Eric Dupond-Moretti

Eric Dupond-Moretti

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (5)

  • Couverture du livre « Bête noire ;

    Annie Boucher sur Bête noire ; "condamné à plaider" de Stephane Durand-Souffland - Eric Dupond-Moretti

    La justice vue de l'intérieur. Un grand avocat nous fait partager ses idées pour l'améliorer. Avec en plus des exemples vécus . Passionnant !

    La justice vue de l'intérieur. Un grand avocat nous fait partager ses idées pour l'améliorer. Avec en plus des exemples vécus . Passionnant !

  • Couverture du livre « Directs du droit » de Stephane Durand-Souffland et Eric Dupond-Moretti aux éditions Michel Lafon

    Danièle Lecuppre sur Directs du droit de Stephane Durand-Souffland - Eric Dupond-Moretti

    J'ai lu le premier titre paru, « la bête noire », et surtout j'ai eu l'occasion de voir et entendre E. DP plaider à la Cour d'appel de Rennes ; deux malfrats dans le box des accusés, chacun son avocat, l'un est reparti avec une peine renforcée, l'autre a été relaxé...Vous avez deviné quel...
    Voir plus

    J'ai lu le premier titre paru, « la bête noire », et surtout j'ai eu l'occasion de voir et entendre E. DP plaider à la Cour d'appel de Rennes ; deux malfrats dans le box des accusés, chacun son avocat, l'un est reparti avec une peine renforcée, l'autre a été relaxé...Vous avez deviné quel avocat s'était chargé de sa défense. Je suis restée scotchée sur mon banc au moment du verdict.
    J'ai donc lu avec curiosité ce nouveau livre et j'y trouve toujours la même détermination farouche à défendre un individu , souvent coupable mais aussi parfois innocent , ce qui requiert la plus grande vigilance de l'avocat de la défense.
    E. DP dénonce en particulier ici la sur-victimisation accordée parfois trop généreusement  par les nouveaux magistrats ; les victimes sont à défendre , nul ne peut le nier, mais l'accusé dans le box est quasiment condamné par la » moraline » ambiante , les médias , avant même que le procès ne commence. L'avocat relate quelques procès bien édifiants en ce sens.Les psy sont même parfois demandés pour assister les magistrats , sortez vos mouchoirs Il nous rapporte aussi quelques petits dysfonctionnements qui donne froid dans le dos.
    Ce n'est pas vraiment un malaise, éprouvé à la lecture de ces 2 livres , mais une sorte d'incertitude, de gêne, qui fait réfléchir sur cette fameuse formule si souvent entendue : »Je fais confiance à la Justice de mon pays... » Espérons le.

  • Couverture du livre « Le calvaire et le pardon ; les ravages d'une erreur judiciaire revue et corrigée » de Loic Secher et Eric Dupond-Moretti aux éditions Michel Lafon

    Jean-Paul Degache sur Le calvaire et le pardon ; les ravages d'une erreur judiciaire revue et corrigée de Loic Secher - Eric Dupond-Moretti

    « Aux yeux de la justice, je suis une erreur. » Ainsi débute le texte poignant de Loïc Sécher, celui qui est « le septième condamné officiellement blanchi depuis 1945. » Condamné à 16 années de prison, il est sorti après 7 ans de cauchemar : « On a cru que j’avais violé. En cela, je suis un cas...
    Voir plus

    « Aux yeux de la justice, je suis une erreur. » Ainsi débute le texte poignant de Loïc Sécher, celui qui est « le septième condamné officiellement blanchi depuis 1945. » Condamné à 16 années de prison, il est sorti après 7 ans de cauchemar : « On a cru que j’avais violé. En cela, je suis un cas unique, une sorte de spécimen né de la malheureuse rencontre d’une victime fabulatrice et d’une justice trop crédule… D’autres s’en sont moins bien sortis. »

    Loïc Sécher affirme un peu plus loin que la justice qui se veut impartiale et donc aveugle, a été sourde, dans son cas et dans bien d’autres cas aussi. Cet homme brisé par tant de souffrance et d’incompréhension écrit et répète ce qu’il n’a cessé d’affirmer, cette phrase qui reste toujours la mienne : « je ne pouvais pas reconnaître un crime que je n’avais pas commis. » Plus loin, il précise : « mon accusatrice a finalement avoué avoir menti. Huit ans plus tard. » S’il est officiellement blanchi depuis 2011, il reconnaît être toujours hanté par ce qu’il a vécu. Comment pourrait-il en être autrement ?
    L’intérêt de ce livre est double puisqu’il livre le vécu de Loïc Sécher ainsi que les impressions de Maître Dupont-Moretti, son avocat qui n’intervint que lorsque la demande de révision fut mise en route. Très justement, il décortique le cheminement des magistrats et des jurés qui condamnent : « … parce que acquitter au bénéfice du doute, reconnaître qu’on n’a pas suffisamment d’éléments et qu’on va peut-être relâcher un coupable, demande davantage de courage. » Il cite enfin Voltaire qui affirmait si justement : « Mieux vaut cent coupables acquittés qu’un innocent en prison. »
    Commence alors le récit du cauchemar vécu par Loïc Sécher qui a 40 ans et vit dans un petit village de Loire-Atlantique, à La Chapelle-Saint-Sauveur. Gardé à vue pour agression sexuelle, il détaille l’enchaînement des événements : la peur, l’angoisse, les trois gendarmes interrogateurs, chacun dans un rôle différent, la nuit, la cellule sordide et froide, les menaces à 3 h du matin : « Tu es un violeur, il faut avouer ! »
    Son avocat décrit bien « une escalade angoissante d’insinuations » et parle des procès : « Revoilà donc le gendarme Rouault drapé dans son uniforme et dans sa bonne conscience qui s’avance d’un pas décidé à la barre. » Il ajoute ce qu’avait déclaré un président de cour d’assises : « Quand une enquête est mal faite, dans la police c’est par défaut et chez les gendarmes, c’est par excès. »
    Loïc Sécher se confie avec beaucoup de franchise et de sincérité, parle du cauchemar de la prison où l’on traite les violeurs de pointeurs plus les sévices corporels qui suivent. Pourtant, il précise : « Au fond, la véritable peine, c’est peut-être la disparition du silence. »
    Il faut lire "Le calvaire et le pardon" car il est impossible de détailler tout ce qu’il révèle du « fiasco de la dictature de l’émotion » comme l’écrit Maître Dupont-Moretti qui ajoute : « L’affaire Sécher montre que les psychiatres sont devenus les nouvelle pythies judiciaires. À partir du moment où ils établissent qu’une plaignante est crédible, c’est un verdict de culpabilité… cela arrange tout le monde : ils se délectent de leur puissance. »

    Laissons enfin la conclusion à Loïc Sécher parlant du procès en révision : « Ce procès m’a rendu l’innocence, pas l’insouciance… Je suis un chanceux, il y a des centaines d’innocents qui continuent à crier derrière les murs des prisons. »

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !