Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jose-Louis Bocquet

Jose-Louis Bocquet

Romancier, biographe et éditeur né en 1962, José-Louis Bocquet a publié huit romans noirs chez Gallimard, Buchet/Chastel et La Table Ronde. Il est aussi l’auteur de biographies de René Goscinny, H.-G. Clouzot et André Franquin.

Scénariste pour l’audiovisuel, il a collaboré avec Georges Lautner, ...

Voir plus

Romancier, biographe et éditeur né en 1962, José-Louis Bocquet a publié huit romans noirs chez Gallimard, Buchet/Chastel et La Table Ronde. Il est aussi l’auteur de biographies de René Goscinny, H.-G. Clouzot et André Franquin.

Scénariste pour l’audiovisuel, il a collaboré avec Georges Lautner, Pierre Jolivet, Hervé di Rosa, Patrick Grandperret. Dans le domaine de la bande dessinée, il a aussi écrit des scénarios pour Serge Clerc, Steve Cuzor, Stanislas, Philippe Berthet. De 2006 à fin 2020, il dirige le label « Aire Libre » au sein des éditions Dupuis.

Bocquet signe également des "bio graphiques" mises en images par Catel, consacrées à des femmes méconnues ou invisibilisées: Kiki de Montparnasse, Olympe de Gouges, Joséphine Baker et Alice Guy.

 

Crédit photo © Mathieu Zazzo .

Avis sur cet auteur (37)

  • add_box
    Couverture du livre « Simenon, l'Ostrogoth » de Loustal et Jose-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental et John Simenon aux éditions Dargaud

    catherine a sur Simenon, l'Ostrogoth de Loustal - Jose-Louis Bocquet - Jean-Luc Fromental - John Simenon

    Une bd ou livre graphique magnifique, car je ne sais plus quel terme employé.
    En tout cas, un beau livre qui nous raconte les premières années de Georges Simenon.
    Le 24 mars 1923, Régine Renchon et Georges Simenon sont déclarés mari et femme, d'abord par le curé de l'église Sainte-Véronique...
    Voir plus

    Une bd ou livre graphique magnifique, car je ne sais plus quel terme employé.
    En tout cas, un beau livre qui nous raconte les premières années de Georges Simenon.
    Le 24 mars 1923, Régine Renchon et Georges Simenon sont déclarés mari et femme, d'abord par le curé de l'église Sainte-Véronique puis par l'échevin communiste de la bonne ville de Liège.
    Ces deux fringants jeunes gens – elle peintre déjà exposée, lui journaliste en herbe et aspirant romancier – ne vont pas s'attarder dans leur Belgique natale. Les voici à Paris où, dans l'effervescence des Années folles, ils se livrent corps et âme à l'esprit du temps et à la conquête de la gloire.
    Ce livre est l'histoire de ces premières années, à Liège et surtout à Paris. Il y a des extraits des premiers romans, signés sous pseudonymes. La vie d'artiste, de journaliste, d'écrivain, la vie de bohème n'est pas toujours facile.
    Il y a aussi de belles rencontres, avec Joséphine Baker, qui fera de Georges son "secrétaire de nuit", avec Colette, qui lit ses premiers contes, Arthème Fayard, qui éditera ses premiers textes, Foujita, l’affichiste Paul Colin et tant d'autres de cette époque des années folles.
    J'ai découvert aussi le personnage de Tigy, l'épouse peintre, qui va sacrifier sa carrière de peintre au profit de celle de l'écrivain…
    Ce texte et ses superbes planches couvrent la période de 1923 à 1930, entre sa montée à Paris et la parution de la première enquête du commissaire Maigret. Sept années d’un travail acharné à fournir des textes de commande pour des gazettes destinées au grand public. Mal payées et encore moins bien considérées, ces milliers de pages lui permettront néanmoins de se forger un style. Cependant, bien conscient de la futilité des paillettes, il préfère quitter la capitale et habiter sur un bateau, L’Ostrogoth, afin de pouvoir continuer son œuvre.
    Ce texte m'a donné envie de (re)lire les textes de Simenon ou de Georges SIm, Jean du Perry .. Il aurait écrit 161 romans populaires, contes, nouvelles sous environ 26 pseudonymes. Et les adaptation de ses différents textes en BD.
    Et aimerait tant que sa vie continue à être racontée grâce à ces auteurs.
    Une longue vie, puisque Simenon a vécu de 1903 à 1989.
    Et, personnellement, j'ai découvert lors de vacances à La Rochelle, qu'il y avait vécu pendant 10 ans et que certains de ses textes y ont été écrits et que certains lieux l'avaient inspirés. Très touchant de prendre un café dans la brasserie qu'il avait l'habitude de fréquenter. je vais donc continuer ma découverte de ses textes mais aussi de sa vie.
    #SimenonlOstrogoth #NetGalleyFrance

  • add_box
    Couverture du livre « Simenon, l'Ostrogoth » de Loustal et Jose-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental et John Simenon aux éditions Dargaud

    Mousquetaire11 sur Simenon, l'Ostrogoth de Loustal - Jose-Louis Bocquet - Jean-Luc Fromental - John Simenon

    Lorsque l'on évoque Georges Simenon, la première image qui me vient à l'esprit est celle de Maigret, son personnage emblématique joué par Bruno Cremer que je regardais régulièrement sur France 2 lorsque j'étais petite...

    C'est donc avec une certaine nostalgie que j'ai sollicité "Simenon,...
    Voir plus

    Lorsque l'on évoque Georges Simenon, la première image qui me vient à l'esprit est celle de Maigret, son personnage emblématique joué par Bruno Cremer que je regardais régulièrement sur France 2 lorsque j'étais petite...

    C'est donc avec une certaine nostalgie que j'ai sollicité "Simenon, l'Ostrogoth" auprès de la maison d'édition Dargaud sur Netgalley France pour en apprendre plus sur la vie de l'auteur avant qu'il ne connaisse le succès au début des années 1930 avec l'écriture de ces romans policiers qui l'ont rendu célèbre.

    J'ai trouvé la lecture de cette bande dessinée très intéressante et instructive. Ayant du mal à me plonger dans les biographies, je me rends compte qu'avec le temps, je me tourne de plus en plus vers des albums pour découvrir l'histoire de certaines personnalités. Grâce à un travail conjoint réunissant Jean-Luc Fromental, José-Louis Bocquet et John Simenon, le fils de Georges Simenon, nous nous retrouvons plongés dans une Europe d'entre-deux-guerres où le couple Simenon quitte la Belgique pour la vie parisienne en quête d'une notoriété. de par leurs passions pour l'écriture et pour l'art, les deux jeunes gens rencontreront de nombreux artistes ou personnalités comme par exemple Colette ou Joséphine Baker que l'on retrouve dans cet album.

    Concernant les illustrations, j'ai beaucoup aimé le coup de crayon de Loustal qui offre une autre dimension au récit et qui nous permet de mieux nous faire découvrir une époque.

    Je tiens à remercier les Editions Dargaud et Netgalley France pour ce plongeon historique que j'ai apprécié. Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur Georges Simenon ou les personnalités qu'il a côtoyé, vous vous régalerez de découvrir les notices biographiques et autres annexes proposées à la fin du volume comme ce fut mon cas.

  • add_box
    Couverture du livre « Un autre regard sur Blake et Mortimer : l'art de la guerre » de Floc'H et Jose-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental aux éditions Blake Et Mortimer

    Romain Ambrosini sur Un autre regard sur Blake et Mortimer : l'art de la guerre de Floc'H - Jose-Louis Bocquet - Jean-Luc Fromental

    L’art suprême de la guerre est de soumettre l’ennemi sans combattre.
    Olrik y était presque...

    L’art suprême de la guerre est de soumettre l’ennemi sans combattre.
    Olrik y était presque...

  • add_box
    Couverture du livre « Alice Guy » de Jose-Louis Bocquet et Catel aux éditions Casterman

    parcequecmoi sur Alice Guy de Jose-Louis Bocquet - Catel

    Une impressionnante biographie graphique sur Alice Guy, pionnière du cinéma, peu connue et reconnue, mais qui fut pourtant essentielle à l’avancée de cet art. Un docu-BD complet, qui rassemble dessins relatant sa vie, biographie en texte uniquement et notices graphiques sur les personnages...
    Voir plus

    Une impressionnante biographie graphique sur Alice Guy, pionnière du cinéma, peu connue et reconnue, mais qui fut pourtant essentielle à l’avancée de cet art. Un docu-BD complet, qui rassemble dessins relatant sa vie, biographie en texte uniquement et notices graphiques sur les personnages principaux mais aussi secondaires de l’histoire d’Alice Guy, accompagnées de portraits.

    Alice Guy, c’est cette héroïne née en 1873, qui tourna son premier film à 23 ans. Femme indépendante pour l’époque, audacieuse, sûre d’elle, aventureuse, au caractère bien trempé, elle s’imposera dans un monde exclusivement masculin à la naissance du cinéma où évolue déjà les frères Lumière, Léon Gaumont…. Elle deviendra metteuse en scène, scénariste, productrice, elle traversera l’Atlantique avec son mari Hubert Blaché, y créera sa propre compagnie et ses propres studios de cinéma : SOLA X qu’elle gèrera d’une main de maître malgré ses enfants. En tout, elle aura dirigé plusieurs centaines de films, muets puis parlants, avant de revenir en France après son divorce et la ruine dûe à son mari et ses mauvais placements, où elle s’apercevra qu’elle est tombée dans l’oubli. Un destin extraordinaire pour une femme ordinaire.

    Cette histoire nous est présentée comme un roman-photos en images dessinées en noir et blanc aux traits précis, surs, hyper réalistes, représentant aussi bien les visages expressifs des personnes que les bâtiments, les animaux, le mouvement, les scènes de cinéma. L’époque est bien décrite avec l’accent donné sur l’habillement, la décoration intérieure des maisons, les extérieurs.

    On s’aperçoit que la bande dessinée est assez précise et complète avec ses 322 pages, lorsqu’on lit la biographie chronologique en texte par la suite. La dernière partie est intéressante et documentée puisqu’elle reprend toutes les personnes citées dont l’histoire nous est relatée.

    Un bel ouvrage, de la collection Casterman « Les clandestines de l’histoire », qui nous apprend plein de choses sur l’époque, le cinéma et cette femme oubliée.

Récemment sur lecteurs.com