Jane Austen

Jane Austen
Jane Austen a grandi dans une famille de pasteur, entourée de huit frères et soeurs. Bien que vivant modestement, George et Cassandra Austen initient leurs enfants à l'amour de la lecture et la connaissance des arts. Dès l'âge de 11 ans, Jane écrit. Son éducation ainsi que celle de sa soeur Cassa... Voir plus
Jane Austen a grandi dans une famille de pasteur, entourée de huit frères et soeurs. Bien que vivant modestement, George et Cassandra Austen initient leurs enfants à l'amour de la lecture et la connaissance des arts. Dès l'âge de 11 ans, Jane écrit. Son éducation ainsi que celle de sa soeur Cassandra, dont elle restera très proche jusqu'à sa mort, se fera principalement dans le domaine familial. Elle se met à l'écriture de parodies sentimentales avant de se consacrer aux romans 'Northanger Abbey', 'Raison et sentiment' et 'Orgueil et préjugés' entre 1795 et 1798. En 1801, la famille Austen s'installe à Bath et quatre ans plus tard, le père de Jane décède : l'auteur ne se mariera pas, tout comme sa soeur Cassandra, et consacrera sa vie à l'éducation de ses neveux et nièces. 'Raison et sentiment', 'Orgueil et préjugés' et 'Mansfield park' sont publiés successivement en 1811, 1813 et 1814. Elle laisse derrière elle un roman inachevé, 'Sanditon', emportée par la phtisie à l'âge de 41 ans. L'auteur ne connut pas le succès en son temps et ne fut redécouvert qu'à la fin du XIXème siècle. Aujourd'hui, son talent de peintre des moeurs et de la province anglaise font d'elle un des auteurs pré-victoriens les plus connus.

Articles en lien avec Jane Austen (3)

  • Femmes écrivains : conseils de lecture
    Femmes écrivains : conseils de lecture

    Emblématiques d'une époque, frondeuses, révoltées, sulfureuses ou imaginatives mais surtout libres, les femmes écrivains ont su imposer une légitimité dans un contexte qui ne leur a pas troujours été favorable. Certaines sont devenues des références dans un genre littéraire spécifique comme le roman (Françoise Sagan), le carnet de voyage (Ella Maillart, le thriller (Mo Hayder ou Fred Vargas) ou l'essai (Elisabeth Badinter), il vous vient spontanément un nom à l'esprit.  Par Hassina Mimoune

  • Interview de Guy Jacquemelle pour son nouveau roman : Les Années insouciantes
    Interview de Guy Jacquemelle à propos de son nouveau roman

      Pour son second roman, Guy Jacquemelle nous parle de ses goûts littéraires et de ses choix d'écrivain. Rencontre.

  • Une femme simple et honnête de Robert Goolrick
    Honni soit qui mal y pense

    Il ne faut pas se fier aux titres des livres :  Une femme simple et honnête raconte en fait l’épouvantable machination ourdie par une femme au tournant du XXe siècle, dans un petit village du Wisconsin. Un premier roman écrit par un auteur plus si jeune, mais qui ne manque pas de ressource.

Avis sur cet auteur (121)

  • add_box
    Couverture du livre « Emma » de Jane Austen aux éditions Gallimard

    Emily sur Emma de Jane Austen

    Emily,
    On ne se lasse pas des oeuvres de Jane Austen, romancière anglaise, sa critique sociale mordante et sa maîtrise du discours indirect libre, son humour décalé et son ironie ont fait d'elle l'un des écrivains anglais les plus largement lus et aimés.

    Elle est toujours mon auteure...
    Voir plus

    Emily,
    On ne se lasse pas des oeuvres de Jane Austen, romancière anglaise, sa critique sociale mordante et sa maîtrise du discours indirect libre, son humour décalé et son ironie ont fait d'elle l'un des écrivains anglais les plus largement lus et aimés.

    Elle est toujours mon auteure favoris, et ce, depuis mon adolescente. Ses livres traversent le temps tout comme elle, car son empreinte est gravée sur le romantisme d'une société toujours présent et d'actualité même si la condition féminine à changé !

  • add_box
    Couverture du livre « Persuasion » de Jane Austen aux éditions 10/18

    Salix_alba sur Persuasion de Jane Austen

    L’Angleterre, début du XIXe siècle, Anne Elliot, jeune fille extrêmement jolie, avec de la douceur, de la modestie, du goût et de la sensibilité est âgée de vingt-sept ans ; avec cependant un caractère effacée, voire taciturne ; est la seconde fille de Sir Walter Elliot, baronnet, vaniteux de sa...
    Voir plus

    L’Angleterre, début du XIXe siècle, Anne Elliot, jeune fille extrêmement jolie, avec de la douceur, de la modestie, du goût et de la sensibilité est âgée de vingt-sept ans ; avec cependant un caractère effacée, voire taciturne ; est la seconde fille de Sir Walter Elliot, baronnet, vaniteux de sa personne et de son titre.

    Auparavant, à dix-neuf ans, elle rencontra le capitaine de frégate, Frederick Wentworth et par une communion d’idées et de jeunesse, s’aimèrent rapidement. Et succéda, à cette période euphorique, une grande désillusion, car, ni son père – qui trouva cette alliance très déshonorante, - ni Lady Russell, sa mère de substitution, n’acceptèrent ces fiançailles. En effet, le capitaine n’avait pas de fortune, pas de recommandations, et un métier des moins sûrs…

    Ainsi donc, huit ans plus tard, ressurgit, le capitaine Frederick Wentworth, mais honoré de victoires et surtout d’un capital de 25 000 livres, réalisé grâce aux prises de guerre. Quelle conclusion Jane Austen nous réserve-t-elle ?

    Dernier roman de Jane Austen, Persuasion, nous emporte dans un style unique, et, nous dévoile le quotidien des nobles et de la petite bourgeoisie, avec en point d’orgue, les noirs desseins de certains ; sur les mœurs, sur l’hypocrisie et la fatuité humaines, sur le devenir des femmes à cette époque.

    Un univers clos, à l’expression unique, des sentiments dans un microcosme à mille lieues de la réalité vécue par la population. Que l’on retrouve également, chez Thomas Hardy et les sœurs Brontë, notamment. Mais malgré tout, un régal de lecture et de sentiments, sans orgueil, ni préjugés, bien sûr…

  • add_box
    Couverture du livre « Orgueil et préjugés » de Jane Austen aux éditions 10/18

    Carrie sur Orgueil et préjugés de Jane Austen

    J'aime beaucoup les romans anglais et je crois bien qu'Orgueil et Préjugés est celui que j'ai le plus lu (en VF et en VO).

    En quelques mots, Mr et Mrs Bennett sont les heureux parents de ... cinq filles. Calamité dans le cadre d'une succession et d'une dot! Mrs Bennett, personnage risible au...
    Voir plus

    J'aime beaucoup les romans anglais et je crois bien qu'Orgueil et Préjugés est celui que j'ai le plus lu (en VF et en VO).

    En quelques mots, Mr et Mrs Bennett sont les heureux parents de ... cinq filles. Calamité dans le cadre d'une succession et d'une dot! Mrs Bennett, personnage risible au plus haut point, fait tout ce qu'elle peut pour bien marier ses cinq filles, en commençant pas les deux aînées dont la fougueuse et indomptable Elizabeth... qui se révèlera bourrée de préjugés face à ce mystérieux et orgueilleux Mr Darcy!

    Une pépite du genre selon moi, mon préféré de Jane Austen

  • add_box
    Couverture du livre « Persuasion » de Jane Austen aux éditions 10/18

    Carrie sur Persuasion de Jane Austen

    Je me suis plongée avec envie dans ce roman ayant gardé un excellent souvenir d'Orgeuil et Préjugés de la même auteure. Mais là ce ne fut pas la même saveur.

    L'intrigue est simple: Anne Elliot, jeune fille de très bonne famille, très amoureuse de Wentworth, a cependant refusé sa demande en...
    Voir plus

    Je me suis plongée avec envie dans ce roman ayant gardé un excellent souvenir d'Orgeuil et Préjugés de la même auteure. Mais là ce ne fut pas la même saveur.

    L'intrigue est simple: Anne Elliot, jeune fille de très bonne famille, très amoureuse de Wentworth, a cependant refusé sa demande en mariage, persuadée par Lady Russel, jouant le rôle de mère de substitution, que cet homme n'était pas de sa condition. Huit ans plus tard, ils se revoient. Y-arriveront-ils enfin?

    Jane Austen ne fait pas dans la demi-mesure, les personnages étant caricaturaux, voire grotesques parfois, notamment les deux soeurs d'Anne, et particulièrement Mary. Elle faisait la même chose dans Orgueil et Préjugés, notamment avec Mrs Bennett, mais cela ne m'avait pas gênée, au contraire cela m'avait fait sourire, voire rire parfois.
    Beaucoup trop de choses ici m'ont semblé très confuses, fouillies.

    Quant à l'heroïne, Anne est beaucoup trop lisse. Elle n'a ni la fougue ni même le charisme d'Elizabeth Bennett. Là où je m'amusais à suivre Elizabeth, je m'ennuyais avec Anne.
    Je trouve qu'il manque dans ce roman le modernisme que j'avais trouvé dans le précédent.

    Persuasion est le dernier roman écrit par Jane Austen, il a été publié à titre posthume. Même si elle avait donné son accord pour sa publication, estimant avoir réalisé les corrections nécessaires, je me demande quand même si elle en était vraiment satisfaite, mais ça, sauf si nous tournons les tables, nous ne le saurons jamais.

    J'ai trouvé pour ma part que le roman n'était pas abouti, la fin trop précipitée. Reste néanmoins la langue et l'écriture, magnifiques (j'ai lu en prime la première traduction, très légèrement remaniée comme indiqué dans l'avant-propos). Reste aussi cette Angleterre que j'aime tant. Cette lecture en demi-teinte ne me rebutera pas à (re)découvrir les autres oeuvres de cette grande dame de la littérature (je me rappelle aussi, en Deug ou Licence, pour ceux à qui ça parle, avoir dû lire Northanger Abbey sans accrocher avec cette oeuvre, je lui laisserai peut-être une seconde chance).

    En résumé, une lecture courte dans une belle langue surannée juste ce qu'il faut, mais un peu décevante pour moi. Si on ne connaît pas Jane Austen, je recommanderais plutôt de lire Orgueil et Préjugés.