Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Saturne

Couverture du livre « Saturne » de Sarah Chiche aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021454901
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Automne 1977 : Harry, trente-quatre ans, meurt dans des circonstances tragiques, laissant derrière lui sa fille de quinze mois. Avril 2019 : celle-ci rencontre une femme qui a connu Harry enfant, pendant la guerre d'Algérie. Se déploie alors le roman de ce père amoureux des étoiles, issu d'une... Voir plus

Automne 1977 : Harry, trente-quatre ans, meurt dans des circonstances tragiques, laissant derrière lui sa fille de quinze mois. Avril 2019 : celle-ci rencontre une femme qui a connu Harry enfant, pendant la guerre d'Algérie. Se déploie alors le roman de ce père amoureux des étoiles, issu d'une grande lignée de médecins. Exilés d'Algérie au moment de l'indépendance, ils rebâtissent un empire médical en France. Mais les prémices du désastre se nichent au coeur même de la gloire. Harry croise la route d'une femme à la beauté incendiaire. Leur passion fera voler en éclats les reliques d'un royaume où l'argent coule à flots. À l'autre bout de cette légende noire, la personne qui a écrit ce livre raconte avec férocité et drôlerie une enfance hantée par le deuil, et dévoile comment, à l'image de son père, elle faillit être engloutie à son tour.

Roman du crépuscule d'un monde, de l'épreuve de nos deuils et d'une maladie qui fut une damnation avant d'être une chance, Saturne est aussi une grande histoire d'amour : celle d'une enfant qui aurait dû mourir, mais qui est devenue écrivain parce que, une nuit, elle en avait fait la promesse au fantôme de son père.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (25)

  • Sarah Chiche, rencontrée et appréciée aux Correspondances de Manosque 2020, m’avait bien intrigué avec la présentation de son dernier roman : Saturne.
    Cette écrivaine est aussi psychologue clinicienne et psychanalyste. Cela se ressent tout au long de cette autofiction qui m’a parfois passionné...
    Voir plus

    Sarah Chiche, rencontrée et appréciée aux Correspondances de Manosque 2020, m’avait bien intrigué avec la présentation de son dernier roman : Saturne.
    Cette écrivaine est aussi psychologue clinicienne et psychanalyste. Cela se ressent tout au long de cette autofiction qui m’a parfois passionné mais aussi, par moments, lassé, pour finalement me laisser une impression générale très positive.
    La narratrice dont l’identité n’est jamais révélée, débute par un prologue qui marque le lecteur : la mort de son père, à 34 ans, d’un cancer foudroyant alors que sa fille n’a que quinze mois. Ensuite, personne ne lui dit à cette fille que son père est mort et cette terrible absence mettra des années à être assumée, la plongeant au plus bas d’une détresse que tous les antidépresseurs, les neuroleptiques et autres thymorégulateurs ne parviennent pas à guérir.
    Toute la première partie de ce roman permet de faire connaissance avec la famille d’Harry, le père de la narratrice, qui a eu une enfance heureuse, en Algérie. L’autrice en profite pour recadrer l’historique de la colonisation et le rôle essentiel joué par les médecins, à la fin du XIXe siècle pour éradiquer les épidémies, comme le paludisme qui décimait la population.
    Joseph, son grand-père, a épousé Louise, femme très riche. Médecin, il achète une clinique à Alger et bâtit sa fortune là-bas. Lorsque la violence s’abat sur les Européens désirant rester, la famille quitte l’Algérie et Joseph, aidé par des banquiers, recommence, crée une clinique qui devient prospère en cinq ans, le gouvernement favorisant le privé au détriment de l’hôpital public.
    Entre temps, Armand et Harry, les enfants de Joseph et Louise, ont été envoyés en pension à Verneuil-sur-Avre. Leurs parents rêvent d’en faire des médecins pour consolider et poursuivre l’empire paternel. Si Armand réussit, Harry stagne, vit la nuit, joue au casino et rencontre cette femme aussi merveilleuse qu’intrigante : Ève, qui donnera le jour à la narratrice.
    La rencontre entre Harry et Ève est un véritable coup de foudre mais rien n’est simple dans cette famille qui vit maintenant dans un château entre Louviers et Évreux. Les crises sont fréquentes, allant jusqu’à l’exclusion de Ève. À partir de là, Harry est au plus mal mais cela ne l’empêche pas d’épouser cette femme, enceinte, en décembre 1975. Harry est donc mort quelques mois après. Trois ans passent et son père décède de chagrin ; nous voilà donc, vingt-cinq ans plus tard dans une chambre d’hôtel…
    Débute alors la seconde partie, en mai 2002, quand l’oncle Armand apprend à sa nièce la mort de Louise, la grand-mère, dont l’héritage est à partager. C’est le moment d’une grande introspection, de délires psychologiques subis par cette jeune femme après tant de non-dits, de coups bas familiaux, de silences. Louise, cette grand-mère qu’elle n’a plus revu depuis longtemps, elle ne lui a pas dit adieu et ce n’est qu’un des nombreux traumatismes qu’elle doit évacuer. Louise a été tuée deux fois, comme lui dit froidement son oncle : « C’est ta mère et toi qui l’avez tuée. Ta mère par haine, et toi par désespoir. »
    Alors, la petite-fille sombre, honteuse, seule, et livre des pages que j’ai trouvées difficiles, pénibles mais finalement très réalistes, justifiant ce titre : Saturne.
    Plutôt que le Saturne de la mythologie qui dévorait ses fils, de peur qu’ils prennent sa place, Saturne est, pour Sarah Chiche, « l’autre nom du lieu de l’écriture – le seul lieu où je puisse habiter. »
    Cette planète froide, assimilée à l’automne et à la mélancolie, a bien failli engloutir cette fille privée si tôt de son père et traumatisée par les problèmes familiaux. Par la magie d’images de films super 8, elle a pu sortir de ce néant où elle était engloutie et réaliser son rêve : écrire.
    Ce roman en est la preuve la plus tangible.

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce que j’ai trouvé saisissant dans ce roman, c’est cette approche d’un père que la narratrice n’a pas connu car il est mort d’une leucémie alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Sarah Chiche a su tisser une histoire très intime en puisant dans son vécu et dans les souvenirs.
    La première...
    Voir plus

    Ce que j’ai trouvé saisissant dans ce roman, c’est cette approche d’un père que la narratrice n’a pas connu car il est mort d’une leucémie alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Sarah Chiche a su tisser une histoire très intime en puisant dans son vécu et dans les souvenirs.
    La première partie est consacrée au père disparu qu’elle fait revivre sous sa plume en rassemblant les fragments épars. Elle remonte à la famille bourgeoise et aisée de ses grands-parents qui a dû quitter l’Algérie en laissant ses biens et tout recommencer en métropole. Cette saga familiale serait de peu d’intérêt s’il n’y avait la rivalité entre les deux frères : il y a Armand l’aîné, garçon brillant destiné à être médecin comme le père et à lui succéder à la tête de la clinique médicale. Il y a aussi Harry, l’incompris, le rebelle qui ne veut pas de cette vie de médecin qu’on envisage pour lui. Il tombe amoureux fou d’Eve, si belle et à la fois mystérieuse et sulfureuse. L’autrice naitra de cette passion folle. Élevée par cette mère fantasque et distante au passé trouble, elle sera écartelée entre Eve et la famille de ce père trop tôt disparu.
    C’est à la mort de sa grand-mère qu’elle ne voyait plus que Sarah Chiche va tomber dans une dépression profonde. Et c’est la seconde partie du roman, à la fois introspection et creusement psychanalytique.
    Jamais pathétique ou ennuyeuse, l’autrice se confie avec lucidité et simplicité, le tout dans une langue élégante et hardie aux accents poétiques. Elle veut juste faire le chemin à l’envers et essayer de comprendre ce qui l’a menée là, dans cette mélancolie profonde, jusqu’à frôler la mort. Le lecteur entre dans la confidence avec empathie car la douleur est murmurée.
    Après un retour dans le passé et le drame ordinaire d’une famille éclatée, le roman va crescendo jusqu’au visionnage de vieux films de famille où, enfin, Sarah peut voir à quel point son père l’aimait.
    C’est un roman émouvant porté par une écriture superbe.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman autobiographique.
    L'histoire d'une grande famille de médecins et de leurs "squelettes " cachés dans le placard.
    La petite fille de la famille, issue du couple maudit par la famille à cause de la mère, Eve,et sa descente aux enfers avant de "ressusciter" et de devenir qui elle est...
    Voir plus

    Un roman autobiographique.
    L'histoire d'une grande famille de médecins et de leurs "squelettes " cachés dans le placard.
    La petite fille de la famille, issue du couple maudit par la famille à cause de la mère, Eve,et sa descente aux enfers avant de "ressusciter" et de devenir qui elle est vraiment: Sarah Chiche.
    Un livre plein d'enseignement et plein d'espoir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Issu d’une riche famille de médecins exilée en France après l’indépendance de l’Algérie, Harry meurt d’une leucémie à trente-quatre ans, laissant une petite fille de quinze mois et une épouse dont il était amoureux fou, mais que tout le clan familial déteste. Quelque trente ans plus tard, après...
    Voir plus

    Issu d’une riche famille de médecins exilée en France après l’indépendance de l’Algérie, Harry meurt d’une leucémie à trente-quatre ans, laissant une petite fille de quinze mois et une épouse dont il était amoureux fou, mais que tout le clan familial déteste. Quelque trente ans plus tard, après une dépression extrême qui a failli lui coûter la vie, l’enfant devenue adulte entreprend l’écriture de ce roman, évoquant sa vie hantée par la perte et le deuil, mais aussi par l’ombre d’une passion qui a définitivement fait voler sa famille en éclats.

    La traversée de ce roman largement autobiographique prend longtemps l’allure d’une plongée dans le puits sans fond de la dépression et de fa folie, alors que, pour la narratrice, seuls les mots haineux et la rancoeur des autres membres de la famille viennent rompre le silence et le non-dit qui enveloppent l’absence d’un père devenu tabou et légende noire. Comment se construire et vivre sur le gouffre d’une disparition qui a à jamais scellé amour et haine dans un écheveau aussi inextricable qu’inexplicable pour une enfant déchirée par les conflits entre les siens ?

    Il lui faudra pour cela réussir à trouver sa place auprès de ce père mystérieux et objet de tous les antagonismes familiaux, par le biais de quelques images filmées au temps de ses tout premiers jours. Avant cela, au travers de minces mais puissantes évocations surgies du passé, entre les blancs et les ellipses, il nous faudra aussi comprendre l’histoire de cet homme, son amour pour son aîné et la haine renvoyée par ce dernier, leur rivalité autour d’une passion folle et transgressive pour une femme jugée infréquentable par les leurs, les déchirures cachées derrière l’aisance bourgeoise d’une famille faussement reconstruite sur l’inguérissable fêlure de l’exil et l’exécration rencontrée sur le sol de la métropole.

    En reconstruisant l’histoire de ce père qu’elle n’a jamais connu, Sarah Chiche crée sa propre fiction en réponse à toutes celles forgées par sa famille autour du disparu : seul moyen pour elle, le temps de l’écriture, de remplir une béance intérieure que la vie réelle ne comblera jamais. Un texte fort, sidérant et terrible, autour d’un deuil impossible, à l’origine d’un véritable collapsus psychologique. Coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une incroyable lettre d'amour d'une petite fille à son père, mort sans qu'elle le connaisse, et à toute sa famille sur 3 générations.
    Les premières pages sont chargées de cette poésie douloureuse qui prend aux tripes.
    Dans une chambre d'hôpital un homme qui semblait avoir tout pour lui se...
    Voir plus

    Une incroyable lettre d'amour d'une petite fille à son père, mort sans qu'elle le connaisse, et à toute sa famille sur 3 générations.
    Les premières pages sont chargées de cette poésie douloureuse qui prend aux tripes.
    Dans une chambre d'hôpital un homme qui semblait avoir tout pour lui se meurt d'une maladie incurable.
    Il y a encore quelques mois il était le plus heureux des hommes : une jeune et belle épouse, un beau bébé.
    Cet homme c'est le père de la narratrice qui à l'époque n'avait que quelques mois.
    Tout ce qu'elle sait de cet homme, de sa mère avant le drame, de ses grands-parents, de son oncle, elle le tien de sa grand-mère.
    C'est une histoire très égocentré, parfois un peu lourde, sur les pérégrinations d'une famille qui avait tout en Algérie et qui malgré l'exil reconstruit un empire connu et envié de tous.
    Paradoxalement, la narration de cette histoire de famille m'a semblé empreinté.
    Je n'y ai pas trouvé la chaleur que j'espérais.
    Cette lecture m'a laissé une sensation étrange de contrefait.
    J'étais assez enthousiaste au début mais le rythme n'y était pas.
    Les mots n'y étaient pas.
    Du coup, je n'y étais plus non plus…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "Saturne" n’est pas le premier roman de Sarah Chiche, loin s’en faut. Il est même le dernier… pour l’instant. C’est pourtant – honte à moi – le premier que je lis de cette auteure. Je connaissais les titres précédents, mais reportais toujours ma découverte au lendemain. Merci à Lecteurs.com pour...
    Voir plus

    "Saturne" n’est pas le premier roman de Sarah Chiche, loin s’en faut. Il est même le dernier… pour l’instant. C’est pourtant – honte à moi – le premier que je lis de cette auteure. Je connaissais les titres précédents, mais reportais toujours ma découverte au lendemain. Merci à Lecteurs.com pour cette rencontre avec une écriture flamboyante.

    C’est, en effet, dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire 2020 et sa suite, "les livres voyageurs", que j’ai pu lire cet ouvrage prêté par un ami lecteur. Certes l’histoire m’a touchée : l’histoire d’un deuil enfantin. Une petite fille de quinze mois perd son père encore jeune… elle ne s’en remettra pas ou plutôt, il lui faudra des années… Adulte, elle raconte – c’est la narratrice – l’histoire de sa famille paternelle, l’Algérie, la fortune perdue, reconstruite en France, son père, qui ne suit pas le chemin pourtant tracé, sa rencontre avec sa mère, beauté incendiaire mais totalement différente… La construction est intéressante qui use de retours en arrière fréquents, passe des uns aux autres sans chronologie particulière, donne des détails sur la vie, les us et coutumes. Elle narre avec précision les séquelles sur l’existence de chacun des histoires de famille, des non-dits, des rivalités.

    Mais, si, comme je l’ai dit plus haut, ce récit m’a touchée, je l’ai été plus encore par l’écriture. Elle est flamboyante, lumineuse, profonde, d’une grande maîtrise et m’a complètement envahie. Sarah Chiche a ce talent – sans doute aussi de par ses compétences de psychologue clinicienne – de nous parler de la pathologie mentale, de la décrire dans ses moindres détails, avec tant d’émotion. Je ne lisais pas, je ressentais au fond de moi la détresse de cette jeune femme, malade de ne pas savoir qu’elle avait aimé son père, qu’elle en avait été aimée. Car en plus de tout le reste, ce livre est un cri d’amour d’une petite fille à ce père qu’elle n’a pas connu et qu’elle rencontrera à travers des petits films super huit, une re-naissance en somme.

    Tomber amoureuse d’une écriture, ce n’est sans doute pas banal. Quand l’auteure parle de deuil, ça l’est sans doute encore moins et pourtant…"Un deuil reste un deuil. Un cadavre, un cadavre, une tombe, une tombe. Mais si certaines personnes apprennent à vivre douloureusement avec la perte, d’autres se laissent mourir avec leurs morts.", c’est bien pour de telles phrases que je l’ai tant aimé… et pour le reste aussi "J’entre dans l’automne de Saturne. Et sur la route où je pars seule, mais avec mon père…tout est perdu, tout va survivre, tout est perdu, tout est sauvé. Tout est perdu, tout est splendide."

    "Saturne", un roman que je garderai longtemps au plus profond. Beaucoup plus qu’un simple coup de foudre.

    https://memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • COUP DE CŒUR

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/08/saturne-de-sarah-chiche.html

    " On sait ce que l'on a perdu quand on se souvient l'avoir connu."

    Sarah Chiche commence son roman par le récit de la mort en 1977 d'un jeune homme de trente-quatre ans, Harry, son père, alors...
    Voir plus

    COUP DE CŒUR

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/08/saturne-de-sarah-chiche.html

    " On sait ce que l'on a perdu quand on se souvient l'avoir connu."

    Sarah Chiche commence son roman par le récit de la mort en 1977 d'un jeune homme de trente-quatre ans, Harry, son père, alors qu'elle n'avait que quinze mois. Juste avant de mourir, il griffonne ces quelques mots sur une ardoise : " Ma femme, ma fille ".

    Harry avait quitté l'Algérie en 1962 avec sa famille, pour un exil dans un château en Normandie. Son père Joseph reconstitue alors la vie d'abondance qu'ils connaissaient en Algérie bâtissant en France un véritable empire médical constitué de plusieurs cliniques privées. Pour Joseph, issu d’une grande lignée de médecins, il n'est pas d'autre avenir possible que la médecine pour ses deux fils Armand et Harry. " Devenir médecin, c'est devenir un homme", les rêves personnels sont exclus dans cette famille extrêmement riche pour qui le nom et la gloire comptent plus que tout. Harry, second de la fratrie, jamais à la hauteur d'Armand, reste dans l'ombre de cet aîné pour lequel leur mère Louise nourrit une véritable passion. "L'aîné dévore tous les obstacles. Le cadet ne dévore que les livres."

    Harry, un rêveur qui aimait les étoiles, abandonne ses études de médecine et rencontre Eve, un mannequin d'une grande beauté dont il tombe fou amoureux. C'est une jeune femme au passé difficile, "la plus déglinguée des enfants perdus". C'est le début d'un "amour fou, perdu, un amour malade, au-delà des mots". Mais Eve est une femme fantasque et trop libre pour l'esprit étriqué de cette famille bourgeoise.

    Sarah Chiche raconte son enfance hantée par le deuil d'un père qu'elle n'a pas connu. En 2002, alors qu'elle a vingt-six ans, la mort de sa grand mère Louise, la plonge dans une profonde dépression. " Ce fut la réplique la plus dévastatrice du décès de mon père. Et aussi ma plus grande chance."

    " De Saturne, on dit que c'est la planète de l'automne et de la mélancolie. Mais Saturne est peut-être aussi l'autre nom du lieu de l'écriture - le seul lieu où je puisse habiter."

    Dans ce récit en deux parties écrit à la première personne, Sarah Chiche, à travers des scènes précises, raconte son père, la relation de son père avec son frère, la rencontre de ses parents, l'amour fou qui les a lié. Elle nous brosse le portrait romancé de son père, mais aussi de sa mère avec sa folie et sa violence " c'était ma mère : violemment explosive, puis coquille vide, et parfois la plus magnifique des mamans". Sarah Chiche restitue très bien l'ambiance qui régnait dans sa famille paternelle où haine et argent étaient omniprésents et relate de façon bouleversante la mort de son père. Après cette première partie, récit de ses jeunes années marquées par la mort de son père et par un cruel manque de sécurité affective, "en ce temps-là, je n'étais que défaites et laideur", elle relate la dépression qu'elle a traversée après la mort de sa grand-mère. Une dépression qui fut "une damnation avant d'être une chance". Ses mots pour décrire l'état dans lequel l'a plongée cette nouvelle mort sont d'une grande force et d'une incroyable justesse, elle parle "d'autoaccusation mélancolique consécutive à un deuil... de désagrégation de son esprit..., de fuite dans le goudron du sommeil...".
    Récit d'une descente aux enfers et d'une résurrection racontées avec le recul nécessaire puisque quinze ans ont passé depuis cette période, magnifique déclaration d'amour à un père qu'elle n'a pas connu, cette lecture est aussi forte mais moins exigeante que Les enténébrés.
    Un véritable tourbillon d'émotions. Une écriture qui transporte, un texte aux qualités littéraires incontestables que j'ai lu le cœur serré. Une histoire familiale douloureuse, une dépression mélancolique qui ont permis la naissance d'une grande auteure. "Tout est perdu, tout va survivre, tout est perdu, tout est sauvé. Tout est perdu. Tout est splendide" conclut magnifiquement Sarah Chiche. Un gros coup de cœur !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Certes, c est présenté comme un roman, mais un roman qui suinte la réalité - pas bien joyeuse . Un homme meurt à 34 ans dune leucémie , laissant une épouse éplorée , des parents hagards , et un bébé de 15 mois . Ce bébé , c est sarah chiche , qui vous happe aujourd hui en racontant l agonie de...
    Voir plus

    Certes, c est présenté comme un roman, mais un roman qui suinte la réalité - pas bien joyeuse . Un homme meurt à 34 ans dune leucémie , laissant une épouse éplorée , des parents hagards , et un bébé de 15 mois . Ce bébé , c est sarah chiche , qui vous happe aujourd hui en racontant l agonie de son pére , dans les 10 premieres pages. Elle l a vécue dans sa mémoire ancienne . L ecrire est sans doute une thérapie ( elle qui est psychologue) . Et pour le lecteur , c est un voyage , un accompagnement intime dans l histoire d une famille de médecins, dechiree par un exil d algerie
    ce balancement entre le reel et sa recosntitution en fiction est d une grande force , crue , violente et sincere. C est troublant et beau
    çà vous laisse un gout de mort et de bonheur de vivre , salutaire

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.