Goscinny, l’enfant voyageur

mardi 24 octobre 2017

Gagnez des places et des catalogues de l’exposition Goscinny au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme !

Goscinny, l’enfant voyageur

"René Goscinny, c’est avant tout une histoire familiale", prévient Anne Hélène Hoog, commissaire de l’exposition René Goscinny – Au-delà du rire qui se tient au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (mahJ) à Paris.

C’est en compagnie de Mme Hoog que nous avons eu la chance de découvrir les lieux et de comprendre l’humour et la philosophie sur lesquels repose le succès colossal de Goscinny : 500 millions d’albums vendus à travers le monde, traduits dans 150 langues.

Le mahJ fait la part belle aux documents et raretés éclairant l’enfance et la jeunesse du scénariste. Le scénariste ? Oui, évidemment, celui d’Astérix, Iznogoud et autres Lucky Luke, mais l’exposition surprend d’emblée avec des trésors méconnus de René Goscinny : ses dessins de jeunesse. Adulte, il renoncera au dessin, se trouvant tout simplement "moins bon" que nombre de ses contemporains, mais enfant, il s’amuse avec talent à brosser des personnages de son invention ou à caricaturer les grands de ce monde, comme ici Winston Churchill.

René Goscinny, Churchill (portrait caricature)
Buenos Aires, 31 octobre 1943
Encre de Chine, gouache et mine de plomb sur carton, 20,5 x 17 cm
© Anne Goscinny. Prêt de l’institut René Goscinny

 

René l’Argentin, Goscinny l’Américain

Si Goscinny naît en 1926 à Paris, il est le fruit d’un double exil, les familles de ses deux parents ayant fui les persécutions en Europe de l’est. Dès l’âge de 2 ans, les Goscinny au complet s’installent en Argentine : René sera scolarisé au Colegio francés (collège français) et c’est donc à Buenos Aires qu’il va découvrir la culture française. Anne Hélène Hoog insiste : "René Goscinny va y vivre 18 ans, jusqu’en 1945, c’est un bon garçon et un bon élève. Pour lui, la France est exotique, c’est un Argentin".

L’exposition nous présente ainsi les premières influences de Goscinny, qui sont effectivement sud-américaines, comme le héros de BD local Patoruzu, dont un compagnon ressemble étrangement à un personnage qui naîtra bien plus tard : Obélix.

Après Buenos Aires, c’est à New York que la famille s’installe. Nous sommes en 1945 et le foisonnement culturel de cette période américaine alimentera tout le travail futur de Goscinny. La période est marquée par sa rencontre avec le dessinateur Harvey Kurtzman, créateur du magazine Mad, mais aussi par celles avec Jijé, pilier du journal Spirou, et Morris, avec qui Goscinny dessinera quelques années plus tard Lucky Luke. Ce n’est que dans le courant des années 1950 que Goscinny s’installera en France. Ce paradoxe n’en est pas un : c’est parce qu’il a été ouvert sur le monde dès son plus jeune âge, tout en restant attaché à la France, que René Goscinny pourra devenir le porte-étendard d’une culture en apparence très gauloise.

 

L'enfance, entre rire et désordre

En parcourant les pièces du mahJ, on comprend l’une des clés du succès planétaire de Goscinny : son regard sur l’enfance. Pour Anne Hélène Hoog, "Goscinny invite à aller au-delà de ce qu’il présente simplement. Ainsi, dans Le Petit Nicolas, dessiné par Sempé, l’enfance n’est pas sereine, il y a du désordre." Mais alors, comment expliquer la tendresse qui se dégage finalement du récit ? Pour la commissaire de l’exposition, c’est simplement parce que "l’univers familial est chaotique, mais toujours aimant".

Pourtant, l’une des prouesses de Goscinny, c’est que ce succès auprès des plus jeunes ne se dément pas avec le temps, et que nombreux sont les adultes qui continuent à dévorer les albums découverts pendant leur enfance.

Et si cela tenait justement aux travers de ces "grandes personnes" présentes dans les histoires de Goscinny ? Anne Hélène Hoog y voit "des adultes qui n’ont pas dépassé leur enfance, comme par exemple Iznogoud et les Dalton. Chez Goscinny, jamais personne n’apprend la leçon !"

 

René Goscinny – Au-delà du rire, du 27 septembre 2017 au  4 mars 2018

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Hôtel de Saint-Aignan

71, rue du Temple, 75003 Paris

 

Vous l’aurez compris, cette exposition est à ne pas manquer, et c’est pour cette raison que nous vous faisons gagner 10 laissez-passer pour 2 personnes. Pour celles et ceux d’entre vous qui ne seraient pas en mesure de vous y rendre, nous mettons également en jeu 5 superbes catalogues de l’exposition "René Goscinny – Au-delà du rire" (éd. Hazan).

 

Pour tenter de gagner, dites-nous (dans la partie commentaires, ci-dessous) quel est le personnage ou l’œuvre de Goscinny qui vous ont le plus marqué. Merci de nous indiquer si vous jouez pour les laissez-passer ou pour les catalogues.

 

N'oubliez pas que pour participer vous devez être connecté avec votre profil, et que vous devez avoir complété votre profil avec vos 10 livres préférés et au moins 3 ou 4 avis. Vous avez jusqu’au 5 novembre.

Merci à tous pour votre participation. Bravo aux gagnants ! Axelle AUBIN ; Sylvie Pic ; Karine DAUNAY ; Frederique Villé

et Adélaïde Pitré ; sophie wagret ; Delphine PALISSOT ; Chloë Luzillat ; marie claude schwartz ; SANDRINE GOUAILLARDOU ; Sonia Maupomé.

Vos lots vous ont été envoyés, bonne lecture et bonne visite !

 

A lire aussi : Goscinny, le rire universel et salvateur

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Partenariat"

Commentaires

Où trouver « Astérix t.5 ; le tour de Gaule d'Astérix » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com