Maxime Chattam

Maxime Chattam

Maxime Chattam, de son vrai nom Maxime Drouot, est un romancier français né en 1976 dans le Val-d’Oise. Influencé par de nombreux voyages aux Etats-Unis et par son attrait pour la culture américaine, l’auteur s’inspire tout d’abord de Stephen King pour ses premiers écrits. Les romans suivants, eu...

Voir plus

Maxime Chattam, de son vrai nom Maxime Drouot, est un romancier français né en 1976 dans le Val-d’Oise. Influencé par de nombreux voyages aux Etats-Unis et par son attrait pour la culture américaine, l’auteur s’inspire tout d’abord de Stephen King pour ses premiers écrits. Les romans suivants, eux aussi, sont imprégnés par le monde anglo-saxon. Spécialiste du thriller et du roman policier, Maxime Chattam a suivi une formation en criminologie qui lui a permis d’aborder la psychologie criminelle et d’avoir une première approche de la médecine légale.

L’auteur est notamment célèbre pour sa Trilogie du Mal qui regroupe L’Âme du mal, In Tenebris et Maléfices. L’intrigue de cette trilogie policière se déroule aux Etats-Unis et fait l’objet d’un préquel, La Promesse des Ténèbres. En 2003, Maxime Chattam reçoit le prix du roman fantastique au festival de Gérardmer pour son œuvre Le Cinquième Règne. D’autres romans, indépendants ou en série, viennent compléter l’œuvre de l’auteur.

Vidéos (2)

  • Comment un écrivain effectue-t-il ses travaux de recherche ?

    Comment un romancier parvient-il à donner de la crédibilité et à apporter de la véracité à son récit ? Quelles sont les recherches qu’il doit mener avant et pendant l’écriture d’un roman ?   En...

  • Conversation virtuelle avec Maxime Chattam

    lecteurs.com est partenaire du festival Quais du polar. Un événement devenu incontournable pour les férus de romans policiers, de thriller ou de suspens. Un festival qui a eu lieu à Lyon du 27 au 29 mars 2015. lecteurs.com vous a proposé de nombreuses...

Articles (5)

  • Comment un écrivain effectue-t-il ses travaux de recherche ?
    Comment un écrivain effectue-t-il ses travaux de recherche ?

    Maxime Chattam nous explique son travail avec les gendarmes de la Section de Recherches...

  • Kamel Daoud et le Mal absolu, Dany Laferrière et le mal français, s’auto-éditer : comment on fait ?
    La revue de presse livres #2

    La Revue de Presse littéraire de février

  • Eté 2015, les 10 polars à ne pas manquer
    A redécouvrir : été 2015, les 10 polars à ne pas manquer

    Les psychopathes sont au meilleur de leur forme et les maîtres du polar au meilleur de leur talent pour raconter leur folie. Une imagination à faire froid dans le dos, à réveiller les plus profondes angoisses et surtout à graver avec addiction ces histoires dans vos mémoires puisque chers lecteurs, vous vous jetez dessus avec frénésie ! Alors faites votre choix, le must du thriller vous attend !

  • Conversation virtuelle avec Maxime Chattam
    Spécial polar : Conversation virtuelle avec Maxime Chattam

    Dans son dernier roman, Que ta volonté soit faite, il va encore plus loin dans le roman noir en se jouant littéralement du lecteur qu'il mène à Carson Mills, une bourgade fort sympathique du Midwest où mieux vaut ne pas croiser Jon Petersen, un beua specimen de pervers psychopathe...

Avis (511)

  • add_box
    Couverture du livre « Autre-Monde T.1 ; l'alliance des trois » de Maxime Chattam aux éditions Lgf

    Juliet sur Autre-Monde T.1 ; l'alliance des trois de Maxime Chattam

    J ai adore et dévoré tous les tomes de cette saga .

    J ai adore et dévoré tous les tomes de cette saga .

  • add_box
    Couverture du livre « Un(e)secte » de Maxime Chattam aux éditions Albin Michel

    Le porteur d'histoire sur Un(e)secte de Maxime Chattam

    Cela faisait quelques années que j’avais laissé tomber les livre de Maxime Chattam que je trouvais trop redondant, sans renouvellement, prévisible.
    L’année passée, avec le Signal, j’avais retrouvé un univers depuis longtemps perdu. Le livre d’« horreur » de mon enfance, à la croisé des mondes...
    Voir plus

    Cela faisait quelques années que j’avais laissé tomber les livre de Maxime Chattam que je trouvais trop redondant, sans renouvellement, prévisible.
    L’année passée, avec le Signal, j’avais retrouvé un univers depuis longtemps perdu. Le livre d’« horreur » de mon enfance, à la croisé des mondes de Stephen King et les premiers Chattam que j’ai pris plaisir à lire.
    Avec Un(e)secte, j’ai pris du plaisir à lire, oui mais pas que… j’ai aussi des moments d’ennui, de longueur. Des moments de doute, d’incohérence. Et enfin les dix derniers chapitres arrivent et je reprends un plaisir fou à lire et a retrouver mon histoire du début. Pour le coup, je trouve la fin un peu rapide.
    J’ai adoré les personnages, mention spéciale pour l’Inspecteur Atticus Gore.
    Bref, le mieux c’est quand même de le lire et de se faire sa propre idée. Mais pour ma part, je vous dirais de ne pas tenir compte des avis lus par-ci, par-là sinon vous risquez d’être un peu déçu comme moi.

  • add_box
    Couverture du livre « Un(e)secte » de Maxime Chattam aux éditions Albin Michel

    Kamiyu-chan sur Un(e)secte de Maxime Chattam

    Du grand Chattam. A Los Angeles, un tueur laisse ses victimes à l'état de squelette en seulement quelques heures. Dans le même temps, à New York, un ravisseur s'attaque à de jeunes gens passionnés par l'apocalypse. Atticus Gore, un policier sur la sellette, et Kat Kordell, une détective privée,...
    Voir plus

    Du grand Chattam. A Los Angeles, un tueur laisse ses victimes à l'état de squelette en seulement quelques heures. Dans le même temps, à New York, un ravisseur s'attaque à de jeunes gens passionnés par l'apocalypse. Atticus Gore, un policier sur la sellette, et Kat Kordell, une détective privée, mènent l’enquête… et plonge au cœur du Mal.

    Un(e)secte est un roman entre thriller et roman d’épouvante, assez classique mais très efficace. J’aime me faire peur et cette lecture m’a donné ce que je voulais. Maxime Chattam a l’art de tenir le lecteur en haleine malgré la répulsion liée aux insectes. Au départ, le récit se construit autour de deux intrigues parallèles, qui n’ont, a priori, rien à voir. Puis, nos deux héros finissent par se croiser et plongent dans un cauchemar fait d’araignées, mouches, abeilles, scolopendres, scarabées, coléoptères... Les personnages sont attachants, bien que très torturés, et j’ai pris plaisir à les suivre dans des lieux tous plus sordides les uns que les autres, jusqu’à un dénouement sans pitié comme sait si bien le faire Maxime Chattam.

    Seul bémol, les descriptions d’attaques d’insectes sont, pour moi, trop nombreuses et ralentissent une intrigue bien rythmée. Pour résumer, je dirais que trop de glauque « tue » le glauque. Néanmoins, ces insectes m’ont terrifiée. Pour reprendre une comptine enfantine, c'est la petite bêbête qui monte, qui monte… en même temps que la tension du lecteur qui dit se faire violence pour ne pas refermer le livre et partir en courant. Autant dire que, désormais, quand je vois une mouche, je me sens très mal à l’aise…

  • add_box
    Couverture du livre « Un(e)secte » de Maxime Chattam aux éditions Albin Michel

    SamSam Lit sur Un(e)secte de Maxime Chattam

    Comme beaucoup je ne suis pas franchement fan des insectes…
    Non en fait je les déteste foncièrement depuis qu’une fourmi m’a picoré un tympan quand j’avais 6 ans !
    De fait, j’ai eu quelques difficultés avec cette histoire trop bien écrite pour moi au vu du sujet.
    En prenant ce livre j’aurais...
    Voir plus

    Comme beaucoup je ne suis pas franchement fan des insectes…
    Non en fait je les déteste foncièrement depuis qu’une fourmi m’a picoré un tympan quand j’avais 6 ans !
    De fait, j’ai eu quelques difficultés avec cette histoire trop bien écrite pour moi au vu du sujet.
    En prenant ce livre j’aurais dû me méfier car déjà dans « Le Signal » Maxime Chattam m’avait collé une insomnie avec une scène bien trop flippante.
    Bref, la couleur est donnée dès le premier chapitre avec Janie, une dame comme j’aimerai devenir (qui passe son temps à lire), qui profite de sa dernière lecture.
    Comme c’est un Chattam et bien vous rajoutez une vilaine araignée et une encore plus vilaine scolopendre avec beaucoup trop de pattes et des crochets…
    Puis on fait la connaissance d'Atticus Gore, inspecteur du LAPD diplômé en entomologie qui se voit offrir un cadavre tout frais qui a laissé tous ses collègues sans voix : un homme encore vêtu de ses vêtements mais qui n’a plus rien sur les os à part des insectes.
    Tout lui dit que c’est impossible mais pourtant le cas devant lui n’a pas beaucoup d’explications possibles.
    Puis on part pour New York retrouver Kat Kordell, détective privée qui offre ses services à une mère dont la fille a disparu depuis 10 jours.
    Une jeune femme taciturne, qui aime la solitude, qui ne donne plus de nouvelle, ce n’est pas franchement inquiétant ni pour la Police ni pour Kat.
    Pourtant sa mère le sait, quelque chose de grave est arrivé à sa fille.
    La nuit dernière elle a reçu un message du portable de sa fille lui demandant d’embrasser sa sœur Tanie.
    Le problème ?
    Sa sœur est morte il y a plus de 10 ans.
    C'est une histoire sombre mais géniale !
    En dire plus serait gâcher votre plaisir et les crises de paniques que vous allez avoir…
    Moi, je regarde mon intérieur et mon jardin différemment depuis que je l’ai lu …