Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jane Austen

Jane Austen
Jane Austen a grandi dans une famille de pasteur, entourée de huit frères et soeurs. Bien que vivant modestement, George et Cassandra Austen initient leurs enfants à l'amour de la lecture et la connaissance des arts. Dès l'âge de 11 ans, Jane écrit. Son éducation ainsi que celle de sa soeur Cassa... Voir plus
Jane Austen a grandi dans une famille de pasteur, entourée de huit frères et soeurs. Bien que vivant modestement, George et Cassandra Austen initient leurs enfants à l'amour de la lecture et la connaissance des arts. Dès l'âge de 11 ans, Jane écrit. Son éducation ainsi que celle de sa soeur Cassandra, dont elle restera très proche jusqu'à sa mort, se fera principalement dans le domaine familial. Elle se met à l'écriture de parodies sentimentales avant de se consacrer aux romans 'Northanger Abbey', 'Raison et sentiment' et 'Orgueil et préjugés' entre 1795 et 1798. En 1801, la famille Austen s'installe à Bath et quatre ans plus tard, le père de Jane décède : l'auteur ne se mariera pas, tout comme sa soeur Cassandra, et consacrera sa vie à l'éducation de ses neveux et nièces. 'Raison et sentiment', 'Orgueil et préjugés' et 'Mansfield park' sont publiés successivement en 1811, 1813 et 1814. Elle laisse derrière elle un roman inachevé, 'Sanditon', emportée par la phtisie à l'âge de 41 ans. L'auteur ne connut pas le succès en son temps et ne fut redécouvert qu'à la fin du XIXème siècle. Aujourd'hui, son talent de peintre des moeurs et de la province anglaise font d'elle un des auteurs pré-victoriens les plus connus.

Articles en lien avec Jane Austen (3)

  • A la découverte des lettres de Jane Austen : de l'intime à l'universel
    A la découverte des lettres de Jane Austen : de l'intime à l'universel

    "Pas de femmes parfaites, s’il vous plaît" est le mantra de la correspondance de Jane Austen

  • Femmes écrivains : conseils de lecture
    Femmes écrivains : conseils de lecture

    Emblématiques d'une époque, frondeuses, révoltées, sulfureuses ou imaginatives mais surtout libres, les femmes écrivains ont su imposer une légitimité dans un contexte qui ne leur a pas troujours été favorable. Certaines sont devenues des références dans un genre littéraire spécifique comme le roman (Françoise Sagan), le carnet de voyage (Ella Maillart, le thriller (Mo Hayder ou Fred Vargas) ou l'essai (Elisabeth Badinter), il vous vient spontanément un nom à l'esprit.  Par Hassina Mimoune

  • Une femme simple et honnête de Robert Goolrick
    Honni soit qui mal y pense

    Il ne faut pas se fier aux titres des livres :  Une femme simple et honnête raconte en fait l’épouvantable machination ourdie par une femme au tournant du XXe siècle, dans un petit village du Wisconsin. Un premier roman écrit par un auteur plus si jeune, mais qui ne manque pas de ressource.

Avis sur cet auteur (140)

  • add_box
    Couverture du livre « Orgueil et préjugés » de Jane Austen aux éditions 10/18

    Perfectdream7 sur Orgueil et préjugés de Jane Austen

    Roman le plus connu de cette romancière britannique du XIXème siècle bien qu'il ne soit pas le premier publié. Quand se marier devient la seule priorité de cinq sœurs dans une société où ne pas avoir d'argent est la plus grande des tares.
    L'auteur :

    Jane Austen, née en 1775 à Steventon...
    Voir plus

    Roman le plus connu de cette romancière britannique du XIXème siècle bien qu'il ne soit pas le premier publié. Quand se marier devient la seule priorité de cinq sœurs dans une société où ne pas avoir d'argent est la plus grande des tares.
    L'auteur :

    Jane Austen, née en 1775 à Steventon dans le comté du Hampshire, est l'auteur de six romans analysant la société britannique de la fin du XVIIIème siècle et du début du XIXème. Dans un premier temps, elle fut publiée d'abord anonymement avant de pouvoir le faire sous son propre nom.
    Le roman :
    Orgueil et Préjugés a été publié en 1813, de façon anonyme pour la première édition, car son auteur d'une part appartenait à la 'gentry', d'autre part était une femme. Pourtant, le père de Jane Austen, convaincu de la valeur de cette histoire, avait tenté, en vain, de le faire éditer en 1797. Il remporta un franc succès auprès du grand public ainsi que des cercles plus fermés de la haute société. Tous les exemplaires furent vendus en quelques semaines sans que Jane Austen ne puisse en tirer aucune notoriété.
    Orgueil et Préjugés est devenu l'œuvre la plus célèbre, la plus lue et la plus adaptée au cinéma comme à la télévision.
    D'une écriture assez simple, composés de nombreux dialogues, les romans de Jane Austen restent faciles à lire bien qu'on y retrouve le style un peu emprunté de la fin du XVIIIème siècle.
    Synopsis :
    Mr Bennet, père de cinq filles, ne peut, selon la loi alors en vigueur, leur faire hériter son domaine qui, à sa mort, reviendra à un cousin éloigné. Sa femme et ses filles seraient alors à la rue et sans le sou. Mme Bennet décide que sa mission dans la vie sera de marier ses filles à de bons partis. Jane et Elizabeth, les deux ainées, découvrent la haute société et l'orgueil de certains de ses membres.
    Les personnages :
    Mr Bennet : homme spirituel, sarcastique et cultivé. Il passe le plus clair de son temps dans sa bibliothèque, plongé dans ses nombreux romans, pour échapper aux bavardages incessants, et peu éduqués, de sa femme et de la plupart de ses filles. Ayant une nette préférence pour Elizabeth, celle de ses filles qu'il pense la plus intelligente et pleine d'esprit, il ne le démontre pourtant que par quelques phrases de-ci de-là.
    Mme Bennet : femme simple, à l'intelligence médiocre, ignorante et impulsive. Uniquement préoccupée par le fait de marier ses cinq filles à de bons partis.
    Jane Bennet : aînée des filles Bennet, Jane a un tempérament calme, passif. D'un caractère doux, elle cherche toujours le bon dans toutes les situations et en toute personne - au risque d'être souvent désabusée. Considérée comme la plus jolie fille du comté.
    Elizabeth Bennet : deuxième fille Bennet, et personnage principal de ce roman, elle est la plus vive d'esprit de la fratrie. Sarcastique et pleine d'humour, elle se délecte de l'observation de la société autour d'elle. Elle utilise l'humour et l'ironie pour prendre le recul nécessaire quant à sa situation familiale : jeune femme de 21 ans, sans le sou, avec des relations modestes dans la société.
    John Darcy : jeune homme d'une taille élancée avec des traits réguliers et un maintien imposant. Considéré par tous comme vaniteux, orgueilleux et avec des manières désagréables en société. Il ne peut comprendre ou admettre que son titre et sa fortune ne lui attire pas grâces de toute personne qu'il rencontre.
    Mr Bingley : Meilleur ami de John Darcy, il est tout le contraire de lui. Enjoué, souriant, plein d'entrain et de bonne humeur. D'un caractère posé et calme, il cherche le bon côté à toute personne ou situation qu'il rencontre.
    Mr Collins : cousin de Mr Bennet, il est celui qui doit hérité du domaine à la mort de ce dernier, l'héritage ne pouvait passer par ses filles. Jeune pasteur, il prouve à de nombreuses reprises son étroitesse d'esprit et ses préjugés sur la société.
    Mr Wickham : officier de la milice, il vient s'installer à Meryton avec son régiment. Aimable, souriant et très charmeur. Il arrive très rapidement à se faire des amis. Il est le fils du régisseur du domaine de Mr Darcy.
    Lydia Bennet : plus jeune des filles Bennet, elle est âgée d'à peine seize ans. Sotte, impulsive et superficielle. Elle est la préféré de Mme Bennet, sûrement parce qu'elles se ressemblent beaucoup. Lydia ne tient pas - ou très peu - compte des convenances et se tient, la plupart du temps, très mal en société.
    Lieux :
    L'histoire se déroule dans le Hertfordshire, dans plusieurs villes imaginaires non loin de Londres.

    Thèmes :
    Jane Austen aborde de nombreux thèmes dans son roman, certains se recoupant entre eux.
    Premièrement, elle met en lumière le rôle du père dans les familles anglaises de la fin du XVIIIème siècle et début du XIXème. Mr Bennet est l'exemple même de l'homme attaché à ses enfants mais qui ne le démontre pas ou très peu. Il passe les repas avec sa famille, sinon il est seul pour ses activités, reclus dans sa bibliothèque qu'il considère comme sa pièce personnelle et de laquelle il n'hésite pas à chasser les importuns - famille ou non.
    Elle aborde ensuite la place et le rôle de la femme dans une société pleine de carcans préétablis. Ses héroïnes principales, Elizabeth et Jane, se retrouvent dans la vingtaine sans être mariée, ce qui, à cette époque, était assez âgé. Sans dot, elles ne peuvent espérer faire un mariage dans les hautes sphères de la société. Néanmoins, elle savent pertinemment qu'un mariage est obligatoire pour ne plus être le 'fardeau' de leur père. C'est, d'ailleurs, l'unique préoccupation de leur mère durant tout le roman.
    Pour finir, sujet récurent mais sous-jacent : la connaissance que l'on pense avoir d'autrui au travers du regard des étrangers et des on-dit. Il est répété de nombreuses reprises qu'il est difficile de bien connaître les personnes qui nous entourent, surtout quand la version qu'ont les autres de nous-mêmes peut être faussée par leurs propres préjugés et orgueil.
    Citations :
    " Tout ce que je peux déduire de vos bavardages, c'est que vous êtes les deux plus sottes filles du pays. Je m'en doutais depuis quelques temps, maintenant j'en suis sûr. " p. 29
    " Il n'est pas nécessaire de vouloir le mal de quelqu'un pour le rendre malheureux; c'est souvent par légèreté, par manque d'égards aux sentiments d'autrui, et aussi par manque de volonté, qu'on fait souffrir ceux qu'on aime." p.105
    " Lorsque j'étais enfant on m'enseigna ce qui était bien, mais on ne m'apprit pas à me surmonter moi-même. On me donna d'excellents principes, mais on me laissa libre de les suivre à ma guise. [...] Je suis venu à vous sans le moindre doute de la réception qui m'attendait. Et vous m'avez montré combien étaient insuffisantes toutes mes prétentions de plaire à une femme digne de ce nom." p.248
    Adaptations
    Roman le plus adapté de Jane Austen, il existe de nombreux films et téléfilms ainsi que des transpositions dans un univers plus moderne.
    Films d'époque, tournés en costume :
    Orgueil et Préjugés de Robert Z. Leonard avec Greer Garson et Laurence Olivier tourné en 1940
    Orgueil et Préjugés de Joe Wright, avec Keira Knightley et Matthew Macfadyen tourné en 2005
    Transpositions dans une autre époque :
    Pride & Prejudice: A Latter Day Comedy de Andrew Black, transposition au xxe siècle dans une université américaine de l'Utah.
    Coup de foudre à Bollywood  de Gurinder Chadha, transposition dans l'Inde contemporaine303.
    Adaptations télévisuelles :
    Pride and Prejudice de Michael Barry, première adaptation britannique, de 55 min, en noir et blanc et en direct en 1938
    Pride and Prejudice de Campbell Logan en 1952
    Orgoglio e pregiudizio, adaptation en italien de Daniele D'Anza avec Virna Lisi et Franco Volpi en 1957
    Pride and Prejudice de Barbara Burnham en 1958
    Pride and Prejudice de Joan Craft et Campbell Logan, première adaptation partiellement en couleurs, premières scènes en extérieurs, pour le cent-cinquantenaire de la mort de l'auteur en 1967
    Orgueil et Préjugés de Cyril Coke et Jonathan Powell avec Elizabeth Garvie et David Rintoul en 1980
    Orgueil et Préjugés de Sue Birtwistle et Simon Langton, avec Colin Firth et Jennifer Ehle en 1995

  • add_box
    Couverture du livre « Raison et sentiments » de Jane Austen aux éditions 10/18

    DELPHINE CHAMBAZ sur Raison et sentiments de Jane Austen

    Depuis l’époque scolaire où les grands classiques littéraires furent à l’honneur, j’avais perdu l’habitude de ce genre de lecture.

    Aussi, c’est avec grand plaisir que je me suis plongée, et pour la première fois, dans un roman de Jane Austen. En effet, cette magnifique collection Cranford...
    Voir plus

    Depuis l’époque scolaire où les grands classiques littéraires furent à l’honneur, j’avais perdu l’habitude de ce genre de lecture.

    Aussi, c’est avec grand plaisir que je me suis plongée, et pour la première fois, dans un roman de Jane Austen. En effet, cette magnifique collection Cranford qui, en plus d’embellir les rayons de ma bibliothèque, m’a permis de faire une belle découverte!

    Ici, nous voyageons dans le temps et faisons un bon de 200 ans dans le passé pour découvrir la vie des soeurs Dashwood, Elinor et Marianne, qui vivent leurs premiers émois.

    Jane Austen nous décrit, non sans un humour cinglant, toutes les émotions par lesquelles passent nos deux adolescentes pendant sur éducation sentimentale. Et les sentiments ressentis ne pourraient pas être plus divergents. La première, Elinor, est tout en retenue et fait passer sa raison avant toute chose. La seconde, Marianne, grande émotive, laisse éclater ses joies autant que ses peines avec l’ardeur et le tempérament de feu qui la caractérisent.

    Tout ceci sur fond d’aristocratie britannique du début du XIXème siècle où les apparences et surtout le revenu annuel de chacun tiennent une place de première importance.

    Quel plaisir pour moi de plonger dans un récit qui utilise des temps bien souvent oubliés tels que le passé antérieur ou encore le plus que parfait du subjonctif, c’est un régal!

    Sans parler de Jane Austen elle même, qui, en plus d’être largement en avance sur son temps, fait preuve d’une folle impertinence. En effet, elle met en avant les avantages d’une tête bien pleine plutôt qu’un beau mariage. Elle va préférer de vrais sentiments plutôt qu’un arrangement financier pour atteindre le bonheur!

    En conclusion, encore une femme forte qui encense les femmes fortes aux caractères exaltés. Et ça, j’adore!

  • add_box
    Couverture du livre « Emma » de Jane Austen aux éditions Gallimard

    Manika sur Emma de Jane Austen

    Emma Woodhouse vit avec son père qui ne tient pas à la voir partir et celà tombe bien elle revendique haut et fort qu'elle ne souhaite pas se marier par contre elle passe son temps à imaginer qui pourrait être avec qui, quitte à forcer un peu les choses.

    C'est avec confiance malgré le nombre...
    Voir plus

    Emma Woodhouse vit avec son père qui ne tient pas à la voir partir et celà tombe bien elle revendique haut et fort qu'elle ne souhaite pas se marier par contre elle passe son temps à imaginer qui pourrait être avec qui, quitte à forcer un peu les choses.

    C'est avec confiance malgré le nombre de pages que j'ai abordé ce roman, j'avais bien aimé Lady Susan, mais mon enthousiasme s'est vite dégonflé. Je n'ai pas retrouvé ni le style délicatement désuet ni la pointe d'humour. Il y a dans ce roman beaucoup de personnages et j'avoue je m'y suis un peu perdue sans doute par ennui. Emma est belle intelligente fortunée et je lai trouvée bien imbue de sa personne. A vouloir marier les uns et les autres de son entourage, j'ai eu l'impression de lire toujours la même chose tant et si bien qu'à la fin je ne savais plus qui étaient marier avec qui. J'ai tenu non sans mal jusqu'au bout mais il m' fallu plus de 2 semaines pour en venir à bout ce qui ne m'est pas arriver depuis bien longtemps !!

  • add_box
    Couverture du livre « Lady Susan » de Jane Austen aux éditions Gallimard

    Manika sur Lady Susan de Jane Austen

    Susan veuve sans le sou, est hébergée ici et là, mais où qu'elle aille, elle sème le trouble.

    Roman épistolaire à la langue riche et surannée. Tous ceux qui côtoient cette chère lady Susan ne peuvent rester indifférents à son charme ou à sa perfide, à son intelligence ou à ses mensonges, à...
    Voir plus

    Susan veuve sans le sou, est hébergée ici et là, mais où qu'elle aille, elle sème le trouble.

    Roman épistolaire à la langue riche et surannée. Tous ceux qui côtoient cette chère lady Susan ne peuvent rester indifférents à son charme ou à sa perfide, à son intelligence ou à ses mensonges, à sa beauté ou à son égoïsme. Il en découle des lettres assez différentes qui nous permettent d'avoir une image de cette jeune femme qui se construit petit à petit.

    Un vrai plaisir de la langue, du rythme et d'écoute.