Guy Rechenmann

Guy Rechenmann

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense...

Voir plus

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense, poésie et onirisme...

Avec FLIC DE PAPIER, FAUSSE NOTE et A LA PLACE DE L'AUTRE ses derniers romans aux éditions Vents Salés, il revisite le genre policier d'une façon nouvelle et inattendue
grâce au même personnage Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné.
 
Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret
 
Crédit photo © Guy Rechenmann

Articles (1)

Voir tous les articles

Avis (32)

  • Couverture du livre « Des fourmis dans les doigts » de Guy Rechenmann aux éditions L'harmattan

    Anita Millot sur Des fourmis dans les doigts de Guy Rechenmann

    Voici un superbe roman, tout en poésie, où le héros, un jeune garçon de douze ans, nous raconte son adolescence à la fin des années cinquante.

    Il a un don du ciel, celui de l’art du dessin, qu’il développe avec grand talent, auprès des habitants de son village. Lucie, sa petite voisine au...
    Voir plus

    Voici un superbe roman, tout en poésie, où le héros, un jeune garçon de douze ans, nous raconte son adolescence à la fin des années cinquante.

    Il a un don du ciel, celui de l’art du dessin, qu’il développe avec grand talent, auprès des habitants de son village. Lucie, sa petite voisine au bec de lièvre l’attirera particulièrement.

    Ses relations avec son confident, le docteur Berthon l’aideront pleinement à grandir ...
    Ce roman d’une infinie délicatesse nous fait voyager en Italie, en Grèce, pays d’origine de ses amis Lucie et Takis et tisse les fils d’un secret ...

    Guy Rechenmann, le père d’Anselme Viloc, nous prouve une fois de plus qu’il excelle aussi en littérature blanche !

  • Couverture du livre « Même le scorpion pleure » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    Ans33 sur Même le scorpion pleure de Guy Rechenmann

    Que faire lorsque personne ne répond à vos demandes sur la recherche de vos origines ? Que faire lorsque des personnes décèdent sans raison après avoir vendu leur maison en viager ? Utiliser d'autres méthodes, emprunter des chemins non balisés qu'on a du mal à reconnaître ...
    extrait "La...
    Voir plus

    Que faire lorsque personne ne répond à vos demandes sur la recherche de vos origines ? Que faire lorsque des personnes décèdent sans raison après avoir vendu leur maison en viager ? Utiliser d'autres méthodes, emprunter des chemins non balisés qu'on a du mal à reconnaître ...
    extrait "La recherche de l’équilibre, ce maître mot qui, ajoutée à la volatilité de la vie, m’ordonne d’aller fouiller à nouveau au risque de rencontrer des monstres ou peut-être des fantômes. La quête de mon passé n’est possible qu’en période de repos. La perte d’Augustin, un père spirituel, me renvoie vers mon père naturel. Il est l’heure. Il me faut du calme, mais aussi du courage. On habille toujours son ignorance par son imaginaire, on l’embellit. J’ai attendu, longtemps. Toute ma vie n’a été faite que de hauts et de bas, oh, des petits hauts et des bas bien profonds. Maintenant ça y est, le regard des autres ne m’effraie plus, je suis prêt à sauter dans le vide. J’ai un parachute accroché dans le dos, je le sais et le temps n’est plus un problème, il faut que je sache. Winston Churchill disait : « Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir», idem pour l’homme."

  • Couverture du livre « Même le scorpion pleure » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    grin-gin sur Même le scorpion pleure de Guy Rechenmann

    ​L'inspecteur Anselme Viloc a réussi à me surprendre une nouvelle fois...je n'ai pas pu lâcher le livre, j'ai adoré retrouver le commissaire Plaziat qui cite Victor Hugo à tout bout de champ , Lily, David ... et bien sûr l'écriture et le style de l'auteur ajoutent au plaisir de se balader dans...
    Voir plus

    ​L'inspecteur Anselme Viloc a réussi à me surprendre une nouvelle fois...je n'ai pas pu lâcher le livre, j'ai adoré retrouver le commissaire Plaziat qui cite Victor Hugo à tout bout de champ , Lily, David ... et bien sûr l'écriture et le style de l'auteur ajoutent au plaisir de se balader dans cette enquête complètement hallucinante !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !