Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Xiaolong Qiu

Xiaolong Qiu
Qiu Xiaolong est né à Shanghai en 1953. Lors de la Révolution culturelle, son père est la cible des révolutionnaires et lui-même est interdit d'école. Il émigre aux USA après les événements de Tian'anmen. Il est l'auteur de six romans policiers déjà disponibles en Points.

Avis sur cet auteur (39)

  • add_box
    Couverture du livre « Mort d'une héroïne rouge » de Xiaolong Qiu aux éditions Points

    Bulle noire sur Mort d'une héroïne rouge de Xiaolong Qiu

    Voici le premier tome de la célèbre série mettant en scène l’inspecteur Chen Cao, héros de Qiu Xiaolong dont le 12ème volume vient de sortir.

    C’est sans aucun doute la série de polars la plus dépaysante que j’ai pu lire. C’est à un voyage en Chine que vous convie l’auteur : cuisine, mœurs,...
    Voir plus

    Voici le premier tome de la célèbre série mettant en scène l’inspecteur Chen Cao, héros de Qiu Xiaolong dont le 12ème volume vient de sortir.

    C’est sans aucun doute la série de polars la plus dépaysante que j’ai pu lire. C’est à un voyage en Chine que vous convie l’auteur : cuisine, mœurs, parti communiste, strates de la société, habitats…. Qiu Xiaolong nous dit tout et ne cache rien même pas les politiques véreux, l’argent qui circule, les passe-droits….

    C’est donc passionnant, les enquêtes mais aussi les rapports entre Chen Cao et ce pays qu’il connaît par cœur mais a bien du mal à apprivoiser.

    Chen Cao t’attend pour une visite guidée, prêt(e) ?

  • add_box
    Couverture du livre « Les courants fourbes du lac Tai » de Xiaolong Qiu aux éditions Points

    kadeline sur Les courants fourbes du lac Tai de Xiaolong Qiu

    Les courants fourbes du lac Tai est le 7ème roman ayant pour héros l’inspecteur Chen et ça se ressent. Ce n’était pas évident d’entrer dans cette lecture sans avoir lus les précédentes enquêtes. Dans ce roman, l’inspecteur est censé profiter des vacances offertes par son supérieur dans une...
    Voir plus

    Les courants fourbes du lac Tai est le 7ème roman ayant pour héros l’inspecteur Chen et ça se ressent. Ce n’était pas évident d’entrer dans cette lecture sans avoir lus les précédentes enquêtes. Dans ce roman, l’inspecteur est censé profiter des vacances offertes par son supérieur dans une résidence pour cadres du parti. Comme souvent dans les policiers, vacances riment avec affaire surprise. Chen sympathise avec une jeune femme responsable du contrôle de pollution dans une entreprise. Quand le meurtre du patron d’une grande entreprise polluante est annoncé, la jeune femme se retrouve la principale suspecte. Chen prend l’enquête en main en sous-marin. L’histoire policière est très convenue, ce n’était clairement pas transcendant à suivre. En revanche, pour l’aspect sociologique de la Chine c’était intéressant. J’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur comment fonctionne le gouvernement chinois, sa police, l’influence du parti et le conflit écologie/développement rapide. L’opposition entre le besoin de se développer économiquement pour augmenter le niveau de vie et diminuer les famines et les conséquences écologiques aux conséquences importantes est bien présenté. Il y a toute la problématique sur l’urgence de développement pour une amélioration immédiate du quotidien qui prime sur un bien-être à long terme avec la prise en compte de l’écologie.
    L’enquête n’est pas le seul point mitigé avec cette lecture. J’ai eu un soucis avec le style du texte. Beaucoup de passages donne l’impression d’une traduction mot à mot qui ne sonne pas juste. Je ne sais pas quelle est la part de l’auteur et celle de la traductrice mais c’est haché, pas très agréable. On dirait une traduction trop littérale mais est-elle due à l’auteur chinois qui écrit en anglais ou à la traduction anglais/français ?
    C’est donc une lecture mitigée. Ecriture/traduction et enquête ne m’ont pas touchées mais tout l’aspect vie quotidienne et choix politiques m’a plu.

  • add_box
    Couverture du livre « Chine, retiens ton souffle » de Xiaolong Qiu aux éditions Liana Levi

    Sandrine Fernandez sur Chine, retiens ton souffle de Xiaolong Qiu

    Toujours en disgrâce, l'inspecteur Chen Cao n'est associé à l'enquête sur le tueur en série qui sévit à Shanghai qu'à titre de consultant. Il faut dire que les policiers chargés de l'affaire n'ont fait aucun progrès dans la recherche de cet assassin qui tue ses victimes au hasard et toujours au...
    Voir plus

    Toujours en disgrâce, l'inspecteur Chen Cao n'est associé à l'enquête sur le tueur en série qui sévit à Shanghai qu'à titre de consultant. Il faut dire que les policiers chargés de l'affaire n'ont fait aucun progrès dans la recherche de cet assassin qui tue ses victimes au hasard et toujours au petit matin. Chen a donc été rappelé mais il n'aura guère le temps de se consacrer à l'enquête. De passage dans la ville, son mentor, le camarade Zhao, lui confie une mission de la plus haute importance. Il s'agit de la surveillance d'une influenceuse écologiste qui s'apprête à diffuser un documentaire sur la pollution qui sévit en Chine. De effet, à Pékin comme à Shanghai, les seuls à pouvoir respirer sont les nantis, bien pourvus en purificateurs d'air, quand le peuple, lui, souffoque sous un épais nuage mortifère. Pour Chen le choc est rude quand il découvre que celle qu'il doit surveiller n'est autre que la belle Shanshan avec qui il avait noué une tendre idylle lors de ses vacances au bord du lac Taï. Comme d'habitude, l'inspecteur principal va devoir ménager la chèvre et le chou, en laissant s'exprimer les écologistes sans desservir les intérêts du Parti.

    Rien de nouveau sous le soleil, ou plutôt sous le ciel plombé de Shanghai. La Chine continue sa folle croissance et ne s'embarrasse pas de respect de l'écologie. Mais les temps changent et le peuple n'accepte plus béatement les diktats du Parti. Dans les hautes sphères, on truque les chiffres, on accuse les Etats-Unis de propagande anti-chinoise, mais les faits sont là, indéniables. On suffoque à Shanhai, les plus fragiles en meurent. Les activistes écologistes dénoncent les industriels et le Parti qui sacrifient la nature et la santé des chinois sur l'autel du profit et, malgré la censure, utilisent les réseaux sociaux pour lancer l'alerte. Pris entre son envie de protéger son ancienne conquête et sa loyauté au Parti, Chen louvoie mais saura tirer les marrons du feu, tout en dégustant la bonne cuisine shanghaienne et en déclamant des vers.
    Encore une Xiaolong Qiu réussit un subtil mélange entre dénonciation des dérives du système chinois et évocations amoureuses des traditions et de la culture de son pays natal. Une lecture toujours savoureuse.

  • add_box
    Couverture du livre « Chine, retiens ton souffle » de Xiaolong Qiu aux éditions Liana Levi

    Bill sur Chine, retiens ton souffle de Xiaolong Qiu

    Shanghai ne peut plus respirer 

    Une chape de pollution, smog épais bourré de particules fines, recouvre la ville et provoque des décès prématurés. 

    A l'abri de leurs purificateurs d'air, les membres du Parti refusent l'évidence et les bulletins météo affichent toujours une qualité de l'air...
    Voir plus

    Shanghai ne peut plus respirer 

    Une chape de pollution, smog épais bourré de particules fines, recouvre la ville et provoque des décès prématurés. 

    A l'abri de leurs purificateurs d'air, les membres du Parti refusent l'évidence et les bulletins météo affichent toujours une qualité de l'air parfaite ! 

    Chaque semaine un cadavre est découvert, un masque jaune à proximité.

    Une militante écologiste prépare un documentaire dénonciateur.

    L'inspecteur Chen est détaché de l'enquête pour meurtre pour mener l'enquête sur les agissements de l'écologiste ...

    Avec son talent habituel, Qiu Xiaolong va nous entraîner dans les ruelles du vieux Shanghai où, aidé par son réseau d'informateurs gastronomes, il ne tardera pas à trouver les mots adéquats pour dénoncer la pollution ambiante et permettre à la vérité de voir le jour au travers de l'épais brouillard