Guillaume Le Cornec

Guillaume Le Cornec

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (4)

  • add_box
    Couverture du livre « La presqu'île empoisonnée » de Guillaume Le Cornec aux éditions Rocher

    Marie Kacher sur La presqu'île empoisonnée de Guillaume Le Cornec

    La plus grande frustration possible pour une lectrice passionnée qui vient de terminer un premier tome haletant et a le second tome sous la main ? Ne pas trouver le temps de lire ne serait-ce qu’une minute pendant une bonne semaine ! Voilà ce qui m’est arrivé au moment de commencer ce premier...
    Voir plus

    La plus grande frustration possible pour une lectrice passionnée qui vient de terminer un premier tome haletant et a le second tome sous la main ? Ne pas trouver le temps de lire ne serait-ce qu’une minute pendant une bonne semaine ! Voilà ce qui m’est arrivé au moment de commencer ce premier tome : entre les révisions et les partiels à proprement parlé, je n’ai pas ouvert un seul livre pendant plusieurs jours … Pourtant, je l’avais emmené avec moi à l’université pour m’aérer l’esprit lors des pauses, mais j’ai finalement occupé ces heures de latence pour d’ultimes révisions frénétiques … Et une fois de retour à la maison, rebelote : voilà les représentations théâtrales à préparer, impossible de me plonger des heures durant dans ce second tome au résumé tellement prometteur ! Mais, finalement, j’ai enfin pu le dévorer … à pleines dents !

    Après la débandade de Nantes, les JAXON et leurs familles - ou apparentés - ont déménagé à Lyon … Autant vous dire que la promesse faites aux adultes - ne pas « rejouer une pièce du genre de l’île aux Panthères » - a vite été oubliée par nos cinq jeunes justiciers en quête d’émotions fortes … et de révolution planétaire ! La cible de leur « innocent petit journal de collégiens » ? Rien de moins que les usines SEVESO ! Judith, Amara, Xavier, Oscar et Nico sont bien décidés à prouver au monde entier que les adolescents sont conscients des enjeux écologiques et sont prêts à s’insurger contre les grandes multinationales qui imposent leur loi économique au détriment de la planète et de la santé de tous ! Mais rapidement, leur enquête journaliste dérape … La mafia, vous avez dit ? Impossible pour eux de résister à l’appel de l’aventure !

    Premier chapitre. Nous retrouvons trois de nos têtes brulées dans une situation manifestement fort précaire : poursuivis par des mafieux, en pleine nuit et en pleine nature. Ça commence fort ! Mais comment en sont-ils arrivés là ? Pas de panique, l’auteur opère aussitôt à un retour en arrière pour nous raconter comment les JAXON se sont retrouvés dans un tel guêpier … et le moins que l’on puisse dire, c’est que le lecteur ne va pas être déçu du voyage ! Nous retrouvons dans ce second tome tout ce que le premier nous avait offert : de l’action à gogo, des rebondissements à couper le souffle, des moments de grande tension qui fait affluer l’adrénaline … sans oublier, bien sûr, des complots économico-politico-écologiques, des mafieux à tous les coins de rues … La routine habituelle pour les JAXON, ces cinq jeunes héros aussi improbables qu’attachants qui s’obstinent à fourrer leurs nez partout !

    Mais ce tome, c’est également celui où nous apprenons à mieux les connaitre, celui qui nous présente d’autres facettes de leur vie et de leur personnalité. Progressivement, le lecteur découvre leurs faiblesses, leur fragilité, et cela ne les rend que plus humains, plus attachants encore. J’ai eu beaucoup de peine pour Judith, qui semblait jusqu’à présent si courageuse qu’on pouvait la penser insensible, et qui se dévoile progressivement : dans ce tome, les masques s’effondrent, et nous voyons derrière la Comtesse justicière l’orpheline désemparée qu’elle est au fond d’elle. Elle se retrouve à la tête d’une fortune incroyable, aux commandes d’une machination aux enjeux profondément humanitaires, elle porte sur ses épaules l’héritage financier et idéologique de ses parents. Question de devoir, mais aussi de conviction. Elle ne peut pas rester les bras croisés tandis que la planète s’effondre progressivement, tandis que des enfants souffrent à cause des ambitions des puissants qui n’en ont que faire des petits qui meurent chaque seconde. Judith représente tous les jeunes qui ont conscience que les choses ne peuvent pas, ne doivent pas, rester telles qu’elles sont, qu’un nouvel ordre économique et social doit advenir si l’on souhaite sauver et notre planète et notre humanité. Si l’on souhaite une vie meilleure pour les générations futures.

    Car derrière les aventures invraisemblables et improbables des JAXON se cache finalement une réflexion sur le monde d’aujourd’hui … Le portrait de l’humanité présenté ici n’est pas des plus glorieux : égoïsme, individualisme, écrasement du prochain pour augmenter son propre profit, je-en-foutisme, fatalisme (« c’est trop tard, on peut plus inverser la tendance, donc continuons à saccager notre monde, c’est tellement plus rigolo et moins fatiguant que de devoir faire des sacrifices en éteignant notre ordinateur la nuit - parce que diante, il faudra attendre qu’il se rallume le lendemain matin ! ») … On aurait presque envie de Judith et ses compagnons sortent de leur prison de papier pour venir botter un peu les fesses de tout le monde et mettre en place leur Plan pour renverser l’ordre actuel des choses au profit d’un monde plus juste et plus bienfaisant … Oscar, qui découvre soudainement cette réalité dont il n’avait finalement que peu conscience - on sait tous que ça va mal, mais on ne se rend finalement pas compte qu’à quel point ça va mal -, est tiraillé entre le désarroi et la volonté farouche de se battre contre cet état de fait qui le rend malade. Oscar, c’est un peu le lecteur, du moins le lecteur qui accepte d’écouter les propos de Judith … et du narrateur.

    Car on s’en doute, notre cher narrateur est de retour, plus en forme que jamais : ironie et sarcasme sont toujours ses maitres-mots, il en use et en abuse, et ça marche toujours autant. L’histoire, déjà fichtrement palpitante et intéressante, devient encore plus captivante et rafraichissante lorsqu’elle est racontée par un narrateur pareil, qui n’a pas la langue dans sa poche et qui n’hésite pas à mettre en évidence les erreurs des protagonistes. Car c’est vraiment quelque chose que j’apprécie énormément dans ce livre : certes, nos cinq héros ont des capacités extraordinaires (Judith est une stratège hors pair, Amara une sorte de guerrière ninja imbattable, Xavier un hacker de génie, Oscar un hypermnésique ultralogique et Nico un espion secret sans peur), mais ils restent des gosses. Cinq gamins déjà bien malmenés par la vie, qui se retrouvent avec le sort de l’humanité - ou presque - dans le creux de leurs mains. Et même avec toute la bonne volonté du monde, ils se trompent, ils échouent, ils se laissent surprendre. Ils craquent. Pour mieux remonter la pente à cinq, car chez eux, l’union fait la force, et l’amitié permet de résoudre tous les problèmes, même les plus insolubles !

    Vous l’aurez bien compris, je suis toujours sous le charme des JAXON ! L’auteur a su trouver un juste milieu entre l’invraisemblance (on parle quand même de cinq jeunes de troisième, qui parviennent à démanteler une des mafias les plus puissantes du monde) et le réalisme (je pense tout particulièrement au désarroi de Xavier, dont la mère est malade, qui ne sait plus trop comment gérer la situation, comme cela arrive à beaucoup d’enfants-veilleurs). Contrairement au premier tome qui était exclusivement centré sur la résolution d’une enquête et sur le démantèlement d’un complot, ce second opus nous invite à faire plus ample connaissance avec cette petite bande de jeunes, aussi incroyables que fragiles, aussi motivés que désemparés. L’équilibre est bien trouvé, et je suis donc convaincue que cet ouvrage plaira autant aux plus jeunes qu’aux plus grands ! Alors, vous attendez quoi pour rencontrer les JAXON ?

  • add_box
    Couverture du livre « L'île aux panthères » de Guillaume Le Cornec aux éditions Rocher

    Marie Kacher sur L'île aux panthères de Guillaume Le Cornec

    Je l’admets sans détour : je suis une lectrice très paradoxale. Tantôt je recherche la « crédibilité » de l’intrigue à tout prix, hurlant au scandale dès qu’une invraisemblance ou une facilité scénaristique se glisse dans le dénouement, tantôt j’apprécie les histoires abracadabrantes mais...
    Voir plus

    Je l’admets sans détour : je suis une lectrice très paradoxale. Tantôt je recherche la « crédibilité » de l’intrigue à tout prix, hurlant au scandale dès qu’une invraisemblance ou une facilité scénaristique se glisse dans le dénouement, tantôt j’apprécie les histoires abracadabrantes mais palpitantes. Tout simplement parce que, selon mon humeur, je ne cherche pas toujours la même chose dans mes lectures ! Ces derniers temps, je suis très angoissée (concerts, représentations théâtrales et partiels universitaires forment un trio fort propice au stress maladif), aussi avais-je grand besoin d’une lecture « sans prise de tête », voire totalement déjantée par moment, pour me redonner le sourire ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que même si j’ai lamentablement trainé ce petit roman jeunesse pendant plus d’une semaine à cause d’un emploi du temps surchargé, les JAXON ont parfaitement su jouer leur rôle : quel plaisir j’ai passé à découvrir leurs aventures !

    Judith, Amara, Xavier, Oscar et Nico forment depuis quelques mois un groupe d’amis aussi hétéroclite que soudé … Mais il semblerait qu’ils ne se connaissent finalement pas si bien que cela, du moins jusqu’à ce que la menace des Pinks Panthers, le plus grand réseau de voleurs de bijoux de la planète, ne les oblige à se dévoiler mutuellement leurs petits secrets afin de mener à bien leur mission : empêcher ces malfrats de mettre la main sur un trésor enfoui sous Nantes ! Il faut dire qu’ils ont de la ressource : Nico « emprunte » régulièrement les gadgets de son père, agent d’Interpol, Xavier est un petit génie du hackage informatique, et Oscar est hypermnésique … quant aux deux filles, elles semblent garder un atout dans leur manche !

    Quand je vous parlais d’invraisemblances grosses comme une montagne, je parlais bien évidemment du fait qu’un groupe de cinq collégiens se dresse face à un réseau international de banditisme … et, l’on s’en doute aisément, parvienne à mettre ce groupuscule en échec ! On ne va pas se mentir, la probabilité pour que cinq gamins aussi incroyables que les JAXON se retrouvent dans la même classe est tellement infirme que ça pourrait en devenir ridicule … Et le lecteur un peu trop « rigide » s’énerverait sans aucun doute face à la déferlante de pathos lorsque leurs passés (et présents, du coup) respectifs sont dévoilés. Mais la magie des JAXON, c’est que ça marche : c’est totalement extravagant, pour ne pas dire totalement incohérent, mais on s’en contrefiche complétement. Pourquoi ? Mais parce que n’importe quel gosse rêverait de vivre des aventures aussi palpitantes que celles des JAXON, parce que n’importe quel gosse rêverait de réussir là où les forces spéciales et secrètes ont échoué … là où des adultes ont échoués !

    Et quand on lit de la littérature jeunesse, on redevient gosse l’espace de quelques centaines de pages, et la magie opère donc comme si on avait à nouveau 10 ans et qu’on passait notre vie à espionner sa grand-mère avec des talkies-walkies de mauvaise qualité (dédicace spéciale à mes cousins, qui je l’espère se souviennent des journées entières que nous avons passés à jouer aux espions lorsque nous étions enfants) ! Et cela d’autant plus que ce roman nous happe totalement, au point que nous avons l’impression d’être aux côtés des JAXON, de faire partie de leur petit groupe. On tremble de peur et d’excitation avec eux, on soupire de découragement ou de soulagement avec eux, on réfléchit avec eux, on fait le mur avec eux pour aller espionner de dangereux malfaiteurs … et on en redemande toujours plus ! Et cela grâce à plusieurs éléments : la personnalité des JAXON, à la fois exubérante, mystérieuse et attachante ; les nombreux rebondissements et coups de théâtre qui nous font songer à chaque fin de chapitre « oh bon sang, tout est fichu, la situation ne pourrait pas être pire que cela » (spoiler alerte : à chaque fois que vous penserez ça, vous vous tromperez) ….

    Sans oublier la narration. Il est rarissime que j’évoque cette dernière de façon approfondie, parce que généralement les auteurs se « contentent » d’une narration « efficace » qui raconte sans prendre le dessus sur l’histoire … Mais Guillaume Le Cornec a usé d’une autre stratégie : comme dans tout le reste, il a fait le pari de l’exagération. Et comme avec tout le reste, ça fonctionne à merveille ! Notre cher narrateur ne se contente pas de nous décrire les actions et paroles des JAXON, ne se contente pas non plus de nous donner les informations nécessaires à la bonne compréhension de l’histoire. Non, ce narrateur pas comme les autres se permet de donner son avis, à grand renforts d’ironie et de sarcasme, de petites remarques narquoises, de réflexions railleuses … Un vrai régal que ce narrateur qui s’incruste pour se faire remarquer, là où les auteurs cherchent généralement à effacer la présence de cette petite voix qui raconte l’histoire !

    En bref, vous l’aurez bien compris, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce premier tome, qui m’a fait passer de très bons moments de lecture ! C’est rafraichissant, c’est divertissant … que demander de plus quand on a envie et besoin d’un bon bol d’air frais et d’une réserve de bonne humeur pour faire face aux périodes anxiogènes ?! Je conseille donc ce livre à tous ceux et celles qui cherchent des histoires « sans prise de tête » qui ne soient pas des romances contemporaines à l’eau de rose : l’auteur nous offre ici un récit d’aventure captivant, une course contre la montre, un polar de clan franchement réussi qui ravira les adeptes d’action et de rebondissements ! Et, bien sûr, voire surtout, je conseille ce livre à tous les lecteurs et à toutes les lectrices en herbe : je pense vraiment que les péripéties des JAXON sauront conquérir le jeune public d’aujourd’hui ! Alors foncez en librairie, achetez ce premier tome, et prenez le second en prévision, car vous verrez, vous allez en redemander !

  • add_box
    Couverture du livre « La presqu'île empoisonnée » de Guillaume Le Cornec aux éditions Rocher

    annie-france belaval sur La presqu'île empoisonnée de Guillaume Le Cornec

    L'île aux panthères et la Presqu'île empoisonnée étaient mes choix dans le cadre des Explorateurs de polars; merci à lecteurs.com et aux éditions du Rocher.
    Je me suis laissée emporter par le rythme endiablé des aventures des JAXON.
    voir la chronique de l'île aux panthères: elle porte sur les...
    Voir plus

    L'île aux panthères et la Presqu'île empoisonnée étaient mes choix dans le cadre des Explorateurs de polars; merci à lecteurs.com et aux éditions du Rocher.
    Je me suis laissée emporter par le rythme endiablé des aventures des JAXON.
    voir la chronique de l'île aux panthères: elle porte sur les deux livres pour éviter les répétitions.

  • add_box
    Couverture du livre « L'île aux panthères » de Guillaume Le Cornec aux éditions Rocher

    annie-france belaval sur L'île aux panthères de Guillaume Le Cornec

    L’île aux panthères et la presqu’île empoisonnée de Guillaume Le Cornec
    éditions du Rocher 2017 et 2018
    Deux volumes d’une saga qui promet !
    Un truc de ouf ! Roman policier, d’espionnage et d’aventure...pour ados (paraît-il!)
    J’avais choisi ces titres en imaginant deux petits polars faciles...
    Voir plus

    L’île aux panthères et la presqu’île empoisonnée de Guillaume Le Cornec
    éditions du Rocher 2017 et 2018
    Deux volumes d’une saga qui promet !
    Un truc de ouf ! Roman policier, d’espionnage et d’aventure...pour ados (paraît-il!)
    J’avais choisi ces titres en imaginant deux petits polars faciles à lire...En fait, c’est un terrain miné : des aventures à la pelle, un danger permanent, un plan mondial de changement radical pour un monde propre.
    Au départ cinq ados (rien à voir avec le club des cinq) font connaissance à la rentrée scolaire de 4e à Nantes : tous des nouveaux, tous plein de mystères, de secrets, tous casse-coups ; ils apprendront à se connaître peu à peu et formeront les JAXON : Judith, Amara, Xavier, Oscar et Nicolaï (auxquels se joindront Clem et Lucas ; tome 2).
    Judith est en danger de mort permanent, recherchée par ceux qui ont tué ses parents ; orpheline et très riche. Amara est là pour la protéger mais elle est une Panthère qui se cache sous les traits d’une chanteuse (vol 1), elle est experte en arts martiaux. Xavier, alias La Sagaie, est un hackeur surdoué, il est sorti des clous en s’introduisant dans des sites comme Interpol, il échappe aux poursuites grâce au père de Nico, d’origine serbe, personnage important des services secrets ; Nicolaï profite de ses absences pour lui emprunter du matériel d’espionnage. Oscar (Scaro ou Oskie a un passé scolaire de harcèlement du à sa différence : il est hyper -mnésique, ce qui lui fait atteindre des notes maximales. A sa plus grande surprise et joie, il est accepté par J,A,X et N.
    Les situations familiales ne sont pas simples non plus : Judith, orpheline, accompagnée de faux parents ; Amara escortée d’une tante étrange, le père de Xavier a disparu au sortir de prison pour escroqueries, son épouse Françoise, mère de Xavier est dépressive et aura à se battre contre un cancer (V2), Oscar semble avoir des parents « normaux » quant à Nico, il a une mère serbe souvent absente, une grand-mère maladroite et un père aux multiples facettes ; il est Dany, Bogdan...agent secret.
    Dans le premier tome, cela se passe à Nantes, surtout dans l’île ; une chasse au trésor ébouriffante qui les mettra tous en danger ; une fois le trésor découvert, ils devront tous se faire oublier : un séjour idyllique dans « l’île qui n’existe pas » puis une rentrée scolaire à Lyon dans deux collèges différents pour ne pas se faire remarquer mais très vite, ils vont trouver moyen de se retrouver ensemble pendant les heures de cours pour un journal scolaire ; pour cela deux nouveaux personnages font leur entrée Clémence, rédactrice et Lucas, fils de banquier chargé de défendre le projet (personnalité double)
    Cette fois, cela se passe à Lyon : une affaire de pollution dans la presqu’île de Confluence : les terrains sont dévalués et rachetés par un agent immobilier, homme de paille. Cela conduira en Italie : à Turin, en Calabre et en Sicile ; une guerre entre mafias.
    Impossible de résumer les aventures ahurissantes, un vrai feu d’artifice.
    Un certain regard sur l’actualité (Monsonto par exemple)
    Un suspense haletant jusqu’au bout. Une lecture passionnante même pour la septuagénaire que je suis, parfois débordée par les allusions techniques...je ne sais toujours pas ce que signifie « version 2.0 »

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com