Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Yael Hassan

Yael Hassan
Yaël Hassan est née à Paris en 1952. Après avoir passé sa jeunesse en Israël, elle revient en France en 1984 pour s'y installer définitivement. Un accident de la route survenu en 1994 mettra fin à une carrière de plus de 20 ans dans le tourisme. Mettant à profit le temps d'une très longue immobil... Voir plus
Yaël Hassan est née à Paris en 1952. Après avoir passé sa jeunesse en Israël, elle revient en France en 1984 pour s'y installer définitivement. Un accident de la route survenu en 1994 mettra fin à une carrière de plus de 20 ans dans le tourisme. Mettant à profit le temps d'une très longue immobilisation, elle rédige son premier roman, Un grand-père tombé du ciel qui recevra de nombreux prix dont le Prix du Roman Jeunesse 1996 du Ministère de la Jeunesse et des Sports et le Prix Sorcières 1998.

Avis sur cet auteur (29)

  • add_box
    Couverture du livre « La visite au Struthof, camp méconnu » de Yael Hassan et Marc Lizano aux éditions Nathan

    Ghislaine Degache sur La visite au Struthof, camp méconnu de Yael Hassan - Marc Lizano

    La première page de cette BD historique rappelle qu’à une époque, le mont Louise était réputé pour son bon air, prisé des amateurs de ski l’hiver, et des randonneurs l’été…
    Les mots de Léon Boutbien, Déporté politique français NN – Matricule 4463 sont terribles :
    « Ceux qui admireront la...
    Voir plus

    La première page de cette BD historique rappelle qu’à une époque, le mont Louise était réputé pour son bon air, prisé des amateurs de ski l’hiver, et des randonneurs l’été…
    Les mots de Léon Boutbien, Déporté politique français NN – Matricule 4463 sont terribles :
    « Ceux qui admireront la beauté naturelle de ce sommet ne pourront croire que cette montage est maudite parce qu’elle a abrité l’enfer des hommes libres ».
    En effet, c’est ici, à 800 m d’altitude, sur le versant nord du mont Louise de la commune de Natzweller, au lieu-dit du Struthof, qu’a été érigé un camp de concentration nazi, site choisi en raison de la présence de granite rose que les nazis voulaient exploiter.
    Un professeur profite d’une déambulation dans les rues de Strasbourg pour évoquer avec ses élèves de troisième, « La Main noire », ce réseau de jeunes adolescents résistants créé en septembre 1940 dans cette ville par Marcel Weinum. Il leur demande ensuite de faire des recherches, pour leur prochaine visite au camp du Struthof et rappelle qu’il manque un accompagnateur.
    Simon va alors solliciter sa mamie Rose. Elle le surprend en lui disant qu’elle connaît le camp et encore plus, en lui apprenant que sa famille a été durement confrontée à cette sombre période de l’Histoire. Pour lui expliquer, elle va ressortir les écrits, souvenirs de Mathilde, mère de Rose et arrière-grand-mère de Simon sur cette période 1939 - 1945. C’est donc en prenant connaissance de ce journal, aidé de son amie Nadia que Simon prépare sa visite.
    Tout est en place pour nous plonger dans l’histoire du Struthof, seul camp de concentration nazi existant sur le territoire français actuel, car en 1940, l’Alsace avait été annexée par l’Allemagne nazie ...
    Vont alterner dans ce roman graphique, deux temps, le présent et le passé, avec d’une part, la préparation et la visite du camp, et d’autre part les extraits du journal de Mathilde, le tout perpétuant ainsi le devoir de mémoire, excellent moyen de développer l'apprentissage de la citoyenneté et l'esprit de solidarité et de tolérance comme rempart au racisme, à l'antisémitisme et à toutes formes de discriminations.
    Deux tonalités bien tranchées permettent une compréhension optimale de cette tragédie du passé au travers de ce camp méconnu : le bleu pour donner la parole à nos acteurs d’aujourd’hui et le marron parfois très foncé, très en rapport avec le récit de cette période plus que sombre de l’Histoire, le texte ressortant bien alors, car écrit sur un fond ocre jaune.
    On apprend que les déportés du Struthof provenaient de toute l’Europe occupée, que se trouvaient parmi eux des condamnés de droit commun, des prisonniers de guerre, des résistants, des réfractaires au service militaire obligatoire, des homosexuels, des Tziganes, des Juifs, mais aussi des N.N, les « Nacht und Nebel », cette dernière information permettant à Yaël Hassan de faire référence à cette si poignante chanson de Jean Ferrat « Nuit et Brouillard ».
    Ce sont les abominables conditions de vie de ces déportés, le froid, la faim, l’épuisement, la torture, qui sont aussi évoquées…
    Une phrase prononcée par la grand-mère m’a vraiment émue et devrait, il me semble, être plus souvent rappelée pour éviter de rendre anonymes tous ces morts : « C’étaient des hommes souvent jeunes, des pères, des frères, des fiancés. Pensez à eux en tant qu’individus et pas comme une masse de gens. Chacun des détenus qui a trouvé la mort en ces lieux avait une vie, une histoire, une famille, des rêves. »
    J’ai trouvé très réussie et parfaitement adaptée à un lectorat adolescent mais aussi adulte, la manière dont a été réalisée cet ouvrage graphique. En mettant en scène des collégiens et ce drame familial, dans cette aventure intergénérationnelle, la scénariste Yaël Hassan, superbement accompagnée par Marc Lizano, le dessinateur, explore avec talent le devoir de mémoire, le patrimoine, la transmission de génération en génération, mais aussi le rôle de l’éducation.
    Les personnages sont dessinés très simplement mais leurs expressions expriment de façon convaincante leurs sentiments.
    Que ce soit l’attention que manifestent les jeunes à l’écoute de ce qu’ils découvrent ou la violence et la cruauté employées vis-à-vis des déportés, tout est rendu avec une extrême justesse, aussi bien par le verbe que par l’image.
    En fin d’ouvrage, un petit arbre généalogique permettra aux plus jeunes, à mon avis, pas avant 10 ans, de bien visualiser la famille.
    Enfin, un dossier spécial d’une petite vingtaine de pages « Pour aller plus loin », propose une chronologie très intéressante de ces années noires avec les évènements généraux, un lexique des termes utilisés dans ce contexte précis et les biographies des détenus cités dans la BD...

    Lire la suite et ma chronique illustrée ici : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2024/07/yael-hassan-et-marc-lizano-la-visite-au-struthof-camp-meconnu.html

  • add_box
    Couverture du livre « Un grand-père tombé du ciel » de Yael Hassan et Marc Lizano aux éditions Jungle

    Claire @fillefan2bd sur Un grand-père tombé du ciel de Yael Hassan - Marc Lizano

    Léah habite Paris avec ses parents et quand elle n’est pas au collège, elle passe son temps avec son copain Samuel.
    Un jour, sa maman lui annonce qu’elle a un grand-père aux États-Unis et que dorénavant, il habitera avec eux.

    Passée la surprise, Léah décide de faire de son mieux pour...
    Voir plus

    Léah habite Paris avec ses parents et quand elle n’est pas au collège, elle passe son temps avec son copain Samuel.
    Un jour, sa maman lui annonce qu’elle a un grand-père aux États-Unis et que dorénavant, il habitera avec eux.

    Passée la surprise, Léah décide de faire de son mieux pour accueillir Alex, "Un grand-père tombé du ciel".
    Mais sa maman la prévient que le vieux monsieur n’est pas facile à vivre, parce qu’il a vécu des choses très difficiles dans sa vie. D’ailleurs, il ne veut jamais parler et se séparer de cette photo jaunie représentant sa femme et sa fille...

    Mon avis pour les ados :

    Ce récit parle de la Shoah, l’extermination du peuple juif par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est un sujet très difficile à aborder.
    Si tu as parfois du mal à lire des romans, cet album est un bon moyen de découvrir ce classique de la littérature jeunesse très souvent étudié au collège. Peut-être que d’avoir découvert ce récit en bande dessinée te donnera envie de lire le roman.

    Mon avis pour les parents :

    Tiré d’un roman jeunesse écrit en 1997 par Yaël Hassan, cette adaptation de Marc Lizano est un très bon moyen pour accéder à ce récit qui permet de faire découvrir la réalité de la Shoah aux plus jeunes. Cette lecture doit se faire en accompagné avec des enfants, dès 9 ans et peut être faite en autonomie pour les plus âgés. La Shoah est au programme de 3e en Histoire.
    Un cahier figure en fin d’album et permet avec ses jeux et ses quizz, de vérifier si l’enfant a bien compris ce qui fut cette terrible réalité.

    Mon avis pour les enseignants :

    Un dossier pédagogique pour les 5e, 4e et 3e est disponible sur le site Casterman, pour accompagner la lecture du roman. Mais celui-ci peut être adapté pour compléter la lecture de cet album en classe.

  • add_box
    Couverture du livre « Un grand-père tombé du ciel » de Yael Hassan et Marc Lizano aux éditions Jungle

    bulle.noire sur Un grand-père tombé du ciel de Yael Hassan - Marc Lizano

    Petite incursion dans la BD jeunesse avec cet album de Marc Lizano adapté d’un roman à succès de Yaël Hassan.

    Léah, jeune fille au caractère affirmé, apprend que son grand-père arrive des USA pour quelques jours. Un homme dont elle n’avait jamais entendu parler vient donc lui prendre sa...
    Voir plus

    Petite incursion dans la BD jeunesse avec cet album de Marc Lizano adapté d’un roman à succès de Yaël Hassan.

    Léah, jeune fille au caractère affirmé, apprend que son grand-père arrive des USA pour quelques jours. Un homme dont elle n’avait jamais entendu parler vient donc lui prendre sa chambre…

    Entre un homme aigri et dur et une petite fille surprise mais maline, c’est le début d’une grande histoire. Une histoire qui commence par la guerre, les 2 caractères s’affrontent… Puis lorsque le vieil homme va se mettre à raconter son passé, ses douleurs, Léah va écouter puis comprendre.

    Une très belle histoire d’amour où résonnent les traumatismes de la seconde guerre mondiale. Le grand-père ne s’est jamais vraiment remis de l’antisémitisme, du racisme et de la perte d’êtres chers…

    Le dessin bien identifiable de Marc Lizano est parfaitement adapté à un public jeune et permet d’aborder en douceur cette histoire lourde de souvenirs douloureux et de transmission.

    Au final, un beau petit livre, abordable très jeune et facile à lire, qui aborde un sujet délicat au travers de la relation naissante entre une petite fille et son grand-père. Direct dans ma bibliothèque de classe, merci Babelio !

  • add_box
    Couverture du livre « Royal spécial school t.2 : coup de théâtre et apple pie » de Yael Hassan et Nancy Guilbert aux éditions Gulf Stream

    Au Fil des Plumes sur Royal spécial school t.2 : coup de théâtre et apple pie de Yael Hassan - Nancy Guilbert

    Je garde un très bon souvenir de ma lecture du premier tome de Royal Special School. Dans ce second opus, nous retrouvons nos deux héroïnes, Virginia et Rose, toujours entourées de leurs amis fantômes. Ici, l'étau se resserre et les deux jeunes filles continuent à mener l'enquête sur la mort de...
    Voir plus

    Je garde un très bon souvenir de ma lecture du premier tome de Royal Special School. Dans ce second opus, nous retrouvons nos deux héroïnes, Virginia et Rose, toujours entourées de leurs amis fantômes. Ici, l'étau se resserre et les deux jeunes filles continuent à mener l'enquête sur la mort de Niven.

    L'intrigue s'intensifie dans ce deuxième tome et l'enquête s'avère beaucoup plus complexe. Les rebondissements et retournements de situations se multiplient. J'ai beaucoup aimé le rythme de l'histoire et je ne me suis pas du tout ennuyée. 

    Ce tome 2 intègre également de nouveaux personnages qui viennent aider nos héroïnes. Rose qui est élève à la Royal Special School n'évolue pas beaucoup durant ce tome. Je l'ai trouvé un peu fade comparée à Virginia qui est un personnage beaucoup plus nuancé. On découvre de nombreuses choses sur elle et sa vie dans le roman et elle s'avère courageuse mais aussi très sensible. 

    L'écriture est toujours aussi agréable. Je reste très admirative par ce travail à quatre mains. J'ai adoré les différentes références latines, les touches d'humour mais aussi le suspens que les deux autrices ont réussi à installer. Mais, surtout, elles ont crée tout un univers autour de cette école. Elles ont  su créer une atmosphère particulière et spécifique au lieu où se déroule leur histoire.

    Mention spéciale également pour Coralie Muce qui nous offre de superbes illustrations tout en finesse. Ces dernières sont vraiment délicates et correspondent parfaitement à l'esprit du roman.

    Le tome 2 de Royal Special School conclut une enquête ponctuée de rebondissements. Le duo d'autrice fonctionne et nous livre un roman à l'atmosphère spéciale.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com