Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'été où tout a fondu

Couverture du livre « L'été où tout a fondu » de Tiffany Mcdaniel aux éditions Gallmeister
Résumé:

Été 1984 à Breathed, Ohio. Hanté par la lutte entre le bien et le mal, le procureur Autopsy Bliss publie une annonce dans le journal local : il invite le diable à venir lui rendre visite.
Le lendemain, son fils Fielding découvre un jeune garçon à la peau noire et aux yeux d'un vert intense,... Voir plus

Été 1984 à Breathed, Ohio. Hanté par la lutte entre le bien et le mal, le procureur Autopsy Bliss publie une annonce dans le journal local : il invite le diable à venir lui rendre visite.
Le lendemain, son fils Fielding découvre un jeune garçon à la peau noire et aux yeux d'un vert intense, planté devant le tribunal, qui se présente comme le diable en personne. Cet enfant à l'âme meurtrie, heureux d'être enfin le bienvenu quelque part, serait-il vraiment l'incarnation du mal ? Dubitatifs, les adultes le croient en fugue d'une des fermes voisines, et le shérif lance son enquête. Se produisent alors des événements étranges qui affectent tous les habitants de Breathed, tandis qu'une vague de chaleur infernale frappe la petite ville.
Porté par une écriture incandescente, L'été où tout a fondu raconte la quête d'une innocence perdue et vient confirmer le talent exceptionnel d'une romancière à l'imaginaire flamboyant.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (16)

  • Premier roman de Tiffany McDaniel, le magnifique « Betty » (2020) étant le second, « L'Été où tout a fondu » raconte, plus de soixante-dix ans après, les faits qui se sont déroulés en1984.
    Le narrateur n'est autre que Fielding Bliss, un homme au bout du rouleau toujours hanté par son enfance....
    Voir plus

    Premier roman de Tiffany McDaniel, le magnifique « Betty » (2020) étant le second, « L'Été où tout a fondu » raconte, plus de soixante-dix ans après, les faits qui se sont déroulés en1984.
    Le narrateur n'est autre que Fielding Bliss, un homme au bout du rouleau toujours hanté par son enfance. Âgé de 13 ans à l'époque, il vit heureux au sein d'une famille aimante composée de ses parents et de son frère aîné Grand qu'il vénère.
    Tout bascule lorsque son père invite le Diable à venir le visiter à Breathed dans l'Ohio où il réside. Cette idée saugrenue vient certainement de sa mère, « une femme des plus étranges dans sa religiosité », qui l'a affublé du prénom d'Autopsy venant « du mot autopsia qui signifie, en grec ancien, voir par soi-même ».
    Au lieu d'un être doté de cornes et de sabots fendus, c'est un garçon noir aux immenses yeux verts qui se présente. Il s'appelle Sal. Il a le même âge que Fielding. Ils deviendront les meilleurs amis du monde.
    Juste après son arrivée, une chaleur accablante s'abat sur la ville. Suivent des tragédies dont les habitants, conduits par un raciste de la pire espèce, vont rendre Sal responsable.
    Dans leurs esprits étriqués et bigots, si Dieu existe, le Diable aussi.
    La peur se mue en une haine contagieuse et une folie vengeresse qui s'abattent sur le plus raisonnable de tous, celui qui a puisé dans le refus de la violence une forme de sagesse, celui qui parle comme un adulte qui a déjà tout vécu, celui qui s'exprime par métaphores et allégories, celui qui a trouvé chez les Bliss un cocon protecteur.
    Quelle famille que celle des Bliss ! Un modèle de tolérance dans cette petite ville moyenne où la crainte de l'étranger fait perdre tout sens commun. Le père, procureur de son état, croit en la justice alors que la douce mère, l'un des personnages les plus intéressants, refuse de sortir de sa maison par peur de la pluie. Pour voyager par la pensée, elle a donné à chaque pièce un nom de pays. Quand aux deux enfants, ils grandissent harmonieusement dans un climat de respect et d'affection.
    Préfigurant les thèmes de « Betty » tels que l'intolérance et le racisme, le récit de Tiffany McDaniel a la grâce. Porté par l'art de conteuse de l'autrice et une écriture lyrique, puissante et visuelle, « L'Été où tout a fondu » est un roman fulgurant et inoubliable.

    http://papivore.net/litterature-anglophone/critique-lete-ou-tout-a-fondu-tiffany-mcdaniel-gallmeister/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour l’envoi de « L’été où tout a fondu ». Je n’avais encore jamais lu Mme Tiffany McDaniel mais j’avais entendu le plus grand bien de « Betty », son précédent ouvrage. Et c’est avec une grande curiosité que je me suis lancé dans cette lecture,...
    Voir plus

    Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour l’envoi de « L’été où tout a fondu ». Je n’avais encore jamais lu Mme Tiffany McDaniel mais j’avais entendu le plus grand bien de « Betty », son précédent ouvrage. Et c’est avec une grande curiosité que je me suis lancé dans cette lecture, notamment au regard de son étrange résumé : le procureur de la ville de Breathed, en Ohio, invite le diable à le visiter.

    En fait de diable, c’est Sal, un jeune garçon noir aux yeux verts, qui débarquera dans la fournaise de l'été 1984 dans la famille de Fielding Bliss, le narrateur de cette étrange histoire. La canicule viendra jouer son rôle et perturbera la routine des habitants de cette a priori tranquille bourgade, mais qui vont petit à petit perdre complétement les pédales, étonnés qu’ils sont face à ce jeune garçon fort curieux, vite adopté par les Bliss.

    Hélas, j’ai vite décroché du récit, peut-être un peu lent à mon goût, et malgré une plume poétique aux images souvent surprenantes je n’ai pas récit à rentrer dans l’univers décrit par Mme Tiffany McDaniel. Je lui reconnais cependant une belle capacité à faire vivre ses personnages et à les rendre attachants, malgré les invraisemblances de son récit et sa lenteur dans sa première moitié, et j’avoue que le dénouement des plus dramatiques est une réussite, mais il y avait déjà eu trop de longueurs et d’essoufflements à mon goût avant cela.

    En bref, une déception pour ma part, mais de belles qualités d’écriture de la jeune romancière américaine.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Betty a été un énorme coup de cœur pour moi, un livre auquel je repense encore souvent.
    J'étais donc impatiente de découvrir le nouveau roman de Tiffany McDaniel et particulièrement intriguée par son thème pour le moins original : lorsque le procureur de la ville de Breathed invite le diable,...
    Voir plus

    Betty a été un énorme coup de cœur pour moi, un livre auquel je repense encore souvent.
    J'étais donc impatiente de découvrir le nouveau roman de Tiffany McDaniel et particulièrement intriguée par son thème pour le moins original : lorsque le procureur de la ville de Breathed invite le diable, c'est un jeune garçon noir aux yeux verts qui se présente à sa porte au début de l'été 1984.
    Adopté par la famille, sa présence provoque cependant des remous au sein de la communauté, d'autant plus que des événements inhabituels se produisent.
    La vague de chaleur qui frappe la ville lors de cet été caniculaire transforme cette paisible petite bourgade de l'Ohio en véritable enfer et semble faire fondre le cerveau des habitants, qui perdent tout sens commun et toute rationalité face à ce jeune garçon dont la capacité à lire dans les âmes fascine autant qu'elle effraie.

    Plusieurs décennies plus tard, Fielding, le fils du procureur, va raconter petit à petit les actes de la tragédie qui s'est jouée lors de cet été 1984, alors qu'il avait 13 ans. Un été qui changera à jamais sa vie et celle des habitants de la commune, et qu'il va porter comme un poids, fuyant tout ce qui pourrait le rendre heureux jusqu'à la fin de son existence.

    J'ai eu grand plaisir à retrouver la plume envoûtante Tiffany McDaniel, ses personnages singuliers et son talent pour instiller de la poésie et de la lumière dans les histoires les plus cruelles et les plus sombres.

    J'ai cependant trouvé le rythme un peu lent et il y a quelques longueurs, ce qui ne m'a pas permis de rentrer totalement dans le roman, même si la tension monte au fil des pages et que le final est époustouflant.

    Merci à lecteurs.com et aux éditions Gallmeister pour cette découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Été 1984, le procureur Autopsy Bliss lance une invitation dans le journal : "Monsieur le Diable, vous êtes le bienvenu à Breathed, dans l'Ohio."
    Le lendemain, Sal, un jeune garçon noir de 13 ans, arrive et se présente comme le diable.
    De là, découleront de terribles évènements qui lui seront...
    Voir plus

    Été 1984, le procureur Autopsy Bliss lance une invitation dans le journal : "Monsieur le Diable, vous êtes le bienvenu à Breathed, dans l'Ohio."
    Le lendemain, Sal, un jeune garçon noir de 13 ans, arrive et se présente comme le diable.
    De là, découleront de terribles évènements qui lui seront imputés mais est-ce vraiment de sa faute ou les hommes sont-ils devenus fous parce qu'ils avaient un coupable idéal ?

    Alors, alors, alors... Déjà, merci Lecteurs.com grâce à qui j'ai pu remporter ce roman. Je fais partie de celles pour qui Betty, le précédent roman de l'autrice, avait été un grand coup de cœur. Certes, les drames s'enchaînaient mais j'avais réussi à trouver de la lumière et de l'espoir.

    Ici, mes ami.e.s, pour moi, ce fût trop. Trop de drames, trop de violence, trop de noirceur et de perte de foi en l'humanité. On sait que tout va mal finir et je n'ai pas réussi à accrocher, ni même à être particulièrement émue car dans ma tête, une petite voix disait "eh ben tiens, encore ! Il ne manquait plus que ça !"

    Certes, la plume est belle, poétique, lyrique et des sujets forts sont abordés (racisme, homophobie, sida...). Il y a des merveilleux moments très symboliques qui illuminent un peu le roman mais le tragique est si proche que je n'arrivais même pas à les apprécier !

    L'histoire de Betty était celle de sa mère donc on pouvait difficilement lui reprocher d'en avoir trop fait mais là, moi, j'ai juste envie d'un bon feel-good après ça, où les personnages peuvent s'aimer tranquillement !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Il y a 2 ans je découvrais Betty, et comme beaucoup, ce livre me déchirait le coeur. Pour moi il était difficile de faire aussi fort et il était impossible d'éviter la comparaison après un tel roman. Je suis donc rentrée dans ce livre sur la pointe des pieds, en essayant d'en savoir le moins...
    Voir plus

    Il y a 2 ans je découvrais Betty, et comme beaucoup, ce livre me déchirait le coeur. Pour moi il était difficile de faire aussi fort et il était impossible d'éviter la comparaison après un tel roman. Je suis donc rentrée dans ce livre sur la pointe des pieds, en essayant d'en savoir le moins possible, et magie, le charme une fois encore a opéré. J'en sors complétement chamboulée, terriblement émue.
    Sur l'histoire, je vous en dirai peu, sinon qu'elle se situe dans une petite ville de l'Ohio et qu'elle suit la famille Bliss pendant 4 mois d'un été particulièrement étouffant. Une famille un peu foutraque mais particulièrement aimante, une famille dont on aimerait être membre tant elle est bienveillante dans cette Amérique profonde, terreau de tous les conservatismes en cette année 1984 où se situe l'action. Dès le départ, par un habile jeu de flashback, on sait par le narrateur, Fielding, le jeune fils de 13 ans que cet été sera marqué par des évènements terribles et au fil de la lecture la tension monte, inexorablement, au rythme des températures exceptionnelles qui embrasent les esprits. Mais bien que prévenue j'ai été happée par leur intensité et je n'étais pas prête pour un tel torrent d'émotions.
    Sachez juste qu'il y sera question de tolérance, de différences, d'intégrisme et de racisme, de Bien et de Mal, de remord et de repentance. Des thèmes sombres abordés comme dans Betty à travers le prisme de la candeur d'un regard adolescent, ce qui les rend plus encore inacceptables, intolérables.
    Roman de la perte de l'innocence, il regorge d'allégories, de symboles et de niveaux de lecture, en faisant un roman foisonnant mais jamais insipide. Mon seul bémol tiendrait sur la relative lenteur de sa mise en place, mais ne baissez pas les bras, persévérez et vous vous prendrez d'une affection infinie pour cette famille singulière et je suis sûre que comme moi vous aurez le coeur en miette en le refermant.
    Pari réussi pour ce deuxième opus de Tiffany Mac Daniels qui nous offre un roman remarquable et des personnages inoubliables.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 1984, petite ville de Breathed, perdue dans le sud de l'Ohio. Le procureur Autopsy Bliss, depuis quelque temps ébranlé dans ses certitudes sur le Bien et le Mal, publie une annonce dans le journal local, invitant le Diable en personne à venir lui rendre visite. Le lendemain, Sal, un jeune garçon...
    Voir plus

    1984, petite ville de Breathed, perdue dans le sud de l'Ohio. Le procureur Autopsy Bliss, depuis quelque temps ébranlé dans ses certitudes sur le Bien et le Mal, publie une annonce dans le journal local, invitant le Diable en personne à venir lui rendre visite. Le lendemain, Sal, un jeune garçon de 13 ans, Noir aux yeux verts, se présente devant le tribunal. Ce gamin maigrichon, le Diable, vraiment ? Les gens croient d'abord à une blague de mauvais goût, à un enfant en fugue et/ou à la recherche d'un endroit où il serait bien accueilli. Mais les recherches du shérif pour retrouver ses parents ne donnent rien, et des événements étranges commencent à se produire dans la région. En particulier cette chaleur suffocante (infernale, sans doute), qui provoque sécheresse et perte des récoltes, et qui surtout échauffe dangereusement les esprits. Et puis Sal, recueilli par le procureur, sa femme et leurs deux fils, fait preuve de bien trop de sagesse et d'omniscience pour son âge, sans compter les choses terribles qu'il semble avoir vécues.
    Il ne faudra pas longtemps pour qu'il soit désigné comme la cause de tous les malheurs (et Dieu sait – façon de parler – s'ils furent nombreux) survenus à Breathed cet été-là. Et point besoin d'être grand devin pour comprendre que l'histoire se terminera en tragédie.
    « L'été où tout a fondu », ou une saison en enfer, est raconté par Fielding, le plus jeune fils du procureur, également âgé de 13 ans à l'époque des faits, et devenu le meilleur ami de Sal. Mais par une étrangeté supplémentaire, il nous parle alors qu'il est âgé de près de 80 ans, ce qui le situe donc aux environs de 2050. Sans doute l'auteure voulait-elle pouvoir revenir sur la longue vie erratique de Fielding après les événements de 1984. Soit.
    Toujours est-il que celui-ci nous relate une histoire déchirante d'innocence perdue. Il y est aussi question de racisme, de Bien et de Mal, de Bien qui devient Mal à force de fanatisme religieux et de croyances absurdes, de Mal qui se transformerait en Bien si seulement il y avait plus de bienveillance et de tolérance en ce bas-monde, de fraternité et d'amitié. Et comme si le tableau n'était pas assez sombre, l'auteure y ajoute le VIH, l'homophobie et les thèmes de la culpabilité, du pardon qui arrive trop tard et de la quête d'une impossible rédemption.
    L'écriture est poétique mais trop lyrique pour moi, parfois belle, parfois abusant de métaphores maladroites. L'histoire embrasse trop de thèmes, les personnages sont parfois excessifs ou manichéens. Certaines scènes sont touchantes ou éprouvantes (la scène finale est dantesque), d'autres versent dans un pathos inutile. La temporalité utilisée n'est pas des plus convaincantes : pendant toute la lecture j'ai eu l'impression qu'on était à l'époque du KKK plutôt qu'en 1984 (il n'y avait que le sida pour me rappeler qu'on était dans les années 80).
    L'idée de départ était bonne, mais il y a trop de longueurs et de malheurs pour moi. Un premier roman prometteur et ambitieux, mais perfectible.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Merci à lecteurs.com de m'avoir fait bénéficier gratuitement d'un exemplaire de ce livre
    .
    Ayant lu Betty, j'ai eu la curiosité de lire également le premier roman de Tiffany Mc Daniel.
    On découvre le diable, un garçon noir de 13 ans Sal, au lieu du démon rouge cornu attendu. Une bourgade...
    Voir plus

    Merci à lecteurs.com de m'avoir fait bénéficier gratuitement d'un exemplaire de ce livre
    .
    Ayant lu Betty, j'ai eu la curiosité de lire également le premier roman de Tiffany Mc Daniel.
    On découvre le diable, un garçon noir de 13 ans Sal, au lieu du démon rouge cornu attendu. Une bourgade américaine où règne l'intolérance, le racisme, la peur qu'engendrent les rumeurs.
    Sal sera-t-il l'incarnation du mal?
    Nous sommes spectateurs du drame sur fond du dérèglement climatique.

    J'ai adoré

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Cet été là, dans un village perdu de l’Ohio, il fait une chaleur extrême, voire inquiétante. C’est alors qu’apparait le Diable, jeune garçon noir aux yeux verts qui, selon ses dires, répond à une annonce passée par le procureur Autopsy BLISS. Baptisé Sal, il ne correspond à aucun garçon...
    Voir plus

    Cet été là, dans un village perdu de l’Ohio, il fait une chaleur extrême, voire inquiétante. C’est alors qu’apparait le Diable, jeune garçon noir aux yeux verts qui, selon ses dires, répond à une annonce passée par le procureur Autopsy BLISS. Baptisé Sal, il ne correspond à aucun garçon recherché, tient un discours pour le moins étrange où il est notamment question d’ailes coupées d’ange déchu, mais ne tarde pas à conquérir la famille du procureur dont sa femme qui vit recluse et ses deux garçons, Grand et Fielding, ce dernier devenant le presque-frère de Sal.
    Mais des évènements inquiétants se produisent, faisant naître certaines rumeurs, certaines craintes et incitant quelques habitants à se réunir en communauté pour se prémunir contre Sal à coups de cérémonies païennes et d’exorcisme de pacotille.
    Jusqu’au drame.
    On retrouve dans ce roman le talent de conteuse de l’auteur, une manière quasi poétique de décrire la fournaise, une goutte de sueur glissant sur la peau… Les sentiments s’exacerbent dans un feu d’artifice littéraire qui laisse le lecteur pantelant, à nouveau scotché par la virtuosité de Tiffany McDANIEL qui raconte des histoires comme si elle était autour d’un feu, transmettant oralement une page d’histoire de son pays, de sa région.
    C’est étrange, inquiétant et fascinant à la fois, et toujours passionnant.
    Un auteur à suivre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.