Donatien-Alphonse-Francois De Sade

Donatien-Alphonse-Francois De Sade

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (5)

  • Couverture du livre « Les infortunes de la vertu » de Donatien-Alphonse-Francois De Sade aux éditions Gallimard

    Pati Vore sur Les infortunes de la vertu de Donatien-Alphonse-Francois De Sade

    Comment connaître le respect et la vertu si on ne s’en éloigne pas ? Comment faire face aux méchants et aux pervers si on est faible ? Pourquoi lutter contre le torrent ? Après tout, « il n’y a aucun mal dont il ne naisse un bien » ! Et on peut vivre librement sans être corrompu. Voici ce que...
    Voir plus

    Comment connaître le respect et la vertu si on ne s’en éloigne pas ? Comment faire face aux méchants et aux pervers si on est faible ? Pourquoi lutter contre le torrent ? Après tout, « il n’y a aucun mal dont il ne naisse un bien » ! Et on peut vivre librement sans être corrompu. Voici ce que pense le libertin Marquis de Sade. Deux orphelines, deux destins différents et en fait y a-t-il une justice ? Crimes, cruauté, violence, sadisme (néologisme créé au XVIIIe siècle d’après le nom de Sade), viols, orgies, sodomie, pédophilie, etc. Rien de nouveau sous le soleil… Ni avant l’époque de Sade ni après… J’ai fait l’effort de lire ce roman (court heureusement !) considéré comme un conte philosophique pour le challenge Un genre par mois (le genre pour février est romance, chick lit, érotique) et je me suis dit que je ferais d’une pierre deux coups pour le challenge Un classique par mois mais ce n’est vraiment pas ce que j’aime lire. Je me suis ennuyée et j’ai parfois lu les paragraphes trop longs en diagonale…
    Sade a torché ce texte en quinze jours, entre le 23 juin et le 8 juillet 1787 alors qu’il est emprisonné dans la Tour de la Liberté à la Bastille, et il termine finalement en faisant l’apologie de la vertu et de la foi, comprenne qui pourra. Ce texte a été republié en 1791 sous le titre Justine ou les malheurs de la vertu avec encore plus de malheurs et de scènes érotiques… Et en 1799 sous le titre La nouvelle Justine ou les malheurs de la vertu, suivi de L’histoire de Juliette, sa sœur avec plus d’obscénités (Justine n’est plus la narratrice de ses malheurs et donc le récit n’est plus bridé par ses pudeurs et sa morale) et quarante gravures considérées comme obscènes (je pense que c’est le terme employé auparavant pour pornographique). J’ai donc lu le premier jet de ce roman, le plus soft des trois versions, et je ne chercherai pas à lire les deux jets suivants ! Pour ceux que ça intéresse, Les infortunes de la vertu est en lecture libre sur Wikisource, téléchargeable gratuitement sur ebooks gratuits et il existe plusieurs éditions (Flammarion, Folio, Librio…).
    https://pativore.wordpress.com/2016/02/29/les-infortunes-de-la-vertu-de-sade/

  • Couverture du livre « La philosophie dans le boudoir » de Donatien-Alphonse-Francois De Sade aux éditions Gallimard

    Guillaume Tirard-Marais sur La philosophie dans le boudoir de Donatien-Alphonse-Francois De Sade

    C'est un livre écrit sous une forme théâtrale où un frère et une soeur, aidés par un ami, se décident à enseigner les délices du libertinage à une jeune gourgandine de 15 ans. On passe donc à des dissertations sur la religion, la transvaluation de la vertu en vice en passant par la sodomie...
    Voir plus

    C'est un livre écrit sous une forme théâtrale où un frère et une soeur, aidés par un ami, se décident à enseigner les délices du libertinage à une jeune gourgandine de 15 ans. On passe donc à des dissertations sur la religion, la transvaluation de la vertu en vice en passant par la sodomie jusqu'à la pratique. Il est vraiment étrange de voir la belle langue mêlée à la vulgarité, cela donne une ambivalence au texte, et certains ont pu y voir, dans ces dialogues, un hymne au féminisme et à la liberté bien qu'en réalité ce soit tout le contraire, il n'y a qu'à lire "Les 120 jours de Sodome" pour s'en rendre compte. Quant à la philosophie de ce livre, elle n'est qu'immorale. En revanche, l'édition présente est seulement constituée des quatre premiers dialogues alors qu'il y en a normalement sept en tout. L'histoire s'arrête lorsque la soeur Mme de Saint-Ange va chercher le jardinier parce qu'il a un "engin" de "treize pouces de long sur huit et demi de circonférence".

  • Couverture du livre « Les 120 journées de Sodome » de Donatien-Alphonse-Francois De Sade aux éditions 10/18

    Guillaume Tirard-Marais sur Les 120 journées de Sodome de Donatien-Alphonse-Francois De Sade

    C'est certainement le livre le plus effroyable et le plus répugnant de toute la littérature, la belle langue française est, ici, tressée avec le vocabulaire le plus vulgaire et abjecte qui soit. Il n'y a rien de vraiment érotique dans ce roman, la violence et la cruauté allant crescendo jusqu'au...
    Voir plus

    C'est certainement le livre le plus effroyable et le plus répugnant de toute la littérature, la belle langue française est, ici, tressée avec le vocabulaire le plus vulgaire et abjecte qui soit. Il n'y a rien de vraiment érotique dans ce roman, la violence et la cruauté allant crescendo jusqu'au dénouement final. On passe allègrement de la pédophilie à la scatophagie en passant par la nécrophilie. Parfois on sent sourdre, des tréfonds crépusculaires, un humour d'une causticité des plus ténébreuses. A lire au moins une fois dans sa vie pour voir jusqu’où un écrivain peut aller dans la perversité.

  • Couverture du livre « Les crimes de l'amour » de Donatien-Alphonse-Francois De Sade aux éditions Gallimard

    GUILLAUME VAILLE sur Les crimes de l'amour de Donatien-Alphonse-Francois De Sade

    Livre soft du Divin Marquis ... un français d'une rare perfection .. des histoires passionnantes ...

    Livre soft du Divin Marquis ... un français d'une rare perfection .. des histoires passionnantes ...

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com