Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Elizabeth Jane Howard

Elizabeth Jane Howard

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais » de Elizabeth Jane Howard aux éditions Table Ronde

    Un brin de Syboulette sur La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais de Elizabeth Jane Howard

    Sans grande surprise, j’ai aimé ma lecture de « Étés anglais » de Elizabeth Jane Howard. Les sagas littéraires ne sont franchement pas ma tasse de thé mais quand on me dit famille anglaise, guerre mondiale, bourgeois, domestique, campagne anglaise, je ne peux que lire le roman. Et si à tout...
    Voir plus

    Sans grande surprise, j’ai aimé ma lecture de « Étés anglais » de Elizabeth Jane Howard. Les sagas littéraires ne sont franchement pas ma tasse de thé mais quand on me dit famille anglaise, guerre mondiale, bourgeois, domestique, campagne anglaise, je ne peux que lire le roman. Et si à tout cela, se rajoute un personnage s’appelant Sybil (avec la bonne orthographe of course), cette histoire d' »Étés anglais » ne pouvait que me plaire.

    Avec son côté Downton Abbey, la famille Cazalet m’a emportée avec elle dans son huis-clos où tous les membres de la famille, adultes et enfants, ont une jolie place, tout comme leurs domestiques. Tous ont une voix dans le récit de l’histoire familiale à l’approche de le deuxième guerre. L’auteure, Elizabeth Jane Howard, a un réel talent de conteuse en nous racontant les évènements familiaux, l’entre deux-guerres, les relations de couple, l’éducation des enfants, la place de la femme dans la société. Elle le fait avec subtilité, avec franchise, avec des pointes d’humour, avec des pointes d’amour, avec des pointes d’admiration. Et les personnages ont tous une belle place dans le récit. L’auteure en dresse le portrait de façon équitable et très finement ce qui m’a permise de me sentir proche d’eux, vous savez ces amis que l’on connaît sans vraiment connaitre en vrai.

    « Étés anglais » est un roman que j’ai aimé lire. J’ai aimé entrer dans l’intimité de la famille Cazalet avec tout son entourage. J’ai aimé découvrir ces enfants si perspicaces et inventifs. J’ai aimé trainer dans les cuisines. J’ai aimé lire les pensées des personnages en particulier celles des femmes et de leur position au sein de la société et de la famille. J’ai aimé découvrir trois frères avec des idées assez divergentes. J’ai aimé connaître les secrets de chacun. Bref, j’ai aimé ce premier tome et j’attends avec impatience ce mois d’octobre pour découvrir la suite.

  • add_box
    Couverture du livre « La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais » de Elizabeth Jane Howard aux éditions Table Ronde

    Nicole Grundlinger sur La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais de Elizabeth Jane Howard

    Levons tout de suite le suspense : je me range dans la catégorie des conquises par la famille Cazalet et l'idée que trois autres tomes vont suivre me remplit de joie et d'impatience. Je n'étais pas inquiète, je sais depuis que j'ai entendu le pitch de cette saga qu'elle est faite pour moi. Je...
    Voir plus

    Levons tout de suite le suspense : je me range dans la catégorie des conquises par la famille Cazalet et l'idée que trois autres tomes vont suivre me remplit de joie et d'impatience. Je n'étais pas inquiète, je sais depuis que j'ai entendu le pitch de cette saga qu'elle est faite pour moi. Je comprends aussi que tout le monde n'aime pas : c'est furieusement anglais, délicieusement désuet, intelligemment subtil, le genre de roman qui invite à décrypter les silences, à se lover dans de longues plages d'occupations futiles. Amateurs d'action et de sensations fortes, fuyez ! Attention, ce n'est pas non plus Downton Abbey auquel on a trop tendance à le comparer mais c'est un roman qui s'inscrit dans la lignée des grandes sagas anglaises comme La dynastie des Forsythe ; photographie d'un monde, d'une classe et d'une époque. On entre dans la famille Cazalet sur la pointe des pieds, observant tour à tour les individus qui la composent et ceux qui la côtoient ou la servent, on finit par prendre place sur l'un des sofas défraichis qui garnissent la maison de famille, une tasse de thé posée sur un guéridon, on prête l'oreille aux apartés des couples, aux jeux des enfants, aux conversations téléphoniques limitées à trois minutes, on admire le ballet de celles qui s'affairent en cuisine un peu ébahi par le nombre de plats préparés chaque jours pour nourrir la troupe... oui, on s'installe et on se dit qu'on est bien, là. Plus envie de bouger du tout.

    Pas envie de quitter Home Place, au cœur du Sussex à quelques heures de Londres en train. Ce premier tome couvre deux étés, ceux de 1937 et de 1938, dans cette grande propriété qui rassemble la famille Cazalet pendant les vacances. La Duche règne sur cette micro-société depuis qu'elle a épousé William Cazalet, le Patriarche et mis au monde leurs quatre enfants qui ensuite ont traversé la Grande Guerre et commencent à redouter qu'il ne faille remettre ça. Hugh y a laissé un bras et les séquelles d'éclats d'obus lui valent encore d'affreuses migraines ; Edward, d'un an son cadet est revenu intact et décoré. Rupert, le benjamin y a échappé mais le drame l'a frappé un peu plus tard lorsque sa première femme est morte en couches. Des caractères différents et des épouses qui le sont tout autant. Viola a abandonné sa carrière de danseuse étoile pour épouser Edward dont le charme déborde largement le cadre conjugal ; Sybil s'apprête à mettre au monde son troisième enfant même si Hugh et elle sont prêts à l'éventualité de l'arrivée de jumeaux. Zoë est la plus jeune, la deuxième épouse de Rupert qui, à peine adulte se coule difficilement dans son rôle de belle-mère. Enfin, Rachel, la seule fille de la famille, toujours célibataire à trente-huit ans dont la relation avec Sid dépasse le cadre de la simple amitié même si toutes deux n'ont pas tout à fait les mêmes aspirations. Ce sont des étés comme il y en a dans toutes les grandes familles. Les hommes font l'aller-retour entre Londres et la campagne, pour l'entreprise familiale ; les femmes gèrent les enfants, et disposent de pas mal de temps pour s'interroger sur leurs vies respectives, leurs choix et leurs renoncements. Surtout, l'incertitude plane sur le contexte international, les gesticulations d'Hitler, les réunions des puissances européennes ; on envisage de devoir rester à Home Place et pourquoi pas d'y faire construire un abri souterrain... On alterne les vues d'enfants et celles des adultes, les inquiétudes des uns et les angoisses des autres entre deux pique-niques sur la plage et quelques parties de tennis. A travers chamailleries, tromperies et pieux mensonges planqués sous un flegme qui n'appartient qu'aux anglais se dessinent une société de l'entre-deux guerres qui perçoit la fin d'un monde et des portraits de femmes qui symbolisent les changements à venir, entre quête d'émancipation et attachement aux valeurs familiales.

    Tout ceci est mené avec finesse et intelligence grâce à maints petits détails qui ancrent les personnages dans le temps et l'espace, comme le choix de leurs lectures, autant de sources d'influence et de réflexion. On pourra sourire des regards en coin que s'échangent Viola et Sybil en voyant Zoë captivée par sa lecture d'Autant en emporte le vent, et de l'avis qu'elles émettent, se mêlant ainsi par-delà les époques à la discussion qui agite le microcosme en ce moment même. Alors non, décidément, pas envie de quitter Home Place, juste de s’emmitoufler dans un plaid à cause de la fraîcheur de septembre et puis d'attendre qu'arrive le prochain été, ce sera en octobre avec un tome 2 dont le titre A rude épreuve annonce déjà que ce ne sera pas de tout repos, mais c'est normal, nous serons en 1939...

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

  • add_box
    Couverture du livre « La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais » de Elizabeth Jane Howard aux éditions Table Ronde

    Anne L (@anne_litt_) sur La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais de Elizabeth Jane Howard

    Premier tome de la saga des Cazalet et ce sera long d'attendre jusqu'en octobre pour découvrir la suite, parce que oui j'ai plongé avec délectation dans cette histoire de famille et parce que je suis tombée sous le charme de l'écriture si élégante d'Elisabeth Jane Howard.
    1937, Sussex,...
    Voir plus

    Premier tome de la saga des Cazalet et ce sera long d'attendre jusqu'en octobre pour découvrir la suite, parce que oui j'ai plongé avec délectation dans cette histoire de famille et parce que je suis tombée sous le charme de l'écriture si élégante d'Elisabeth Jane Howard.
    1937, Sussex, la famille Cazalet, issue de la grande bourgeoisie est réunie au complet pour passer l'été dans la grande propriété familiale. Frères et sœurs, cousins, cousines, amis de la famille, se retrouvent comme chaque année.
    Elisabeth Jane Howard est une artiste du détail, de la précision, une fine observatrice de cette époque d'avant-guerre, de ces grandes maisons de famille et de leur armée de domestiques, de leurs belles traditions comme de leurs petites manies.
    Tout est raconté par le menu et j'ai visualisé sans peine chaque lieu, chaque vêtement, chaque met, les odeurs en cuisine, le jardin, les arbres, les recoins où l'on se cache.
    Même soin pour évoquer les relations hommes- femmes de cette famille, la condition de ces femmes qui ne travaillent pas et se doivent d’être dévouées entièrement à leur famille, celle des domestiques, les relations parents-enfants. Certains personnages sont plus attachants que d'autres, les enfants notamment, mais tous sont passionnants à observer.
    Tout au long du livre, les scènes se sont présentées à moi de manière extrêmement précise.
    Enfin, le roman s'achève sur la fin de l'été 1938, à l'heure où un nouveau conflit mondial est sur le point d'éclater. Adultes et enfants tentent de conjurer le sort, de se rassurer, de se préparer et de faire face à leurs peurs.
    Intéressante chronique d'une époque troublée que je vous recommande chaudement.

  • add_box
    Couverture du livre « La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais » de Elizabeth Jane Howard aux éditions Table Ronde

    Chantal YVENOU sur La saga des Cazalet t.1 ; étés anglais de Elizabeth Jane Howard

    Eté 37. les affres de la guerre de 14 s’estompent peu à peu dans les mémoires. Mais les esprits ne sont pas apaisés pour autant, pour ces anglais qui vivent dans le Sussex. Le patriarche perd peu à peu de sa superbe, mais la Duche contrôle avec efficacité et autorité l’intendance de Home Place,...
    Voir plus

    Eté 37. les affres de la guerre de 14 s’estompent peu à peu dans les mémoires. Mais les esprits ne sont pas apaisés pour autant, pour ces anglais qui vivent dans le Sussex. Le patriarche perd peu à peu de sa superbe, mais la Duche contrôle avec efficacité et autorité l’intendance de Home Place, qui accueille pour la belle saison les trois fils, les épouses et les petits enfants, et Rachel, la seule célibataire, liée par une amitié trouble avec Sid, une londonienne elle aussi reçue dans la famille . Chaque génération se débat avec ses problèmes, amours, amitiés, querelles et confidences.



    Tout semblait orchestré pour un bon moment de lecture : l’époque, le cadre, les multiples personnages. Et pourtant, ce roman m’a fait sombrer dans le sommeil toutes les vingt pages. Cela m’a paru interminable. Certes c’est 576 pages mais il aura fallu plus d’une semaine pour en venir à bout…



    Est-ce le style, le trop grand nombre de personnages (il m’a fallu revenir à de nombreuses reprises sur l’arbre généalogique proposé au début, ou l’abondance de détails (vestimentaires, menus, aspect physique…) toujours est-il que j’y ai bu la tasse.



    Donc pas de suite pour moi…

Thèmes en lien avec Elizabeth Jane Howard

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !