Guy Rechenmann

Guy Rechenmann

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense...

Voir plus

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense, poésie et onirisme...

Avec FLIC DE PAPIER, FAUSSE NOTE et A LA PLACE DE L'AUTRE ses derniers romans aux éditions Vents Salés, il revisite le genre policier d'une façon nouvelle et inattendue
grâce au même personnage Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné.
 
Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret
 
Crédit photo © Guy Rechenmann

Articles (1)

Voir tous les articles

Avis (44)

  • Couverture du livre « Flic de papier » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    grin-gin sur Flic de papier de Guy Rechenmann

    Le flic de papier , quel plaisir de le retrouver en format poche ! depuis sa lecture je ne manque aucune des enquêtes de ce flic bien particulier ! vite le prochain!

    Le flic de papier , quel plaisir de le retrouver en format poche ! depuis sa lecture je ne manque aucune des enquêtes de ce flic bien particulier ! vite le prochain!

  • Couverture du livre « À la place de l'autre » de Guy Rechenmann aux éditions Vents Sales

    Evlyne Léraut sur À la place de l'autre de Guy Rechenmann

    « A la place de l’Autre » de Guy Rechnmann est à l’instar des Vents Salés qui se reflètent dans un océan de haute voltige. L’écriture, plus qu’une prouesse est une vague qui invite à la pavlovienne rencontre avec Anselme Viloc protagoniste de renom de cette histoire plausible. Le lecteur, les...
    Voir plus

    « A la place de l’Autre » de Guy Rechnmann est à l’instar des Vents Salés qui se reflètent dans un océan de haute voltige. L’écriture, plus qu’une prouesse est une vague qui invite à la pavlovienne rencontre avec Anselme Viloc protagoniste de renom de cette histoire plausible. Le lecteur, les pieds dans le sable, ne bouge plus. Lit ce drame générationnel, assiste au ballet du temps qui magnifie la teneur des lignes. Guy Rechenmann sait transcrire la folie des nuages crispant les êtres en regrets transis. Le ciel devient l’âme humaine. Le crépuscule, l’exutoire des évènements s’écroulant comme des châteaux de cartes à jouer. « A la place de l’Autre » symbole de ce que la vie laisse de stigmates sur une peau gorgée de sel est de loin, l’empreinte de la vague sur les mémoires enfouies. Fil d’Ariane, La Pointe du Cap Ferret est la majuscule des faits qui vont s’enchaîner, tel le fabuleux « Brodchurch » d’Erin Kelly mais en version 3D. Le style de l’auteur souple, poétique, doué apaise la violence des turbulences. Philosophique souvent, intime et gracieux, il semble consolant et cherche à dénouer les nœuds de ces mystères qui sont de loin le tsunami de familles étranglées par les vices de jalousie, de haine et d’abandon de l’autre. Une jeune femme, un enfant paieront le prix fort d’une issue irrévocable. Le fond de l’histoire sombre est relevé grâce à la puissance verbale de l’auteur. « Le bonheur est un équilibre. Elle ne croit pas à l’uniformité, elle sait que la différence n’est jamais heureuse. L’homme vraiment intelligent est un pédagogue. Il éclaire les pensées et, du coup, amortit les inégalités tel un édredon. » Sous les sables se cachent les certitudes floutées par les non-dits. Ces femmes qui telles des poupées gigognes métaphoriques empreintes de secrets lourds au temps, ternissent le chant glorieux d’une normalité chimérique. Ces dernières liées par cette histoire de famille sont pourtant éloignées des unes des autres par cette opacité qui enserre les falaises rongées de sel de rancune. La familiarité avec les personnages connus des lecteurs assidus des romans de Guy Rechenmann, s’anime. On aime cette nouvelle rencontre livresque avec Anselme Viloc, Lily et plus…..Le charme est ici. Ce roman captivant est à lire sur une plage, de Bouliac à la Chalosse, d’Arcachon à Andernos. Vous y croiserez sans doute Anselme Viloc. Comme l’écrit si bien Guy Rechenmann « Le Bassin reflète l’humeur du ciel. Il me sourit. » Et nous aussi !!!Ce roman policier est majeur, surprenant et original. Sélctionné pour Le Prix Polar 2016, publié par les Editions « Vents Salés » il est la certitude d’un voyage dans une région où le vent emporte les chevelures des femmes dont les mémoires sont des sceaux noires sur les consciences.

  • Couverture du livre « Flic de papier » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    danielle cubertafon sur Flic de papier de Guy Rechenmann

    Thème très intéressant et rapport avec les forces de l ordres sont parfois très dures mais le sujet qui m'a plait c est l histoire da pour perdue et savoir se qui va se passer en suite à lire ..

    Thème très intéressant et rapport avec les forces de l ordres sont parfois très dures mais le sujet qui m'a plait c est l histoire da pour perdue et savoir se qui va se passer en suite à lire ..

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !