Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mon mari

Couverture du livre « Mon mari » de Maud Ventura aux éditions L'iconoclaste
Résumé:

Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

C'est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle... Voir plus

Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

C'est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d'une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l'émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l'aime plus - ou pas assez - cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
On rit, on s'effraie, on se projette et l'on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (17)

  • En cette rentrée littéraire 2021, il est - pour moi - un roman qui sort du lot : « Mon mari » de Maud Ventura. Un roman à la note vive et pétillante qu'il fallait pour cette rentrée !

    Dans ce premier roman, l'auteure nous offre une plongée en apnée au coeur d'un couple presque parfait : Elle...
    Voir plus

    En cette rentrée littéraire 2021, il est - pour moi - un roman qui sort du lot : « Mon mari » de Maud Ventura. Un roman à la note vive et pétillante qu'il fallait pour cette rentrée !

    Dans ce premier roman, l'auteure nous offre une plongée en apnée au coeur d'un couple presque parfait : Elle et Lui sont beaux, mariés depuis 15 ans, ont deux enfants et une belle maison.
    Cependant, derrière les murs de cette maison, rien n'est comme il semble l'être.

    Elle est folle.
    Follement amoureuse de son mari.
    Elle l'aime d'un amour exclusif et obsessionnel ; démesuré et passionnel ; incommensurable et maladif.
    Pour autant, lui, l'aime-t-il ?

    C'est dans le flux de pensées de cette épouse névrosée que nous pousse Maud Ventura. On y découvre une femme aussi attachante qu'inquiétante, qui passe ses journées à écouter les conversations eut avec son mari, secrètement enregistrées ; à se refaire le film des moments - même anodins - passés avec lui ; à analyser chacun de ses mots, chacun de ses gestes afin de quantifier l'intensité des sentiments que lui porte son époux.

    Ce premier roman de Maud Ventura témoigne de l'éclosion d'une future grande écrivaine à la voix singulière.
    J'y ai découvert une plume drôle, grinçante et caméléon, qui sait assembler - à la perfection - les codes du roman d'amour, du thriller psychologique (la tension monte crescendo) et de l'essai sociétal (sur l'amour, la dépendance affective, la manipulation …).

    Je me suis amusée, agacée et projetée dans le portrait - parfois cynique - de cette épouse transie d'amour pour son mari.

    Vous l'aurez compris, j'ai aimé ce roman que je vous invite à découvrir très vite !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un couple, la quarantaine, avec deux enfants mènent depuis quinze ans une vie bourgeoise qui pourrait être heureusement ordinaire, sauf que : la femme, toujours follement amoureuse de son mari souhaiterait des manifestations plus explicites d’une réciprocité d’amour du même niveau de sa part....
    Voir plus

    Un couple, la quarantaine, avec deux enfants mènent depuis quinze ans une vie bourgeoise qui pourrait être heureusement ordinaire, sauf que : la femme, toujours follement amoureuse de son mari souhaiterait des manifestations plus explicites d’une réciprocité d’amour du même niveau de sa part. Elle imagine toute une panoplie de stratagèmes plus ou moins tordus et extravagants qui rendent la narration vivante et drôle pour s’assurer qu’elle est toujours aimée. On sourit, on rit, puis on se lasse un peu de ses manifestations schizophréniques qui d’ostensibles deviennent ostentatoires. Un fin astucieuse nous rassérène et rend l’ensemble du contenu de ce premier roman, éminemment sympathique.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 7 jours dans la vie d’une femme complètement obsessionnelle envers son mari. Après 15 ans de mariage, elle l’aime comme au premier jour. Il n’y a que lui dans sa vie, tout le reste n’est que superflu dans l’attente de n’être seule qu’avec lui.
    Des amis ? Ca ne l’intéresse pas puisque seul son...
    Voir plus

    7 jours dans la vie d’une femme complètement obsessionnelle envers son mari. Après 15 ans de mariage, elle l’aime comme au premier jour. Il n’y a que lui dans sa vie, tout le reste n’est que superflu dans l’attente de n’être seule qu’avec lui.
    Des amis ? Ca ne l’intéresse pas puisque seul son mari compte. Ses propres enfants ? Aucun intérêt ! Et quel ennui que tout ce qui les concerne ! Son travail ? Bof sans plus.
    Son mari, son mari, son mari ! Il n’y a que lui qui obsède ses pensées 24h/24.
    Chacun des gestes de son mari, chacune de ses paroles, attitudes, elle passe un temps fou à tout analyser dans le détail sur le pourquoi du comment qui pourrait expliquer ce qu’elle déduit, imagine… Elle fouille sans arrêt dans ses affaires, enregistre leurs discussions, pour mieux les réécouter et les étudier mot après mot pour y déceler la moindre faille et tient plusieurs carnets dans lesquels elle note tout.
    Elle a tellement peur qu’il ne l’aime plus mais en même temps s’y prépare sans arrêt. Elle l’espèrerait presque car comme le lui dit son mari un jour et je pense être d’accord avec lui, elle n’est pas réellement amoureuse de lui, elle est amoureuse de l’amour.
    Elle s'est tellement bercée de livres d'amour qu'au fond d'elle, elle se rêve en héroïne dramatique qui voudrait vivre une histoire d'amour grandiose triste et belle, une grande histoire d'amour de roman.

    L’auteure réussit parfaitement à nous faire vivre le quotidien infernal que vit cette femme à toujours se poser des millions de questions, à toujours analyser en détail des choses qui, pour une personne ordinaire ne présentent pas l’attention qu’elle y porte de manière aussi démesurée. C’est assez épuisant et d’un point de vue extérieur assez effarant de constater qu’elle se créée elle-même son propre enfer ! Une vraie névrosée.
    Cela en devient terrifiant pour ce pauvre mari que l’on plaint sincèrement tout au long des pages. Certes, elle lui inflige des « peines » pour tout écart qu’il peut faire (du genre ne pas lui tenir la main pendant qu’ils regardent la télé) mais cela reste relativement mesuré. Elle s’applique à ce que la punition soit équivalente avec la « faute » qu’il a commise.

    J’ai beaucoup aimé l’écriture, l’histoire et puis la fin surtout que je n’ai pas vu venir du tout et que j’ai trouvé excellente ! J’attendais toute autre chose mais pas du tout, l’auteure a su magnifiquement me surprendre ce qui n’arrive pas souvent. Le genre de fin qui donne une toute autre dimension à l’histoire une fois finie.

    Un livre que j’ai trouvé très original. Un petit cœur je crois.
    Bravo Mme Maud Ventura, j’ai passé de bons moments de lecture et j’ai adoré le final que vous avez trouvé !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Elle est amoureuse de son mari, tellement amoureuse après 15 ans de mariage, qu'il lui tarde chaque soir, que les enfants soient couchés pour profiter de son mari, lui prendre / se faire prendre la main, quand ils sont assis sur le canapé.

    Elle est prof d'anglais en lycée et ses cours...
    Voir plus

    Elle est amoureuse de son mari, tellement amoureuse après 15 ans de mariage, qu'il lui tarde chaque soir, que les enfants soient couchés pour profiter de son mari, lui prendre / se faire prendre la main, quand ils sont assis sur le canapé.

    Elle est prof d'anglais en lycée et ses cours tournent autour de l'amour, bien sûr. Mais elle est aussi traductrice, un métier plus glamour. 

    Elle est blonde, même si née châtain, jamais elle ne laissera apparaître l'ombre d'une racine. Elle est toujours bien habillée, offre les cadeaux juste comme il faut et recherche la perfection en toutes choses ...

    Elle est tellement parfaite qu'on se croirait en présence d'une de ces Femmes de Stepford décrites par Ira Levin. 

    Elle est .... 

    Dans ce roman qui décrit son quotidien sur une semaine type, commençant un lundi, son jour préféré, on voit cette belle façade se craqueler puis se fissurer. 

    Jusqu'au quasi retournement de situation des dernières pages qui m'a glacée.

    Un roman d'amour, mais pas que ... 

    Un premier roman  à l'écriture précise et ciselée qui va au-delà de la simple description d'une femme active mais oisive, dont le seul but semble la possession de cet accessoire de premier choix qu'est son mari ! 

    Un roman qui démarre gentil et qui vire rapidement caustique ... et à qui il manque très peu de chose pour virer thriller ! 

    Un premier roman qui sera, j'espère, suivi de beaucoup d'autres ... je les attend déjà !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pour son premier roman, l’autrice ne fait décidément pas les choses à moitié et nous propose une intrigue particulièrement originale, étonnante et détonante, à travers laquelle elle explore les affolantes tribulations d’une femme éperdument amoureuse de son mari… Et c’est à partir de là que la...
    Voir plus

    Pour son premier roman, l’autrice ne fait décidément pas les choses à moitié et nous propose une intrigue particulièrement originale, étonnante et détonante, à travers laquelle elle explore les affolantes tribulations d’une femme éperdument amoureuse de son mari… Et c’est à partir de là que la majeure partie des femmes se diront (peut-être) qu’elles ne sont pas si folles qu’elles le croient… Nombre de maris seront (peut-être aussi) rassurés !
    Car lorsque notre héroïne dit qu’elle aime son mari, c’est d’un amour possessif et exclusif, obsessionnel et entêtant… Durant une semaine on la voit ainsi se faire des films à chaque instant, scruter les moindres faits et gestes de son mari pour ensuite le “punir” lorsque celui-ci ne réagit pas comme escompté, échafauder des plans de plus en plus hallucinants qui nous la rendent… Absolument flippante, vous n’avez même pas idée !
    Dès lors on sait plus quoi penser de ces scènes cocasses qui ne cessent de s’enchaîner jusqu’à l’excès tandis que la tension grimpe au fil des jours comme des pages à travers lesquel(le)s l’autrice dresse finalement un sulfureux portrait du couple à l’épreuve du temps avec une plume fluide et attrayante, un style jubilatoire et piquant.

    En bref, c’est inédit et surprenant, acide et truculent, déconcertant et inquiétant… C’est inénarrable et c’est à découvrir… Pour le meilleur et pour le pire !
    Lu en septembre 2021
    Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2021/09/chroniques-2021-mon-mari-de-maud-ventura.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un premier roman drôle, multi-sélectionné par des prix littéraires, publié par les éditions L’Iconoclaste, avec un bandeau d’Amélie Nothomb qui dit que c’est « un délice irrésistible », bref je n’ai pas tergiversé très longtemps avant de le commander.
    Mais je dois dire que le personnage...
    Voir plus

    Un premier roman drôle, multi-sélectionné par des prix littéraires, publié par les éditions L’Iconoclaste, avec un bandeau d’Amélie Nothomb qui dit que c’est « un délice irrésistible », bref je n’ai pas tergiversé très longtemps avant de le commander.
    Mais je dois dire que le personnage principal m’a un peu agacée à ne parler que de son mari. « Mon mari » par-ci, « mon mari » par-là ! Heureusement le roman prend une autre tournure à partir du jeudi ! Mais je ne divulgacherai rien !
    En incipit, elle nous le dit clairement :
    « Je suis amoureuse de mon mari. Mais je devrais plutôt dire : je suis toujours amoureuse de mon mari.
    J’aime mon mari comme au premier jour, d’un amour adolescent et anachronique. Je l’aime comme si nous venions de nous rencontrer, comme si nous n’avions aucune attache, ni maison, ni enfants. »
    Elle a un amour maladif pour son mari qui la pousse à le surveiller, à interpréter tous ses gestes et ses paroles pour déceler quoi ? peut-être qu’il l’aime plus qu’elle ne l’aime ou l’inverse ! Tout le monde lui dit qu’elle a un mari parfait. Elle lui tend des pièges, imagine des scénarios sur d’hypothétiques fautes, bref elle est « follement amoureuse de son mari » depuis 15 ans. Elle aime surtout l’idée d’être mariée et pense ne pouvoir exister sans ce statut. L’autrice pose quelques questions féministes l’air de rien et nous embarque dans l’histoire de cette femme qui pense tout contrôler dans sa vie.
    Quand on regarde la couverture du roman, je trouve qu’elle a un côté « Desperate Housewives ». Sa vie est effectivement comme celle des héroïnes de la série TV : parfaite. Elle est professeure d’anglais en lycée et traductrice.
    « Excepté mes démangeaisons inexpliquées et ma passion dévorante pour mon mari, ma vie est parfaitement normale. Rien en déborde. Aucune incohérence. Aucune manie. »
    Le roman est rythmé par les jours de la semaine. Le lundi n’est pas son jour préféré. Chaque jour est associé à une couleur. Son état d’âme varie également en fonction du jour de la semaine, si bien qu’on se demande comment elle sera le dimanche ! La tension monte doucement mais sûrement. On se demande comment va finir cette histoire !
    En tout cas le roman se conclut de façon totalement inattendue. C’est original, déroutant mais je n’ai pas hurlé de rire. Je dis souvent que tout le monde n’a pas le même sens de l’humour.
    Et vous, avez-vous ri à gorge déployée ou simplement souri comme moi ?
    Un très bon premier roman de cette rentrée littéraire.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A contre-courant de la tendance féministe et des revendications anti sexistes, la narratrice se déclare d’emblée attachée à son mari, amoureuse après des années de mariage, animée par une passion aussi torride comme au premier jour, une dépendance absolue aux sentiments qui les unissent encore,...
    Voir plus

    A contre-courant de la tendance féministe et des revendications anti sexistes, la narratrice se déclare d’emblée attachée à son mari, amoureuse après des années de mariage, animée par une passion aussi torride comme au premier jour, une dépendance absolue aux sentiments qui les unissent encore, malgré les pièges de la vie à deux au quotidien, voire à quatre puisque deux enfants sont nés de leur union.
    Un tableau idyllique, avec une héroïne que l’on imaginerait vêtue d’une jupe serrée et d’un twin set pastel, vantant les mérites d’un mixeur plongeur des années 50, comme le suggère l’image de couverture.

    Pourtant la jeune femme n’est pas une épouse entretenue, elle est enseignante et traductrice.
    Mais on perçoit rapidement que quelque chose cloche.

    Peu à peu les couleurs du tableau se dégradent et des détails perturbent l’harmonie de ce bonheur en conserve. Les confidences révèlent une toute autre réalité. Une volonté de contrôle absolue, à la Bree van de Kamp, pour les aficionados des Desperates, une paranoïa avancée, un machiavélisme impressionnant, pour un récit réjouissant.

    Notons l’humour du titre, qui donnera lieu sans aucun doute à quelques quiproquos lors des conversations entre lecteurs…

    J’ai beaucoup aimé ce premier roman drôle et décalé. Et cette leçon finale : ne jamais se fier au apparence. Et surtout ne pas rater l’épilogue.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une semaine dans la vie d'une femme mariée depuis quinze ans et qui aime son mari comme au premier jour. On ne connaîtra jamais leur nom. Dans ce roman, en sept parties, soit les sept jours de la semaine et sept couleurs qui impactent et rythment sa vie quotidienne. Tout au long du roman, on n'a...
    Voir plus

    Une semaine dans la vie d'une femme mariée depuis quinze ans et qui aime son mari comme au premier jour. On ne connaîtra jamais leur nom. Dans ce roman, en sept parties, soit les sept jours de la semaine et sept couleurs qui impactent et rythment sa vie quotidienne. Tout au long du roman, on n'a que l'avis de l'épouse. A chaque remarque, on a l'impression que celle-ci perd un peu plus la tête, même pour une remarque inoffensive.
    Maud Ventura nous dresse, avec son personnage d’amoureuse, une histoire caustique au réalisme percutant.
    Au bout d'un moment, le roman s'essouffle car le texte devient répétitif et redondant sur une semaine. Ce roman comporte des scènes très cocasses qui resteront longtemps dans notre mémoire et le style de l'auteure est incisif et corrosif pour une fin surprenante.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)