Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère
Emmanuel Carrère est écrivain. Il a publié récemment D'autres vies que la mienne (P.O.L.) et Limonov (P.O.L., prix Renaudot).

Articles en lien avec Emmanuel Carrère (3)

  • 2018, fossoyeuse de l’édition française ?
    2018, fossoyeuse de l’édition française ?

    2018 commence abruptement avec la mort des éditeurs Bernard de Fallois et Paul Otchakovsky-Laurens et celle du grand écrivain israélien Aharon Appelfeld.

  • Eté 2015, les 10 romans à lire absolument !
    A redécouvrir : été 2015, les 10 romans à lire absolument !

    Chaque année révèle ses surprises et bien heureusement les pépites foisonnent !Un bon cru que celle-ci où les auteurs confirmés nous ont surpris, d'autres ont acquis leur notoriété en recevant de nombreux prix, certains sont carrément époustouflants par leur talent ou leur œuvre colossale. Prenez le temps de les lire, vous ne serez pas déçus !

  • Limonov d'Emmanuel Carrère, Prix Renaudot 2011
    Un roman de la Russie

    Alors qu’Albin Michel réédite son Journal d’un raté, le sulfureux dissident russe Edouard Limonov fait l’objet d’un livre écrit par Emmanuel Carrère (POL) et qui porte son nom.

Avis sur cet auteur (121)

  • add_box
    Couverture du livre « La classe de neige » de Emmanuel Carrère aux éditions Gallimard

    Rachida sur La classe de neige de Emmanuel Carrère

    J’ai été embarquée dans ce roman dès les premières pages. Tous les ingrédients sont réunis pour vivre avec Nicolas le déroulement de cette classe de neige qu’il n’envisageait pas du tout de cette manière. Suspens, ambiance étrange, comme dans un rêve, pas à pas, l’auteur déroule un récit simple,...
    Voir plus

    J’ai été embarquée dans ce roman dès les premières pages. Tous les ingrédients sont réunis pour vivre avec Nicolas le déroulement de cette classe de neige qu’il n’envisageait pas du tout de cette manière. Suspens, ambiance étrange, comme dans un rêve, pas à pas, l’auteur déroule un récit simple, sobre, et pourtant violent. Lu pratiquement d’une traite, il m’a été difficile de reposer ce livre, il fallait que je sache ce qui allait se passer pour cet enfant solitaire et malheureux.

  • add_box
    Couverture du livre « D'autres vies que la mienne » de Emmanuel Carrère aux éditions Gallimard

    Regine B sur D'autres vies que la mienne de Emmanuel Carrère

    « Ecrire sur ce qui me fait le plus peur au monde : La mort d’un enfant pour ses parents ; celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari. La vie m’a fait témoin de ces deux malheurs coup sur coup, et chargé, c’est du moins ainsi que je l’ai compris, d’en rendre compte »

    En écrivant...
    Voir plus

    « Ecrire sur ce qui me fait le plus peur au monde : La mort d’un enfant pour ses parents ; celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari. La vie m’a fait témoin de ces deux malheurs coup sur coup, et chargé, c’est du moins ainsi que je l’ai compris, d’en rendre compte »

    En écrivant sur la mort des autres, à laquelle il a été mêlé à son corps défendant, Emmanuel Carrere tente une sorte d’exorcisme du morbide. En évitant de tomber dans la chausse-trappe du mélo, et de l’outrance, il arrive à créer une émotion authentique chez le lecteur qu’il entraîne, peut-être malgré lui, dans les récits bien réels de ces deux drames. Bien sûr, comme a son habitude, il se met en scène, parle de lui, de sa vie, pour mieux cerner celle des autres, « d’autres vis que la mienne » comme le dit si explicitement dans le titre. Cela peut agacer le lecteur. C’est ce qui s’était passé quand j’ai lu «Le roman russe » Ici, il sait rester humble et n’hésite pas à nous parler de ses hésitations et de sa crainte d’écrire des choses très dures. Et c’est cette sincérité qu’on aime chez Carrere, cette façon sans apprêt de nous servir la vérité toute crue avec ses drames et ses larmes. Et il faut une sacré dose de courage pour ainsi écrire plus qu’un témoignage, mais écrire vraiment sur la vie de ces deux disparues à la demande des proches. Il a su répondre à cette sorte de commande post-mortem sans se trahir. Tout ceci donne une sorte d’OVNI, un livre qui oscille entre témoignage et roman. En tout cas, ce qui est sûr, c ‘est que ce livre inclassable vous emmène loin, très loin, sur des chemins mouillés de larmes, et le talent de l’auteur c’est de nous faire cheminer jusqu’au bout du chemin, à la fin de l’histoire.
    E. Carrere n’est pas un grand styliste, son récit, sobre et marqué par une justesse d’observation, est servi brut de décoffrage. Il installe d’emblée le lecteur dans une complicité immédiate et le conduit avec une réelle assurance.

  • add_box
    Couverture du livre « D'autres vies que la mienne » de Emmanuel Carrère aux éditions Gallimard

    Carrie sur D'autres vies que la mienne de Emmanuel Carrère

    Il s'agit ici de deux récits qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre si ce n'est que l'auteur est le témoin de chacun de ces drames à quelques mois d'intervalle.

    La première moitié du livre raconte le lendemain du tsunami de 2014, lorsque un pêcheur recherche obstinément sa petite fille...
    Voir plus

    Il s'agit ici de deux récits qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre si ce n'est que l'auteur est le témoin de chacun de ces drames à quelques mois d'intervalle.

    La première moitié du livre raconte le lendemain du tsunami de 2014, lorsque un pêcheur recherche obstinément sa petite fille disparue.
    La seconde est beaucoup plus intime puisque la soeur de la compagne de l'auteur (dites, vous me suivez?!), maman de trois petites filles en bas âge (dans mon souvenir, je l'ai lu il y a très longtemps et ne l'ai pas encore relu), est en récidive de cancer et sait que ses jours sont comptés.

    Emmanuel CARRERE, conteur-né, s'approche de ces deux drames en ne rentrant jamais dans le pathos, en n'en étant que le témoin, se disant certainement, à juste titre, qu'il n'a pas le droit de s'y vautrer confortablement et à les prendre à son compte, ces deux histoires qui racontent autre chose que la sienne, d'histoire.
    Ce qui est en plus merveilleux est qu'Emmanuel CARRERE, en préface de ce livre, raconte comment il vivait sa vie à cette époque: très autocentré, ne sachant pas apprécier les petites joies quotidiennes, etc... Et qu'en sortant de soi, en acceptant de ne pas être le nombril du monde, on finit par se redécouvrir soi. Une belle leçon finalement!

    J'apprécie particulièrement la plume d'Emmanuel CARRERE, cette écriture si simple qu'on a l'impression qu'on pourrait la reproduire (mais quelle erreur!)

    Ce livre m'a aidée à sortir de ma peine à un moment douloureux de ma vie, juste en regardant ce qui pouvait se passer de bien plus dramatique autour de moi.

    En bref, c'est le livre que j'aime offrir aux gens que j'aime.

  • add_box
    Couverture du livre « La classe de neige » de Emmanuel Carrère aux éditions Gallimard

    Carrie sur La classe de neige de Emmanuel Carrère

    La quatrième de couverture annonce clairement mon ressenti au sortir de ce roman:"Dès le début de cette histoire, une menace plane sur Nicolas. Nous le sentons, nous le savons, tout comme il le sait au fond de lui-même l'a toujours su. Pendant la classe de neige, ses peurs d'enfant vont tourner...
    Voir plus

    La quatrième de couverture annonce clairement mon ressenti au sortir de ce roman:"Dès le début de cette histoire, une menace plane sur Nicolas. Nous le sentons, nous le savons, tout comme il le sait au fond de lui-même l'a toujours su. Pendant la classe de neige, ses peurs d'enfant vont tourner au cauchemar. Et si nous ignorons d'où va surgir le danger, quelle forme il va prendre, qui va en être l'instrument, nous savons que quelque chose est en marche. Quelque chose de terrible, qui ne s'arrêtera pas. "

    J'ai parcouru les pages de ce livre une boule logée au creux de l'estomac. Je savais que quelque chose allait arriver, mais quoi ? Par la main de qui ?

    Nicolas est un garçonnet de 10 ans craintif et solitaire. Il n'est pas très bien intégré dans sa classe et ce n'est pas la décision que prendra son père qui risque de changer la donne. Ce dernier, horrifié par l'accident d'autocar survenu une dizaine de jours auparavant et dans lequel plusieurs enfants ont trouvé la mort, refuse que son fils se rende en classe de neige avec les autres et décide de le conduire lui-même à la montagne. Et à partir de là débute la classe de neige... Il est impossible d'en dire davantage sans en dire trop.

    Emmanuel Carrère est un conteur-né et n'a rien à envier ici aux maîtres de l'épouvante, sinon qu'il ne s'agit pas d'histoires de fantômes, revenants ou monstres à trois têtes.

    Glaçant...