Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le Chien des Baskerville

Couverture du livre « Le Chien des Baskerville » de Arthur Conan Doyle aux éditions
  • Date de parution :
  • Editeur : (-)
  • EAN : (-)
  • Série : (-)
  • Support : (-)
Résumé:

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles) est un roman policier anglais d'Arthur Conan Doyle, publié pour la première fois dans le Strand Magazine en 1901 et 1902.
La légende court dans cette région du Devonshire (sud ouest de l'An...

Télécharger cet ebook

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour pouvoir télécharger cet ebook, c'est gratuit!

Articles (1)

Avis (23)

  • Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un titre phare de la littérature policière anglaise, j'ai nommé Le chien des Baskerville par Arthur Conan Doyle.

    J'étais extrêmement curieuse de découvrir ce qui est probablement le volet le plus connu des aventures de...
    Voir plus

    Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un titre phare de la littérature policière anglaise, j'ai nommé Le chien des Baskerville par Arthur Conan Doyle.

    J'étais extrêmement curieuse de découvrir ce qui est probablement le volet le plus connu des aventures de notre illustre Sherlock Holmes... et je ne vous cache pas que j'ai été un tantinet déçue par cette lecture dont j'attendais résolument plus. En effet, le résumé de ce livre m'avait vendu du rêve avec cette histoire de soi-disant chien démoniaque qui hanterait toute une famille sur plusieurs générations. Cela me promettait de l'aventure, une enquête tumultueuse, du frisson et c'est effectivement ce que j'ai obtenu, mais...

    Pour commencer, j'ai trouvé l'atmosphère de ce roman absolument exquise. L'aura qui se dégage de ce livre est à la fois très raffinée, so british, et délicieusement mystique, sombre et gothique à partir du moment où Watson est invité à mener l'enquête chez les Baskerville... sans Sherlock ! À tout le moins, notre détective incomparable à aucun autre est absent pendant une bonne partie de l'intrigue pour des raisons que je l'expliciterai pas ici... Bref, dès l'instant où Watson devient l'hôte du nouvel héritier des Baskerville et où l'on est amené à explorer la lande environnante du fameux manoir hanté, j'étais séduite ! J'adore les descriptions d'une nature sauvage, imprévisible, où tous les dangers (style un chien venu tout droit des enfers) peuvent s'y tapir et avec Le chien des Baskerville, j'ai été servie !

    Cependant, mon excitation est retombée très rapidement comme un soufflé. En effet, le livre est court et si l'écriture d'Arthur Conan Doyle se boit comme du petit lait (ou plutôt comme un bon thé bien chaud), son charme et sa fluidité ne m'en ont pas fait oublier la facilité avec laquelle se résout l'intrigue. En fait, ce n'est pas tant que l'intrigue se résout trop aisément à mon goût ; c'est plutôt le fait que je n'ai pas compris quelles étaient les réelles intentions du coupable qui m'embête. Ce dernier nous fournit certes un certain nombre de raisons l'ayant poussé à de telles agissements mais cela n'éclaircit absolument rien de mon côté. En comparaison, j'avais trouvé l'histoire en arrière-plan de la première aventure de Sherlock Holmes, Une étude en rouge, bien plus développée, originale et crédible. Après, je dois reconnaître que je n'ai rien vu venir ou presque avec Le chien des Baskerville pendant une bonne partie du récit mais, une fois le dénouement survenu, je n'ai pas pu m'empêcher de me sentir trahie, bafouée. Je me suis à ce moment-là « Tout ça pour ça ? » et ce n'était certainement pas ainsi que je souhaitais clore l'une des mémorables enquêtes de Sherlock, vous pouvez me croire.

    Pour conclure, j'étais impatiente à l'idée d'enfin me plonger dans la lecture de l'incontournable Chien des Baskerville et, si j'ai pris un immense plaisir à retrouver le duo mythique que forment les irremplaçables Sherlock et Watson et trouvé l'atmosphère lugubre et teintée d'horreur du récit au poil (Vous comprenez ? Chien des Baskerville, poil... OK, je sors...), je n'ai en revanche pas été satisfaite de la fin que j'escomptais plus surprenante ainsi que de la psychologie des personnages que j'aurais voulu voir plus poussée encore. Malgré cela, je ne regrette pas d'avoir laissé sa chance à ce livre qui reste un très agréable moment de lecture que je garderai un certain temps en mémoire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un des meilleurs Conan Doyle. Une ambiance glauque plombée par l'omniprésence d'une lande mystérieuse qui est l'un des principaux acteurs de l'intrigue.
    Un polar que l'on peut considérer comme un classique du genre

    Un des meilleurs Conan Doyle. Une ambiance glauque plombée par l'omniprésence d'une lande mystérieuse qui est l'un des principaux acteurs de l'intrigue.
    Un polar que l'on peut considérer comme un classique du genre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le chien des Baskerville est sans aucun doute le roman le plus célèbre mettant en scène les aventures de Sherlock Holmes et de son fidèle Docteur Watson. Publiée pour la première fois en 1901 et 1902 dans les pages de Strand Magazine, cette histoire imaginée par Arthur Conan Doyle a fortement...
    Voir plus

    Le chien des Baskerville est sans aucun doute le roman le plus célèbre mettant en scène les aventures de Sherlock Holmes et de son fidèle Docteur Watson. Publiée pour la première fois en 1901 et 1902 dans les pages de Strand Magazine, cette histoire imaginée par Arthur Conan Doyle a fortement marqué l'imaginaire populaire. À mi-chemin entre le roman policier dont Conan Doyle est l'inventeur et le fantastique, le chien des Baskerville mène le lecteur par le bout du nez du début à la fin de l'histoire. Fausses pistes, faux-semblants, intrigues secondaires, toute l'histoire est construite sur des non-dits, des ellipses et des suspicions changeantes qui occasionnent régulièrement de savants coups de théâtre.



    Afin de rendre l'enquête fluide et jamais lassante, Arthur Conan Doyle laisse le Docteur Watson racontait l'histoire par le biais d'un découpage singulier. Se succèdent ainsi des entretiens avec le célèbre détective, des comptes-rendus épistolaires et des notes prises dans un journal, le tout donnant un aperçu exhaustif des tenants et des aboutissants de cette enquête complexe. En parallèle des rencontres qui donnent lieu à chaque fois à un portrait sympathique et à un décryptage en règle des mœurs des personnages secondaires, les deux héros croisent régulièrement la route de cette créature maléfique qui rappelle évidemment la bête de Gévaudan. Comme une ombre effrayante qui plane sur la lande, le chien des Baskerville et tout ce qu'il représente est utilisé à l'économie, une astuce persistante pour maintenir le suspense sans tomber cependant dans la surenchère surnaturelle.



    Au-delà de l'enquête, le chien des baskerville séduit également par la relation qui unit les deux principaux protagonistes. Loin de correspondre à l'idée que l'on peut se faire d'un héros, Sherlock Holmes est un personnage peu sympathique, condescendant et peu concerné par les états d'âmes comme par les succès de son acolyte qui sont pourtant indéniables. Sa logique et ses déductions forcent pourtant le respect et forment les raisons du succès populaire et du respect qu'il rencontre auprès de la population. Mais l'engouement que suscite encore aujourd'hui l'œuvre d'Arthur Conan Doyle résulte immanquablement de sa plume, de cette façon qui lui est propre d'installer une ambiance, de détailler abondamment les lieux ou de s'attarder sur la complexité de l'âme humaine. La sensation de parcourir à ses côtés les rues londoniennes de cette fin de 19ème siècle, propice à l'imaginaire des grands auteurs britanniques et riche en affaires criminelles - comme l'atteste la chevauchée sanguinaire d'un certain Jack l'éventreur - est palpable et s'avère bien souvent délectable.



    À cet effet, le chien des Baskerville est une bonne manière de découvrir Sherlock Holmes tout en prenant conscience que sans Arthur Conan Doyle, une certaine Agatha Christie n'aurait sans doute jamais imaginé le personnage d'Hercule Poirot.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un Classique universel qui se démarque de tous les classiques. Je suis heureux qu'il fasse enfin parti de mes lectures achevées. Ce fut un bon divertissement. Une histoire chargée de mystères et sans doute la plus "noire" de tous les Holmes. Rien que pour la culture générale, qui ne l'a pas lu...
    Voir plus

    Un Classique universel qui se démarque de tous les classiques. Je suis heureux qu'il fasse enfin parti de mes lectures achevées. Ce fut un bon divertissement. Une histoire chargée de mystères et sans doute la plus "noire" de tous les Holmes. Rien que pour la culture générale, qui ne l'a pas lu sait ce qu'il lui reste à faire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Encore un livre ressorti de sa solitude au milieu des autres aventures de Conan Doyle : « Le chien des Baskerville » avec le fameux détective Sherlock Holmes qui « se levait habituellement fort tard, sauf lorsqu’il ne dormait pas de la nuit, ce qui lui arrivait parfois. » (page 7).

    Avec ses...
    Voir plus

    Encore un livre ressorti de sa solitude au milieu des autres aventures de Conan Doyle : « Le chien des Baskerville » avec le fameux détective Sherlock Holmes qui « se levait habituellement fort tard, sauf lorsqu’il ne dormait pas de la nuit, ce qui lui arrivait parfois. » (page 7).

    Avec ses quinze chapitres, on y apprend la malédiction des Baskerville, sous la forme d’un document ancien, daté de 1742 (avec un féroce cerbère)  et la mort violente de Sir Charles, qui demeurait dans ce manoir, est assez inexplicable car celle-ci se trouve dans une lande sauvage. C’est la raison pour laquelle le Docteur Mortimer fait appel à notre célèbre Sherlock Holmes qui va s’attacher, avec son flegme bien connu et ses déductions « élémentaires » à tenter de résoudre le mystère de ces Baskerville.

    On navigue entre le réel et le fantastique puisqu’il y a une légende vieille de plusieurs siècles, concernant cette famille.
    On voit aussi qu’il y a un chien monstrueux, terreur du manoir (serait-celui ce terrible cerbère surgi de l’enfer ?).
    Parmi les suspects, les plus importants sont les Stapleton, mais quel serait leur mobile ? L’héritage puisqu’il semble qu’ils font partie d’une autre branche de l’arbre généalogique des Baskerville ?
    Il y aussi les Barrymore qui ont quelque chose à se reprocher mais peut-être pas la mort de Sir Charles. De plus, il y a également la sœur de Mrs Barrymore, Selden, avec son mari.
    La liste des personnages et des suspects potentiels s’allonge avec James Mortimer, Mr Franckland, Laura Lyons….
    Finalement, cette famille Baskerville, semble être partagée en deux branches : une bonne avec Charles et Henry – une mauvaise avec Hugo, Roger et Jack.
    Mais les personnages sont tellement nombreux que je ne vais pas en citer d’autres.
    Avec ce roman, où le Docteur Watson se fait bien remarquer, on retrouve avec plaisir les subtiles déductions pendant que Sherlock travaillait de son côté.
    Le suspense va grandissant, nous tenant en haleine jusqu’au bout.
    On retrouve aussi l’ambiance particulière de malaise et d’angoisse dans ce lieu solitaire.

    Donc, de rebondissements en événements surprenants, on en arrive au dénouement. Mais c’était tellement « élémentaire » ! Il suffisait de réfléchir un peu…

    Quant aux dernières lignes, elles ne dérogent pas au calme olympien de Sherlock Holmes : « Et maintenant, mon cher Watson, nous avons durement travaillé ces derniers temps ; pour une fois, je pense que nous pourrions nous offrir une petite distraction. Je dispose d’une loge pour Les Huguenots. Avez-vous entendu De Rezskes ? Si cela ne vous ennuie pas, soyez prêt dans une demi-heures et nous pourrions nous arrêter en chemin chez Marcini pour un dîner léger. »

    Quand je vous disais que notre Sherlock était original et d’un calme …

    Un petit secret entre nous : je me souviens avoir regardé sous mon lit avant d’aller me coucher et pourtant je n’étais pas peureuse et je ne le suis toujours pas. Mais c’est peut-être parce que j’avais lu ce livre avant de dormir ?

    Au fait : « Une standing ovation » pour Sherlock Holmes, Watson et bien entendu Conan Doyle qui sait nous intriguer avec un vrai bonheur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sans temps mort, des personnages haut en couleurs, un roman qui se lit d'une traité!

    Sans temps mort, des personnages haut en couleurs, un roman qui se lit d'une traité!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une histoire pleine de mystère comme je les aime. C'est mon premier Sherlock Holmes mais surement pas le dernier

    Une histoire pleine de mystère comme je les aime. C'est mon premier Sherlock Holmes mais surement pas le dernier

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sherlock Holmes est peu présent dans ce roman, c'est le docteur Watson qui essaye de démêler l'histoire. Il a du travail car en plus de l'intrigue principale, des machinations s'ajoutent. Nous ne sommes jamais perdus, tous les personnages sont bien définis, le style est fluide. L'ambiance est...
    Voir plus

    Sherlock Holmes est peu présent dans ce roman, c'est le docteur Watson qui essaye de démêler l'histoire. Il a du travail car en plus de l'intrigue principale, des machinations s'ajoutent. Nous ne sommes jamais perdus, tous les personnages sont bien définis, le style est fluide. L'ambiance est lourde, on s'imagine des paysages hostiles qui ajoute du fantastique, du surnaturel à cette histoire. À découvrir ou à relire.

    Lecture numérique
    Ma chronique complète : http://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2014/11/lecture-le-chien-des-baskerville-doyle.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.