Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Michael Escoffier

Michael Escoffier
On ne présente plus Michaël Escoffier : Après une bonne trentaine d'albums chez Kaléidoscope, le Poisson Soluble, Frimousse ou l'École des Loisirs, cet auteur fertile et talentueux renoue avec Clément Lefèvre qui avait déjà illustré son Voleur d'enfants (Chocolat 2010) pour une histoire moins som... Voir plus
On ne présente plus Michaël Escoffier : Après une bonne trentaine d'albums chez Kaléidoscope, le Poisson Soluble, Frimousse ou l'École des Loisirs, cet auteur fertile et talentueux renoue avec Clément Lefèvre qui avait déjà illustré son Voleur d'enfants (Chocolat 2010) pour une histoire moins sombre mais tout aussi féerique.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Tous les monstres ont peur du noir » de Michael Escoffier et Kris Di Giacomo aux éditions Tom Poche

    L'atelier de Litote sur Tous les monstres ont peur du noir de Michael Escoffier - Kris Di Giacomo

    Si vous ne deviez retenir qu’un seul titre pour animer la soirée Halloween de vos bambins, je vous recommande Tous les monstres ont peur du noir. Un petit livre broché reprit par les Editions Tom’Poche, entre collages et dessins, on découvre au fil des pages que les monstres peuvent eux aussi...
    Voir plus

    Si vous ne deviez retenir qu’un seul titre pour animer la soirée Halloween de vos bambins, je vous recommande Tous les monstres ont peur du noir. Un petit livre broché reprit par les Editions Tom’Poche, entre collages et dessins, on découvre au fil des pages que les monstres peuvent eux aussi être effrayés par le noir. D’ailleurs tout tourne autour de cette non couleur. Le noir, c’est le jour qui laisse la place à la nuit, aux ombres, aux recoins sombres, aux fonds de placards ou de tiroirs. On explore ainsi une maison vide d’humains mais pleine de monstres. De quoi aborder la peur du noir chez les petits en la dédramatisant par son côté amusant. Un livre en presque noir et blanc très peu de couleur pour nous mettre directement dans l’ambiance angoissante et pourtant avec des représentations de monstres qui font de drôles de têtes et qui nous font rires. De quoi ne plus finir caché sous les draps de son lit mais de tourner plus sereinement les pages de ce drôle de livre. Bonne lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Si tu trouves un nuage » de Michael Escoffier et Kris Di Giacomo aux éditions Kaleidoscope

    La roulotte de Margotte sur Si tu trouves un nuage de Michael Escoffier - Kris Di Giacomo

    Cet album interpelle le lecteur dès la première page par sa question : que ferais-tu si tu trouvais un nuage ?
    Un petit garçon se promène et rencontre un nuage qu'il tente d'attraper. Il y arrive et le ramène chez lui. Mais, malgré tout l'amour et l'attention que l'enfant lui donne, il n'arrive...
    Voir plus

    Cet album interpelle le lecteur dès la première page par sa question : que ferais-tu si tu trouvais un nuage ?
    Un petit garçon se promène et rencontre un nuage qu'il tente d'attraper. Il y arrive et le ramène chez lui. Mais, malgré tout l'amour et l'attention que l'enfant lui donne, il n'arrive pas à le dompter et l'apprivoiser. Comme chacun le sait un nuage a besoin de liberté !
    Le petit garçon passe par diverses émotions : la surprise, la déception ou encore la colère. Il ne comprend pas où est passé le nuage. Mais, le nuage ne peut appartenir à quelqu'un : il vient et repart à sa guise, il n'est ni d'ici ni d'ailleurs. Il se déplace au gré du vent.

    C'est un très bel album dont l'univers poétique et onirique aborde avec beaucoup de sensibilité différents thèmes comme : la liberté, la nature, les émotions. Le jeune enfant a souvent envie de posséder ce qu'il trouve : les petits animaux, les insectes, les plantes, fleurs et de les ramener à la maison.
    Mais tout ne se possède pas : certaines choses ou animaux ont besoin de s'épanouir dans la nature, de liberté pour vivre et ne pas s’éteindre.

    L'auteur fait la part belle à la nature. Le texte est accessible aux jeunes enfants car il est simple mais aussi très beau et poétique. L'auteur fait passer un joli message sans jamais être moralisateur.
    Si l'auteur utilise le nuage et (un petit oiseau) pour évoquer la liberté, l'enfant peut faire plusieurs lectures de cet ouvrage. J'ai beaucoup aimé la place qui est donné aux émotions et à leur expression. Le nuage noircit quand il est retenu car il est triste, il redevient blanc quand il retrouve la liberté car il est heureux.

    Si le texte est magnifique, c'est aussi le cas des illustrations. Elles servent à merveille le récit qu'elles complètent et révèlent. L'illustrateur utilise différentes techniques : les traits sont fins ou épais, parfois hésitants, flous ou encore très précis. L'univers rappelle le monde l'enfance, il y a plein de petits détails à observer qui raviront les jeunes lecteurs. Les teintes marrons, bleues et grises donnent un petit côté vintage et sont très jolies.

    J'ai eu un gros coup de cœur pour cet album tendre et doux qui fait l'éloge de la liberté.

  • add_box
    Couverture du livre « La légende d'Elzébor » de Michael Escoffier et Matthieu Maudet aux éditions Ecole Des Loisirs

    stephanie tranchant sur La légende d'Elzébor de Michael Escoffier - Matthieu Maudet

    La légende d’Elzébor est un album (30 par 23 cm) aux chaudes, très chaudes couleurs qui évoque avec beaucoup de malice et d’intelligence la désobéissance.

    Impossible de vous en dire plus sur l’histoire évidement car les coups de théâtre ont leur importance et sont vraiment un plus (autant que...
    Voir plus

    La légende d’Elzébor est un album (30 par 23 cm) aux chaudes, très chaudes couleurs qui évoque avec beaucoup de malice et d’intelligence la désobéissance.

    Impossible de vous en dire plus sur l’histoire évidement car les coups de théâtre ont leur importance et sont vraiment un plus (autant que la manière visuelle dont ils sont présentés).

    Suspens et drôlerie sont à l’honneur de ce bel album qui n’oublie pas la morale. Ah, la petite impertinente voulait se rafraîchir, elle aura eu finalement plus chaud encore !...................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/michael-escoffier-et-matthieu-maudet-la-legende-d-elzebor

  • add_box
    Couverture du livre « La leçon » de Michael Escoffier et Kris Di Giacomo aux éditions Frimousse

    La roulotte de Margotte sur La leçon de Michael Escoffier - Kris Di Giacomo

    L'ombre d'un homme apparaît dans la brume. Il porte un fusil de chasse. Il se déplace vite car il est en colère, la bête lui a mangé trois poules.
    Il se dirige vers la forêt et interroge plusieurs animaux afin de savoir s'ils ont vu la bête. Mais tous répondent pas la négative.
    L'homme décide...
    Voir plus

    L'ombre d'un homme apparaît dans la brume. Il porte un fusil de chasse. Il se déplace vite car il est en colère, la bête lui a mangé trois poules.
    Il se dirige vers la forêt et interroge plusieurs animaux afin de savoir s'ils ont vu la bête. Mais tous répondent pas la négative.
    L'homme décide de poser des pièges autour de sa maison mais lorsque la bête apparaît, l'homme se prend la jambe dans son piège et tire à coté.
    L'homme est bloqué, il perd du sang. L'animal s'approche et lui ramène son fusil à portée de main. Il lui reste alors une balle pour tirer sur l'animal ou se délivrer de son piège. Que va t-il faire ?

    L'homme est pris à son propre jeu, représenté jusqu'ici en noir (le prédateur?) est maintenant de couleur rouge (la proie?) alors que l'animal lui est noir.
    J'ai beaucoup aimé la fin ouverte de cette histoire. Est ce que l'animal va manger l'homme ? Est ce que l'homme va tirer sur la bête ? Est ce que chacun ne pourrait pas avoir besoin l'un de l'autre pour survivre ?
    Chaque lecteur pourra s'imaginer la fin qu'il souhaite, en observant les détails des illustrations et la colorisation pour y chercher des indices.
    Les illustrations sont splendides car tout est suggéré pour laisser au lecteur la liberté de la réflexion et encourager son imagination.

    L'auteur pose la question de l'équilibre entre l'homme, les animaux et la nature. Il évoque la chaîne alimentaire mais aussi la question de la justice. L'homme doit il être puni pour avoir voulu tuer l'animal ? L'homme est-il supérieur à l'animal ?

    Un album sombre et très subtil avec des propos d'une grande intelligence qui permet d'ouvrir une réflexion philosophique et de favoriser l'échange avec l'enfant. Une vraie leçon de vie !


    J'ai eu un beau coup de cœur pour cet album d'autant plus que l'objet livre est magnifique avec sa reliure en tissu.

    Merci beaucoup aux éditions « Frimousse »