Jean-Paul Dubois

Jean-Paul Dubois

Jean-Paul Dubois est né à Toulouse où il vit actuellement.

Journaliste, puis grand reporter en 1984 pour Le Nouvel Observateur, il examine au scalpel les États-Unis et livre des chroniques qui seront publiées en deux volumes aux Éditions de l'Olivier : L'Amérique m'inquiète (1996) et Jusque-là tout allait bien en Amérique (2002).

Écrivain, Jean-Paul Dubois a publié de nombreux romans, "Je pense à autre chose", "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi", "Une Vie française" (Prix Femina 2004 et Prix du roman Fnac 2004), "Vous plaisantez, Monsieur Tanner", "Hommes entre eux", "Les accommodements raisonnables", "Le cas Sneijder" (Prix littéraire Alexandre Vialatte 2012).


 


Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 20/02/1950


 

Jean-Paul Dubois est né à Toulouse où il vit actuellement.

Journaliste, puis grand reporter en 1984 pour Le Nouvel Observateur, il examine au scalpel les États-Unis et livre des chroniques qui seront publiées en deux volumes aux Éditions de l'Olivier : L'Amérique m'inquiète (1996) et Jusque-là tout allait bien en Amérique (2002).

Écrivain, Jean-Paul Dubois a publié de nombreux romans, "Je pense à autre chose", "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi", "Une Vie française" (Prix Femina 2004 et Prix du roman Fnac 2004), "Vous plaisantez, Monsieur Tanner", "Hommes entre eux", "Les accommodements raisonnables", "Le cas Sneijder" (Prix littéraire Alexandre Vialatte 2012).


 


Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 20/02/1950


 

Articles (2)

Voir tous les articles

Avis (66)

  • Couverture du livre « Vous plaisantez, monsieur tanner » de Jean-Paul Dubois aux éditions Points

    0.2

    Dominique JOUANNE sur Vous plaisantez, monsieur tanner de Jean-Paul Dubois

    En relatant son expérience personnelle face aux artisans du bâtiment lors de la rénovation d’une vieille maison dont il a hérité, Jean-Paul Dubois traduit toutes les vicissitudes, plaisirs et découragements, relations amicales ou conflictuelles, que chacun de nous rencontrons lors de pareille...
    Voir plus

    En relatant son expérience personnelle face aux artisans du bâtiment lors de la rénovation d’une vieille maison dont il a hérité, Jean-Paul Dubois traduit toutes les vicissitudes, plaisirs et découragements, relations amicales ou conflictuelles, que chacun de nous rencontrons lors de pareille entreprise et qui peut nous rendre la vie impossible le temps des travaux.
    Texte plein de réalisme, de vécu et d’humour, délicieusement bien écrit sous forme de journal intime. Les chapitres courts donnent un rythme rapide à ces 200 pages que j’ai lues d’une traite.
    Un moment de lecture jovial et agréable.

  • Couverture du livre « La succession » de Jean-Paul Dubois aux éditions Editions De L'olivier

    0.25

    Dominique JOUANNE sur La succession de Jean-Paul Dubois

    Merci à Lecteurs.com de m’avoir fait découvrir cet auteur de grand talent.
    Paul Katrakilis, après son doctorat en médecine a fui sa famille pour se consacrer à sa passion, la pelote basque. Il devient joueur professionnel de cesta punta et s’installe à Miami où il vit une existence qui lui...
    Voir plus

    Merci à Lecteurs.com de m’avoir fait découvrir cet auteur de grand talent.
    Paul Katrakilis, après son doctorat en médecine a fui sa famille pour se consacrer à sa passion, la pelote basque. Il devient joueur professionnel de cesta punta et s’installe à Miami où il vit une existence qui lui plaît jusqu’au jour où le Consulat lui apprend le suicide de son père, médecin lui aussi comme l’était le grand-père qui, ce dernier aurait fui la Russie pour échapper à la mort donnée à tous ceux qui ont soigné Staline en fin de vie. Il arrive en France avec une lamelle du cerveau du dictateur conservée dans un bocal de formol trônant dans le cabinet médical de la maison familiale toulousaine. Pourtant, tous, la mère, l’oncle, le grand-père et le père se seront suicidé. Trop de fer dans le foie ou gêne héréditaire ou hasard de la vie ?
    Paul rentre en France pour les funérailles de son père et régler les papiers de succession mais la succession sera tout autre que quelques papiers à signer chez un notaire. Peut-on vraiment échapper à sa famille ? Question qui talentueusement conduit insidieusement à savoir si on peut vraiment échapper à soi-même…
    Ecriture élégante conduite par une main de maître, pour ce texte chargé d’émotion qui sait toucher de la plume, nos failles humaines, nos indécisions, nos basculements, la fragilité de l’amour, nos incertitudes, nos espoirs, nos angoisses, nos peurs, nos rêves et nos déceptions, nos passions inassouvies, nos bons et mauvais choix, nos forces et nos faiblesses, nos amitiés, nos solitudes, nos liens familiaux, nos maladies impromptues qui peuvent venir s’inviter dans nos cerveaux, dans nos corps… Les héritages ne sont pas toujours ceux auxquels nous pensions n’être qu’une simple formalité.
    Les descriptions de Miami, du Jaï-alaï où se déroulent les quinielas sous les cris des parieurs, de la Côte basque, des paysages et de l’environnement dans lequel évolue le narrateur, personnage attachant, sont magnifiquement bien imagées. Le style est rythmé. Bien que les sentiments et situations soient secoués comme dans un shaker pour un cocktail détonnant, la construction du texte est absolument parfaite avec pour cerise confite, une grammaire impeccable. Sur l’arpège des cordes sensibles, quelques notes d’humour caustique illuminent le récit. C’est une lecture fluide. De la première à la dernière page, on ne quitte pas Paul parce que dans Paul, il y a un peu ou beaucoup de chacun de nous-mêmes. C'est lui, Paul Katrakilis, pétri de tendresse, qui nous quittera. C’est un roman profondément humain.
    Jean-Paul Dubois va rejoindre dans ma bibliothèque, les auteurs qui m’accompagneront jusqu’à ma dernière page. Coup de cœur évident !

  • Couverture du livre « Le cas Sneijder » de Jean-Paul Dubois aux éditions Points

    0.2

    Pen Parrau sur Le cas Sneijder de Jean-Paul Dubois

    Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ouvert un livre de cet écrivain, trop longtemps, et je n’ai pas été déçue.

    Paul Sneijder à soixante ans, il vit à Montréal et sort d’un coma suite à une chute d'ascenseur dont il est le seul survivant. Sur l’histoire, je n’en dirai pas plus car...
    Voir plus

    Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ouvert un livre de cet écrivain, trop longtemps, et je n’ai pas été déçue.

    Paul Sneijder à soixante ans, il vit à Montréal et sort d’un coma suite à une chute d'ascenseur dont il est le seul survivant. Sur l’histoire, je n’en dirai pas plus car le découvrir au fil des pages avec le narrateur est bien plus jouissif.

    La plume de Jean-Paul Dubois nous embarque aux côtés de ce personnage meurtri et attachant qui bien entendu ne manque pas d’humour noir et d’un esprit de synthèse très personnel.

    Pourquoi j’avais oublié comme j’aime cet auteur et ces anti-héros qui n’en finissent pas de ne pas pouvoir. Une chose est sûre, j’aurai bientôt un autre livre de Dubois dans les mains.

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com