Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Terkel Risbjerg

Terkel Risbjerg
Né à Copenhague en 1974, Terkel Risbjerg commence des études de philosophie et de cinéma avant de s'installer à Paris et de se former aux techniques de l'animation. Il devient chef décorateur et storyboarder pour de nombreuses séries de dessins animés dont « Charlot », « Yakari » et « Le Chat du... Voir plus
Né à Copenhague en 1974, Terkel Risbjerg commence des études de philosophie et de cinéma avant de s'installer à Paris et de se former aux techniques de l'animation. Il devient chef décorateur et storyboarder pour de nombreuses séries de dessins animés dont « Charlot », « Yakari » et « Le Chat du Rabbin ». « Mine, une vie de chat » aux Editions Sarbacane est son premier roman graphique comme dessinateur. Il sera suivi de « L'astragale » (nominé pour le prix SNCF Polar 2015) et « Le roi des scarabées ». En octobre 2014 « Crocs » aux Editions Thierry Magnier est son premier livre pour enfants. Aux éditions La Palissade, Terkel Risbjerg a déjà publié « Gâteau ! » sorti en février 2015.

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Sousbrouillard » de Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo aux éditions Dargaud

    Zazaboum sur Sousbrouillard de Terkel Risbjerg - Anne-Caroline Pandolfo

    Une bande dessinée automnale, tout en demi-teinte entre rêve et réalité ! Sousbrouillard, un nom étrange que Sara a lu sur un ruban de tissu que sa tante Fine lui a remis juste avant de mourir, comment étant la seule trace de ses origines.

    Sara se rend à Sousbrouillard qui devrait être...
    Voir plus

    Une bande dessinée automnale, tout en demi-teinte entre rêve et réalité ! Sousbrouillard, un nom étrange que Sara a lu sur un ruban de tissu que sa tante Fine lui a remis juste avant de mourir, comment étant la seule trace de ses origines.

    Sara se rend à Sousbrouillard qui devrait être renommé Sousdéluge quand elle y arrive ! Un lac mystérieux, une chapelle aux ronces, une Vierge à qui l’on parle, un unique bar “L’éternité” ! Des personnages qui attisent la curiosité et deux femmes à forte personnalité !

    J’ai eu un peu de mal avec les dessins mais petit à petit j’ai trouvé qu’ils étaient bien adaptés à l’histoire, qu’ils participaient à l’ambiance et à l’irréalité qui se dégage de l’ensemble !

    Chaque chapitre raconte la vie d’un des personnages, tous cabossés, dont la vie se tisse avec celle des autres. La femme pasteur est le pivot et le ciment comme si elle n’était là que pour amorcer les dialogues et les relations !

    Une belle histoire, un conte même qui n’a pas vraiment de fin mais dont le message d’espoir est infini !

    #sousbrouillard #NetGalleyFrance #rentreelitteraire2021

  • add_box
    Couverture du livre « Le don de Rachel » de Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo aux éditions Casterman

    Francinemv sur Le don de Rachel de Terkel Risbjerg - Anne-Caroline Pandolfo

    Un immense coup de cœur ! Quel magnifique cadeau que Le don de Rachel qui vient de paraître aux Éditions Casterman, album de presque 200 pages sorti tout droit de l’imagination fertile d’ Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risjberg, nos Rachel et Page des temps modernes. Nous voilà embarqués dans...
    Voir plus

    Un immense coup de cœur ! Quel magnifique cadeau que Le don de Rachel qui vient de paraître aux Éditions Casterman, album de presque 200 pages sorti tout droit de l’imagination fertile d’ Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risjberg, nos Rachel et Page des temps modernes. Nous voilà embarqués dans un fantastique récit ou plutôt un récit fantastique à travers le regard envoûtant de Rachel qui après nous avoir fait découvrir le Paris de 1848, nous conduira à Copenhague en 1980 au cœur d’une création de la chorégraphe Liv Nexø pour le Kongelige Ballet puis s’achèvera (encore que …) au XXIe siècle derrière l’objectif de Virginia Day une photographe londonienne. Trois capitales européennes, trois époques, trois femmes … Une prodigieuse mise en abyme, un subtil jeu de miroirs lynchien qui interroge, entre autres, sur l’acceptation de la différence, l’inspiration et la transmission dans le cadre du mystère de la création artistique.

    « J’ai quelque chose en moi que les autres n’ont pas. Et je veux le partager. » Pendant un peu plus de 100 pages, nous allons donc parcourir le Paris de 1848 aux côté de Rachel. Rachel n’invente pas, elle voit. De ses immenses yeux bleus magnétiques à la profondeur insondable, elle voit à travers les choses et à travers les gens. Elle est non seulement capable de voir le passé et le présent, mais également l’avenir. Elle voit le poème que Victor Hugo n’écrira que dix ans plus tard et cela stupéfie Page, son alter ego, son ami et confident, son double qui scrupuleusement trace le fil de la vie de celle qu’il nomme sa muse dans un carnet qui ne le quitte pas. Mais autant dire que son don extraordinaire sera diversement accueilli par ses contemporains. Elle va devoir faire face à la curiosité et au scepticisme des gens qui n’auront qu’une envie, la démasquer. Vont suivre une série de représentations au cours desquelles on ne lui demandera que des futilités, faisant fi des révélations autrement plus importantes qu’elle voudrait transmettre. On la considère au mieux comme un phénomène de foire, au pire comme une sorcière. Puis dans ce monde superficiel, elle va devenir la coqueluche de la haute société parisienne mais celle-ci aussi fera peu de cas de son moi profond. Son regard peu à peu va perdre de son éclat et un beau jour, ne laissant derrière elle que le fameux carnet et un daguerréotype, elle va disparaître à l’instar des fées dans le monde imaginaire de Peter Pan où « chaque fois qu’un enfant dit : “Je ne crois pas aux fées”, il y a quelque part une petite fée qui meurt. » …
    L’histoire aurait pu s’arrêter là et cela aurait été un très beau conte fantastique mais la réapparition (?) de Rachel plus de 100 ans plus tard dans la vie de la chorégraphe danoise, puis de la photographe londonienne lui donne une toute autre dimension.

    Un album connecté
    Nous ayant d’abord enchantés au rythme d’un album par an aux Éditions Sarbacane avec Mine une vie de chat (2012), L’astragale (2013), Le roi des scarabées (2014), La lionne (2015), Perceval Le Gallois (2016) et Serena (2018), c’est à présent aux Éditions Casterman qu’officie ce tandem inspiré et inspirant.
    C’est là le deuxième ouvrage qu’ils signent chez l’éditeur et s’il entre en résonance avec le premier, Enferme-moi si tu peux paru en 2019, ce n’est nullement le fait du hasard.
    Lors de la genèse de ce précédent album consacré à l’art brut à travers le portrait de six personnes exemptes de toute formation et culture artistiques possédant un don naturel indéniable et inexplicable pour la peinture ou la sculpture, l’idée leur est venue d’aborder également le spiritisme à travers un second tome consacré aux artistes spirites. Et puis ils ont décidé finalement de produire deux albums séparés, le premier avec des personnes ayant existé, le second mettant en scène un personnage de fiction ce qui leur a apporté une plus grande liberté dans la narration et a donné libre cours à leur … imagination.

    L’ancrage dans la réalité historique
    Le XIXe siècle est une période où spiritisme, surnaturel, magie ont le vent en poupe.
    Une des forces de ce récit, c’est cette plongée dans un imaginaire profondément ancré dans la réalité par son cadre, les personnages célèbres que Rachel va y croiser et certains évènements qu’elle va vivre.
    Si Rachel est un personnage fictif, elle s’inspire toutefois du plus grand médium et magnétiseur de ce siècle, Alexis Didier. Aussi, quelques séquences de l’album relatent-elles des épisodes de sa vie notamment la confrontation à deux reprises avec l’illustre illusionniste Robert-Houdin qui attesta qu’il ne s’agissait nullement de prestidigitation. Rachel est un personnage de fiction, certes, mais qui va évoluer parmi des personnalités bien réelles de l’époque.
    Alors, Charles Chevalier, un ingénieur opticien avait bien ouvert un cabinet de daguerréotypes et Frédéric Lemaitre était bien un célèbre acteur qui fit ses débuts au Théâtre des Funambules. Concernant la princesse Mathilde, cousine du futur Napoléon III, il y a bien une sombre histoire de bijoux … Et puis il, y a ces lieux emblématiques : Le Théâtre des Funambules et le Théâtre Robert-Houdin, le château de Monte-Cristo, demeure d’Alexandre Dumas, la mention de la fameuse armurerie Le Page, connue notamment pour avoir distribué des armes à la foule pendant la révolution de 1830. N’oublions pas que nous sommes à la veille de celle de 1848 ...

    Un jeu miroirs dans lesquels se reflètent tour à tour le réel, l’imaginaire, le surnaturel, le rêve …
    La narration donnant une apparence de simplicité en raison de sa linéarité est a contrario particulièrement subtile et malgré (ou en raison de) son extrême précision joue sur l’ambiguïté et ouvre la porte à de nombreuses interprétations. A commencer par le titre avec la double signification du mot « don ».
    Qu’est-ce qui est réel, qu’est-ce qui est du domaine de l’imaginaire ou du rêve ? Et si toute cette première partie n’était une métaphore et Rachel l’allégorie de la création artistique ? Et ce fameux carnet, qui en est l’auteur ? Page ?... Rachel ?... Les deux ?... Une romancière  ?... Et si … ? Toutes les questions sont permises et de nombreuses réponses sont possibles.
    Dans une judicieuse postface, la scénariste nous livre quelques clés de lecture et évoque en passant le côté non anodin des prénoms tout en se gardant bien de donner le moindre indice concernant notre héroïne principale. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité. Alors, Rachel Archer ? ... Pour le patronyme, comment ne pas penser à un autre « Portrait de femme » celui d’Isabel, l’héroïne de Henry James … Quant au prénom … « Rachel ? la perfection, et rien de plus ! » se serait exclamé Frédéric Lemaître à propos de la plus grande tragédienne de l’époque, modèle de Sarah Bernhard : Rachel Félix, celle qu’on appelait « Mademoiselle Rachel » …

    Mais revenons à ce récit qu’on peut voir également comme une ode au monde artistique tant il est ponctué de références notamment littéraires et cinématographiques. Des références littéraires tout d’abord. Outre l’épisode avec Alexandre Dumas et l’allusion à Victor Hugo au tout début du récit, lors d’une de ses séances dans un salon mondain, l’extrait de livre qu’on lui donne à deviner n’est autre que la toute dernière phrase du Père Goriot déterminante pour l’avenir du héros des « Illusions perdues » …
    Des références cinématographiques également avec bien sûr celle évidente aux Enfants du paradis de Marcel Carné mais d’autres beaucoup plus discrètes comme cette illustration pleine page qui clôt l’épisode danois avec la superposition de 3 images : l’une de Liv, une autre, surexposée de Rachel et enfin une troisième composée de silhouettes noires qui fait irrémédiablement songer à la scène d’ouverture de Mulholland Drive, soulignant le côté lynchien du récit … ou encore le fragment d’affiche de Blow up d’Antonioni entraperçu dans l’appartement londonien de Virginia situé au 43 Kensington Gardens Square, adresse non anodine...

    Il y a quelqu’un sans lequel cet album n’existerait pas. Il s’agit de Terkel Risbjerg, bien sûr. Comme dans les précédents albums, son trait tout en simplicité et en sensibilité vient donner vie à cette histoire hors-normes. La mise en couleur alternant et conjuguant le noir profond de l’encre de Chine à des lavis tour à tour sombres ou lumineux est impeccable, retranscrit formidablement bien les différentes ambiances et sublime le charme envoûtant de Rachel. La couverture déjà annonçait la couleur, ou plutôt les couleurs, couleurs éclatantes qui vont d’ailleurs être reprises pour les pages de garde venant souligner l’élégance de l’objet. Quant aux scènes oniriques, elles sont de toute beauté. Mention spéciale au survol nocturne chagallien de Borgen où plane encore l’ombre de Peter Pan …

    Le don de Rachel confirme, si besoin est, le don du duo Pandolfo/Risberg pour les histoires captivantes. Ne passez pas à côté de cet album d’une richesse telle que chaque relecture ouvre de nouvelles perspectives.
    Quant à la mystérieuse et fascinante Rachel, elle mérite d’entrer au panthéon de ces héroïnes de papier qu’on n’oublie pas.

  • add_box
    Couverture du livre « Sousbrouillard » de Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo aux éditions Dargaud

    Bulle noire sur Sousbrouillard de Terkel Risbjerg - Anne-Caroline Pandolfo

    Bienvenue à Sousbrouillard, son lac mystérieux, sa chapelle aux ronces et sa statue de la vierge, son polyptyque du XVème siècle, son bar « l’éternité » … et ses habitants aussi mystérieux que le lac.

    Qu’est venue faire Sara ici ? Elle est venue pour comprendre, savoir d’où elle vient, qui...
    Voir plus

    Bienvenue à Sousbrouillard, son lac mystérieux, sa chapelle aux ronces et sa statue de la vierge, son polyptyque du XVème siècle, son bar « l’éternité » … et ses habitants aussi mystérieux que le lac.

    Qu’est venue faire Sara ici ? Elle est venue pour comprendre, savoir d’où elle vient, qui elle est…
    Elle n’est pas la seule à chercher quelque chose à Sousbrouillard… La galerie de personnages proposée par Pandolfo et Risbjerg est comme d’habitude haute en couleurs (on y croise même Nestor Burma !). Les différents tableaux nous racontent leurs histoires…elles sont fortes et vont peu à peu donner des clés au lecteur… jusqu’à refermer la boucle.

    Même si chez Pandolfo et Risbjerg tout n’est pas toujours clair comme de l’eau de roche… mais plutôt opaque comme l’eau du lac…. Le lecteur habitué retrouvera le graphisme atypique, les personnages identifiables, les regards (ces yeux !!), c’est toujours aussi savoureux !

    Au final, un album du duo Pandolfo Risbjerg, c’est l’assurance de passer un moment particulier… un moment hors du temps, hors du réel… Sousbrouillard ne déroge pas à la règle !

  • add_box
    Couverture du livre « Le don de Rachel » de Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo aux éditions Casterman

    La roulotte de Margotte sur Le don de Rachel de Terkel Risbjerg - Anne-Caroline Pandolfo

    « Le don de Rachel » est un roman graphique qui nous relate le parcours de trois femmes, qui ont vécues à différentes époques et différents lieux mais dont le destin est lié par des fils invisibles.

    Au 19ème siècle à Paris, vit Rachel Archer, une jeune femme au regard envoûtant qui a un don....
    Voir plus

    « Le don de Rachel » est un roman graphique qui nous relate le parcours de trois femmes, qui ont vécues à différentes époques et différents lieux mais dont le destin est lié par des fils invisibles.

    Au 19ème siècle à Paris, vit Rachel Archer, une jeune femme au regard envoûtant qui a un don. Son compagnon est un poète et rédige un livre sur elle. Depuis, toute petite, elle ressent des choses. Elle peut voir l'avenir, soigner à distance ou encore parler toutes les langues quand elle est en transe. Rachel participe à des séances où elle répond aux questions des gens. Elle ressort exténuée de ses rencontres.
    Après avoir été recommandé par le prestidigitateur Robert-Houdin, elle devient connue. Elle est reçue par la famille royale et par Alexandre Dumas. Rachel devient un phénomène de foire et elle en souffre. Certains hommes la traitent de sorcière, les autres l'apprécient mais ne s'intéressent pas à elle. Ils utilisent son don. Un beau jour, elle disparaît et ne réapparaîtra jamais.

    Liv Nexo, est une danseuse et chorégraphe dans les années 1980 à Copenhague. Elle décide de créer un spectacle pour le théâtre royal de Copenhague s’intitulant le « Don de Rachel ». Liv a trouvé le livre écrit par le compagnon de Rachel chez un bouquiniste. Elle s'inspire de son l'histoire pour créer son ballet qui rencontre un grand succès.

    De nos jours, Virginia Day vit à Londres. Elle est photographe. Un de ces ancêtre « Charles Chevalier » qui faisait des daguerréotypes, a vécu à l'époque de Rachel et avait réalisé le portrait de la jeune femme. Virginia a conservé le daguerréotype sans savoir qui elle était. « Rachel » a toujours été une muse pour elle car son grand regard bleu est hypnotique.

    J'ai beaucoup apprécié ces trois portraits de femmes, les connexions qui les relient et l'évocation de la création artistique. J'ai trouvé la construction narrative intéressante même si elle peut surprendre. Pandolfo et Risbjerg ont un véritable talent pour évoquer le destin d'artistes incompris et rejetés de la société et nous les rendre passionnants à l'instar de leur précédent roman graphique « Enferme-moi si tu peux » qui m'avait impressionnée.
    Les quelques planches fantasmagoriques quand Rachel est jeune ou celles de Liv dansant avec Rachel dans le ciel m'ont fait penser à l'univers onirique de Chagall. Je les ai trouvées très belles. Les dessins sont magnifiques et j'ai retrouvé le trait singulier de Risbjerg qui me plaît. La colorisation permet de distinguer et souligner les époques, les teintes sépias au 19ème siècle et des teintes plus vives pour l'époque actuelle.
    Le duo Pandolfo et Risbjerg a réussi une nouvelle fois à me convaincre à travers cette histoire originale et ses illustrations envoûtantes.