Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Colm Toibin

Colm Toibin
Colm Tóibín est né en 1955 à Enniscorthy en Irlande. Son premier roman, Désormais notre exil, reçoit en 1991 l'Irish Times Literary Prize, tandis que La Bruyère incendiée est couronnée en 1992 par l'Encore Award pour le meilleur second roman. Suivront notamment : Histoire de la nuit, Le Bateau-ph... Voir plus
Colm Tóibín est né en 1955 à Enniscorthy en Irlande. Son premier roman, Désormais notre exil, reçoit en 1991 l'Irish Times Literary Prize, tandis que La Bruyère incendiée est couronnée en 1992 par l'Encore Award pour le meilleur second roman. Suivront notamment : Histoire de la nuit, Le Bateau-phare de Blackwater, Le Maître, L'Épaisseur des âmes, un recueil de nouvelles, et Brooklyn.

Articles en lien avec Colm Toibin (2)

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Nora Webster » de Colm Toibin aux éditions Robert Laffont

    Fanfan La Tulipe sur Nora Webster de Colm Toibin

    Irlande années 60. Nora Webster élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari Maurice, professeur apprécié. Elle vit dans le sud de l'Irlande non loin de Dublin, à la fin des années soixante. On sent dans ce livre la tension entre le nord et le sud. Elle tente de refaire sa vie sous...
    Voir plus

    Irlande années 60. Nora Webster élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari Maurice, professeur apprécié. Elle vit dans le sud de l'Irlande non loin de Dublin, à la fin des années soixante. On sent dans ce livre la tension entre le nord et le sud. Elle tente de refaire sa vie sous l’oeil critique des habitants de la petite ville où elle vit depuis toujours.
    Colm Toibin nous offre dans ce dernier roman un beau portrait de femme, j’ai été frappée par la justesse des émotions dépeintes par l’écrivain. Un beau livre à découvrir!

  • add_box
    Couverture du livre « Brooklyn » de Colm Toibin aux éditions 10/18

    Kateginger63 sur Brooklyn de Colm Toibin

    Jeune irlandaise tiraillée entre deux pays, deux vies
    *
    L'entrée dans l'automne, les premier frimas apparaissent , on sort le plaid, le thé brûlant et....un livre doudou posé sur les genoux.
    *
    Une histoire délicate et vibrante qui , inévitablement, m'a touché plus que je ne l'aurais imaginé...
    Voir plus

    Jeune irlandaise tiraillée entre deux pays, deux vies
    *
    L'entrée dans l'automne, les premier frimas apparaissent , on sort le plaid, le thé brûlant et....un livre doudou posé sur les genoux.
    *
    Une histoire délicate et vibrante qui , inévitablement, m'a touché plus que je ne l'aurais imaginé au départ.
    Le destin d'une jeune irlandaise dans les années 50, qui hésite sur un choix de vie déterminant. Devra-t-elle s'émanciper ou au contraire renoncer à cet American Dream qui lui tend les bras ?
    Un portrait de femme magnifique et solaire coincée entre deux époques. L'Irlande, avec ses racines familiales versus le Nouveau-Monde ce grand inconnu et la liberté d'entreprendre.
    L'auteur évoque des thèmes très intéressants : la condition d'immigré, le mal du pays, les projets de vie, les conventions morales de cette époque où le féminisme commence à frémir.
    *
    Un rythme un peu lent du début avec des descriptions et détails trop appuyés. La suite se lit tout seul et je me suis surprise à tourner les pages avec avidité pour suivre Eilis dans sa vie mouvementée.
    On tombe forcément sous le charme de cette héroine lumineuse, pragmatique mais sensible et laborieuse.
    Une histoire simple mais plantée dans des décors si réalistes , des personnages secondaires consistants et crédibles.
    Quant au choix qu'Eilis fait à la fin, je n'adhère pas du tout.
    Doit-elle porter le crédit à une seule personne pour la décision de toute une vie ? Une personne détestable, de surcroît ?
    *
    Mais je n'ai pas boudé mon plaisir , c'est une petite bulle d'air dans la grisaille automnale.
    Je vais maintenant visionner le film éponyme, il est fidèle paraît-il.

  • add_box
    Couverture du livre « Nora Webster » de Colm Toibin aux éditions Robert Laffont

    dominique petrone sur Nora Webster de Colm Toibin

    Premier livre découvert pour moi de Colm Toibin, et celui ci avait beaucoup fait de bruit autour de moi, je voulais donc a tout prix le lire, voici chose faite mais qu'en dire a présent...
    Certes l'histoire de cette mère de quatre enfants qui se retrouve veuve et qui doit faire face dans une...
    Voir plus

    Premier livre découvert pour moi de Colm Toibin, et celui ci avait beaucoup fait de bruit autour de moi, je voulais donc a tout prix le lire, voici chose faite mais qu'en dire a présent...
    Certes l'histoire de cette mère de quatre enfants qui se retrouve veuve et qui doit faire face dans une Irlande des années 60 est bouleversante mais l'histoire s'en ai trouvée lente et ces longueurs m'ont quelque peu ennuyées. L'histoire avec plus de "piment" aurait pu être passionnante mais j'ai eu la sensation de déjà vu, déjà lu, déjà vécu....
    Le récit sur Nora dans sa petite ville ou les quand diras-t'on font masse est certes bien tourné mais certains passages sur sa transformation dans sa vie quotidienne, sur sa facilité a se faire plaisir m'ont parus décalés.
    Un beau portrait de femme qui s'avère être celui de la mère de l'auteur et qui se salue malgré tout pour son courage a dévoiler cette partie de sa vie si personnel.

  • add_box
    Couverture du livre « L'épaisseur des âmes » de Colm Toibin aux éditions 10/18

    Anna Sörés sur L'épaisseur des âmes de Colm Toibin

    Le titre original de ce volume de nouvelles venues d’Irlande est « Mères et fils ». C’était dommage de le changer, surtout si selon la quatrième de couverture c’est le fil conducteur de ces écrits, une sorte de non-dit entre mère et fils. J’ai aimé l’idée mais les histoires ne m’ont pas toutes...
    Voir plus

    Le titre original de ce volume de nouvelles venues d’Irlande est « Mères et fils ». C’était dommage de le changer, surtout si selon la quatrième de couverture c’est le fil conducteur de ces écrits, une sorte de non-dit entre mère et fils. J’ai aimé l’idée mais les histoires ne m’ont pas toutes touchée, je ne pourrais pas dire pourquoi. En revanche, je n’ai jamais lu sur les sensations que déclenche l’absorption de drogues…