Antonio Lapone

Antonio Lapone
Antonio Lapone est né à Turin en Italie en 1970. Grand amateur des années 50 et de la ligne claire, il travaille comme graphiste et illustrateur, notamment sur la série A.D.A (Antique Detective Agency), trois tomes paru chez Paquet. En 2002 et en 2003 il a réalisé les portfolii Girl Atomik et Clu... Voir plus
Antonio Lapone est né à Turin en Italie en 1970. Grand amateur des années 50 et de la ligne claire, il travaille comme graphiste et illustrateur, notamment sur la série A.D.A (Antique Detective Agency), trois tomes paru chez Paquet. En 2002 et en 2003 il a réalisé les portfolii Girl Atomik et Club Colonial pour les éditions Le 9e Monde. Pour les éditions Nocturne, il a réalisé Les Platters et Stravinsky dans la collection BD Musique. En 2008, il publie l'artbook Cars and Girls chez Paquet. Antonio Lapone vit et travaille a Andenne en Belgique.

Avis (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Greenwich village T.1 ; love is in the air » de Antonio Lapone et Gihef aux éditions Kennes Editions

    Vibration Litteraire sur Greenwich village T.1 ; love is in the air de Antonio Lapone - Gihef

    Rien ne va plus dans la vie de Norman Oaks, journaliste, depuis que la belle Bebe Newman, hôtesse de l’air, s’est installée dans l’appartement au dessus.
    Il est important de savoir que l’histoire se déroule au printemps 1960.
    Norman aime la solitude et le calme. Il est un peu rétro. Un bon...
    Voir plus

    Rien ne va plus dans la vie de Norman Oaks, journaliste, depuis que la belle Bebe Newman, hôtesse de l’air, s’est installée dans l’appartement au dessus.
    Il est important de savoir que l’histoire se déroule au printemps 1960.
    Norman aime la solitude et le calme. Il est un peu rétro. Un bon vieux garçon comme on peut l’imaginer.
    Bebe elle, aime la technologie en plein essor à cette époque. Elle adore faire la fête avec ses amis. Et des amis, elle en a beaucoup.

    Harcelée par un riche italien qui souhaite la ramener chez lui pour la demander en mariage, Bebe va redoubler d’inventivité et se retrouver à devoir cohabiter avec Norman. Imaginez le choc de ces deux univers ! Elle va permettre à Norman de sortir du quotidien dans lequel il s’est enraciné mais aussi le faire émerger de la coquille dans laquelle il s’était enfermé.

    Cette bande dessinée est légère, agréable. Les dessins sont vraiment beaux. Les personnages sont hauts en couleur, charismatiques, attachants. Les planches renferment beaucoup d’onomatopées nous permettant presque d’entendre le quotidien de nos personnages, jusqu’aux bruits des fêtes de Bebe ! Beaucoup de couleurs parfois criardes, on ne s’ennuie pas !

    En conclusion, j’ai passé un très bon moment avec cette bande dessinée haute en couleur en compagnie de Norman et Bebe qui sont tous les deux très attachants. La fin reste prévisible mais cette bande dessinée a agréablement su égayer mon dimanche de garde !

  • add_box
    Couverture du livre « Adam Clarks » de Regis Hautiere et Antonio Lapone aux éditions Glenat

    Sandrine Fernandez sur Adam Clarks de Regis Hautiere - Antonio Lapone

    Chroniqueur mondain le jour, cambrioleur de génie la nuit, Adam Clarks vient de dérober le de Long, un énorme rubis, quand il est approché par le KGB puis la CIA qui menacent de le dénoncer s'il ne collabore pas. Agent double malgré lui, Clarks doit s'emparer d'un objet mystérieux pour le compte...
    Voir plus

    Chroniqueur mondain le jour, cambrioleur de génie la nuit, Adam Clarks vient de dérober le de Long, un énorme rubis, quand il est approché par le KGB puis la CIA qui menacent de le dénoncer s'il ne collabore pas. Agent double malgré lui, Clarks doit s'emparer d'un objet mystérieux pour le compte des soviétiques, tout en renseignant les américains. Une situation délicate que seule la ruse saura lui faire contourner.

    La séduction de James Bond, l'art de la cambriole d'Arsène Lupin, mais le physique du Mr Indestructible de Disney, Adam Clarks évolue dans la haute-societé de Majestik City, une sorte de New-York uchronique où les voitures volent, les hommes s'apprêtent à conquérir Mars mais où la guerre froide est encore d'actualité. Ses déboires avec le KGB et la CIA et ses activités secrètes nous sont narrés par un narrateur bien renseigné et distancié qui apporte une touche d'originalité à une intrigue, par ailleurs, très conventionnelle. Les dessins, par contre, sont remarquables. Précis, stylés, élégants, ils contribuent à créer cette ambiance ambiguë qui oscille entre passé et futur.
    Une BD atypique mais qui mérite le coup d'oeil. Adam Clarks est le héros d'un one-shot et c'est bien dommage, il mériterait une série, lui et aussi cet univers particulier de film noir des années 60 mêlé de design futuriste. Une expérience intéressante et un très bel objet qui séduit par sa couverture très sexy et son format hors-norme.

  • add_box
    Couverture du livre « Adam Clarks » de Regis Hautiere et Antonio Lapone aux éditions Glenat

    Séverine Capasso sur Adam Clarks de Regis Hautiere - Antonio Lapone

    Adam Clarks est un chroniqueur vedette de la jet-set, séducteur et homme à femmes. Du moins, c'est ce qu'il prétend. Car derrière ses beaux atours, se cachent un gentleman cambrioleur de haut vol. Lors d'une soirée mondaine, il se sert de la belle Irina pour voler un énorme et unique rubis, le...
    Voir plus

    Adam Clarks est un chroniqueur vedette de la jet-set, séducteur et homme à femmes. Du moins, c'est ce qu'il prétend. Car derrière ses beaux atours, se cachent un gentleman cambrioleur de haut vol. Lors d'une soirée mondaine, il se sert de la belle Irina pour voler un énorme et unique rubis, le De Long Star. Son secret est découvert par le KGB qui a bien l'intention de se servir de ses nombreux talents pour une mission top secrète. C'est sans compter sur la CIA qui force Adam Clarks à travailler pour eux. Pris entre les deux organisations secrètes ennemies, Adam Clarks doit jouer finement pour ne pas mal finir...

    C'est grâce à une opération Masse Critique de Babelio que j'ai pu découvrir cette bande-dessinée dont la couverture et le style de dessin m'a tout de suite sauté aux yeux. De très grand format (39 * 27 cm), elle met en scène un univers à la fois futuriste (étranges bâtiments et véhicules volants) et à l'ancienne avec une Guerre Froide entre États-Unis et URSS toujours d'actualité. Je lis très peu de bande-dessinée et ne suis donc pas spécialiste du genre. Je ne m’appesantirai donc pas sur le dessin et le style que j'ai trouvés plutôt pas mal, même si les couleurs essentiellement foncées (bleu, noir et rouge) diminuent parfois la lisibilité des vignettes. J'ai par contre bien aimé le souci du détail qui apparaît sur certaines grandes vignettes.

    Côté histoire, on a affaire à une intrigue policière assez classique, mais qui a le mérite d'offrir quelques rebondissements intéressants. Elle est racontée par un mystérieux personnage qui s'adresse directement au lecteur pour présenter Adam Clarks et son aventure : un procédé original bien qu'il n'apporte finalement pas grand chose au récit. A mes yeux l'élément le plus plaisant de cette bande-dessinée est le héros : je me suis rapidement attachée à ce cambrioleur rusé et charismatique, qui n'est pas sans rappeler le célèbre Arsène Lupin. Dommage cependant qu'il ne s'agisse apparemment que d'un one-shot, le personnage mériterait d'avoir sa propre série.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !