Matthieu Radenac

Matthieu Radenac

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (2)

  • Couverture du livre « La fille qui n'aimait pas les fins » de Yael Hassan et Matthieu Radenac aux éditions Syros

    0.2

    Sabrina SMAIL sur La fille qui n'aimait pas les fins de Yael Hassan - Matthieu Radenac

    Attirée par la couverture autant que par le titre, "La fille qui n'aimait pas les fins" est une belle découverte. Conseillé à partir de 10 ans, il ne faut pas d'âge pour en apprécier la douceur et l'humour, ainsi que la profondeur des thèmes traités.
    Maya est une adolescente qui aime les livres...
    Voir plus

    Attirée par la couverture autant que par le titre, "La fille qui n'aimait pas les fins" est une belle découverte. Conseillé à partir de 10 ans, il ne faut pas d'âge pour en apprécier la douceur et l'humour, ainsi que la profondeur des thèmes traités.
    Maya est une adolescente qui aime les livres tout comme son père. Ce dernier décédé trois ans auparavant laisse un vide dans sa vie. Sa maman a rencontré quelqu'un : ce dernier n'est pas féru de lecture mais de foot, et elle n'aime que les ouvrages sur les oiseaux migrateurs. Maya regrette la passion de son père pour les livres : c'est lui qui la lui a transmis.
    Un matin, Maya s'inscris à la bibliothèque en compagnie de sa maman et rencontre un monsieur âgé qui lui offre un livre. Celui ci est vide, mais Manuelo lui explique que les livres sont fais d'imaginaire, et que celui ci est son livre et qu'elle peut y noircir à l'encre tout ce qu'elle souhaite.
    L'histoire prend une tournure plus profonde par la suite. Ecrit en alternance avec le point de vue de Maya et ensuite celui de Manuelo ou de la maman, Les auteurs nous font voyager, nous interrogent sur les difficultés de l'adolescence, du deuil et des vérités familiales.
    L'écriture est fluide, peu compliquée, et certains mot de vocabulaire expliqués par Manuelo. Cela renforce la figure de "sage" de celui ci et lui donne une aura de savant que Maya apprécie.
    Les thèmes abordés sont diverses et se marient parfaitement à la réalité : les familles recomposées, la perte d'un être cher, les amours adolescents, les relations filiales et les secrets de famille. Sans culpabilité ni poids pesant sur la jeune fille, les auteurs parviennent à donner des conseils en filigrane, et à prouver qu'aimer les livres, ce n'est pas "ringard".
    Un bémol pour moi : le comportement parfois très enfantin de Maya : j'ai du reprendre à deux reprises le livre pour être sur de ses 13 ans. Elle est décrite parfois de façon plus enfantine par ses réactions et réflexions.git sta

  • Couverture du livre « La fille qui n'aimait pas les fins » de Yael Hassan et Matthieu Radenac aux éditions Syros

    0.25

    Ludivine Wilcz sur La fille qui n'aimait pas les fins de Yael Hassan - Matthieu Radenac

    Coup de coeur absolu comme bien souvent avec les romans de Yaël Hassan ... Une véritable ode aux livres et aux écrivains, une grande réflexion sur comment l'auteure choisit la fin d'un roman ... ça m'a d'autant plus parlé que je cherche en ce moment une fin digne de ce nom à mon romangit sta

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com