Gudule

Gudule
Née à Bruxelles en 1945, Gudule y a vécu jusqu'à l'âge de dix-neuf ans. Enfant solitaire, elle a très vite développé un imaginaire débridé ainsi qu'une passion immodérée pour la lecture. Peu douée pour les études, elle préfère alors écrire que suivre les cours ! Aventurière dans l'âme, voyageuse ... Voir plus
Née à Bruxelles en 1945, Gudule y a vécu jusqu'à l'âge de dix-neuf ans. Enfant solitaire, elle a très vite développé un imaginaire débridé ainsi qu'une passion immodérée pour la lecture. Peu douée pour les études, elle préfère alors écrire que suivre les cours ! Aventurière dans l'âme, voyageuse et curieuse de tout, elle va exercer des métiers aussi divers que variés ! Mère de trois enfants et grand-mère de sept petits-enfants, elle a aujourd'hui atteint son but : vivre exclusivement de sa plume, alternant les livres pour la jeunesse et ceux destinés aux adultes. Ses dernières parutions pour enfants chez p'tit Glénat sont : Un Amour de pou illustré par Sandrine Revel et Une Princesse dans la classe, avec Élodie Balandras au dessin.Tout sur Gudule sur son site Internet : http://www.gudule.net

Avis sur cet auteur (29)

  • add_box
    Couverture du livre « La vie à reculons » de Gudule aux éditions Hachette Jeunesse

    MlleJuin sur La vie à reculons de Gudule

    Thomas a quinze ans et il intègre un nouveau collège. Thomas a quinze ans et il est séropositif. Bien que ses parents aient préparé le terrain en faisant promettre au proviseur de l’établissement de ne rien révéler de son état, sa rentrée n’est évidemment pas aussi classique que celle de ses...
    Voir plus

    Thomas a quinze ans et il intègre un nouveau collège. Thomas a quinze ans et il est séropositif. Bien que ses parents aient préparé le terrain en faisant promettre au proviseur de l’établissement de ne rien révéler de son état, sa rentrée n’est évidemment pas aussi classique que celle de ses camarades. Et lorsqu’il se rapproche d’Elsa, tout se complique et son statut de malade est bientôt connu de tous, révélant l’ignorance de beaucoup et réveillant des peurs insensées liées à sa différence.
    L’adolescent se retrouve exposé, au centre de la méfiance de ses pairs et victime d’un injuste jugement. Tous lui jettent à la figure l’état qu’il est pourtant le seul à subir. Mis au ban du groupe alors qu’il aspire seulement à se fondre dans la masse, il doit trouver en lui la force de relever la tête et de réveiller les consciences.

    Aborder le sujet du SIDA par le biais de l’histoire d’un ado accidentellement contaminé est intelligemment pensé: d’une part parce qu’il est présenté dés le départ comme une victime des circonstances, de l’autre parce qu’il est plus aisé pour les jeunes lecteurs de s’imaginer à sa place.
    Thomas est un ado comme les autres, il n’est pas écrit sur son front qu’il est porteur du virus du SIDA et, à ce titre, il aimerait pouvoir vivre comme n’importe lequel de ses camarades. Mais les gens, bien que supposément instruits pour certains d’entre eux ( le proviseur du collège en l’occurrence ), cèdent facilement à la peur et perdent de vue l’essentiel, livrant le jeune homme à la vindicte populaire. La situation est révoltante, on se rend vite compte que Thomas est entouré de personnes qui ignorent tout de la maladie et cèdent aux théories et rumeurs les plus fantaisistes – qui se propagent sans mal au sein du groupe – sans penser un seul instant à lui. C’est effrayant et on prend conscience de l’importance de l’éducation et de l’information.
    Le propos est donc encore et toujours d’actualité et, même si le récit perd de son intérêt par moments ( très probablement en ce qui me concerne parce que je ne suis pas le public visé ), ce court roman fait réfléchir et est clairement d’utilité publique.

  • add_box
    Couverture du livre « Sous les bouclettes » de Gudule et Melaka aux éditions Delcourt

    LN11 sur Sous les bouclettes de Gudule - Melaka

    Très belle bande dessinée qui mérite d'être lu par un grand nombre de lecteurs. Elle raconte l'histoire vraie d'une famille dans son quotidien à différentes périodes de la vie. le récit sera essentiellement tourné vers Gudule qui développe un cancer. le passé et le présent se mêleront pour...
    Voir plus

    Très belle bande dessinée qui mérite d'être lu par un grand nombre de lecteurs. Elle raconte l'histoire vraie d'une famille dans son quotidien à différentes périodes de la vie. le récit sera essentiellement tourné vers Gudule qui développe un cancer. le passé et le présent se mêleront pour accompagner Gudule tout au long de sa maladie

  • add_box
    Couverture du livre « La bibliothécaire » de Gudule aux éditions Hachette Jeunesse

    Nausicaa Jn sur La bibliothécaire de Gudule

    J'ai lu ce livre pour la première fois il y a très longtemps et j'avais adoré. J'ai donc décidé de le relier il y a quelques temps. Et bien je ne regrette absolument pas. Un livre très prenant, ou l'on prend plaisir à suivre les personnages au fil des pages.

    J'ai lu ce livre pour la première fois il y a très longtemps et j'avais adoré. J'ai donc décidé de le relier il y a quelques temps. Et bien je ne regrette absolument pas. Un livre très prenant, ou l'on prend plaisir à suivre les personnages au fil des pages.

  • add_box
    Couverture du livre « La maison cannibale » de Gudule aux éditions Mic Mac Editions

    coquinnette1974 sur La maison cannibale de Gudule

    Autre roman jeunesse lu dernièrement : La maison cannibale de Gudule.
    Depuis que Quentin a déménagé, sa vie est un cauchemar. Des rêves obsédants empoisonnent ses nuits. Dans les couloirs sombres de la vieille demeure, la peur rôde...
    Heureusement, Suzy arrive, avec son charme ravageur. le...
    Voir plus

    Autre roman jeunesse lu dernièrement : La maison cannibale de Gudule.
    Depuis que Quentin a déménagé, sa vie est un cauchemar. Des rêves obsédants empoisonnent ses nuits. Dans les couloirs sombres de la vieille demeure, la peur rôde...
    Heureusement, Suzy arrive, avec son charme ravageur. le mystère, elle adore ! En compagnie de sa super-tata, Quentin va affronter l'innommable.
    L'humour et la bonne humeur triompheront-ils des pièges de l'au-delà ?
    La maison cannibale est un roman jeunesse sympathique. J'ai beaucoup aimé les personnages de Quentin et Susy, ils sont sympathiques, ont de l'humour et ils plairont aux lecteurs.
    L'histoire est bien trouvée, pas hyper originale pour les amateurs du genre toutefois ça se lit bien, avec plaisir et j'ai passé un bon moment de lecture.
    Nous avons là du suspense, des rebondissements, des personnages attachants, une histoire qui se tient, j'ai aimé :)
    Pas de coup de cœur mais je mets quatre étoiles.