Beatrice Bottet

Beatrice Bottet
Erudite, passionnée d'Histoire et d'univers fantastiques, Béatrice Bottet a signé chez Casterman Rififi sur le Mont Olympe, Du rififi pour Héraklès, Fille de la Tempête, L'encyclopédie du fantastique et de l'étrange et, bien sûr, l'ensemble de la saga du GRIMOIRE AU RUBIS. Elle vit à Paris. Voir plus
Erudite, passionnée d'Histoire et d'univers fantastiques, Béatrice Bottet a signé chez Casterman Rififi sur le Mont Olympe, Du rififi pour Héraklès, Fille de la Tempête, L'encyclopédie du fantastique et de l'étrange et, bien sûr, l'ensemble de la saga du GRIMOIRE AU RUBIS. Elle vit à Paris.

Avis sur cet auteur (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Je n'existe plus » de Beatrice Bottet aux éditions Scrineo

    Les Lectures de Sophie sur Je n'existe plus de Beatrice Bottet

    Armance et Al sont donc des voyageurs spatio-temporels. Thème assez courant dans les ouvrages de science-fiction, mais duquel je suis assez bonne cliente. J’aime bien découvrir l’Histoire à travers les intrigues de SF. Et j’aime par-dessus tout quand l’auteur / l’autrice aborde les conséquences...
    Voir plus

    Armance et Al sont donc des voyageurs spatio-temporels. Thème assez courant dans les ouvrages de science-fiction, mais duquel je suis assez bonne cliente. J’aime bien découvrir l’Histoire à travers les intrigues de SF. Et j’aime par-dessus tout quand l’auteur / l’autrice aborde les conséquences possibles de ces incursions dans le passé. En effet, il paraît logique que des interactions qui modifient le passé aient des conséquences dans le présent.
    Armance, participe à une expérimentation sensée lui ouvrir les portes de son arbre généalogique, elle qui n’a que des souvenirs très flous de ses parents, et juste un oncle pour famille… mais qui dit expérimentation dit un certain nombre de risques. Elle ne s’attendais cependant pas à disparaître aux yeux des gens, suite à une modification de la vie d’un de ses ancêtres. Elle qui voulait une histoire, une famille, se retrouve avec une existence qui petit à petit se fait plus ténue. Bientôt, même ses plus proches amis et sa famille ne la verront plus. Il faut faire quelque chose ! Et nous voilà donc embarqués aux côtés d’Armance et Al, plus précisément dans le cerveau d’Armance, puisque c’est elle qui nous raconte leurs aventures.
    Des aventures dignes de ce nom, parsemées d’embûches. Avec parfois des interventions extérieures un peu trop faciles à mon goût, mais qui permettent de garder le rythme du roman, et de faire avancer les choses dans ce livre qui fait moins de 300 pages. Rien de dramatique ! Je dirais que la chose qui m’a le plus agacée, c’est le comportement d’Armance. On a beau découvrir le récit par sa voix, elle tourne autour du pot concernant sa relation avec Al. Amitié, amour, autre chose ??? Ceux qui commencent à me connaître savent que j’ai du mal avec ce genre de tergiversations. D’autant que, même si on est dans un roman jeunesse (à partir de 12 ans), nos jeunes héros sont suffisamment âgés pour pouvoir prétendre à un agrément de l’état (une sorte d’examen) pour avoir le droit d’être amoureux ! Je peux comprendre qu’elle n’ait pas envie de se soumettre à un examen, je peux concevoir qu’elle soit amoureuse, mais j’ai plus de mal avec le fait qu’elle revienne très (trop) souvent sur le sujet. Pas suffisamment pour m’empêcher d’apprécier ma lecture, mais ce qu’il faut pour m’agacer. A chaque fois que j’aborde de genre de sujet, j’ai l’impression d’être une vieille mégère aigrie

  • add_box
    Couverture du livre « Rififi sur le mont Olympe » de Beatrice Bottet aux éditions Casterman

    LIRE LIRE sur Rififi sur le mont Olympe de Beatrice Bottet

    Frais, drôle, pince-sans-rire, décalé, ingénieux ..... Un régal de lecture pour un roman très réussi !

    Frais, drôle, pince-sans-rire, décalé, ingénieux ..... Un régal de lecture pour un roman très réussi !

  • add_box
    Couverture du livre « Penelope Green T.1 ; la chanson des enfants perdus » de Beatrice Bottet aux éditions Casterman

    Coralie Freetime sur Penelope Green T.1 ; la chanson des enfants perdus de Beatrice Bottet

    Ce roman, pour enfant à partir de 9 ans, est plutôt bien construit, l'intrigue est saisissante, il y a des moments de suspens, des moments plus cool. Bref tout la recette qui donne envie de poursuivre la lecture d'un livre. Le langage employé est plutôt simple mas l'histoire me semble tout de...
    Voir plus

    Ce roman, pour enfant à partir de 9 ans, est plutôt bien construit, l'intrigue est saisissante, il y a des moments de suspens, des moments plus cool. Bref tout la recette qui donne envie de poursuivre la lecture d'un livre. Le langage employé est plutôt simple mas l'histoire me semble tout de même un peu trop noire et longue pour des enfants de 9 ans.

  • add_box
    Couverture du livre « Le grimoire au rubis ; integrale cycle 3 » de Beatrice Bottet aux éditions Casterman

    sandra garcia sur Le grimoire au rubis ; integrale cycle 3 de Beatrice Bottet

    Là encore dans ce tome on a de nouveaux personnages mais j'ai préféré ceux du second cycle plus intéressant selon moi car plus adulte.
    On a encore le thème de la maltraitance infantile dans ce cycle comme dans le précédent et le père d'hortense est vraiment horrible on a envie de le frapper...
    Voir plus

    Là encore dans ce tome on a de nouveaux personnages mais j'ai préféré ceux du second cycle plus intéressant selon moi car plus adulte.
    On a encore le thème de la maltraitance infantile dans ce cycle comme dans le précédent et le père d'hortense est vraiment horrible on a envie de le frapper tellement il est cruel.
    Bien sur, on a toujours la récurrence de l'amour un peu gentille et pure sans aucune prise de tête comme dans les autres cycles mais bon ça ne me dérange pas même si c'est encore la même intrigue au fil des cycles.
    Après je trouve que c'est quand même profond pour un livre d’adolescent car on a des thèmes très important comme l'acceptation des différences des individus, l'acceptation de soi et des problèmes de la vie courante qui ne sont pas toujours facile à vivre et laisse une trace sur nous mêmes.
    Par contre dans celui-ci la magie n'est pas aussi présente que dans le second cycle mais ça passe car le grimoire est utilisé quand même par les personnages de manière récurrente.
    Je ne savais pas grand chose sur ces trilogies mis à part que beaucoup de personnes en disait du bien qui m'ont poussé à essayer mais ce n'est pas sensationnel mais j'ai trouvé pas mal même si à priori je ne suis pas le public cible. J'ai un côté un peu enfantin et ça fait du bien de voir que tous finit bien de temps en temps.