Helena

Couverture du livre « Helena » de Jeremy Fel aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743644673
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue.   Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l'équilibre familial.   Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa... Voir plus

La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue.   Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l'équilibre familial.   Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu'en l'infligeant à d'autres...   Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d'où ils tenteront par tous les moyens de s'extirper. Quitte à risquer le pire.   Et il y a Helena...
Dans ce deuxième roman très attendu, Jérémy Fel dépeint un drame familial pour décortiquer avec une implacable maîtrise les mécanismes de la violence.

Donner votre avis

Articles (3)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Pas vraiment spécialiste des thrillers, je me suis lancée dans cette lecture avec l'envie de découvrir ce genre. Et grand bien m’en a pris ! Helena est un thriller psychologique qui vous prend aux tripes dès l’incipit, grandiose, magnifique. Ce roman digne d’un Stephen King francophone vous...
    Voir plus

    Pas vraiment spécialiste des thrillers, je me suis lancée dans cette lecture avec l'envie de découvrir ce genre. Et grand bien m’en a pris ! Helena est un thriller psychologique qui vous prend aux tripes dès l’incipit, grandiose, magnifique. Ce roman digne d’un Stephen King francophone vous hante de la toute première ligne à l’épilogue !
    Pourquoi cette analogie avec l’écriture de Stephen King ? Eh bien, tout simplement, parce que la thématique essentielle de Stephen King est, à mes yeux, le « monstre ». Dès ses débuts King s’intéresse au monstre qui se tapit dans le noir, qui peut, à tout moment (et plus particulièrement la nuit), nous sauter dessus et nous détruire si possible de façon horrifique ; puis petit à petit, S. King s’éloigne de ce monstre fantasmagorique, fantasmé, fantôme, pour s’intéresser au Monstre qui peut sommeiller en nous.
    Et c’est bien de cela qu’il s’agit dans Helena. Bien sûr, des croque-mitaines, il y en a dans la tête de Tommy, adulte traumatisé, mais ils correspondent à de véritables Monstres qu’il a rencontrés dans son enfance et qui l’ont, à tout jamais, brisé.

    Ce roman nous parle de familles dysfonctionnelles, d’obsessions, de fêlures et de traumatismes de l’enfance, multiples, qui vont transformer des êtres anodins en monstres eux-mêmes, lorsqu’ils sont adultes et qu’une étincelle fera tout exploser, tout remettre en question : le bien / le mal. Cependant, pas de manichéisme dans ce roman, bien au contraire, les personnages de Jérémy Fel sont tout ce qu’il y a de plus humains : ni foncièrement bons, ni complètement noirs. Ils sont humains et tentent par tous les moyens de sortir leur épingle du jeu (en espérant une vie moins morne, en tentant de ne pas être simplement dans la norme…), de protéger les leurs (en particulier leurs enfants lorsqu’il s’agit des mères, leurs frères et sœurs…). Même les êtres les plus sordides nous font pitié.
    Les actes que Norma est prête à commettre (voire commet), pour protéger Tommy, son fils, véritable Dr Jekyll et Mr Hyde, sont condamnables et difficiles à comprendre, mais rachètent, étrangement, jusqu’à un certain point, son personnage, assez narcissique et égoïste, par ailleurs. Elle est, comme les autres protagonistes, prise au piège de sa propre vie, de son passé et n’aspire qu’à une chose :
    « fuir cette vie dont elle ne voulait plus » (page 325), car
    « Norma rêvait d’accomplir quelque chose qui la ferait connaître à travers le pays tout entier. » (Page 354)
    Les nombreuses références littéraires et cinématographiques éclairent le texte de mille façons : par exemple, le prénom de Norma m’a immédiatement fait penser au personnage de Psychose de Hitchcock, Norman Bates, et à l’atmosphère délétère, angoissante, étouffante mais surtout néfaste de cet hôtel, tout comme celle de cette petite maison du Kansas, dans laquelle la mère est, de la même façon, omniprésente. Le Magicien d’Oz et son univers jouent un rôle majeur dans la psychologie de personnages comme Hayley qui aimerait que tout puisse s’arranger d’un coup de baguette magique. En outre, les références peuvent aussi parfois être imaginées par le lecteur comme celle à Nathaniel Hawthorne et sa Lettre écarlate, autre histoire d’amour impossible, à travers le prénom de Nathan. Parfois le lecteur que nous sommes se demande s’il ne va pas trop loin…

    Les horreurs sont parfois réelles, parfois imaginées, souvent revisitées et transcendées par le temps qui passe. La symbolique de l’oiseau qui peut s’échapper, s’envoler est très prégnante.
    De même, des dichotomies : noir / blanc, nuit / jour, dehors / dedans, sécurité / danger… nous éclairent sur le monde imaginaire des personnages. Or, cette dichotomie est parfois tournée en dérision lorsque par exemple la forêt, les champs de maïs (comme dans un texte de S. King) cristallisent toutes les peurs alors que le véritable danger vient de l’intérieur, de la cellule familiale, pour atteindre le summum de l’horreur et plonger les enfants dans le gouffre dont ils ne réussiront jamais vraiment à sortir, ce gouffre béant symbolisé par le puits de l’enfance de Norma.

    La symbolique est omniprésente : celle des chiffres par exemple : Norma et Tommy ont tous deux 8 ans lorsqu’ils vont devoir faire face à des traumatismes. Or, le nombre 8 est la manifestation de la perfection, et la figuration de l'éternité immuable ou de l'autodestruction…


    Un roman fort et efficace dans lequel rien n’est laissé au hasard, qui donne envie de se plonger dans Les loups à leur porte !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Découvrez HELENA, un redoutable « page turner »
    Chronique Nathalie Bullat 29 11 18
    C’est certain Jérémy Fel est un élève de Stephen King.
    IL sera responsable de votre plus terrifiante insomnie ! Alors verrouillez portes et fenêtres et attaquez son roman. Dès le premier chapitre un...
    Voir plus

    Découvrez HELENA, un redoutable « page turner »
    Chronique Nathalie Bullat 29 11 18
    C’est certain Jérémy Fel est un élève de Stephen King.
    IL sera responsable de votre plus terrifiante insomnie ! Alors verrouillez portes et fenêtres et attaquez son roman. Dès le premier chapitre un sentiment de danger s’installe. Vous hésitez à continuer ? Vous serez très vite happé par ce thriller démoniaque où se mêlent amour, haine, souffrance et drame familial.
    Hayley, jolie «fille à papa » championne de golf a des problèmes avec sa Chevrolet rouge cerise sur l’autoroute. Elle est dépannée par Norma, une mère de famille de trois enfants qui lui propose le gîte et le couvert en attendant que sa voiture soit réparée. L’ambiance est chaleureuse dans la grande maison isolée du Kansas. Norma a deux grands fils dont un schizophrène et une fillette adepte des concours de mini-miss.
    Mais la vie « normale » de chacun va sortir des rails bien tracés et virer au cauchemar.
    Parce que des gens ordinaires peuvent prendre des figures d’ogres !
    Comme l’orage,la violence est tapie et peu éclater à tout moment. Le lecteur retient son souffle !
    La maison, elle même, est marquée des drames passés. Norma est possessive, capable de soulever des montagnes pour protéger ses enfants mais capable aussi d’être dans le déni. Et la charmante invitée Hayley cache sa part d’ombre ! Chacun est ambivalent. Les pères, qui ne sont plus là, ont des responsabilités bonnes ou mauvaises dans la destinée de leurs enfants.
    Vous suivez ces 4 personnages, tous ayant vécu des traumatismes, des fêlures d’enfance. Quelques soient leurs actes vous aurez de l’empathie pour eux..
    La lecture terminée, vous vous interrogez : qu’aurai-je fait à la place de Norma? jusqu’où peut-on aller pour aider son enfant

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dévoré en un week-end ! 700 pages englouties avec une avidité qui ne s'est pas démentie au fil de l'intrigue, à peine le temps de piocher quelques nutriments et autres vitamines pour tenir le choc. Pas envie de le poser... et surtout pas avant de savoir qui est Helena ! Ce que réalise Jérémy Fel...
    Voir plus

    Dévoré en un week-end ! 700 pages englouties avec une avidité qui ne s'est pas démentie au fil de l'intrigue, à peine le temps de piocher quelques nutriments et autres vitamines pour tenir le choc. Pas envie de le poser... et surtout pas avant de savoir qui est Helena ! Ce que réalise Jérémy Fel est phénoménal et pouvoir mesurer sa progression depuis Les loups à leur porte, son premier roman si singulier et déjà prometteur est tout simplement passionnant. Helena va captiver des tonnes de lecteurs, ça c'est certain !

    Pourquoi ça marche ? Peut-être parce que l'auteur parvient à maîtriser sa construction au cordeau sans se laisser dépasser par sa passion pour les maîtres U.S. de l'horreur version cinéma ou littérature. Au contraire, il s'en imprègne pour prendre un recul plus important et inviter le lecteur à entrer dans son jeu. Dans Les loups à leur porte, déjà, il fallait être attentif à bien assembler les pièces d'un puzzle dessinant un roman choral plutôt gonflé pour une première fois. Helena se révèle à la fois plus simple et beaucoup plus complexe dans l'exploration de la psychologie des personnages. Ceci dit, sans être une suite, les clins d’œil évoquant le précédent roman créent une connivence supplémentaire avec le lecteur fidèle qui retrouvera également les principaux éléments de l'univers de Jérémy Fel, les cauchemars et les monstres issus du monde de l'enfance et qui hantent les nuits des uns et des autres.

    Pas de foisonnement de personnages ici mais il est surtout question de mauvaises rencontres. Lorsque la voiture de Hayley, en route pour un stage de golf tombe malencontreusement en panne sur une route déserte du Kansas, la jeune fille ne se doute pas qu'en choisissant d'accepter l'aide de Norma Hewitt au lieu de celle d'un fermier dont la tête l'inquiétait, elle fait peut-être le mauvais choix. Pour l'instant, la voilà ravie d'accepter l'hospitalité de cette respectueuse mère de famille et de faire la connaissance de ses deux fils, Graham et Tommy ainsi que de la petite Cindy très occupée par ses concours de mini miss. Le lecteur lui a un peu d'avance sur Hayley. Il sait que dans la tête de Tommy, c'est assez compliqué et que les pulsions qui le gouvernent vont un jour lui poser de sérieux problèmes. Il sait aussi que l'emplacement de la maison de Norma a un passé assez chargé puisque c'est là que trente-huit ans plus tôt, Daryl Greer avait tué ses propres parents (cf Les loups à leur porte). Bref. Le lecteur n'est pas rassuré et la suite va lui donner raison.

    Pourquoi ça marche ? Mais simplement parce que les motivations de chacun des personnages nous sont parfaitement saisissables et compréhensibles, que Jérémy Fel avance à pas de loup sans pour autant étirer son propos. Qu'il utilise la quintessence de la "culture" américaine sans jamais donner l'impression de la parodier. Peut-être aussi parce qu'il construit son histoire un peu comme une série américaine et que ses dialogues sont particulièrement bien troussés.

    Mais si son roman a l'apparence d'un thriller, il n'en est pas moins une interrogation originale et captivante sur la figure maternelle et son corollaire, l'amour maternel. Le projecteur est braqué sur Norma, prête à tout pour défendre sa progéniture, le côté pile en somme alors que dans l'ombre se dessine en creux le côté face...

    Lorsque vous déciderez de commencer ce livre, prévenez votre entourage : il va vous rendre asocial le temps de 700 pages haletantes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le roman noir de Jeremy Fel "Helena"nous entraîne au Kansas, là, l’auteur a réuni ses protagonistes pour une rencontre totalement improbable.
    Tommy, au lourd secret d’enfance et à l’esprit qui disjoncte, rêve de monstres ; Norma veuve soulagée mais culpabilisée, est éblouie par la beauté de sa...
    Voir plus

    Le roman noir de Jeremy Fel "Helena"nous entraîne au Kansas, là, l’auteur a réuni ses protagonistes pour une rencontre totalement improbable.
    Tommy, au lourd secret d’enfance et à l’esprit qui disjoncte, rêve de monstres ; Norma veuve soulagée mais culpabilisée, est éblouie par la beauté de sa petite Cindy ; Graham, le grand frère si raisonnable est amoureux et rêve d’évasion et de liberté ; Healey, jeune femme de 17 ans orpheline de mère, est insouciante et trop spontanée pour réfléchir et ne pas se flanquer dans les plus mauvaises situations. Tous campent des caractères normaux, tellement classiques même et pourtant, tous sont à un moment ou un autre sur le fil du rasoir, au risque de franchir la frontière entre normalité et folie…
    L’auteur aborde dans "Helena" de nombreux thèmes difficiles. On y trouvera en particulier la pédophilie et le viol, avec le silence des victimes comme des témoins, l’amour maternel, qui n’est pas toujours une évidence, mais qui peut aussi être porté à son paroxysme avec cette louve qui protège ses petits, parfois un peu trop tard, parfois à cause d’une culpabilité qui la ronge, enfin, l’ambivalence des personnalités, où le bien et le mal cohabitent... Le tout avec des personnages poussés à l’extrême, qui malgré tous leurs défauts, sont pourtant difficile à détester. Enfin, Jeremy Fel approfondit ici la complexité des relations intrafamiliales.
    Helena est un roman émouvant et bouleversant, sanglant et angoissant ! Mais une fois dépassées les premières impressions, on n’a qu’une seule envie, aller au bout de ce lourd pavé !
    lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2018/11/18/helena-jeremy-fel/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Waouh !!!! Peu élégante cette expression, je vous l’accorde, et moins encore littéraire. C’est pourtant le premier mot qui m’est venu en tournant la dernière page du deuxième roman de Jérémy Fel "Helena". Pour tout dire, il me trottait même dans la tête depuis le début, subjuguée que j’étais. Ce...
    Voir plus

    Waouh !!!! Peu élégante cette expression, je vous l’accorde, et moins encore littéraire. C’est pourtant le premier mot qui m’est venu en tournant la dernière page du deuxième roman de Jérémy Fel "Helena". Pour tout dire, il me trottait même dans la tête depuis le début, subjuguée que j’étais. Ce roman, je n’irai pas par quatre chemins, je l’ai beaucoup, beaucoup aimé même si, élagué d’une centaine de pages, il m’aurait semblé encore plus puissant.

    Parler du sujet sans rien déflorer ne me semble pas simple aussi me contenterais-je de lister les personnages : Tommy, un jeune adolescent qui prend plaisir à tuer des chiens et pas n’importe comment, Hayley, jeune fille de dix-sept ans qui s’apprête à participer à un tournoi de golf à Dallas, Norma, une femme d’une quarantaine d’année, mère de trois enfants, Graham, Cindy et… Tommy. Lorsque Hayley, tombe en panne sur le chemin de Dallas, elle est prise en charge par Norma qui la ramène chez elle, le temps que sa voiture soit réparée. Des destins qui se croisent, s’entremêlent, se construisent, se détruisent et basculent.

    Addictif, envoûtant, passionnant, ensorcelant, je ne saurais trouver d’autres qualificatifs pour ce roman qui m’a tenue en haleine, jusqu’à la fin ou presque. J’ai aimé la construction du récit par chapitre alterné, chacun portant en titre le nom d’un des protagonistes. J’ai particulièrement apprécié les explications de l’un dans l’autre, les retours en arrière, les liens établis entre les faits et les raisons de ces actions. Le roman est noir et d’une violence inouïe mais rien n’est gratuit et tout est expliqué. Et il est bien plus que ça.

    L’auteur décortique le cœur de chacun, analyse, dissèque l’importance de la vie, ses difficultés, ses horreurs et leurs conséquences. Il utilise une écriture simple, élégante, fluide, mais sacrément efficace. Il substitue aux horreurs des passages poétiques, faisant de ce Midwest des Etats-Unis un décor parfait pour l’intrigue. J’ai aimé aussi les rappels de son premier roman "Les loups à leur porte", forcément intéressants pour ceux qui l’ont lu mais qui ne gênent en rien ceux qui ne le connaissent pas. Les passages de la réalité aux hallucinations sont savamment maîtrisés, l’auteur fait preuve d’une grande connaissance dans le domaine des pathologies mentales. Par ailleurs, l’équilibre est parfait entre dialogues et récit. Par moment, la narration d’instants heureux permet au lecteur de reprendre son souffle, de baisser les épaules, d’oublier la tension.

    Et puis il y a Helena, et puis il y a la vision de l’importance d’une mère dans la vie. Jusqu’où une mère est-elle capable d’aller pour sauver son enfant ? Jusqu’où une mère est-elle coupable ou tout au moins responsable de ses actes ? N’est-ce pas là finalement que se situe le sujet du récit ? Car, si ce roman est noir, violent, il est aussi illuminé par l’amour, le grand, peut-être le seul véritable : l’amour maternel. N’est-ce pas finalement dans les remerciements de l’auteur que l’on découvre la clé ? Chacun, je le pense, peut trouver sa réponse.

    Jérémy Fel est à mes yeux un écrivain sans doute dérangeant mais bourré de talent. "Les loups à leur porte" m’avait intéressée, celui-ci m’a enthousiasmée. Je suis désormais impatiente de découvrir le troisième.

    https://memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Habitants du Midwest pris dans un vortex de violence
    *
    ALERTE COUP DE COEUR
    *
    Oui, encore dans cette même année, j'ai eu l'immense plaisir de recevoir un coup de poing dans l'abdomen. Dit comme ça, ça fait glauque mais on se comprend hein ! J'imagine, d'après tous les bons avis – voire...
    Voir plus

    Habitants du Midwest pris dans un vortex de violence
    *
    ALERTE COUP DE COEUR
    *
    Oui, encore dans cette même année, j'ai eu l'immense plaisir de recevoir un coup de poing dans l'abdomen. Dit comme ça, ça fait glauque mais on se comprend hein ! J'imagine, d'après tous les bons avis – voire excellents- ici sur la Toile, vous savez de quoi je parle.
    De 734 pages de pur bonheur de lecture.
    Une telle frénésie m'a emporté durant 4 jours que j'ai oublié tout le reste autour de moi.
    Il faut que je vous explique ce qu'on retrouve à l'intérieur de ce pavé.
    De la violence (énormément), du sang (beaucoup!), des armes (de toutes sortes), de l'amour (que ça en déborde), du sexe, de la vengeance (pure et dure) et des secrets en pagaille.
    *
    Vu comme ça, -j'ai parlé de bonheur juste avant – vous souriez certainement. Mais oui, je ne vous l'ai pas encore rappelé, c'est un roman noir . Le noir si noir que même les chats n'y verraient rien....(le lien ? Il n'y en a pas!, c'est une illustration).
    *
    Focus sur le lieu : le Kansas, cet état perdu en plein milieu des USA. La morne plaine, avec juste des champs de mais à foison sous une chaleur caniculaire.
    Les personnages : une desperate housewife , un fils borderline, une ado paumée, l'autre fils tout pimpant. On mélange bien et on se retrouve dans un engrenage infernal où personne n'en sortira indemne. Impossible.
    Vous ai-je donné envie d'ouvrir ce petit bijou de thriller psychologique ?
    J'espère bien !
    *
    C'est dérangeant, glauque, glaçant, cruel, énervant parfois, flippant mais surtout GRANDIOSE. On s'attache à eux, on les déteste, on a envie d'en étriper certains (grrr), on en veut aussi à l'auteur pour certains twists (là, je vais faire ma Annie Wilkes dans Misery pour soudoyer l'auteur afin qu'il rectifie quelques détails:).
    *
    La cerise sur le gateau : les questions morales qui parsèment le récit. L'identification à certains personnages sont inévitables – je suis mère de 3 enfants donc forcément je me suis intéressée à la problématique de la protection de son enfant coûte que coûte - , le silence sur des traumatismes, la souffrance qu'on peut infliger aux autres ou à soi-même .
    *
    Un point négatif : la couverture très nineties ou SF qui ne rend pas justice à la teneur du contenu. Et puis « Helena », où es-tu ? Où te caches-tu ? Ah oui, toi qui t'es perdue dans un des chapitres de la fin. Peut-être que l'auteur va utiliser ton personnage dans un « spin off » ou une suite ? Comme il a utilisé la maison maudite de cette famille dans son 1er roman « Les loups à leur porte ». (magistral aussi ).
    *
    Voilà, vous l'aurez compris, j'ai été conquise par cette prouesse littéraire, cette tornade d'émotions .
    Qui est coupable ? Qui est sain d'esprit là-dedans ? Accrochez-vous bien et laissez vos jugements moraux de côté durant 3 jours (peut-être 2 si vous lisez aussi la nuit, avec la lumière allumée bien sûr pour vous épargner des cauchemars).
    *
    Le pouls s'accélère, le souffle est court, ça y est on a le vertige, on est dedans !
    *
    Lu dans le cadre des #MRL2018 de #RAKUTEN

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • J’avais lu de nombreuses critiques élogieuses concernant ce nouveau titre de la rentrée 2018. C’est finalement une libraire qui a fini par me convaincre. Jérémy Fel nous offre ici un chef-d’œuvre. Une alchimie dérangeante entre noirceur et psychologie. On ne sort pas indemne de ce roman dont les...
    Voir plus

    J’avais lu de nombreuses critiques élogieuses concernant ce nouveau titre de la rentrée 2018. C’est finalement une libraire qui a fini par me convaincre. Jérémy Fel nous offre ici un chef-d’œuvre. Une alchimie dérangeante entre noirceur et psychologie. On ne sort pas indemne de ce roman dont les thématiques sont la vengeance et les limites que nous sommes prêts à franchir pour protéger et sauver ceux qu’on aime. L’auteur exploite ses personnages à fond de manière à perturber le lecteur. Alors que l’un des quatre protagonistes est un dangereux psychopathe, il en devient presque touchant lors de certains passages. Le récit alterne les points de vue des quatre personnages principaux, ce qui rend parfois la lecture un peu monotone mais permet de voir l’histoire sous des angles différents. Les faits qui sont traités dans cette histoire découlent fortement du hasard, ce qui induit une question récurrente chez le lecteur : « Qu’aurais-je fait à sa place ? ». Le roman provoque donc un questionnement permanent qui peut se révéler un peu épuisant tout au long de ses 700 pages. L’écriture est simple et fluide, à la manière d’un film où les scènes se succèdent, entraînant le lecteur dans une plongée noire dans l’Amérique contemporaine. En conclusion, je recommande chaudement ce roman qui s’apparente pour moi à un électro-encéphalogramme du mal. J’encourage cependant le lecteur à dépasser la première scène du livre qui est plus que dérangeante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hayley, une jeune fille, tombe en panne au milieu de nul part dans le Kansas. Norma, une mère de famille va s'arrêter pour lui proposer son aide. Le garagiste n'étant pas disponible, Norma propose à Hayley de venir chez elle. Hayley va alors faire la rencontre des enfants de cette dernière, ses...
    Voir plus

    Hayley, une jeune fille, tombe en panne au milieu de nul part dans le Kansas. Norma, une mère de famille va s'arrêter pour lui proposer son aide. Le garagiste n'étant pas disponible, Norma propose à Hayley de venir chez elle. Hayley va alors faire la rencontre des enfants de cette dernière, ses deux fils et sa fille.

    C'est un thriller psychologique dense et très noir qui se lit très facilement car le rythme est soutenu. La violence est omniprésente. L'auteur sait instiller une ambiance malsaine et dérangeante qui met le lecteur mal à l'aise tout au long de sa lecture. Jeremy Fel ne nous épargne pas : les visions d'horreur s’enchaînent, il n'y a pas de répit. C'est un récit angoissant et cauchemardesque qui s'offre à nous.

    L'auteur joue avec le genre cinématographique. C'est un roman choral, dans lequel il utilise plusieurs voix : celle d'Hayley, Norma, et de ses deux fils Tommy et Graham. Les destins de ses différents personnages vont se lier et l'engrenage de la violence va se mettre en route. La psychologie des personnages est très travaillée. Tous les protagonistes torturés ont de la consistance.
    L'auteur joue aussi avec son lecteur car tout au long du livre, il se demande qui est Helena ? Presque jusqu'à l'oublier. Et pour cause ! Elle ne se manifeste finalement qu'à la fin du roman. Si l'apparition de celle que l'on attendait peut paraître décevante, l'auteur arrive à nous décontenancer. Avec du recul, l'histoire de ce personnage permet d’emboîter les pièces du puzzle.

    Jeremy Fel pose différentes questions à travers son récit : jusqu'où une mère peut-elle aller pour protéger son enfant ? Quelles sont les incidences sur la construction de l'enfant d'une relation entre une mère toxique et son enfant ? Après un traumatisme, est-ce que tous les individus sont capables de résilience ?

    C'est un livre qui n'est pas facile à lire pour les personnes sensibles et pour le sujet traité. Mais, le style de Jeremy Fel est vraiment singulier. Je ne crois pas encore avoir lu un thriller de cette trempe. « Helena » fait froid dans le dos et vient confirmer après « Les loups à leur porte », l’immense talent de son auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hayley était prête pour un dernier entraînement intensif avant le grand jour. Dans quelques semaines se déroulerait le World Junior Girl Championship de Dallas, tournoi de golf amateur au cours duquel seraient repérés les futurs professionnels. Sur le départ pour rencontrer son coach, sa vie...
    Voir plus

    Hayley était prête pour un dernier entraînement intensif avant le grand jour. Dans quelques semaines se déroulerait le World Junior Girl Championship de Dallas, tournoi de golf amateur au cours duquel seraient repérés les futurs professionnels. Sur le départ pour rencontrer son coach, sa vie d’adolescente s’effondre : elle a surpris son petit ami avec une jeune fille moins… farouche. Rester sur place pour régler ça et renoncer au tournoi ? Non, elle partira quand même. Cet enfoiré attendra et la donzelle ne perd rien pour attendre. Pour s’assurer de ne pas craquer, elle dépose son portable chez sa meilleure amie et, le cœur lourd, elle prend la route. Si son père n’accorde pas tellement d’importance à la carrière qu’elle miroite, sa mère, elle, y croyait et lui a très tôt donné les moyens de réussir. Pour elle, elle se doit d’aller jusqu’au bout.

    Hayley est toute à ses ruminements quand le capot de la voiture se met à fumer… et à fumer tant et plus. Première sortie, elle quitte l’autoroute, quelqu’un va devoir la dépanner. La chance semble revenir lorsque Norma, sympathique mère de famille, propose de tracter sa voiture jusqu’à chez elle et d’aviser. Mais on se doute bien que ça va partir en vrille, parce qu’un peu plus tôt dans le roman, on a croisé Tommy. Il était en train d’éviscérer un chien dans un ancien abattoir (j’ai lu ce passage en diagonale : dépecer un homme si vous voulez, mais ne vous avisez pas de marcher sur la queue du chat, ça me rend malade), et il n’en était pas à son coup d’essai. À première vue, rien ne relie les personnages, alors qu’en est-il ? L’auteur laisse au lecteur le temps de se poser des questions et balance le truc tout à trac. L’effet recherché n’en est que plus réussi. On suit les unes, puis l’autre, et l’une, et l’autre, et psychologiquement, c’est assez éprouvant. Chaque chose qui se produit semble en entraîner une autre, et le battement d’aile du papillon va déclencher un tsunami. Les personnages, à leur place dans leur rôle, progressent en demi-teinte et sèment un trouble certain. Qui sont les vrais méchants ? Y en a-t-il, d’ailleurs ? Les 730 pages passent vite, si ce n’est les passages entre rêve/cauchemar/réalité avec lesquels j’ai eu un peu de mal. C’est un procédé qui a tendance à me couper dans mon élan. Cela dit, Helena est un bon roman, qui n’hésite pas à venir gratter les plaies qu’on croyait cicatrisées : méfiez-vous des infectons.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour comprendre les actes des uns et des autres, pour déceler tous les enjeux, le passé de la famille Hewitt (mais plus tard aussi celui des Hives) se dévoile tout doucement sur fond de cauchemars peuplés de monstres.

    Jérémy Fel joue sur ainsi deux créneaux, l’amour maternel au centre même de...
    Voir plus

    Pour comprendre les actes des uns et des autres, pour déceler tous les enjeux, le passé de la famille Hewitt (mais plus tard aussi celui des Hives) se dévoile tout doucement sur fond de cauchemars peuplés de monstres.

    Jérémy Fel joue sur ainsi deux créneaux, l’amour maternel au centre même de l’histoire et l’épouvante, celle qui habite divers personnages et le lieu (une ferme maudite pleine de présences inquiétantes, chargée d’histoire qui fait d’ailleurs écho au précédent titre de l’auteur : Les loups à leurs portes) et évidement celle qu’il distille dans sa narration.

    Après un premier chapitre particulièrement violent et gore qui instaurent une ombre sur tout le déroulement du livre, l’auteur laisse planer une certaine forme de tension dans le quotidien banal où la violence est partout palpable et les différents détails qu’il parsème régulièrement tels que les clins d’œil à Stephen King avec la voiture rouge de Christine, à Massacre à la tronçonneuse avec l’abattoir, à la littérature enfantine et d’horreur faite d’ogre, de corbeaux et de figures fantomatiques, comme La Tour d’écrou, où se mélangent folie et fantastique).


    Addictif par son côté inquiétant mais surtout par ses personnages qui s’humanisent au fil de la lecture, Helena est un roman qui gagne en intensité et en intérêt à mesure qu’on s’enfonce dedans.......................................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/jeremy-fel-helena

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com