Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Flore Vasseur

Flore Vasseur
Flore Vasseur est née en 1973 à Annecy. Une fille dans la ville est son premier roman.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'il reste de nos rêves » de Flore Vasseur aux éditions Des Equateurs

    Nicolemotspourmots sur Ce qu'il reste de nos rêves de Flore Vasseur

    J'ai dévoré les trois précédents romans de Flore Vasseur, j'adore son ton, son parcours, le regard critique et caustique qu'elle pose sur le monde, en particulier lorsqu'elle en connaît bien les travers pour les avoir expérimentés (en tant que pro du Marketing et créatrice de start up aux tout...
    Voir plus

    J'ai dévoré les trois précédents romans de Flore Vasseur, j'adore son ton, son parcours, le regard critique et caustique qu'elle pose sur le monde, en particulier lorsqu'elle en connaît bien les travers pour les avoir expérimentés (en tant que pro du Marketing et créatrice de start up aux tout débuts d'Internet, puis en tant que journaliste). Déjà, dans son petit dernier En bande organisée affleurait son intérêt pour les hackers et les lanceurs d'alerte s'appuyant sur les nouvelles technologies et s'affirmant comme un quatrième pouvoir en lieu et place de journalistes affaiblis par les intérêts commerciaux des propriétaires de leurs media. En bande organisée est paru en 2013, l'année du suicide d'Aaron Swartz, chantre de l'Internet libre, petit génie de l'informatique, entièrement tourné vers son objectif d'une Toile indépendante, accessible et ouverte. Des idées bien subversives au pays du capitalisme roi.

    Le récit de Flore Vasseur est irrigué par l'admiration qu'elle porte à Aaron Swartz et nourri d'une impeccable mise en perspective pour tenter de retracer à la fois le parcours de ce météore mort à 26 ans, et de cerner, d'expliquer les obstacles auxquels il s'est heurté, les forces qui se sont retournées contre lui et ont fini par l'acculer au suicide. Pour cela, elle nous embarque dans les arcanes des débuts d'Internet, aux côtés de pionniers qui ont vu là une formidable opportunité de partage des connaissances et entrevu la possibilité de changer le monde. Elle nous raconte les intérêts antagonistes des "marchands de clics" que sont devenus les mastodontes de la Toile mais également la main mise progressive des États sur cet outil de surveillance et d'influence. Leur peur face à l'arrivée des lanceurs d'alerte tels que Snowden ou Assange. C'est absolument captivant, d'autant que la démonstration est limpide. La figure torturée d'Aaron Swartz, sa personnalité incandescente, son asociabilité imprègnent les pages tandis que son combat utopique se retourne contre lui lorsqu'il décide de mettre en œuvre son projet. La justice américaine veut sa peau, pour l'exemple. Il risque 35 ans de prison pour avoir voulu donner un accès libre à la connaissance.

    Ce que révèle ce livre, ce sont surtout les enjeux réels de cet univers digital dans lequel nous évoluons quotidiennement sans suffisamment nous poser de questions. La façon dont nous sommes piégés et enfermés par ceux qui dominent et régissent la Toile là où d'autres avaient rêvé de liberté, en commençant par libérer la connaissance. Le capitalisme et la surveillance ont gagné la bataille. Pourtant, dans les toutes dernières pages, Flore Vasseur veut croire qu'un autre monde est encore possible, là où des voix s'élèvent et particulièrement celles des jeunes, où ces mêmes voix s'emparent des outils numériques pour se faire entendre et peser sur les décisions. Elle pointe cette drôle de génération qui, face à l'échec de leurs parents décide de prendre les choses en mains avec des moyens qu'elle maîtrise parfaitement. Il semble que l'esprit d'Aaron Swartz ne soit pas mort.

    Je conseille vraiment à tout le monde de lire ce récit palpitant et instructif. Mais aussi très touchant dans ce qu'il révèle des questionnements de l'auteure et de sa foi désespérée en la littérature pour se sauver de la désolation face au gouffre entrevu.

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'il reste de nos rêves » de Flore Vasseur aux éditions Des Equateurs

    LALIE.01 sur Ce qu'il reste de nos rêves de Flore Vasseur

    Facebook, l'émergence des réseaux sociaux, les secrets qui les ont entourés – la mort de l'un de ses précurseurs, c'est que nous raconte l'écrivaine française, Flore Vasseur, dans « Ce qu'il reste de nos rêves » (Edition Des Equateurs - parution le 1er avril 2021).
    Elle s'est penchée sur la vie...
    Voir plus

    Facebook, l'émergence des réseaux sociaux, les secrets qui les ont entourés – la mort de l'un de ses précurseurs, c'est que nous raconte l'écrivaine française, Flore Vasseur, dans « Ce qu'il reste de nos rêves » (Edition Des Equateurs - parution le 1er avril 2021).
    Elle s'est penchée sur la vie (et la mort) du héros, Aaron Swartz.
    On y lit ce qui concerne, outre Facebook, des notifications sur WikiLeaks – Underground – le tracking et les hackers – Skype – Arpanett (le tout premier réseau militaire, avant Internet) – le MIT (Massachussetts Institute of Technology) – le codage - les premiers pas des jeux vidéo (Star Wars…) – mais l'auteure évoque également des célèbres universités américaines (comme Harvard ou Stanford)…

    D'une très grande intelligence, déjà un petit génie dans ses jeunes années, Aaron Swartz « voulait juste changer le monde ». A l'école, il s'ennuyait pendant les cours (et lorsque le professeur voulait le mettre à la porte, Aaron suppliait qu'on lui donne plutôt des équations à résoudre).
    Il avait eu le pressentiment qu'Internet serait rapidement un outil très utilisé par de grandes puissances gouvernementales ainsi que par les géants de l'informatique. Il dévorait « Alan Türing ou l'énigme de l'intelligence. (…) En 1936 la machine de Türing figure un ruban infini – ancêtre de la mémoire vive, une table d'opération – prémices du microprocesseur, et une tête de lecture qui deviendra le « bus » et qui le relie à la mémoire. »
    L'ordinateur peut naître. « Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets anglais recrutent le génie. Cryptologue, Türing déchiffre les messages de l'aviation allemande puis de l'ensemble de ses opérations. Il craque le code d'Enigma, le réseau de communication de la Wehrmacht, et précipite l'issue du conflit. Quelques années plus tard, le gouvernement britannique le traîne en justice pour « indécence manifeste et perversion sexuelle. C'est le début de la guerre froide et le KGB a récupéré des informations « secret-défense ». (…) Il est retrouvé gisant au pied de son lit ; tombée de sa main sans vie, une pomme croquée qu'il aurait imbibée de cyanure. Un dernier hommage à Blanche-Neige, l'innocence brisée, repris par Steve Jobs, qui en fera l'esprit et l'image d'Apple. »

    Avec ses recherches sur Aaron Swartz, Flore Vasseur nous fait découvrir un personnage fascinant, surnommé « l'enfant prodige d'Internet », qui s'est suicidé à l'âge de 26 ans. Surdoué, admirateur de Tim Berners-Lee (informaticien britannique, principal inventeur du World Wide Web (WWW). A peine adolescent, Aaron avait participé au développement du flux RSS ainsi qu'à la licence Creative Commons.
    Pendant ses recherches, Flore Vasseur rencontre Jean d'Ormesson (avec son esprit malicieux).
    On fustige Barack Obama qui « larme à l'oeil, multiplie les odes à sa femme. Il signe pour soixante-cinq millions de dollars. (…) Il fut le Magnifique. Donald Trump a parachevé l'oeuvre : la vérité est un complot, les médias, les ennemis de la sécurité nationale, le peuple, une fake new. Les écrivains aussi.»
    « Obama a endormi les progressistes. Il a mis en joue l'un d'entre eux : Aaron. »

    Nous lisons ainsi un récit autant sur la corruption que sur la liberté – sur le destin hors normes du héros en lui rendant hommage dans son ouvrage (elle est la narratrice) ; où elle ne parle que de l'essentiel, de l'enthousiasme de l'idéalisme. Elle rencontre les parents, des proches, afin de pouvoir retracer le parcours de cet homme si talentueux mais parti si jeune. Dans cette biographie – témoignage, l'auteure a créé une sorte de puzzle, où l'on trouve toutes sortes de notifications. On peut dire que son enquête est une recherche sur « la mise à mort de la figure mythique de l'Internet libre, retrouvé pendu à 26 ans. » (dixit Jean-Claude Raspiengeas).

    Pour ceux qui ne connaissent pas Aaron Swartz, ceux qui ne touchent pas tellement à la technologie, il leur est rappelé que Aaron a été un génie dès ses 14 ans – qu'il a été confident et maître à penser de Lawrence Lessig (fondateur de Reddit – du flux RSS…).
    Biographie, révolte, introspection, ode à réfléchir autrement, notifications historiques : tout y est dans « Ce qu'il nous reste de nos rêves » de Flore Vasseur sur la courte vie de « L'Ange de l'Internet. »

    Mais pour terminer ma chronique sur une note plus joyeuse, je cite la question du malicieux Jean d'Ormesson :
    »Vous croyez que je devrais avoir un profil Facebook ? »
    **************FIN***************

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'il reste de nos rêves » de Flore Vasseur aux éditions Des Equateurs

    GWEN L.S sur Ce qu'il reste de nos rêves de Flore Vasseur

    C'est le parcours d'une femme en quête de vérité.
    Cette vérité elle la trouvera dans les yeux d'Aaron Swartz. Un ange unique qui voulait changer le monde et rendre la connaissance accessible à tous. C'est son histoire, son combat jusqu'à la mort que nous livre Flore Vasseur dans cette œuvre...
    Voir plus

    C'est le parcours d'une femme en quête de vérité.
    Cette vérité elle la trouvera dans les yeux d'Aaron Swartz. Un ange unique qui voulait changer le monde et rendre la connaissance accessible à tous. C'est son histoire, son combat jusqu'à la mort que nous livre Flore Vasseur dans cette œuvre chargée d'émotions.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment j'ai liquidé le siècle » de Flore Vasseur aux éditions Des Equateurs

    Jean-François RENARD sur Comment j'ai liquidé le siècle de Flore Vasseur

    Etrange et interressant

    Etrange et interressant

Récemment sur lecteurs.com