Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Chigozie Obioma

Chigozie Obioma
Chigozie Obioma est né en 1986 au Nigeria, et vit désormais aux États-Unis où il enseigne le creative writing. Son premier roman, Les Pêcheurs (L'Olivier, 2016), finaliste du Booker Prize, lui a valu une reconnaissance mondiale.

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Les pêcheurs » de Chigozie Obioma aux éditions Editions De L'olivier

    frconstant sur Les pêcheurs de Chigozie Obioma

    J’avais lu et aimé « La prière des oiseaux », deuxième roman du même Chigozie Obioma. De plus, la couverture de son premier roman « Les pêcheurs » me paraissait une invitation à la légèreté, à l’envol, la joie d’une activité toute simple entre frères. On m’en avait parlé, « à lire » disait-on...
    Voir plus

    J’avais lu et aimé « La prière des oiseaux », deuxième roman du même Chigozie Obioma. De plus, la couverture de son premier roman « Les pêcheurs » me paraissait une invitation à la légèreté, à l’envol, la joie d’une activité toute simple entre frères. On m’en avait parlé, « à lire » disait-on !
    Mais aller pêcher était une transgression de l’interdit du père, même si, on le sait, les enfants grandissent souvent à l'occasion de ce dépassement des cadres imposés.
    Or, dans ce village tribal du Nigeria, le sorcier Abulu a vu les enfants. Et il se sert de ce pas hors zone pour faire mousser son pouvoir : il jette sur la famille une malédiction. Ikenna, l’aîné, sera tué par un de ses frères. Dans ce récit, comme bien souvent dans la vie, ce possesseur d’une autorité nimbée de la dignité de son titre n’est qu’un fou maléfique, un être abject. Il connaît les rouages de l’âme humaine, il sait comment semer la discorde et les graines du mal et il s’en sert à son seul bénéfice, l’élargissement de sa sphère de pouvoir. Le drame est là. L’enchevêtrement des interdits et des réactions face aux conséquences de la folie maléfique de Abulu va tramer le destin de la famille.
    Les frères unis jusque-là vont se méfier les uns des autres. La suspicion va ronger les liens, la fratrie et toute la famille va basculer en enfer. Un véritable drame, avec sa dynamique classique. Ceux qui devaient s’aimer vont se détruire. A vouloir se sauver dans le non-dit, ils vont tout perdre. Chacun sera acteur et constructeur de l’abîme dans lequel ils tomberont. Or, à l’origine, sans conteste, c’est l’infâme Abulu qui a dressé les plans. Quel gâchis!
    Ce livre, admirablement écrit par Chigozie Obioma, romancier nigérian, mélange avec subtilité tous les ressorts du drame antique et du conte africain. Le sort jeté, le choc entre les émotions et le devoir, le jusqu’au boutisme des personnages monolithiques, les métaphores animales, les proverbes qui ponctuent la voix éducative, les circonvolutions de l’oralité qui reprennent et développent les aspects du récit et distillent le message.
    Avec une telle maîtrise de la langue et des moteurs des grandes tragédies, pour un premier roman, l’auteur se hisse immédiatement parmi les grands de la littérature africaine. Virtuose dans l’observation du monde et de la tribu qui en est la représentation, l’auteur nous montre comment une dramaturgie du Destin peut être insufflée dans le quotidien des gens et leur donner de construire leur propre perte. Dans son second roman, « La prière des oiseaux », l’auteur reprendra cette idée de la destinée mais pour y magnifier, cette fois, la force de ceux qui luttent contre tout déterminisme.
    Chigozie Obioma, un auteur à suivre !

  • add_box
    Couverture du livre « La prière des oiseaux » de Chigozie Obioma aux éditions Buchet Chastel

    Carrie sur La prière des oiseaux de Chigozie Obioma

    Je comprends enfin véritablement cette phrase, déjà lue plusieurs fois ici ou ailleurs: souvent je lis des livres, parfois de la littérature. Rien n'est plus vrai pour ce roman. Et dire que je serais totalement passée à côté si ma libraire préférée ne m'avait pas mis son service presse entre les...
    Voir plus

    Je comprends enfin véritablement cette phrase, déjà lue plusieurs fois ici ou ailleurs: souvent je lis des livres, parfois de la littérature. Rien n'est plus vrai pour ce roman. Et dire que je serais totalement passée à côté si ma libraire préférée ne m'avait pas mis son service presse entre les mains en me disant "lisez-le, je vous le prête". Pas que l'histoire ne m'aurait pas intriguée mais ne connaissant pas bien la littérature africaine, je n'aurais certainement pas pris le risque d'acheter ce livre, de peur qu'il ne me plaise pas du tout, du point de vue de l'histoire ou des références culturelles . Au moment où j'écris ces quelques lignes, je me rends compte que c'est stupide ce que je dis car le jour même j'ai acheté dans cette même librairie un roman d'un autre auteur africain. N'empêche je ne pense pas que je serais allée vers celui-ci.

    Je dois admettre que j'ai mis environ 80-90 pages à entrer véritablement dans l'histoire mais une fois plongée dedans (et en ce contexte sanitaire très particulier, je connais beaucoup de difficultés à lire), j'ai adoré ma chute.
    L'histoire peut sembler banale à première vue, un homme et une femme se rencontrent et tombent amoureux. Ils ne sont pas du même monde et la famille de la jeune femme s'oppose à leur amour. Et... Je m'arrêterai là.
    Ce qui est particulier dans cette histoire est qu'elle est écrite du point de vue du Chi, soit l'esprit protecteur de chaque individu dans la culture igboo (si je ne le trompe pas), et moi-même je me suis dit "ah ben oui, pourquoi pas", vous n'avez jamais eu l'impression que quelque chose vous "parlait" dans votre tête ? Vous aidait à prendre une décision ou faire un choix ? Vous remémorait d'un coup un bon souvenir ?
    Et puis l'écriture, c'est la raison première de lire ce roman. C'est juste de la littérature.

    En résumé une très très belle découverte.

  • add_box
    Couverture du livre « La prière des oiseaux » de Chigozie Obioma aux éditions Buchet Chastel

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur La prière des oiseaux de Chigozie Obioma

    Chigozie Obama a le don particulier de faire parler un « Chi » ou un ange gardien si vous préférez.
    Dans un récit à la première personne empreint d’un réalisme poétique qui n’a d’égal que l’universalité d’une histoire d’amour qui aurait pu être belle, le Chi se met au service de son hôte, le...
    Voir plus

    Chigozie Obama a le don particulier de faire parler un « Chi » ou un ange gardien si vous préférez.
    Dans un récit à la première personne empreint d’un réalisme poétique qui n’a d’égal que l’universalité d’une histoire d’amour qui aurait pu être belle, le Chi se met au service de son hôte, le jeune Chinonso, modeste éleveur de volailles pour nous raconter sa rencontre avec Ndali.
    Il passait par hasard sur un pont lorsqu’il vit une belle jeune fille sur le point de se jeter dans le vide. Bien sûr, il la sauva, ils se revirent, tombèrent amoureux, mais hélas la famille de la jeune fille ne vit pas cette idyle d’un bon œil.
    Las d’être humilié, Chinonso va tout faire pour être accepté. Il vend tous ces biens et part étudier à Chypre en espérant revenir avec les diplômes nécessaires à un bel avenir professionnel.
    Mais hélas, il arrive que les rêves se transforment en cauchemars.
    Cette histoire aurait pu être une banale love story, sans le talent de l’auteur.
    L’idée de départ de faire parler un esprit est pour moi l’atout majeur de ce roman. En effet le « Chi » garde un œil sur les faits et gestes de son « hôte » prodiguant conseils et avis, tout en se gardant bien de prendre parti.
    Plus qu’une histoire d’amour, « La prière des oiseaux » est un magnifique texte sur la culture et la mythologie nigériane.
    C’est aussi un livre sur l’amitié, le pardon, la foi, la renaissance.
    L’écriture ensorcelante et poétique décrit parfaitement les sentiments des personnages.
    Une magnifique lecture qui procure un dépaysement total.
    Merci à NetGalley et aux Editions Buchet-Chastel pour cette découverte.
    #LaPrièredesoiseaux #NetGalleyFrance

  • add_box
    Couverture du livre « La prière des oiseaux » de Chigozie Obioma aux éditions Buchet Chastel

    Frederique Letilleul sur La prière des oiseaux de Chigozie Obioma

    Ce roman plonge son lecteur dans deux atmosphères bien différentes. Il est tout à fait remarquable dans sa première partie, entièrement nigériane, avec une belle histoire d'amour entre un éleveur de volailles peu instruit et une étudiante en pharmacie issue d'une famille privilégiée. Dans cette...
    Voir plus

    Ce roman plonge son lecteur dans deux atmosphères bien différentes. Il est tout à fait remarquable dans sa première partie, entièrement nigériane, avec une belle histoire d'amour entre un éleveur de volailles peu instruit et une étudiante en pharmacie issue d'une famille privilégiée. Dans cette première partie, y a une poésie multicolore et une belle harmonie affective, mais cela ne saurait durer.
    Comme dans son précédent roman, la descente aux enfers va advenir. Là, dans les mésaventures chypriotes de son héros malheureux, Obioma ne lésine pas sur les sanglots longs des violons du mélodrame qui nous préparent à la tragédie annoncée dès le début du roman. L'auteur orchestre la déchéance d'un homme spolié, trompé et abusé avec une maîtrise certaine mais peut-être aurait-il pu réduire un peu la logorrhée de son chi et resserrer son intrigue.
    L’ensemble se lit comme un thriller sentimental et social et confirme le potentiel d'un écrivain passionnant a l’écriture tenue et poétique.
    #laprieredesoiseaux #netgalleyfrance

Ils suivent Chigozie Obioma

Thèmes en lien avec Chigozie Obioma

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !