Jean-Christophe Tixier

Jean-Christophe Tixier
Jean-Christophe Tixier est né à Pau en 1967. Pendant vingt ans, il a enseigné l'économie dans un lycée. Un poste à temps partiel qui lui a permis de mener maintes autres activités en parallèle. Ainsi, il a été directeur de collège, a créé et dirigé un centre de formation pour jeunes en grandes di... Voir plus
Jean-Christophe Tixier est né à Pau en 1967. Pendant vingt ans, il a enseigné l'économie dans un lycée. Un poste à temps partiel qui lui a permis de mener maintes autres activités en parallèle. Ainsi, il a été directeur de collège, a créé et dirigé un centre de formation pour jeunes en grandes difficultés, a créé une société de communication aux débuts d'Internet et créé des sites Internet... Jean-Christophe a quitté l'enseignement depuis deux ans. Lorsqu'il ne se consacre pas à l'écriture (de romans, mais aussi d'audio-guides pour la jeunesse), ce passionné de littérature organise le salon du polar de Pau, Un Aller-Retour dans le Noir, ou dirige la Collection « Quelqu'un m'a dit » aux éditions In8.

Vidéos (1)

Articles (1)

Avis (28)

  • add_box
    Couverture du livre « Lancer l'alerte » de Jean-Christophe Tixier aux éditions Rageot

    Clara Pailhon sur Lancer l'alerte de Jean-Christophe Tixier

    Je n'avais encore jamais lu de roman de Jean-Christophe Tixier, j'ai donc découvert sa plume et son style d'écriture.

    Le résumé en dit très peu sur l'histoire et je ne m'attendais pas du tout à cette intrigue. J'ai donc été surprise. Nous allons suivre César et Lou-Ann dans un combat qui va...
    Voir plus

    Je n'avais encore jamais lu de roman de Jean-Christophe Tixier, j'ai donc découvert sa plume et son style d'écriture.

    Le résumé en dit très peu sur l'histoire et je ne m'attendais pas du tout à cette intrigue. J'ai donc été surprise. Nous allons suivre César et Lou-Ann dans un combat qui va les mener à tester leurs limites, les pousser à se mettre en danger et à affronter, contrer les autorités mais aussi leur entourage. L'histoire est centrée en particulier sur l'écologie et les désastres que peuvent avoir les usines sur l'environnement. Plus particulièrement, quand ces désastres sont causés volontairement au profit de l'argent et du pouvoir. Le récit ne nous laisse pas de marbre. Il nous amène à réfléchir, à poser un nouveau regard sur notre société de consommation.

    J'ai beaucoup aimé cet aspect de l'intrigue. Voir César et Lou-Ann pris dans un engrenage qui les dépasse et pour autant prêts à tout pour faire éclater la vérité, pour la justice. Dans ce combat, ils vont voir leur vie mise sans dessus dessous et vont devoir se remettre en question. Jean-Christophe Tixier fait évoluer ses personnages, leur vision se transforme et décide de se placer dans un camp, celui qui est le plus juste pour eux, pour défendre une cause. Irrémédiablement, nous nous plaçons nous aussi dans un camp, voulant mener ce combat avec eux.

    Je pense que j'ai eu une préférence pour le personnage de Lou-Ann. Je ne saurais l'expliquer pourquoi, j'ai senti une plus grande affinité avec elle. Elle doit mener un double combat et j'ai été touchée par sa façon d'agir et sa manière de penser. Quant à César, il est dépassé par tous les événements. Il veut venir en aide à sa mère, prouver qu'elle a raison et que non, ce n'est pas elle la responsable. Mais, il y a quelque chose qui m'a gêné. Et cela vient de la mère de César. Son fils est en danger à cause de ses agissements et même si je comprends son combat, pourquoi elle a posé cet acte, je trouve que cela a été fait trop impulsivement sans même réagir aux conséquences. Que tu te battes pour une cause oui, mais pense à protéger ton fils, à le mettre à l'abri. Là, les rôles sont inversés. César devient l'adulte et c'est lui qui protège sa mère, quitte à se mettre dans des situations périlleuses. Et ce qui m'a le plus agacé, c'est que la mère laisse faire. Elle ne dit rien, ne fait rien ! Elle laisse son fils, se mettre en danger jusqu'à la fin parce qu'elle est dépassé par les événements. J'avais envie de la secouer !

    Le récit est découpé en quatre parties : deux pour César et deux pour Lou-Ann. J'ai beaucoup aimé la conclusion pour Lou-Ann, je l'ai trouvé belle et j'ai trouvé l'acte d'un personnage, avec qui elle est lien, beau et fort pour la protéger et pour que les choses soient justes. Par contre, celle de César m'a aussi agacé. J'ai envie de dire tout cela pour ça ? Tu as laissé ton fils se mettre en danger pour ça ?!!

    En bref, Jean-Christophe Tixier aborde une thématique actuelle qui nous fait réfléchir à notre société mais également à ce qu'on voudrait laisser aux générations futures. Malgré qu'un des personnages m'est agacé du début à la fin, j'ai trouvé le récit intéressant et on se laisse prendre au jeu.

  • add_box
    Couverture du livre « Quand vient la vague » de Jean-Christophe Tixier et Manon Fargetton aux éditions Rageot

    kadeline sur Quand vient la vague de Jean-Christophe Tixier - Manon Fargetton

    Nina a disparu depuis des mois, plus personne ne semble la chercher et avec l'approche de ses 18 ans, c'est maintenant ou jamais pour la retrouver. Son petit frère Clément, décide donc de tout reprendre à zéro pour la retrouver.
    Dans quand vient la vague, on suit en alternance Clément dans le...
    Voir plus

    Nina a disparu depuis des mois, plus personne ne semble la chercher et avec l'approche de ses 18 ans, c'est maintenant ou jamais pour la retrouver. Son petit frère Clément, décide donc de tout reprendre à zéro pour la retrouver.
    Dans quand vient la vague, on suit en alternance Clément dans le présent et Nina quelques temps avant sa disparition. Cette alternance est très bien dosée et permet un rythme haletant tout en maintenant le suspense. C'est très dur de reposer cette histoire avant la fin. C'est très compliqué de créer un sentiment de « boule au ventre » sans être dans une lecture horrifique et ici on a ce sentiment tout le long. L'adolescence et les relations familiales sont très bien traités. L'enquête est chouette et n'oublie pas les « temps morts » liés aux cours… Les autres thèmes abordés sont très interessants et illustrent bien la complexité des situations et des choix faits. Je ne dirais pas de quoi il retourne pour laisser la surprise mais c'est excellent. Quand vient la vague est super bien écrit, avec un aspect universel qui permet à tout le monde peut s'identifier et des personnages qui ne sont pas manichéens. Une excellente lecture intelligente et émouvante.

  • add_box
    Couverture du livre « Les mal-aimés » de Jean-Christophe Tixier aux éditions Albin Michel

    Ramettes sur Les mal-aimés de Jean-Christophe Tixier

    Le sujet est sombre à l’image de la couverture de ce roman et de ce titre qui sont vraiment un reflet de cette histoire.
    Tout tourne autour de la « terre », pas celle qui tourne autour du soleil, elle tournerait même le dos au soleil écrasant qui ponctue cette histoire. Une terre qui façonne...
    Voir plus

    Le sujet est sombre à l’image de la couverture de ce roman et de ce titre qui sont vraiment un reflet de cette histoire.
    Tout tourne autour de la « terre », pas celle qui tourne autour du soleil, elle tournerait même le dos au soleil écrasant qui ponctue cette histoire. Une terre qui façonne l’Homme. Une terre gorgée de misère et de sang. Les superstitions et les croyances à ce tournant de fin de siècle ont la main mise sur les consciences. On découvre les ravages de la misère et l’alcoolisme n’est pas la meilleure échappatoire.
    Je ne connaissais pas ces bagnes pour enfant qui étaient de véritables couloirs de la mort, l’enfer sur terre. Une lecture en entrainant une autre… cette histoire fait écho au roman « île aux enfants » d’Ariane Bois qui nous raconte une autre exploitation des enfants en milieu rural plus de 70 ans après.
    Jean-Christophe Tixier nous entraîne dans un enchaînement de vies et de morts. Dès la naissance, certains êtres sont voués à souffrir, à payer les fautes des parents.
    La terre nourri et la terre reprend, le fameux tu es poussière et tu redeviendras poussière ! Mais même pour être enterré il y a des différences, tous ne sont pas acceptés au même endroit. On sent les tensions entre l’obscurantisme religieux et la nouvelle pensée qui conduira à la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
    Jean-Christophe nous dépeint les personnages clés de ces villages. Le curé, le docteur et l’instituteur… Ici il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Leur âme à l’air comme souillé par leurs actions et c’est comme si ce bagne avait répandu son malheur autour du village. On découvre que certains ont su et savent tirer profit du malheur des autres. Tout semble perverti, corrompu. Parfois il y a des consciences qui ne laissent pas tranquille.
    Les propriétaires terriens ne sont pas mieux lotis, l’avidité, la cupidité et l’instinct animal font ressurgir la monstruosité ordinaire.
    Ce n’est déjà pas très reluisant pour les hommes alors imaginez pour les femmes et les enfants !
    Ce roman n’a rien de misérabiliste, il n’est pas fait pour faire pleurer dans les chaumières, il n’y a pas de pathos. C’est un roman noir qui montre les bas instincts de l’homme dans un environnement délétère où l’on vit en vase clôt.
    Tout au long de la lecture on se demande : Que ressortira t-il de tout cela ? Est-ce qu’une fois que l’orage éclatera une petite lueur d’espoir apparaîtra ? Je vous laisse le découvrir.
    Chaque chapitre à pour incipit un extrait de documents officiels (réels) informant de cas d’enfant condamné au bagne et à chaque fois la conclusion est un décès. Cela donne un rythme avec une sentence qui tombe comme un couperet. Cela augmente la tension de ce qui se déroule au présent. Il y a comme un effet de miroir déformant. Les condamnations de ces enfants sont disproportionnés par rapport au délit, d’autant qu’on assiste à des scènes hautement plus condamnables qui ne sont pas jugées.

  • add_box
    Couverture du livre « Les mal-aimés » de Jean-Christophe Tixier aux éditions Albin Michel

    Claudia Charrier sur Les mal-aimés de Jean-Christophe Tixier

    Avec ce titre prometteur et cette belle couverture intrigante, j'ai été ravie de recevoir ce roman via ma participation en tant qu'Exploratrice du polar sur Lecteurs.com que je remercie.

    Il m'avait tapé dans l’œil en lisant la quatrième couverture et j'avais très envie de le...
    Voir plus

    Avec ce titre prometteur et cette belle couverture intrigante, j'ai été ravie de recevoir ce roman via ma participation en tant qu'Exploratrice du polar sur Lecteurs.com que je remercie.

    Il m'avait tapé dans l’œil en lisant la quatrième couverture et j'avais très envie de le découvrir.

    Dans ce polar où il est question de sujets forts comme les bagnes, les abus, la violence...

    Un univers nébuleux et mystérieux où se côtoient les superstitions, les vengeances, les secrets et les non-dits.

    Un début d'histoire qui m'a emballée, des personnages attachants comme Blanche, Etienne ou encore Géraud.

    Ces trois jeunes gens au passé très difficile, subissant des brimades, m'ont beaucoup touchée.

    J'ai été sensible par leurs parcours chaotiques, désirant en savoir plus, en poursuivant ma lecture.

    C'est une histoire sombre et à la fois énigmatique qui donne une atmosphère inquiétante et trouble. Une promesse d'une lecture addictive.

    Seulement, en enchaînant les chapitres, j'ai été gênée par la lenteur de l'histoire.

    Un texte qui manque pour ma part, de nervosité et de rebondissements dont j'ai besoin dans cette catégorie.

    Ce n'est évidemment que mon ressenti, je n'ai pas été autant séduite que je l'aurai souhaité, mais je suis sûre que ce polar plaira a bien d'autres lecteurs.

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/05/les-mal-aimes.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !