Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Couverture du livre « Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon » de Jean-Paul Dubois aux éditions Editions De L'olivier
Résumé:

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre.

Retour en arrière: Hansen est superintendant a L'Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien,... Voir plus

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre.

Retour en arrière: Hansen est superintendant a L'Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et - plus encore - de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu'il n'est pas occupé à venir en aide aux habitants de L'Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son aéroplane, elle l'emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L'Excelsior, des conflits éclatent. Et l'inévitable se produit.

Une église ensablée dans les dunes d'une plage, une mine d'amiante à ciel ouvert, les méandres d'un fleuve couleur argent, les ondes sonores d'un orgue composent les paysages variés où se déroule ce roman.

Histoire d'une vie, Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon est l'un des plus beaux livres de Jean-Paul Dubois. On y découvre un écrivain qu'animent le sens aigu de la fraternité et un sentiment de révolte à l'égard de toutes les formes d'injustice.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (56)

  • Un beau roman, à la fois sombre et lumineux, dont j'ai aimé la langue, les personnages, l'histoire et la belle humanité de l'auteur.

    Un beau roman, à la fois sombre et lumineux, dont j'ai aimé la langue, les personnages, l'histoire et la belle humanité de l'auteur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Paul Hansen, fils de pasteur, gardien d’immeuble apprécié à la résidence L’Excelsior, purge deux ans de prison pour des faits de violence dans une prison canadienne.

    Au fil des pages, le narrateur nous livre sa vie, de son enfance en France au délit qui mena à son emprisonnement, et son...
    Voir plus

    Paul Hansen, fils de pasteur, gardien d’immeuble apprécié à la résidence L’Excelsior, purge deux ans de prison pour des faits de violence dans une prison canadienne.

    Au fil des pages, le narrateur nous livre sa vie, de son enfance en France au délit qui mena à son emprisonnement, et son quotidien aux côtés de Horton, son compagnon de cellule, Hells Angel incarcéré pour meurtre.

    J’aime habituellement beaucoup Jean-Paul Dubois et sa façon d’insuffler de la légèreté dans les histoires les plus graves. Avec ce roman, je me suis beaucoup ennuyée. Je n’ai pas retrouvé l’humour délicat de l’auteur et ça m’a manqué.

    À lire près de la piscine avec son chien.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce livre lumineux, d’une grande humanité, raconte l’histoire de Paul Hansen, superintendant à Montréal de l’Excelsior, une résidence de soixante-huit copropriétaires. Il est l’indispensable homme à tout faire qui ne compte ni son temps ni ses efforts afin de satisfaire tout son petit monde qui...
    Voir plus

    Ce livre lumineux, d’une grande humanité, raconte l’histoire de Paul Hansen, superintendant à Montréal de l’Excelsior, une résidence de soixante-huit copropriétaires. Il est l’indispensable homme à tout faire qui ne compte ni son temps ni ses efforts afin de satisfaire tout son petit monde qui vit en parfaite harmonie jusqu’à l’élection d’un nouveau président de syndic.
    Nous faisons la connaissance de Paul dans la prison de Bordeaux à Montréal.
    Au fil des chapitres qui alternent sa vie en prison et son histoire personnelle, nous apprenons comment il est arrivé là.
    Ce roman est un plaidoyer contre l’injustice, d’une écriture sobre et avec une grande justesse, l’auteur nous dépeint le combat de la bonté, de la fraternité contre l’arrogance, la fourberie, la sournoiserie.
    Une fois terminé, ce livre nous laisse un petit goût de bonheur et de bien être.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Et voilà, c’est fini....
    « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon »
    de Jean-Paul Dubois
    aux éditions de L’Olivier
    Je l’avais gardé sous le coude depuis tout ce temps... quel meilleur moment que celui-ci, car nous sommes confinés depuis près de quoi? 4 semaines je...
    Voir plus

    Et voilà, c’est fini....
    « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon »
    de Jean-Paul Dubois
    aux éditions de L’Olivier
    Je l’avais gardé sous le coude depuis tout ce temps... quel meilleur moment que celui-ci, car nous sommes confinés depuis près de quoi? 4 semaines je crois...

    Les personnages principaux sont eux-mêmes en prison, à deux, dans une minuscule cellule.... Heu-reu-se-ment le compagnon de cellule du narrateur —qui compte pour 1,5 personne tellement il est imposant, en tout d’ailleurs— m’a fait vraiment rire!
    Et vous tomberez d’admiration et d’amour vous aussi pour Hansen, modèle d’abnégation, de patience, de compréhension et de moult qualités qu’on lui envie.
    C’est le livre de la répartie, des phrases, et des pensées justes et mesurées ; aussi et surtout de l’AMOUR !! Déclaré, à demi-mot, ou pas, le plus souvent d’ailleurs.
    impossible dans le contexte carcéral,
    très difficile aussi dans l’univers familial,
    le narrateur s’évade de sa prison le temps de recevoir -en pure imagination- parents, épouse, petite chienne et sa vie entière... Sa vie a été quelque peu chaotique, entièrement dévouée à son travail acharné depuis son plus jeune âge(vous comprendrez pourquoi ici mon radiateur Lollll)
    Enfin, la bienveillance, l’intelligence sont là, toujours et cette écriture! Savante ! sans excès mais savante.
    Je pense à ces comédies anglaises : ce serait un parfait scénario pour le cinéma burlesque et tendre à la fois.
    TOP
    C’est vraiment le livre parfait
    Paru en août 2019 et prix Goncourt la même année,

    Évidemment c’est mérité pour cet auteur qui n’en est pas à son coup d’essai déjà plusieurs fois primé pour ses œuvres ultérieures.

    Et voilà pourquoi alors que je ne suis pas seule dans ma tête je ne serai sûrement jamais publiée : parce qu’il y a bien meilleurs écrivains que moi
    Et je tiens à leur laisser cette place!! Lolll

    J’espère vous avoir transmis mon enthousiasme et que vous le savourerez à chaque prise en mains, comme moi en terrasse ou sur un nuage....
    On se retrouve sur mon Insta EMMANUELLEM06 pour d'autres pépites en photo

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Jean Paul Dubois m'accompagne depuis toujours, son écriture chaude et mélancolique me touche énormément.
    Style simple, sentiments à fleur de peau, on pourrait penser que son héro est misanthrope, mais je ne crois pas.
    Ce roman est profondément attachant.

    Jean Paul Dubois m'accompagne depuis toujours, son écriture chaude et mélancolique me touche énormément.
    Style simple, sentiments à fleur de peau, on pourrait penser que son héro est misanthrope, mais je ne crois pas.
    Ce roman est profondément attachant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Deux histoires parallèles composent, dans un savant tissage, ce roman de Jean-Paul Dubois. L’une dure 53 ans jusqu’en 2008, l’autre les 2 années suivantes.
    La première est celle de la vie de Paul Hansen, fils d’un pasteur danois et d’une propriétaire de cinéma d’avant-garde toulousaine, qui...
    Voir plus

    Deux histoires parallèles composent, dans un savant tissage, ce roman de Jean-Paul Dubois. L’une dure 53 ans jusqu’en 2008, l’autre les 2 années suivantes.
    La première est celle de la vie de Paul Hansen, fils d’un pasteur danois et d’une propriétaire de cinéma d’avant-garde toulousaine, qui travaille comme concierge dans une résidence privée à Montréal. Une vie simple, faite de méthode, de conscience professionnelle et d’amour, dans laquelle l’accompagnent sa femme Winona et sa chienne Nouk.
    La seconde est celle de sa détention à la prison de Bordeaux à Montréal où il purge une peine de 2 ans de prison dans des conditions difficiles d’anéantissement de la personnalité.
    D’un côté l’auteur démontre comment un destin peut basculer du bonheur au malheur en un rien de temps. Et il n’est pas nécessaire de s’identifier au personnage de Paul pour se sentir touché par la mécanique implacable de sa chute et pour réaliser à quel point personne n’est à l’abri de voir s’effondrer ce qu’il a mis toute une vie à construire.
    De l’autre côté, il parle de sentence, de cet enfermement insupportable, de cette promiscuité inhumaine, une punition à laquelle il faut se résigner et une attente, interminable, qu’il faut accepter, pour que le quotidien en prison reste vivable malgré tout.
    C’est douloureux et très touchant car rien n’est « extraordinaire » dans ce double récit. Il dépeint la vie simplement, avec tout ce qui la maintient en équilibre et qui peut la faire basculer en un instant vers la douleur et la violence.
    Il symbolise également la déshumanisation de notre société où tout est calculé et non plus ressenti, où l’efficacité prime sur la solidarité et où l’argent remplace le sentiment.
    Toutes ces dimensions du roman lui donnent une hauteur qui dépasse le seul récit de la vie de Paul Hansen et nous apporte une réflexion sur le monde que nous voulons pour demain.
    Et bienheureux soient les critiques véhéments de ce personnage qui ont la chance, ou peut-être la présomption, de ne pas s’être sentis concernés.
    Un excellent roman dont on sort grandi.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • On se prend tout de suite d'affection pour Paul Hansen et son histoire, si bien que j'ai versé une larme, ce qui est très rare. Prix Goncourt mérité.

    On se prend tout de suite d'affection pour Paul Hansen et son histoire, si bien que j'ai versé une larme, ce qui est très rare. Prix Goncourt mérité.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je me suis souvent méfiée des prix Goncourt, et cependant, cette rencontre avec J.C Dubois et ses personnages fut une bien émouvante rencontre.
    Que d'humanité, de tolérance et de respect entre Paul Hansen et Patrick, l'ex-Hells Angel, dans univers carcéral où violence et promiscuité font le lit...
    Voir plus

    Je me suis souvent méfiée des prix Goncourt, et cependant, cette rencontre avec J.C Dubois et ses personnages fut une bien émouvante rencontre.
    Que d'humanité, de tolérance et de respect entre Paul Hansen et Patrick, l'ex-Hells Angel, dans univers carcéral où violence et promiscuité font le lit de ces deux co-détenus qui ne se sont pas choisis, mais qui parviennent à s'apprivoiser, se découvrir, même si par la force de la nécessité, puis même à s'apprécier , avec une délicatesse parfois primaire pour l'un, une patience attendrissante pour l'autre.
    Paul Hansen : une enfance entre un père pasteur, rigoriste, se cramponnant à des convictions pour ne pas avoir à remettre sa vie en question et une mère soixante-huitarde en diable, libre et décomplexée....Et Paul, de devoir cheminer avec cet héritage .
    De bien intéressants états d'âme, mais aussi des fulgurances drôles, allégeant agréablement le récit.
    La vie de Paul à l'Exelsior où il exerce en tant que régisseur : sa découverte du "monde", avec ses moments de solidarité, d'empathie, mais aussi de bassesse et de lâcheté; en bref, des échantillons "d'âmes humaines", éparpillés sur plusieurs étages et une vision globale de l'humanité pas toujours réjouissante !
    Mais aussi l'amour, celui de Winona, sa femme.
    Inconditionnel, fusionnel, évident.
    L'amour qui donne, sans défaillance; l'amour qui répare, qui rassure, apaise, irradie et transforme une existence.
    Et puis les coups du sort, la vie qui bascule.
    Puis les morts, si présents dans le quotidien, qu'ils ne meurent pas tout à fait, et qui sont une force . Ainsi Paul sera à tout jamais le fils de ses parents et le mari de Winona.
    Quand le présent se nourrit du passé et permet de "revenir à soi", de vivre différemment certes, mais de vivre !
    On peut évoquer la résilience, mais aussi une forme de croissance post-traumatique.
    C'est aussi là la force de ce roman . Quand des tiraillements entre passé et présent, entre nostalgie, souffrance et acception surgit une transformation de l'individu.
    Enthousiasmant pour peu que l'on adhère au concept.
    Belle lecture !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.