Kent Wascom

Kent Wascom
KENT WASCOM est né en 1986 à La Nouvelle Orléans et à grandit à Pensacola, en Floride. Son premier roman, Le Sang des cieux, (Bourgois, 2014) a fait partie des meilleurs livres de l'année sélectionnés par le Washington Post et la radio publique américaine. Il a également reçu le prix Tenne... Voir plus
KENT WASCOM est né en 1986 à La Nouvelle Orléans et à grandit à Pensacola, en Floride. Son premier roman, Le Sang des cieux, (Bourgois, 2014) a fait partie des meilleurs livres de l'année sélectionnés par le Washington Post et la radio publique américaine. Il a également reçu le prix Tennessee Williams remis dans le cadre du festival littéraire de La Nouvelle Orléans. Il vit en Louisiane, où il enseigne à la Southeastern Louisiana Unversity. Les Nouveaux Héritiers est son troisième roman.

Avis (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Les nouveaux héritiers » de Kent Wascom aux éditions Gallmeister

    Catherine Quart Foisset sur Les nouveaux héritiers de Kent Wascom

    Puissance et tragédie sur les côtes de la Nouvelle-Orléans
    *
    C'est toujours avec une certaine fébrilité et émotion que je démarre une lecture proposée par une maison d'édition que je chéris. Vous connaissez ma prédilection pour le genre nature writing maintenant. Ainsi que pour une propension...
    Voir plus

    Puissance et tragédie sur les côtes de la Nouvelle-Orléans
    *
    C'est toujours avec une certaine fébrilité et émotion que je démarre une lecture proposée par une maison d'édition que je chéris. Vous connaissez ma prédilection pour le genre nature writing maintenant. Ainsi que pour une propension à lire des romans américains. Et voici que le groupe de lecture Picabo Riverbookclub (sur FB) propose à ses membres ce deuxieme roman d'un jeune auteur dont je n'ai pas lu son 1er.
    *
    La couverture colorée rappelle certaines toiles de Gauguin, ce peintre post-impressionniste dont l'inspiration est venue de la Martinique, des Caraibes, d'Amérique Centrale. Justement, il est question d'art. Mais pas que.
    *
    L'auteur, originaire de Nouvelle-Orléans, va puiser dans ses souvenirs de lieux, de paysages, de nature sauvage pour écrire une merveilleuse histoire d'amour. De l'amour qui transparaît dans chacun des mots, des phrases, des sensations.
    Une écriture originale qui raconte aussi la faiblesse humaine, en proie aux tempêtes qui se soulèvent par l'entrée en guerre, par des tensions familiales notamment pour des héritages, par cette fureur qui gagne chaque être en mouvement.
    Les liens se tissent au fil de l'histoire. Les relations se dévident aussi au fur et à mesure du récit. La Nature est au coeur de tout ça. Indomptable, imprévisible, tumultueuse, infinie. Les humains disparaissent mais cette Nature si puissante est partout.
    *
    L'écriture est poétique, tour à tour descriptive puis subitement conteuse, elle narre la vie de plusieurs personnages avec un souffle romanesque et quelque peu tragique.
    L'Histoire américaine se cale entre les lignes avec une importance majeure pour les protagonistes.
    Mélancolie, tragédie, drame, l'auteur peint un tableau loin de l'image idéalisée de la Louisiane et de la Floride. Attirée comme un aimant, hypnotisée, j'ai suivi ces destinées là où le vent les a emportés.
    *
    Un style atypique qui doit se laisser apprivoiser mais une fois qu'on y a gouté, on en redemande.

  • add_box
    Couverture du livre « Les nouveaux héritiers » de Kent Wascom aux éditions Gallmeister

    Geneviève Munier sur Les nouveaux héritiers de Kent Wascom

    Lire un roman qui n’est pas encore sorti, le découvrir avant que quelconque appréciation n’ait filtré, c’est un peu comme marcher dans de la neige fraîche : un grand plaisir. Je viens de terminer le dernier roman de Kent Wascom, "Les nouveaux héritiers", et si l’ensemble m’a plu, je suis dans...
    Voir plus

    Lire un roman qui n’est pas encore sorti, le découvrir avant que quelconque appréciation n’ait filtré, c’est un peu comme marcher dans de la neige fraîche : un grand plaisir. Je viens de terminer le dernier roman de Kent Wascom, "Les nouveaux héritiers", et si l’ensemble m’a plu, je suis dans l’obligation de noter certaines restrictions.

    "Il est né plein d’animaux. Avant qu’il ait eu la faculté de voir et le don de la parole, avant que sa main ait su empoigner les outils pour les guider et les faire bondir sur la toile ou le papier, les animaux étaient là, l’emplissant tout entier, se faisant connaître dans ses cris et rôdant dans l’éden humide et sombre de son cœur." Cette première phrase m’a laissée perplexe, je l’avoue, car je ne l’ai pas comprise, en tous les cas pas tout de suite. Elle entame l’histoire d’Isaac, né d’une jeune fille, encore presque enfant, devenu un grand artiste. Il rencontre Kemper, plutôt sauvage et indisciplinée et vit avec elle une grande histoire d’amour. J’en resterai là… ce serait dommage de vous en dévoiler davantage.

    J’ai apprécié ce roman, disais-je, au travers, notamment, de ses personnages, tous particulièrement attachants même dans leurs plus sombres défauts : Isaac et Kemper, les principaux, fabuleusement décrits mais aussi et peut-être plus encore ses frères, des êtres fragiles, secrets, voire violents. Mais j’ai aussi aimé les paysages racontés par le menu, la Nouvelle Orléans dans toute sa splendeur. Et puis la grande Histoire au milieu des petites.
    Je ne partage, hélas, qu’en partie les propos du Publisher Weekly rapportés en quatrième de couverture "L’écriture de Kent Wascom est mélodique, et le roman est un mélange réussi de grande Histoire et de drames familiaux". Si je suis d’accord avec la seconde partie de cette appréciation, j’ai été moins séduite par l’écriture dont j’ai regretté le manque de régularité. Certains passages m’ont paru lourds, d’autres trop vagues. Certes le rythme est vif mais il m’a manqué une certaine rigueur, une homogénéité qui m’auraient rendu le propos plus compréhensible.

    Romanesque le texte l’est, plaisante fut aussi la lecture. Il m’a pourtant manqué ce petit quelque chose, cette simplicité des mots, ce naturel dans l’expression qui aurait pu en faire un véritable enchantement. Je terminerai cependant sur une note positive en attribuant un bon point pour la splendide jaquette.

    https://memo-emoi.fr

  • add_box
    Couverture du livre « Les nouveaux héritiers » de Kent Wascom aux éditions Gallmeister

    Régine Roger sur Les nouveaux héritiers de Kent Wascom

    "Il était né plein d'animaux.
    Avant qu'il ait eu la faculté de voir et le don de la parole, avant que sa main ait su empoigner les outils pour les guider et les faire bondir sur la toile ou le papier, les animaux étaient là, l'emplissant tout entier, se faisant connaître dans ses cris et...
    Voir plus

    "Il était né plein d'animaux.
    Avant qu'il ait eu la faculté de voir et le don de la parole, avant que sa main ait su empoigner les outils pour les guider et les faire bondir sur la toile ou le papier, les animaux étaient là, l'emplissant tout entier, se faisant connaître dans ses cris et rôdant dans l'eden humide et sombre de son coeur".

    Ce sont les premiers mots du roman de Kent Wascom "les nouveaux héritiers" traduit par Eric Chédaille (un grand merci pour la traduction) , et avec ces mots sublimes évoquant tout un univers ancestral et primitif, j'ai signé ma fulgurante et totale addiction à une écriture lyrique et élégiaque qui m'a complètement émerveillée du début à la fin.

    J'ai découvert Kent Wascom aux éditions Gallmeister grâce au fantastique groupe FB dédié à la littérature nord-américaine , le picaboriverbookclub, merci infiniment !

    CAR COUP DE FOUDRE IMMEDIAT !

    J'ai lu en apnée, totalement attachée à la beauté des phrases, longues et sinueuses à l'image du cours du fleuve Mississippi dans les îles du Delta.

    C'est la première fois que je lis un roman d'une telle force où l'écriture m'a dévorée de sa verve romanesque tempétueuse et indomptable où le début des phrases annonçe déjà la fin. Comme l'oeil d'un cyclone qui s'étend et grandit de plus en plus vite.

    J'ai été émue et irrémédiablement conquise par l'histoire d'amour d'Isaac et de Kemper défiant les guerres et les blessures familiales.
    Je suis devenue amoureuse de la Nouvelle-Orléans et d'une époque.

    J'ai encore en mémoire l'image très émouvante d'Isaac devenu frêle vieillard pêchant sur sa barque comme si le monde n'avait pas bougé tout autour de lui.

    En plus d'une écriture singulière, Kent Wascom aborde des thèmes majeurs comme la protection de la planète, qu'est-ce que être américain, et les secrets liés aux origines en peignant une grande fresque américaine de 1890 aux années 1960.

    Un roman foisonnant où la peinture a toute sa place et lie le monde ancien au monde nouveau dans ses couleurs et ses pastels avant qu'il ne s'effondre.

    J'ai adoré et je vais certainement lire les précédents titres traduits de Kent Wascom.



    Commenter J’apprécie

  • add_box
    Couverture du livre « Les nouveaux héritiers » de Kent Wascom aux éditions Gallmeister

    Marie Kirzy sur Les nouveaux héritiers de Kent Wascom

    Cela fait très longtemps que je n'avais été autant éblouie et impressionnée par la recherche stylistique d'un auteur, que ce soit lorsqu'il évoque la nature luxuriante et tempétueuse de la côte du Golfe du Mexique à l'embouchure du Mississippi ou dans la description de la naissance de l'amour...
    Voir plus

    Cela fait très longtemps que je n'avais été autant éblouie et impressionnée par la recherche stylistique d'un auteur, que ce soit lorsqu'il évoque la nature luxuriante et tempétueuse de la côte du Golfe du Mexique à l'embouchure du Mississippi ou dans la description de la naissance de l'amour entre Kemper et Isaac lorsque celui-ci lui fait gouter du poisson cru fraichement pêché :

    « Odeurs de sang, d'eau de mer, d'agrume. La chaleur du soleil sur son dos, la lumière qui la baignait et baignait la surface de l'eau où éclataient de-ci de-là de petites exhalaisons de bulles. Il lui tendit un morceau et elle le prit. Vue de près, cette chair était nacrée, blanches striations dans les ondulations musculaires. Un instant plus tôt, intacte et mouvante, Kemper mangea la première, sa bouche s'emplit de la pureté océane et des explosions solaires du limon. Il mangea à son tour et lui demanda si elle trouvait cela bon. Il y er un moment où elle aurait pu pleurer, dire qu'elle n'avait jamais rien goûté de meilleur, que cela valait tout. Mais elle se borna à hocher la tête avant de prendre une seconde bouchée, tout en le regardant la regarder. Il y aurait tout le temps plus tard de le lui dire et elle lui dirait tout. »

    Dès les premières lignes, j'ai été frappée par la force de l'écriture, très travaillée, mélodique, langoureuse, chaque mot placé en mode orfèvre ( bravo au traducteur Eric Chédaille, quel travail ! ). Toute la première partie est absolument formidable, avec un souffle à la Steinbeck. Elle relate la naissance d'Isaac, sa très jeune mère misérable envoutée par une secte, son sauvetage à couper le souffle par une immigrante, l'errance qui s'en suit jusqu'à son adoption à la fin du XIXème siècle.

    La suite est un tour de force. Kent Wascom est parvenu à proposer aux lecteurs une véritable saga sur sept décennies en seulement 300 pages : une histoire d'amour lumineuse, singulière et forte entre deux « héritiers » de familles américaines privilégiées, Isaac et Kemper Woolsack ; un drame familial, celui des Woolsack, famille rongée par les secrets et la violence, dont l'auteur parvient à rendre toute la complexité shakespearienne ; un arrière-plan historique dense : la Première guerre mondiale comme élément perturbateur qui met le bonheur du couple à l'épreuve et le fait basculer vers la tragédie.

    La construction est assez complexe à suivre, lorsqu'on bascule d'un personnage à un autre, d'un lieu à un autre ( Floride, Louisiane, Cuba, Nicaragua ). En fait, j'ai l'impression que j'étais tellement hypnotisée par l'écriture de Kent Wascom que je me suis un peu perdue dans l'intrigue à proprement parler, tout en continuant à tourner les pages avec avidité. Trois cent pages, ce n'est presque pas assez. J'avais envie que l'auteur prenne encore plus son temps : certaines accélérations expédiant certaines péripéties m'ont un peu gênées.

    On sent chez l'auteur une volonté de parler des Etats-Unis et plus particulièrement du golfe du Mexique, de rappeler comment la réalité démolit les idéaux vantés dans l'histoire officielle : à l'image de celle des Woolsack, la richesse américaine repose sur l'esclavage, sur l'économie des plantations et la domination de l'Amérique latine proche. Mais, ce que je retiens avant tout, c'est l'histoire d'amour entre ce couple qui eu ses années de bonheur exceptionnel avant de sombrer dans les soubresauts de la grande Histoire.

    « Ils se mouvaient si prestement alors, comme ces créatures dont la vie s'écoule en un magnifique élan continu, qui se hâtent avant que demain ne les trouve. Comme les pâles phalènes qui réapparaissaient à chaque printemps ou ce haro d'un été des sauterelles qui précède un silence de seize ans, sans crainte ni désespoir, mais avec un but inscrit dans le sang. Si rapidement que, quand Isaac retournait sur le passé, celui-ci lui semblait tenir en un seul prompt mouvement. Une course hors d'haleine qui dura trois années, les meilleures, chacun en convenait, de leur vie. Beaucoup plus tard, lorsque des réminiscences de cette époque viendraient éclaire la pénombre de son grand âge, il la reverrait telle qu'elle était en cette saison."

    Je ferme ce livre enveloppée de mélancolie et de pensées.

    PS Il s'agit du troisième roman de Ken Wascom. le premier, le Sang des dieux raconte l'origine de la dynastie Woolsack au début du XIXème siècle. le deuxième, Secessia, la met en scène durant la guerre civile mais n'est pas traduit en France. J'espère vivement que les éditions Gallmeister s'y pencheront.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !