Guy Rechenmann

Guy Rechenmann

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense...

Voir plus

Ecrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. En 2008 il publie un recueil de poésies et de nouvelles "La Vague" éditions Ecri'mages suivi de trois romans "Des fourmis dans les doigts" éd. L'Harmattan et "Le Choix de Victor" éd.Vents Salés où se mêlent suspense, poésie et onirisme...

Avec FLIC DE PAPIER, FAUSSE NOTE et A LA PLACE DE L'AUTRE ses derniers romans aux éditions Vents Salés, il revisite le genre policier d'une façon nouvelle et inattendue
grâce au même personnage Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné.
 
Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret
 
Crédit photo © Guy Rechenmann

Articles (1)

Voir tous les articles

Avis (46)

  • Couverture du livre « Flic de papier » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    Joëlle Guinard sur Flic de papier de Guy Rechenmann

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/11/flic-de-papier-de-guy-rechenmann.html

    Un homme disparaît au printemps 1988 au Cap-Ferret. L'inspecteur Anselme Viloc est chargé de l'enquête. Originaire de Chambéry, il vient d'être muté au commissariat d'Arcachon après une période très difficile....
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/11/flic-de-papier-de-guy-rechenmann.html

    Un homme disparaît au printemps 1988 au Cap-Ferret. L'inspecteur Anselme Viloc est chargé de l'enquête. Originaire de Chambéry, il vient d'être muté au commissariat d'Arcachon après une période très difficile. Antoine, son ancien collègue de Chambéry le surnommait "Flic de papier" car, s'il est efficace dans la rédaction des rapports, il n'aime pas particulièrement l'action sur le terrain et se définit comme manquant d'intuition. Mais c'est un homme qui cache bien des blessures...

    Pour mener son enquête Anselme va pouvoir s'appuyer sur ses deux amis, Eric qui pilote la navette qui traverse le Bassin et David qui tient le restaurant l'Escale, deux amis dotés d'un bon sens qui va lui être précieux. Par contre il ne va pas pouvoir compter sur son chef, le commissaire Flandrin peu enclin à s'occuper de cette disparition qu'il considère comme une simple "évaporation", somme toute banale.

    Guy Rechenmann situe son intrigue dans le Bassin d'Arcachon qu'il sait mettre en valeur plantant un décor fait de pinasses, de parcs à huîtres, de bars PMU, de vent et d'arbres... Le Bassin, est un personnage à part entière de ce roman.

    Les personnages sont peu nombreux et tous très attachants. En premier lieu, Anselme, un flic solitaire, très humain avec son manque de confiance en lui, ses doutes et sa culpabilité, un homme terriblement attendrissant. Mais il y a aussi ses amis et surtout Lily, étonnante petite fille de sept ans, fille du disparu qui a une bien belle approche de la mort .

    L'intrigue subtilement menée s'imbrique avec une énigme qui concerne le passé d'Anselme et une enquête que son ancien collègue Antoine va mener en Estonie.

    Peu adepte des romans policiers j'ai beaucoup apprécié ce livre sans violence, sans meurtre à chaque page. L'auteur est doté d'une belle imagination, son écriture mêle savamment humour et sérieux. J'ai aimé le lieu qui sert de décor à l'intrigue et ai trouvé tous les personnages intéressants. Une lecture très agréable... Une histoire pleine d'humanité... Un polar comme je les aime.

  • Couverture du livre « Fausse Note » de Guy Rechenmann aux éditions Vents Sales

    Evlyne Léraut sur Fausse Note de Guy Rechenmann

    « Voici le récit qui me tombe dessus, à moi, Anselme Viloc. »L’incipit annonce, sans fausse note, une histoire menée avec brio. A l’aise, en parfait connaisseur de ses protagonistes, pavloviens, intimes littéraires, Guy Rechenmann invite le lecteur assidu à la table de ses hôtes appréciés. On...
    Voir plus

    « Voici le récit qui me tombe dessus, à moi, Anselme Viloc. »L’incipit annonce, sans fausse note, une histoire menée avec brio. A l’aise, en parfait connaisseur de ses protagonistes, pavloviens, intimes littéraires, Guy Rechenmann invite le lecteur assidu à la table de ses hôtes appréciés. On retrouve avec délice cette familiarité de ton et les actions perfectionnistes. L’empreinte poétique « Les trembles frémissent, le vent du sud s’amuse. La table est à l’abri entre ombre et soleil, certains couverts scintillent, gênant, qui sait, deux écureuils jouant à cache- cache à un jet de gland. » affirme une écriture habile et joueuse. L’auteur confirmé délivre une histoire poignante, sincère, plus que plausible. Le style semble le copier -coller d’un cahier du jour qui n’a pas dit son dernier mot. Ce roman est un cri, un rappel aux souvenirs ténébreux, un journal sans date car perpétuel dans sa douleur d’être. Ici, passe, à pas de neige et de grêle un troisième degré, la pudeur du dire sans vaciller, le filigrane d’un concert qui aurait pu voir son jour de gloire, si les hommes ne s’étaient pas trompés de jour. Stable, digne, constant, « Fausse Note » relie une intrigue policière, l’inavouable, la vengeance et ses conséquences. Le flic préféré des lecteurs : Anselme Viloc déterminé et intuitif va remonter le fil du temps. Prenante et percutante, cette histoire élabore l’envergure mémorielle. Le lecteur est plongé tour à tour dans ce passé sombre où l’enfant écartait le voile noir de l’horreur emplit de courants d’air afin d’élever l’astre musical bien plus loin que la barbarie. « Le Petit homme a rayé le 22/12 sur le calendrier, peu importe le jour. » « Il est 18h10, il fait noir et l’appel des déportés a commencé depuis plus d’une heure…. » « Fausse Note » ne dérive pas. Maîtrisé ce roman policier du haut de la cabane de pêcheur inspirante et fidèle, où Anselme Viloc puise les évènements, les faits et ses conséquences est empreint d’un vif et respectable régionalisme. Et lorsque la vague toute en italique vêtue réapparaît « Des flocons de cendres déjà dans le ciel azur non loin de la colonne de fumée voltigent déjà dans le ciel azur, non loin de la colonne de fumée… »le tourment tempête et frappe les volets du temps de sanglots longs, éternisant la lutte pour une rédemption certaine. Ce roman est une bravoure. Sa réussite est telle que l’alliance entre notre contemporanéité et l’époque lugubre ornée d’une lettre Z et de quatre chiffres 5102 transforme ce récit en devoir de mémoire. Sa capacité des dires, son apaisement grâce à Anselme Viloc qui cherche et trouvera, évite le pathos, car dans les lignes se situe la grandeur. La biographie de Charles Rechenmann en pages finales (24/08/1912.15/09/1944.) est un hommage et son sublime fait monter une « Fausse Note » dans les yeux. Reste longtemps après la lecture le regret de n’avoir pu rencontrer en vérité Charles Rechenmann sur la place des Grands-Hommes, fauché en plein vol. Reste la plaque mémorielle et son éternité. Publié par Les éditions Vents Salés. Merci Guy Rechenmann pour cette écriture loyale, et ce roman né du fond de vous-même.

  • Couverture du livre « Flic de papier » de Guy Rechenmann aux éditions Cairn

    grin-gin sur Flic de papier de Guy Rechenmann

    Le flic de papier , quel plaisir de le retrouver en format poche ! depuis sa lecture je ne manque aucune des enquêtes de ce flic bien particulier ! vite le prochain!

    Le flic de papier , quel plaisir de le retrouver en format poche ! depuis sa lecture je ne manque aucune des enquêtes de ce flic bien particulier ! vite le prochain!

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !