Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fredric Brown

Fredric Brown
Fredric Brown (1906-1972) a tardivement débuté dans la littérature par des romans policiers, avant de donner à la science-fiction quelques-unes des oeuvres les plus drôles et les plus sarcastiques du genre. L'Univers en folie, Martiens, go home !, mais aussi ses nombreuses nouvelles, sont de p... Voir plus
Fredric Brown (1906-1972) a tardivement débuté dans la littérature par des romans policiers, avant de donner à la science-fiction quelques-unes des oeuvres les plus drôles et les plus sarcastiques du genre. L'Univers en folie, Martiens, go home !, mais aussi ses nombreuses nouvelles, sont de petits bijoux d'humour et d'invention qui le placent parmi les auteurs cultes de la science-fiction américaine.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Martiens, go home ! » de Fredric Brown aux éditions Gallimard

    Tom Ross sur Martiens, go home ! de Fredric Brown

    Très drôle Toto !!

    Très drôle Toto !!

  • add_box
    Couverture du livre « Paradoxe Perdu » de Fredric Brown aux éditions Pocket

    Nicolas Zwirn sur Paradoxe Perdu de Fredric Brown

    « Fred détestait écrire ; mais il adorait avoir écrit ». Voilà les mots d’Elizabeth Brown, l’épouse de Fredric Brown, dans la sobre mais touchante introduction de ce recueil qui résonne, comme ajoute sa veuve, comme « une sorte d’adieu à ses lecteurs ».
    Je donne sans hésitation la note maximale...
    Voir plus

    « Fred détestait écrire ; mais il adorait avoir écrit ». Voilà les mots d’Elizabeth Brown, l’épouse de Fredric Brown, dans la sobre mais touchante introduction de ce recueil qui résonne, comme ajoute sa veuve, comme « une sorte d’adieu à ses lecteurs ».
    Je donne sans hésitation la note maximale à « Paradoxe perdu », tout en étant à peu près convaincu que ce n’est même pas le meilleur livre de Fredric Brown.
    Alors pourquoi ? Déjà parce qu’il m’est impossible de ne pas encenser cet auteur génial, mais aussi parce qu’il constitue une belle porte d’entrée vers son œuvre. La nouvelle-titre (« Paradoxe perdu », donc) est assez exemplaire du style et de l’imagination sans limites de Brown : un humour absurde et décalé, un jeu sur l’espace et le temps, une approche singulière du rêve et de la folie... Evidemment, s’agissant de nouvelles « à chute », je ne dévoilerai rien de la teneur exacte des nouvelles de cet ouvrage, dont certaines n’excèdent pas 2 pages.
    Souvent, on sent, derrière l’humour (très) noir de Fredric Brown, poindre une forme d’espoir, voire de foi en l’homme. Pas forcément en l’humanité entière, mais en certains d’entre eux, même par accident. La nouvelle « Obéissance » est ainsi une sorte d’ode à l’insoumission, à la rébellion, mais sous sa forme la plus pure et la plus généreuse. Ailleurs, au-delà de son ironie, Brown suggère en place dans « Les Ondulats » une vision écologique qui aujourd’hui ressemble à un discours sur ce que l’on appelle froidement la "décroissance". Chez Brown, il n’y a rien de froid cependant, juste des interrogations, des suggestions, des doutes, et toujours ce foisonnement d’idées, de situations décalées, absurdes et parfois bouleversantes.
    Je retiens également la descente aux enfers de « Monsieur dix pour cent », nouvelle qui rappelle forcément « Le Portrait de Dorian Gray »d’Oscar Wilde et qui sonne comme un avertissement à celles ou ceux qui seraient dévorés par leur ambition. Cette mise en garde est pourtant, comme toujours avec Brown, dénuée de toute forme de moralisation, de jugement. Et c’est ce qui la rend simplement encore plus puissante et évocatrice.
    Voilà en quelques mots pourquoi il serait dommage de passer à côté de ce recueil… comme de n’importe quel autre livre de Fredric Brown !

  • add_box
    Couverture du livre « Fantômes et farfafouilles » de Fredric Brown aux éditions Gallimard

    Jo Thomas sur Fantômes et farfafouilles de Fredric Brown

    Brown est un maître. À consommer sans modération !

    Brown est un maître. À consommer sans modération !

  • add_box
    Couverture du livre « Paradoxe Perdu » de Fredric Brown aux éditions Pocket

    Jo Thomas sur Paradoxe Perdu de Fredric Brown

    Ah ! Fredric Brown, l’un des (trop rares) auteurs de SF à posséder un brin d’humour. Excellent recueil de nouvelles. Les plus courtes étant souvent les meilleures. Je ne me souviens pas avoir jamais été déçu à la lecture d’un recueil de Brown. A consommer sans modération !

    Ah ! Fredric Brown, l’un des (trop rares) auteurs de SF à posséder un brin d’humour. Excellent recueil de nouvelles. Les plus courtes étant souvent les meilleures. Je ne me souviens pas avoir jamais été déçu à la lecture d’un recueil de Brown. A consommer sans modération !