Gaelle Nohant

Gaelle Nohant

Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. Légende d’un dormeur éveillé est son troisième roman après L’Ancre des rêves (prix Encre Marine, 2007) et La Part des flammes (prix France Bleu/Page des libraires, 2015 et prix du Livre de Poche, 2016).

Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. Légende d’un dormeur éveillé est son troisième roman après L’Ancre des rêves (prix Encre Marine, 2007) et La Part des flammes (prix France Bleu/Page des libraires, 2015 et prix du Livre de Poche, 2016).

Avis (58)

  • Couverture du livre « La Part des flammes » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson

    0.2

    Célia Glosable sur La Part des flammes de Gaelle Nohant

    Un tissage réussi entre pure fiction et récit d’un fait historique dramatique, le tragique incendie du Bazar de la Charité du 4 mai 1897.
    L’intensité de ce drame, les relations qui régissent cette « bonne société » entre aristocratie et haute bourgeoisie, le retentissement médiatique et les...
    Voir plus

    Un tissage réussi entre pure fiction et récit d’un fait historique dramatique, le tragique incendie du Bazar de la Charité du 4 mai 1897.
    L’intensité de ce drame, les relations qui régissent cette « bonne société » entre aristocratie et haute bourgeoisie, le retentissement médiatique et les séquelles physiques des survivantes, tout cela forme une lecture facile et passionnante.

  • Couverture du livre « La Part des flammes » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson

    0.15

    Kim Blue sur La Part des flammes de Gaelle Nohant

    Gaëlle Nohant situé l'histoire au XIXeme siècle. A un moment où il était possible d'enfermer les femmes pour hysterie en asile psychiatrique. Et où une femme pour réussir devait être belle, c'était même l'essentiel. Gaëlle situe son intrigue dans la bourgeoisie. Le cœur de l'action de départ...
    Voir plus

    Gaëlle Nohant situé l'histoire au XIXeme siècle. A un moment où il était possible d'enfermer les femmes pour hysterie en asile psychiatrique. Et où une femme pour réussir devait être belle, c'était même l'essentiel. Gaëlle situe son intrigue dans la bourgeoisie. Le cœur de l'action de départ est un incendie dans un lieu de charité. Et toutes les conséquences derrière... Différents sujets sont abordés au travers des personnages : peut on être aimée une fois brûlée ? Fait il faire preuve de piété envers Doei ou s'adonner à la passion de la chair ? Pas de réponse moralisatrice, différents points de vue des personnages, féminins ou non.

  • Couverture du livre « Légende d'un dormeur éveillé » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson

    0.25

    Delphine Renard sur Légende d'un dormeur éveillé de Gaelle Nohant

    Dans "Légende d'un dormeur éveillé", Gaëlle Nohant redonne vie au poète Robert Desnos. Elle emprunte ses pas, épouse ses amours, défend avec passion ses combats, écrit avec sa plume, ne fait qu'un avec "ce passant invisible, cette pellicule que tout impressionne."

    Elle rédige même, par la...
    Voir plus

    Dans "Légende d'un dormeur éveillé", Gaëlle Nohant redonne vie au poète Robert Desnos. Elle emprunte ses pas, épouse ses amours, défend avec passion ses combats, écrit avec sa plume, ne fait qu'un avec "ce passant invisible, cette pellicule que tout impressionne."

    Elle rédige même, par la voix des proches de l'artiste, son manifeste : "Robert n'entend pas limiter la poésie a un seul support. Pour lui, l'écriture est ce territoire mouvant qui doit se réinventer sans cesse, demeurer une insurrection permanente, une fontaine de lave, ses corps joints dans la danse ou l'amour, une voix qui descellé les pierres tombales et proclame que la mort n'existe pas, une expérience sensorielle."

    Au fil des pages, elle fait siens ses amis, les connaît intimement et les ressuscite un à un. Antonin Artaud au "visage de dieu grec où brûlent des yeux de prophète libertaire", Jean-Louis Barrault "un être mythologique, visage d'elfe et corps de centaure et dont les yeux semblent avoir capturé le feu d'une terre très lointaine". Sans oublier Prévert, Eluard et d'autres plus anonymes.

    Elle arpente le Paris de Desnos, habité de "gens épatants qui donnent envie de tout casser, d'envoyer bouler la banalité pour révéler le miracle, le merveilleux" comme le décrit Youki Foujita, celle qui partagea les dernières années de sa vie. Son récit fourmille de détails, des lieux emblématiques de l'époque comme La Coupole, le bal nègre ou le Bricktop jusqu'aux modèles de voitures : la Delage de Youki ou La Voisin de Man Ray. L'immersion est complète.

    Elle restitue aussi la fascination de Desnos pour les femmes et emprunte les images poétiques et érotiques qu'elles lui ont inspirées : Yvonne l'étoile de mer, Youki la Sirène ou Anais Nin "qui se tient au milieu des hommes avec la majesté d'une reine des abeilles."

    Au point de se glisser dans la peau de Youki pour décrire par le menu, la fin de Desnos, son arrestation par la Gestapo, sa déportation et sa fin tragique. La déclaration d'amour finale n'est autre que celle de Gaëlle Nohant.

    L'écrivaine ne fait pas que rendre souffle et vie à l'homme de lettres, elle le fait entrer au Panthéon des Grands Hommes.

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com