Kathryn Stockett

Kathryn Stockett
Kathryn Stockett a grandi à Jackson. Elle vit actuellement à Atlanta avec son mari et leur fille. La couleur des sentiments (Jacqueline Chambon, 2010) a connu un succès considérable dans le monde entier, et a été adapté au cinéma par Tate Taylor en 2011.

Avis sur cet auteur (101)

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Actes Sud

    Pilly sur La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

    Il y a des livres qui nous happent dès les premières lignes. Ce fut le cas pour moi avec celui-ci.
    J'étais suspendue aux phrases de cette histoire. J'ai vibré tout du long. Et à la fin, j'en voulais encore plus. J'aurais voulu connaître ces femmes, les soutenir.
    Ca se passe dans les années 60....
    Voir plus

    Il y a des livres qui nous happent dès les premières lignes. Ce fut le cas pour moi avec celui-ci.
    J'étais suspendue aux phrases de cette histoire. J'ai vibré tout du long. Et à la fin, j'en voulais encore plus. J'aurais voulu connaître ces femmes, les soutenir.
    Ca se passe dans les années 60. En prendre conscience fait prendre du recul. Ce n'est pas si loin. Ca éclaire l'histoire. Ca peut donner des réponses, à ce qu'il se passe encore aujourd'hui.
    Bref, une lecture magnifique, incroyable, bouleversante, vibrante, émouvante, questionnante...
    On ne peut rester indifférent à cette histoire, à l'histoire de tant de femmes et d'hommes, qui ont subi la bêtise humaine.
    Ce que j'ai ressenti dépasse ce que je peux exprimer.

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Actes Sud

    Lirealaurore sur La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

    Un pur bonheur de lecture!!!

    Et le film est à voir également

    Un pur bonheur de lecture!!!

    Et le film est à voir également

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Actes Sud

    Carrie sur La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

    J'ai lu ce roman il y a quelques années et ai ensuite vu l'adaptation cinématographique.

    Je garde un souvenir très ému de ce roman, j'avais trouvé qu'il dépeignait très bien la société américaine de cette époque, et l'hypocrisie qui y régnait.

    L'Amérique des années 60, ce n'était pas...
    Voir plus

    J'ai lu ce roman il y a quelques années et ai ensuite vu l'adaptation cinématographique.

    Je garde un souvenir très ému de ce roman, j'avais trouvé qu'il dépeignait très bien la société américaine de cette époque, et l'hypocrisie qui y régnait.

    L'Amérique des années 60, ce n'était pas seulement l'envoi du premier homme sur la lune, l'insouciance et le rock'n roll. C'était avant tout la guerre froide, le maccarthysme et la ségrégation raciale (qui demeure encore aujourd'hui, différemment, même si les Américains ont déjà élu un président noir, mais ça c'est une autre histoire, surtout vu qui ils ont élu après).
    Alors il n'était pas question pour les blancs de s'asseoir aux mêmes places que les noirs, de fréquenter les mêmes bancs d'université ou, pire, vivre dans les mêmes quartiers. Par contre, ça n'embêtait pas les blanss d'envoyer de jeunes noirs se faire tuer à la guerre (le soldat typique de la guerre du Vietnam avait 19 ans et était noir) ou de faire élever leur progéniture par des femmes noires. Euh pardon, de couleur. Euh, encore pardon, des "African-Americans".

    C'est de ça dont il s'agit dans le roman, donner une parole à ces nounous noires qui étaient davantage des mères pour les enfants qu'elles élevaient que de simples employées de maison.

    Un livre à lire et à partager

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Actes Sud

    Cathfd sur La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

    un premier roman magistral qui a conquis l’Amérique avec 2 millions d’exemplaires vendus !

    Quatrième de couverture: ”Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En...
    Voir plus

    un premier roman magistral qui a conquis l’Amérique avec 2 millions d’exemplaires vendus !

    Quatrième de couverture: ”Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. peut-être même s’exiler dans un autre état, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan, l’ont congédiée.

    Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans est partie sans même lui laisser un mot.

    Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires, personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins et écrire en grand secret une histoire bouleversante.”

    Tour à tour dans la tête et les pensées d’Aibileen, de Minny ou de miss Skeeter, j’ai vibré, j’ai ri, j’ai été émue par cette histoire magnifique de femmes courageuses dans une époque trouble. Les noirs ont conquis certains droits mais dans la pratique c’est autre chose. Les Blanches confient l’éducation de leurs enfants aux Noires depuis des générations mais pour rien au monde elles ne partageraient les mêmes toilettes ! On est en encore à la veille des grands mouvements libérateurs des noirs américains, Martin Luther King n’a pas encore fait son rêve et c’est une société pétrie de contradictions que nous décrit ce livre. Les portraits de femmes sont émouvants et sonnent juste, les sentiments très complexes que partagent les protagonistes sont merveilleusement rendus, amour, haine, attirance, répulsion, méfiance, confiance... les sentiments ne sont jamais simples...L’analyse en est très fine et sensible, et ce roman est bouleversant. Aibileen si attachée à baby Mae Mobley qu’elle élève, à qui elle apporte la tendresse que sa mère n’est pas capable de lui donner, Minny et Célia sa patronne, une Blanche complètement paumée rejetée par la bonne société de Jackson, et Skeeter, cette jeune fille blanche qui écoute son cœur sont des personnages inoubliables. ce qu’elles font n’est pas seulement dangereux pour les bonnes, Skeeter met en péril sa propre place dans cette société où les femmes une fois trouvé un bon parti, s’occupent de ventes de charité, de bridge et de cancans et clouent au pilori toute tentative pour sortir des rails, sous la houlette hargneuse, méchante, jalouse et raciste de Miss Hilly. Pourtant secrètement de jolies histoires prennent vie car de vrais liens d’amour sont tissés entre les familles blanches et noires, et l’histoire écrite par les trois héroïnes va révéler les choses et plus rien ne sera comme avant...

    La postface de l’auteur est très émouvante, elle y confie des souvenirs d’enfance et explique que l’idée de ce livre est venue du fait que la bonne qui l’avait élevée jusqu’à 16 ans est morte avant qu’elle ait eu la possibilité de lui demander ce qu’on ressentait quand on était une bonne Noire travaillant dans une famille de Blancs du Mississippi et qu’elle avait passé des années à imaginer ce qu’aurait été sa réponse...

    C’est un bonheur de lecture où j’ai vibré à chaque page, un gros coup de cœur ! Précipitez-vous sur ce livre!