment un trouble certain. Qui sont les vrais méchants ? Y en a-t-il, d’ailleurs ? Les 730 pages passent vite, si ce n’est les passages entre rêve/cauchemar/réalité avec lesquels j’ai eu un peu de mal. C’est un procédé qui a tendance à me couper dans mon élan. Cela dit, Helena est un bon roman, qui n’hésite pas à venir gratter les plaies qu’on croyait cicatrisées : méfiez-vous des infectons.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour comprendre les actes des uns et des autres, pour déceler tous les enjeux, le passé de la famille Hewitt (mais plus tard aussi celui des Hives) se dévoile tout doucement sur fond de cauchemars peuplés de monstres.

    Jérémy Fel joue sur ainsi deux créneaux, l’amour maternel au centre même de...
    Voir plus

    Pour comprendre les actes des uns et des autres, pour déceler tous les enjeux, le passé de la famille Hewitt (mais plus tard aussi celui des Hives) se dévoile tout doucement sur fond de cauchemars peuplés de monstres.

    Jérémy Fel joue sur ainsi deux créneaux, l’amour maternel au centre même de l’histoire et l’épouvante, celle qui habite divers personnages et le lieu (une ferme maudite pleine de présences inquiétantes, chargée d’histoire qui fait d’ailleurs écho au précédent titre de l’auteur : Les loups à leurs portes) et évidement celle qu’il distille dans sa narration.

    Après un premier chapitre particulièrement violent et gore qui instaurent une ombre sur tout le déroulement du livre, l’auteur laisse planer une certaine forme de tension dans le quotidien banal où la violence est partout palpable et les différents détails qu’il parsème régulièrement tels que les clins d’œil à Stephen King avec la voiture rouge de Christine, à Massacre à la tronçonneuse avec l’abattoir, à la littérature enfantine et d’horreur faite d’ogre, de corbeaux et de figures fantomatiques, comme La Tour d’écrou, où se mélangent folie et fantastique).


    Addictif par son côté inquiétant mais surtout par ses personnages qui s’humanisent au fil de la lecture, Helena est un roman qui gagne en intensité et en intérêt à mesure qu’on s’enfonce dedans.......................................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/jeremy-fel-helena

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai reçu ce jolie livre dans le cadre de la rencontre avec l'auteur malheureusement pour des raisons indépendants de ma volonté, je n'ai pas pu m'y rendre, mais j'ai avec plaisir déguster ce livre.

    Hayley part chez sa tante, elle tombe en panne, et fait connaissance avec Norma, et sa petite...
    Voir plus

    J'ai reçu ce jolie livre dans le cadre de la rencontre avec l'auteur malheureusement pour des raisons indépendants de ma volonté, je n'ai pas pu m'y rendre, mais j'ai avec plaisir déguster ce livre.

    Hayley part chez sa tante, elle tombe en panne, et fait connaissance avec Norma, et sa petite famille.

    Une scène basique va nous entrainer, dans une cavalcade. meurtrière ou tout les protagonistes vont être plus ou moins mêlées.

    Le sujet de ce livre est pourquoi devenons aussi violent ? Est ce que la violence viens de quelque part, et c'est ce que j'ai aimer, comment l'auteur nous fait découvrir le pourquoi du comment de chaque personnage, d’où vient il ? avec un chapitre avec chaque personnage, on passe d'un état a l'autre, et on en parvient a avoir de la compassion pour le méchant de l'autre, mais qui est il ? Tout le monde auras une réponse a cette question.

    Le début as était long, les 120 premières pages étaient interminables, mais des l'action as commencer, j'ai pas eu envie de le lâcher, pour savoir ou l'auteur allait nous emmener, et moi il m'as totalement embarquée, la fin m'as paru un peu plate, mais la trame du roman est incroyable, on passe du dégout a la pitié, pour les personnage, j'ai vibrer, parfois eu peur, des montées d'angoisses, mais je trouve que c'est un très bon livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Kansas, Hayley tombe en panne au beau milieu de nul part c'est la que l'histoire commence. Le premier chapitre de ce livre donne le ton du bouquin ... un roman sombre, où les personnages vont révéler leurs côtés les plus noirs de leurs êtres. Des personnages qui tour à tour vont passer de...
    Voir plus

    Kansas, Hayley tombe en panne au beau milieu de nul part c'est la que l'histoire commence. Le premier chapitre de ce livre donne le ton du bouquin ... un roman sombre, où les personnages vont révéler leurs côtés les plus noirs de leurs êtres. Des personnages qui tour à tour vont passer de victimes à bourreaux. Vous allez les détester, vous en méfiez et quelques pages après vous allez avoir de l'empathie. Un drame familiale va rythmer ces 700 pages et va vous rendre cette lecture addictif! Beaucoup de thèmes sont abordés tels que le viol, la violence, l'amour maternel. HELENA a perturber mes nuits mais ça en vallait vraiment la peine. Âme sensible s'accrocher!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mais qui est Helena ?
    Au fil des pages, le découvrir a été mon obsession … et la révélation ne se fait que dans les toutes dernières pages, inattendue, déroutante, décevante à prime abord, brillante après réflexion.

    J'ai dévoré Helena en apnée, estomaquée par un premier chapitre absolument...
    Voir plus

    Mais qui est Helena ?
    Au fil des pages, le découvrir a été mon obsession … et la révélation ne se fait que dans les toutes dernières pages, inattendue, déroutante, décevante à prime abord, brillante après réflexion.

    J'ai dévoré Helena en apnée, estomaquée par un premier chapitre absolument hallucinant ; avec la sensation de danger qui en exsude, tu sais illico que tu ne vas pas dormir sur tes deux oreilles lorsque tu refermeras Helena … Tu sens que l'épée de Damoclès va se fracasser quelque part, et plusieurs fois peut-être.

    Ce qui est puissant avec ce livre, c'est comment à partir de personnages archi stéréotypés omniprésents dans la culture américaine, l'auteur déconstruit, triture et explose ces clichés à la TNT.
    Les 4 personnages principaux de ce roman choral sont tous d'une grande richesse psychologique, jamais linéaire : le psychopathe effrayant du premier chapitre devient presque touchant en enfant blessé cherchant de la tendresse auprès d'une prostituée; la greluche friquée toute pimpante se révèle implacable; la mère très desperate housewife qui rêve de concours de Miss pour sa fille, surprend dans ses actions de louve; le fils préféré qui sert de détonateur à ce que l'addition de ces personnages caricaturaux conduise à l'innommable.

    Tous se retrouvent piégé. Les chapitres alternent leur point de vue et ce qui est très dérangeant, c'est qu'on s'identifie à chacun à un moment donné, même aux plus monstrueux, même lorsqu'ils basculent dans la folie, avec à chaque fois, une question lancinante : qu'aurai-je fait, moi, dans cette situation terrible ? Aucun jugement n'est possible, les frontières entre le bien et le mal sont trop fines pour qu'on puisse se réfugier, se rassurer derrière un manichéisme de bon aloi.

    Avec une maestria assez dingue, Jérémy Fel tisse son intrigue comme un puzzle dont les morceaux seraient disséminés dans chaque chapitre. le drame familiale prend des allures de thriller avec des flash-backs ( qui semblent anodins au départ, attention ! ) qui se révèlent indispensables à la compréhension de cet engrenage diabolique. La lecture devient une expérience quasi physique, épuisante parfois, tant l'auteur possède un talent incroyable pour créer de la tension grâce à une écriture très cinématographique, particulièrement bouillonnante lorsqu'elle s'envole dans des embardées fantastiques.

    On tient là un extraordinaire roman qui radiographie le mal, ses origines et qui propose en même temps une réflexion forte sur la transmission mère-enfant. Tout sur ma mère. L'amour maternel est au centre de tout, qu'il soit défaillant, absent, excessif, ou dans le déni.

    F-O-R-M-I-D-A-B-L-E mais âmes sensibles s'abstenir !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une couverture magnifique avec un visage féminin mystérieux et un titre simple « Helena », il n’en fallait pas plus pour attirer mon attention. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en ouvrant ce pavé de 750 pages (je ne lis toujours pas les 4èmes de couverture !) et je n’ai pas été déçu...
    Voir plus

    Une couverture magnifique avec un visage féminin mystérieux et un titre simple « Helena », il n’en fallait pas plus pour attirer mon attention. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en ouvrant ce pavé de 750 pages (je ne lis toujours pas les 4èmes de couverture !) et je n’ai pas été déçu !

    Dès le début, on comprend que l’on a affaire à un roman qui va nous bousculer. Dans cette première partie, on découvre les acteurs. De chapitre en chapitre, on passe de l’un à l’autre. Les cents premières pages nous permettent de connaitre l’environnement et le contexte qui les entourent. On découvre ces personnages fantasques issus l’Amérique profonde. Le décor bon enfant est posé.

    Malheureusement ces gens sont comme des produits inoffensifs, qui mis ensemble, deviennent de la dynamite. Le hasard les fait se rencontrer et dès lors, tout part alors en vrille. La petite balade naïve américaine prend un virage radical pour devenir un terrible drame. L’ambiance devient glauque et le lecteur est entraîné à un rythme haletant dans des scènes dures et oppressantes. Rien ne nous est épargné. D’ailleurs, je préfère prévenir que certains détails assez violents pourraient en choquer certains/nes.
    Mais tout ne s’arrête pas là ! A peine sorti de cette tragédie, on entre alors dans la phase roman noir. On assiste aux séquelles du drame. On suit les conséquences de cette histoire sur le destin de protagonistes. Même dans cette partie où le rythme est retombé, Jeremy Fel a le talent de nous garder en haleine. On est constamment sur le qui-vive. Les personnages sont d’une telle instabilité que l’on est à l’affût du moindre retournement de situation ou du moindre pétage de plombs.

    Avec ce gros livre, peut-être un peu long sur la fin, l’auteur plonge le lecteur dans une fresque diabolique et malsaine, qui ne laissera personne indifférent. J’ai adoré participé à cette réunion de personnes névrosées et dérangées, qui au contact du danger, libèrent leurs instincts primitifs. C’est morbide et jouissif en même temps !
    Je découvrais Jeremy Fel avec ce livre. Autant vous dire que je vous le recommande et que je vais suivre cet écrivain de près.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Les dédicaces

  • Rencontre avec Jeremy Fel

    Rencontre avec Jeremy Fel

    Le vendredi 23 novembre 2018

    Librairie Le Livre et la Tortue
    47 Esplanade du Belvédère, 92130 Issy-les-Moulineaux, France

Service proposé en partenariat avec Les Dédicaces

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions