Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Charles Juliet

Charles Juliet
Charles Juliet est né en 1934. Élevé par une famille de paysans suisses auprès de laquelle il avait été placé, il entre à 12 ans dans une école militaire puis est admis à l'École de Santé Militaire de Lyon, où il reste trois ans, avant d'abandonner ses études pour se consacrer à l'écriture. L'ex... Voir plus
Charles Juliet est né en 1934. Élevé par une famille de paysans suisses auprès de laquelle il avait été placé, il entre à 12 ans dans une école militaire puis est admis à l'École de Santé Militaire de Lyon, où il reste trois ans, avant d'abandonner ses études pour se consacrer à l'écriture. L'exploration intérieure est au coeur de son oeuvre poétique et fictionnelle, amenant le poète vers la trace de la mère disparue, la voie de l'origine. Et renaître ainsi à la vie. Depuis 1995, date de la sortie de son premier livre, Fragments, il a publié, chez P.O.L., Lambeaux, un texte autobiographique et Traversée de nuit (1997), Lueur après labour (1997), Ténèbres en terre froide (2000), L'Incessant (2002). et plus récemment, Moisson (2012), Lumières d'automne, Apaisement, Traversée de nuit (2013). Il a déjà enregistré deux livres-audio dans la collection « La Bibliothèque des voix » : L'Incessant suivi de Poèmes et autres textes lus avec Nicole Garcia, coup de coeur de l'académie Charles Cros 2005, J'ai cherché, avec Valérie Dréville (2008).

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Lambeaux » de Charles Juliet aux éditions Gallimard

    Mumu Dans le Bocage sur Lambeaux de Charles Juliet

    Mais toujours en toi vibre cet amour de la mère. Un amour qui te soutient, t'enjoint de tenir, de te montrer docile et courageux, de lui témoigner ta gratitude en veillant à ne rien faire qui pourrait la peiner. (p107)

    Lambeaux de vie, d'une enfance qui a marqué toute une vie, de la perte de...
    Voir plus

    Mais toujours en toi vibre cet amour de la mère. Un amour qui te soutient, t'enjoint de tenir, de te montrer docile et courageux, de lui témoigner ta gratitude en veillant à ne rien faire qui pourrait la peiner. (p107)

    Lambeaux de vie, d'une enfance qui a marqué toute une vie, de la perte de sa mère à laquelle il fut arrachée à peine né, morte affamée pendant la guerre dans un asile d'aliénés, de l'amour d'une seconde sans lien du sang mais avec des liens d'amour inconditionnel, une seconde famille qui l'a accueilli et reconnu comme l'un ses siens. C'est de cela qu'il est question dans ce récit très chargé en émotions et aveux d'un homme, Charles Juliet, qui s'adresse à ses mères perdues, comme un hommage à leur courage face parfois à des injustices, mais également à lui-même avec l'emploi du "tu" pour donner à l'ensemble une ambiance d'intimité encore plus forte accentuée par la simplicité et la sincérité de la parole mise en mots.

    Comment rester de marbre face à cette mère inconnue, qui perdit son premier amour avec un sentiment de culpabilité, qui subit sa vie faite de grossesses et du dur travail de mère et de paysanne, elle qui rêvait et aurait eu la possibilité d'études mais qui était plus utile sur les terres que sur un banc d'école, qui ne fut jamais entendue, écoutée.

    Mais au bout du compte, ces instants que tu passes à arpenter les chemins en parlant les mots qui montent de ta nuit, ne te soulagent guère, et de jour en jour grandit en toi une âpre révolte à l'idée qu'on peut mourir sans rien avoir vécu de ce qu'on désire si ardemment vivre (p77)

    Comment ne pas entendre la voix de Charles Juliet retraçant son parcours, peu doué pour les études et placé comme enfant de troupe très jeune avant d'avoir eu la révélation que l'écriture allait être à la fois sa bouée mais également son destin, malgré la difficulté d'écrire, de trouver l'inspiration, les mots justes.

    Je suis toujours aussi intéressée par le travail de l'écrivain, ce qui se cache derrière les mots, la plume, le parcours emprunté et lorsque j'ai découvert lors d'une émission de La Grande Libraire Charles Juliet , sa façon discrète d'être incroyablement présent, le choix et la profondeur des mots qu'il utilisait, son humilité et sa simplicité, s'exprimant à la manière d'un poète, je n'ai eu qu'une envie le lire et d'avoir confirmation de ce que j'avais ressenti. Nous sommes le plus souvent ce que notre enfance fut et restons souvent marqué à jamais par celle-ci.

    Une enfance et une histoire simples, rurales, comme il en a existé tant mais quel hommage à ses mères qui lui donnèrent tant, même si la chaleur des sentiments n'était pas exprimée, quel regard à la fois distancié par rapport à l'enfant qu'il a été mais également très intime, se révélant à lui-même certains aspects de sa personnalité, de ses choix. Une plongée dans son moi le plus profond pour faire le lien entre tout ce qui l'a construit et devenir l'homme de lettres qu'il est devenu.

    Tu as l'inestimable satisfaction de te dire que le destin a prouvé qu'il t'accordait le droit de vivre. (p113)

    Ecrit entre 1983 et 1995, sans effet linguistique mais avec la sincérité du cœur, il porte un regard à la fois bienveillant, reconnaissant mais également critique sur une époque où la femme n'était que deux bras, un ventre et qu'il lui était pas reconnu d'avoir des ambitions et des capacités. Un récit d'enfance, à la fois doux et révolté mais sans violence parce que les mots suffisent par eux-mêmes, parce qu'il n'est pas nécessaire d'en rajouter, parce qu'avec le temps et le recul, il a compris et accepté celle qui l'a engendré et celle qui l'a élevé.

    C'est un vibrant chant d'amour pour ses femmes silencieuses inconnues et une introspection sur une enfance qu'il accepte et vénère parce qu'elle a fait de lui l'homme qu'il est.

    Coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Lambeaux » de Charles Juliet aux éditions Gallimard

    LIRE LIRE sur Lambeaux de Charles Juliet

    Magnifique ! Récit très touchant et style qui nous capte. La beauté du mot, de l'expression française nous nourrit dans ce texte autobiographique.

    Magnifique ! Récit très touchant et style qui nous capte. La beauté du mot, de l'expression française nous nourrit dans ce texte autobiographique.

  • add_box
    Couverture du livre « Ténèbres en terre froide ; journal t.1 (1957-1964) » de Charles Juliet aux éditions P.o.l

    Lili0000 sur Ténèbres en terre froide ; journal t.1 (1957-1964) de Charles Juliet

    Toute sa vie, Charles Juliet a tenu un journal qu'il publiera. Ce premier tome prend place durant la jeunesse de l'auteur. Il vient de quitter les enfants de troupe et d'abandonner ses études de médecine pour se consacrer à l'écriture avec ferveur.

    J'aime énormément Charles Juliet. Pénétrer...
    Voir plus

    Toute sa vie, Charles Juliet a tenu un journal qu'il publiera. Ce premier tome prend place durant la jeunesse de l'auteur. Il vient de quitter les enfants de troupe et d'abandonner ses études de médecine pour se consacrer à l'écriture avec ferveur.

    J'aime énormément Charles Juliet. Pénétrer dans ses pensées de jeune homme, sa démarche d'écrivain, son rapport à la vie et à l'art est un privilège.

    J'ai savouré ce journal et lirai les tomes suivants sans aucun doute.

    A lire à son bureau.

  • add_box
    Couverture du livre « Moisson » de Charles Juliet aux éditions P.o.l

    Regine Zephirine sur Moisson de Charles Juliet

    « Moisson » regroupe les poèmes d’une vie, des poèmes, certains inédits, rassemblés et mis en gerbe.
    Ce qui caractérise la poésie de Charles Juliet, c’est la sobriété jusqu’à l’âpreté, voire une certaine rudesse. Il faut voir là le reflet de la vie de l’auteur qui a perdu sa mère très jeune,...
    Voir plus

    « Moisson » regroupe les poèmes d’une vie, des poèmes, certains inédits, rassemblés et mis en gerbe.
    Ce qui caractérise la poésie de Charles Juliet, c’est la sobriété jusqu’à l’âpreté, voire une certaine rudesse. Il faut voir là le reflet de la vie de l’auteur qui a perdu sa mère très jeune, qui a connu la dureté de l’école militaire pour être ensuite placé chez une famille de paysans.
    La quête de la mère est omniprésente tout au long de l’œuvre.

    « Tu es cette mère que j’ai perdue
    Mais comment croire
    Que la mort
    Avait pu t’emporter »

    La poésie de Charles Juliet est dépouillée, elle va à l’essentiel et la frugalité de ses mots donne sa force au poème.

    « Des mots
    me viennent
    ils sont
    les mots arides
    de la soif »

    Le propos est âpre, l’angoisse est là, à chaque page et l’on sort bouleversé par cette lecture.
    Ce recueil a reçu le prix Goncourt de la poésie en 2013