Elizabeth Von Arnim

Elizabeth Von Arnim
De son vrai nom Mary Annette Beauchamp, Elizabeth von Arnim (1866-1941), cousine de Katherine Mansfield, naquit en Australie. Parmi ses vingt et un romans figurent L'Été solitaire (1898), Vera (1921), Avril enchanté (1922), Tous les chiens de ma vie (1936).

Avis (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Avril enchanté » de Elizabeth Von Arnim aux éditions 10/18

    Sandra Luttrin sur Avril enchanté de Elizabeth Von Arnim

    Quatre femmes anglaises succomberont au charme italien.

    Pour un aperçu du livre : https://lasoifdelireblog.wordpress.com/2016/03/28/avril-enchante-de-elizabeth-von-arnim/

    Quatre femmes anglaises succomberont au charme italien.

    Pour un aperçu du livre : https://lasoifdelireblog.wordpress.com/2016/03/28/avril-enchante-de-elizabeth-von-arnim/

  • add_box
    Couverture du livre « Tous les chiens de ma vie » de Elizabeth Von Arnim aux éditions Omnia

    Claude Stas sur Tous les chiens de ma vie de Elizabeth Von Arnim

    Les Anglais ont trois passions : les jardins, les chevaux et les chiens.
    Pour les chiens, cela date depuis des siècles. Il suffit de regarder les tableaux des plus grands maîtres britanniques pour en prendre conscience. Vous trouverez donc des chiens chez William Hogarth (Le peintre et son...
    Voir plus

    Les Anglais ont trois passions : les jardins, les chevaux et les chiens.
    Pour les chiens, cela date depuis des siècles. Il suffit de regarder les tableaux des plus grands maîtres britanniques pour en prendre conscience. Vous trouverez donc des chiens chez William Hogarth (Le peintre et son dogue, 1745), chez Thomas Gainsborough (La promenade du matin, 1785) ou même chez John Constable (A dog watching a rat in the water at Dedham). Au XIXe siècle, il y eut même des peintres animaliers, spécialisés dans les portraits de chiens. Le plus célèbre d’entre eux est Edwin Landseer (1802-1873). Mais cet amour pour l’animal touche tout le monde, même les membres de la famille royale. Le roi d'Angleterre Charles II, grand amateur d’épagneuls de petite taille, donna son nom à une race, celle des King Charles. Et Elisabeth II nourrit une véritable passion pour les corgis.
    Il n’est donc pas étonnant qu’Elizabeth von Arnim, romancière anglaise (en dépit de son nom d’épouse), consacre un récit aux quatorze chiens qui l’ont accompagnée tout le long de sa vie. Depuis l’enfance et le pauvre Bijou - dont elle ne se souvient guère - jusqu’ à Woosie et Winkie, elle nous raconte les différentes circonstances qui ont permis à ces compagnons de partager ses jours avec plus ou moins de bonheur. Certains ont disparu corps et biens. D’autres furent victime de la violence des hommes. Enfin, il y a ceux qui jouirent des moments de bonheur, très étrangement, pendant les périodes de solitude d’Elizabeth.
    Nous rappelant régulièrement que ce n’est pas une autobiographie, mais bien un livre sur ses chiens, photographies à l’appui, il lui est impossible de faire l’impasse sur plusieurs événements, et surtout sur les hommes de sa vie (un certain nombre seulement). Tout d’abord, son père, autoritaire et très souvent absent. Puis son premier mari, von Arnim, allemand, noble mais désargenté. Et ainsi de suite, elle égrène la naissance de ses enfants, la rencontre de Frank Russell, les déménagements successifs, les paysages sans cesse renouvelés. Au fil de pages, se dessine un destin aménagé pour la circonstance : Elizabeth von Arnim triche sur son âge, sur les caractères de ses « hommes », sur leurs sentiments envers elle. Si bien que les pages consacrées aux chiens, à leurs manies, à leurs jeux ou à leurs bêtises, deviennent des moments nourris par le sens de l’observation de l’auteur, même si elle n’échappe pas à un certain anthropomorphisme.
    Une lecture bien agréable, rafraîchissante, pour le seul plaisir de décrypter ce qui peut lier à jamais un être humain et son animal de compagnie.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !