Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tiffany Mcdaniel

Tiffany Mcdaniel
Tiffany McDaniel vit dans l'Ohio, où elle est née. Son écriture se nourrit des paysages de collines ondulantes et de forêts luxuriantes de la terre qu'elle connaît. Elle est également poète et plasticienne.

Articles en lien avec Tiffany Mcdaniel (1)

Avis sur cet auteur (85)

  • add_box
    Couverture du livre « L'été où tout a fondu » de Tiffany Mcdaniel aux éditions Gallmeister

    Catherine Giry-Deloison sur L'été où tout a fondu de Tiffany Mcdaniel

    Premier roman de Tiffany McDaniel, le magnifique « Betty » (2020) étant le second, « L'Été où tout a fondu » raconte, plus de soixante-dix ans après, les faits qui se sont déroulés en1984.
    Le narrateur n'est autre que Fielding Bliss, un homme au bout du rouleau toujours hanté par son enfance....
    Voir plus

    Premier roman de Tiffany McDaniel, le magnifique « Betty » (2020) étant le second, « L'Été où tout a fondu » raconte, plus de soixante-dix ans après, les faits qui se sont déroulés en1984.
    Le narrateur n'est autre que Fielding Bliss, un homme au bout du rouleau toujours hanté par son enfance. Âgé de 13 ans à l'époque, il vit heureux au sein d'une famille aimante composée de ses parents et de son frère aîné Grand qu'il vénère.
    Tout bascule lorsque son père invite le Diable à venir le visiter à Breathed dans l'Ohio où il réside. Cette idée saugrenue vient certainement de sa mère, « une femme des plus étranges dans sa religiosité », qui l'a affublé du prénom d'Autopsy venant « du mot autopsia qui signifie, en grec ancien, voir par soi-même ».
    Au lieu d'un être doté de cornes et de sabots fendus, c'est un garçon noir aux immenses yeux verts qui se présente. Il s'appelle Sal. Il a le même âge que Fielding. Ils deviendront les meilleurs amis du monde.
    Juste après son arrivée, une chaleur accablante s'abat sur la ville. Suivent des tragédies dont les habitants, conduits par un raciste de la pire espèce, vont rendre Sal responsable.
    Dans leurs esprits étriqués et bigots, si Dieu existe, le Diable aussi.
    La peur se mue en une haine contagieuse et une folie vengeresse qui s'abattent sur le plus raisonnable de tous, celui qui a puisé dans le refus de la violence une forme de sagesse, celui qui parle comme un adulte qui a déjà tout vécu, celui qui s'exprime par métaphores et allégories, celui qui a trouvé chez les Bliss un cocon protecteur.
    Quelle famille que celle des Bliss ! Un modèle de tolérance dans cette petite ville moyenne où la crainte de l'étranger fait perdre tout sens commun. Le père, procureur de son état, croit en la justice alors que la douce mère, l'un des personnages les plus intéressants, refuse de sortir de sa maison par peur de la pluie. Pour voyager par la pensée, elle a donné à chaque pièce un nom de pays. Quand aux deux enfants, ils grandissent harmonieusement dans un climat de respect et d'affection.
    Préfigurant les thèmes de « Betty » tels que l'intolérance et le racisme, le récit de Tiffany McDaniel a la grâce. Porté par l'art de conteuse de l'autrice et une écriture lyrique, puissante et visuelle, « L'Été où tout a fondu » est un roman fulgurant et inoubliable.

    http://papivore.net/litterature-anglophone/critique-lete-ou-tout-a-fondu-tiffany-mcdaniel-gallmeister/

  • add_box
    Couverture du livre « Betty » de Tiffany Mcdaniel aux éditions Gallmeister

    Pascale Pay sur Betty de Tiffany Mcdaniel

    Le prêt par une amie a fini de me convaincre de lire ce roman. Je me méfie toujours des critiques/commentaires dithyrambiques, mais parfois je me laisse tenter...

    Le début poétique de ce roman fleuve m'a séduite : une femme brave les tabous de l'époque en épousant un indien sherokee et ils...
    Voir plus

    Le prêt par une amie a fini de me convaincre de lire ce roman. Je me méfie toujours des critiques/commentaires dithyrambiques, mais parfois je me laisse tenter...

    Le début poétique de ce roman fleuve m'a séduite : une femme brave les tabous de l'époque en épousant un indien sherokee et ils vivent de petits boulots en domiciles provisoires. Bientôt père d'une famille nombreuse, Landon instille dans l'esprit de sa fille Betty, celle qui lui ressemble le plus, ses racines indiennes en lui racontant des histoires poétiques et magnifiques.

    La suite m'a nettement moins emballée. De viols de fillettes avec la complicité de leur mère en incestes, de morts brutales en harcèlement, j'ai fini par me demander si personne ne s'en sortirait... Je n'apprécie guère ce côté voyeurisme des histoires d'enfances plus malheureuses les unes que les autres et de violences en tout genre. Ce style semble pourtant tellement en vogue en ce moment qu'il est difficile d'y échapper, à mon grand regret. Finalement, seul Landon, figure paternelle de toute beauté, sort du lot.

    Note mitigée donc, pour un roman plus dur et violent que poétique et beau.

  • add_box
    Couverture du livre « L'été où tout a fondu » de Tiffany Mcdaniel aux éditions Gallmeister

    JuanGarciaMadero sur L'été où tout a fondu de Tiffany Mcdaniel

    Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour l’envoi de « L’été où tout a fondu ». Je n’avais encore jamais lu Mme Tiffany McDaniel mais j’avais entendu le plus grand bien de « Betty », son précédent ouvrage. Et c’est avec une grande curiosité que je me suis lancé dans cette lecture,...
    Voir plus

    Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour l’envoi de « L’été où tout a fondu ». Je n’avais encore jamais lu Mme Tiffany McDaniel mais j’avais entendu le plus grand bien de « Betty », son précédent ouvrage. Et c’est avec une grande curiosité que je me suis lancé dans cette lecture, notamment au regard de son étrange résumé : le procureur de la ville de Breathed, en Ohio, invite le diable à le visiter.

    En fait de diable, c’est Sal, un jeune garçon noir aux yeux verts, qui débarquera dans la fournaise de l'été 1984 dans la famille de Fielding Bliss, le narrateur de cette étrange histoire. La canicule viendra jouer son rôle et perturbera la routine des habitants de cette a priori tranquille bourgade, mais qui vont petit à petit perdre complétement les pédales, étonnés qu’ils sont face à ce jeune garçon fort curieux, vite adopté par les Bliss.

    Hélas, j’ai vite décroché du récit, peut-être un peu lent à mon goût, et malgré une plume poétique aux images souvent surprenantes je n’ai pas récit à rentrer dans l’univers décrit par Mme Tiffany McDaniel. Je lui reconnais cependant une belle capacité à faire vivre ses personnages et à les rendre attachants, malgré les invraisemblances de son récit et sa lenteur dans sa première moitié, et j’avoue que le dénouement des plus dramatiques est une réussite, mais il y avait déjà eu trop de longueurs et d’essoufflements à mon goût avant cela.

    En bref, une déception pour ma part, mais de belles qualités d’écriture de la jeune romancière américaine.

  • add_box
    Couverture du livre « L'été où tout a fondu » de Tiffany Mcdaniel aux éditions Gallmeister

    Elobooks sur L'été où tout a fondu de Tiffany Mcdaniel

    Betty a été un énorme coup de cœur pour moi, un livre auquel je repense encore souvent.
    J'étais donc impatiente de découvrir le nouveau roman de Tiffany McDaniel et particulièrement intriguée par son thème pour le moins original : lorsque le procureur de la ville de Breathed invite le diable,...
    Voir plus

    Betty a été un énorme coup de cœur pour moi, un livre auquel je repense encore souvent.
    J'étais donc impatiente de découvrir le nouveau roman de Tiffany McDaniel et particulièrement intriguée par son thème pour le moins original : lorsque le procureur de la ville de Breathed invite le diable, c'est un jeune garçon noir aux yeux verts qui se présente à sa porte au début de l'été 1984.
    Adopté par la famille, sa présence provoque cependant des remous au sein de la communauté, d'autant plus que des événements inhabituels se produisent.
    La vague de chaleur qui frappe la ville lors de cet été caniculaire transforme cette paisible petite bourgade de l'Ohio en véritable enfer et semble faire fondre le cerveau des habitants, qui perdent tout sens commun et toute rationalité face à ce jeune garçon dont la capacité à lire dans les âmes fascine autant qu'elle effraie.

    Plusieurs décennies plus tard, Fielding, le fils du procureur, va raconter petit à petit les actes de la tragédie qui s'est jouée lors de cet été 1984, alors qu'il avait 13 ans. Un été qui changera à jamais sa vie et celle des habitants de la commune, et qu'il va porter comme un poids, fuyant tout ce qui pourrait le rendre heureux jusqu'à la fin de son existence.

    J'ai eu grand plaisir à retrouver la plume envoûtante Tiffany McDaniel, ses personnages singuliers et son talent pour instiller de la poésie et de la lumière dans les histoires les plus cruelles et les plus sombres.

    J'ai cependant trouvé le rythme un peu lent et il y a quelques longueurs, ce qui ne m'a pas permis de rentrer totalement dans le roman, même si la tension monte au fil des pages et que le final est époustouflant.

    Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour cette découverte.