Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gaelle Nohant

Gaelle Nohant

Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. Légende d’un dormeur éveillé est son troisième roman après L’Ancre des rêves (prix Encre Marine, 2007) et La Part des flammes (prix France Bleu/Page des libraires, 2015 et prix du Livre de Poche, 2016).

... Voir plus

Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. Légende d’un dormeur éveillé est son troisième roman après L’Ancre des rêves (prix Encre Marine, 2007) et La Part des flammes (prix France Bleu/Page des libraires, 2015 et prix du Livre de Poche, 2016).

Articles en lien avec Gaelle Nohant (7)

Avis sur cet auteur (131)

  • add_box
    Couverture du livre « La Part des flammes » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson

    ziggy sur La Part des flammes de Gaelle Nohant

    Un roman historique avec pour toile de fond l'incendie du Bazar de la Charité en 1897.
    Gaëlle Nohant nous décrit la haute société et la condition des femmes de ces milieux intellectuellement et socialement privilégiés, notamment au travers de deux rescapées de cet incendie.
    L'une d'entre elles...
    Voir plus

    Un roman historique avec pour toile de fond l'incendie du Bazar de la Charité en 1897.
    Gaëlle Nohant nous décrit la haute société et la condition des femmes de ces milieux intellectuellement et socialement privilégiés, notamment au travers de deux rescapées de cet incendie.
    L'une d'entre elles est arbitrairement internée avec l'accord de son père, car jugée hystérique suite à cet évènement.
    Nous sommes dans la période post Charcot, mais les conditions de "placement" sont les mêmes :pour les femmes dont le comportement dérange ces messieurs, le prétexte de l'hystérie est facilement invoqué, aucune rébellion à leur autorité n'est tolérée.
    Une description des femmes par ces tout puissants messieurs de l'académie de médecine ,en ces années 1890,aux pages 346/347, fait froid dans le dos.
    Les femmes sont sous l'autorité de leur père puis de leur époux qui ont tout pouvoir sur elles, elles sont considérées comme des êtres faibles, fragiles, instables nerveusement et infantiles qu'il faut ménager, surveiller, maîtriser voire briser si nécessaire...
    Dans la même veine, "Le bal des folles " de Victoria Mas met le focus sur les expériences de Charcot sur l'hystérie à la Pitié Salpêtrière....Glaçant et instructif.
    Mesdames, considérons que notre condition s'est améliorée et continuons le combat !

  • add_box
    Couverture du livre « La Part des flammes » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson

    Franck FINET sur La Part des flammes de Gaelle Nohant

    Le 16 mai 1897, l'incendie du Bazar de la Charité marque profondément la population parisienne, et plus particulièrement la " Haute société " .
    Cet évènement annuel réunit le gotha de la noblesse et de la haute bourgeoisie parisienne.
    Il faut "être vu", montrer son altruisme envers les...
    Voir plus

    Le 16 mai 1897, l'incendie du Bazar de la Charité marque profondément la population parisienne, et plus particulièrement la " Haute société " .
    Cet évènement annuel réunit le gotha de la noblesse et de la haute bourgeoisie parisienne.
    Il faut "être vu", montrer son altruisme envers les pauvres, les orphelins et les malades.
    Un incendie qui fit 129 morts (femmes et enfants principalement) et nombre de grands brulés.
    Ce fait historique sert de fil conducteur à l'histoire de 3 femmes fortes :
    Violaine de Raezal, jeune veuve aux moeurs décriées; Constance d'Estingel,jeune femme tout juste sortie du couvent et la Duchesse d'Alençon qui consacre son temps et son énergie à aider les plus pauvres.

    M'attendant à un roman historique "pur jus", j'avoue avoir été très déçu car l'incendie du Bazar de la Charité n'occupe de quelques dizaines de pages. L'essentiel du roman est une peinture sociale de la place des femmes de la haute société au XIX ième siècle au travers ces 3 femmes libres qui bousculent les codes.
    La très grande force du roman est son style et la qualité descriptive de Paris
    Pour le reste, je suis resté sur ma faim, lassé des états d'âmes de personnages sans grands problèmes existentiels.
    Un moment de lecture agréable néanmoins.

  • add_box
    Couverture du livre « La femme révélée » de Gaelle Nohant aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Sy Dola sur La femme révélée de Gaelle Nohant

    Chicago, années 30/40. Eliza, à la mort de son père qu’elle adorait et qui lui a montré le monde tel qu’il le voyait, est accueillie avec sa mère chez sa tante plutôt conservatrice et soucieuse des apparences. Les deux sœurs n’auront de cesse de voir Eliza faire un beau mariage. Souhait qui se...
    Voir plus

    Chicago, années 30/40. Eliza, à la mort de son père qu’elle adorait et qui lui a montré le monde tel qu’il le voyait, est accueillie avec sa mère chez sa tante plutôt conservatrice et soucieuse des apparences. Les deux sœurs n’auront de cesse de voir Eliza faire un beau mariage. Souhait qui se réalisera quand Eliza acceptera la demande de Adam Donnelley. De cette union, naîtra Martin auquel Eliza voue un amour sans limite.

    Suite à la tentative de meurtre sur son mari, Eliza va découvrir la vraie nature de celui-ci et s'opposer à lui. Le ton sans réplique et le comportement menaçant de son époux vont provoquer sa fuite vers Paris, ne lui laissant d'autre choix que pour protéger sa vie elle allait devoir abandonner son fils. Elle choisit Paris, car grâce à son père que aimait cette ville, elle avait appris quelques rudiments de français, elle va donc s’y cacher et apprendre à vivre sous l’identité de Violet Lee. Au cours de ce séjour à Paris, où elle fera des belles rencontres, elle va prendre conscience de ce qu’elle est, de ce qu'elle veut pour elle et mais aussi apprendre à vivre loin de son fils qui lui manque.

    Outre l’importance de l’amour filial et la prise de conscience qu’il ne faut pas vivre à travers les autres, ce roman très dense évoque l’émergence de nouvelles idées à la fin des années 60 avec notamment la revendication des droits civiques pour tous sans discrimination, d’égalité sociale et inter-raciale, le refus de la guerre du Vietnam, le début de la libération de la femme et la mise en lumière de l’abus de pouvoir des politiques qui n’hésitent pas à avoir recours aux forces à leur disposition pour faire taire la moindre revendication et à asseoir leur autorité même si cela doit se faire par la violence. Il démontre aussi que c’est en étant solidaire qu’on fait bouger le curseur et que malheureusement le confort prime souvent sur l’entraide et qui fait quelque part écho à ce qui se vit aujourd’hui.

    J’ai beaucoup aimé le rythme du livre même si parfois les événements évoqués sont plutôt édulcorés, cela reste néanmoins un gros coup de coeur et je remercie mon amie pour ce très bon choix.

  • add_box
    Couverture du livre « La femme révélée » de Gaelle Nohant aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Carrie sur La femme révélée de Gaelle Nohant

    « Ne la laisse pas tomber, elle si fragile, être une femme révélée tu sais c'est pas si facile... », voilà exactement les paroles que j'avais en tête à chaque fois que je prenais ce roman dans les mains, alors que pour le coup cela ne correspond pas du tout à ce que j'ai lu et aperçu de Violet,...
    Voir plus

    « Ne la laisse pas tomber, elle si fragile, être une femme révélée tu sais c'est pas si facile... », voilà exactement les paroles que j'avais en tête à chaque fois que je prenais ce roman dans les mains, alors que pour le coup cela ne correspond pas du tout à ce que j'ai lu et aperçu de Violet, l'héroïne de ce livre.

    Nous sommes au début des années 50 et la France se remet à peine de la deuxième guerre mondiale. C'est pourtant bien à Paris que choisit de se cacher l'américaine Eliza, sous le pseudonyme de Violet, après avoir quitté mari et enfant. Que fuit-elle ? Que cherche-t-elle ? Ce sont des questions qui nous accompagneront une bonne partie du récit.

    J'avoue avoir mis un peu de temps à entrer dans ce roman que je trouvais, au début du moins, quelque peu confus et lent. Il faut dire aussi que la plume de Gaëlle Nohant ne m'a pas transportée, ce qui joue bien évidemment dans l'avancée et le plaisir de lecture. Je ne parvenais pas à accrocher avec le personnage d'Eliza/Violet, la trouvant un peu gourdasse sur les bords, ne comprenant pas ses réactions, ne parvenant pas à saisir les raisons de son départ et surtout d'avoir laissé son fils derrière elle. Puis, petit à petit, la lumière se fait sur les raisons de sa fuite et j'ai réussi à me laisser porter par l'histoire. Avant que mon intérêt ne s'émousse à nouveau dans les 50 dernières pages.

    J'ai trouvé quand même que les personnages manquaient sérieusement de consistance et de densité, leurs réactions me semblant souvent incompréhensibles, disproportionnées ou tout simplement aberrantes et à côté de la plaque. Le tout est quand même, selon moi, cousu de fil blanc, chaque élément s'imbriquant un peu trop facilement au suivant, ce qui fait qu'au final, il ne me reste pas grand chose. Gaëlle Nohant a voulu aussi aborder trop de choses, ce qui fait qu'aucun sujet n'est creusé finalement, ce qui est dommage. Par exemple, le sort des Noirs en pleine ségrégation raciale n'est vu que du point de vue d'une blanche privilégiée (« Oh, c'est vraiment trop injuste »), ce qui n'apporte rien alors que c'est le fil rouge tout le long du roman.

    Oui, je me rappelle de l'histoire et des personnages (et encore j'ai dû relire la quatrième de couverture pour me rappeler du prénom de l'héroïne, ce qui n'est pas bon signe chez moi).
    Oui, je me rappelle de la fin.
    Mais pour combien de temps ?

    En résumé, un roman qu'il me tardait de découvrir et pour lequel je suis sortie déçue de ma lecture. Il est loin d'être mauvais mais ça ne l'a simplement pas trop fait avec moi. Peut-être en attendais-je trop ? Et vous, si vous l'avez-lu, qu'en avez-vous pensé ?


    Lu en janvier/février 2021

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !