Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Maisons vides

Couverture du livre « Maisons vides » de Brenda Navarro aux éditions Memoire D'encrier
Résumé:

Deux femmes. Un enfant disparu. La mère qui a perdu son enfant et celle qui l'a volé. Maisons vides dit les désirs et les regrets de la maternité.

Donner votre avis

Avis (1)

  • L'enfant perdu et l'enfant trouvé

    Ce roman puissant, signé de la mexicaine Brenda Navarro, qui retrace le parcours d'une femme dont l'enfant de trois ans a disparu. Une chronique de la violence ordinaire, mais aussi un cri de rage.

    Premier ouvrage à paraître dans une collection qui entend...
    Voir plus

    L'enfant perdu et l'enfant trouvé

    Ce roman puissant, signé de la mexicaine Brenda Navarro, qui retrace le parcours d'une femme dont l'enfant de trois ans a disparu. Une chronique de la violence ordinaire, mais aussi un cri de rage.

    Premier ouvrage à paraître dans une collection qui entend nous faire découvrir les voix d'Amérique latine, ce roman qui commence très fort: «Daniel a disparu trois mois, deux jours, huit heures après son anniversaire. Il avait trois ans. C'était mon fils. La dernière fois que je l'ai vu, il se trouvait entre la balançoire et le toboggan du parc où je l'emmenais les après-midis. Je ne me souviens de rien d'autre.» On imagine le traumatisme, le sentiment de culpabilité et la dépression qui peuvent accompagner cette mère indigne qui n'a pas su surveiller ce fils qui désormais la hante. «C’est quoi un disparu? C'est un fantôme qui nous poursuit comme s'il faisait partie de notre corps.»
    Les jours passent et aucun signe de vie ne vient la rassurer. Pas davantage que son entourage, à commencer par Fran, le père de Daniel et l'oncle de Nagore, qui désormais partage leur vie. «La sœur est morte, assassinée par son mari, voilà pourquoi Fran nous a imposé la garde de Nagore. Je suis devenue la mère d'une fille de six ans, alors que Daniel était déjà dans mon ventre.» Vladimir, son amant, n'est pas non plus apte à la libérer de son obsession. Après tout, il n'est guère différent des autres hommes qui ont traversé sa vie. Rafael, le premier, buvait et était violent.
    Cette violence que l'on peut considérer comme le fil rouge de ce roman. Violence conjugale d'abord avec les coups qui pleuvent jusqu'à donner la mort. Comme dans cette scène où Nagore assiste ainsi à l'assassinat de sa mère par son mari. Violence sociale ensuite quand sur un chantier une bétonnière se casse et enterre vivant deux ouvriers, dont le frère de la narratrice. Les patrons, pour se dédouaner, affirmeront qu'il ne s'est pas présenté au travail. Violence et vengeance enfin, quand elle croise un joli garçon blond qui joue dans un bac à sable: «Je me suis encore rapprochée. Comme si je voulais le sentir. J'ai ouvert le parapluie rouge et, je ne sais pas comment, ni avec quelle force ou dans quel élan de folie, j'ai attrapé Leonel. Je me suis dirigée en courant vers l'avenue, où je suis montée dans le premier taxi que j'ai croisé et je suis partie avec l'enfant qui s’est mis à pleurer. Je me retournais constamment, mais le taxi a continué sa route. C'est comme ça que tout a commencé.»
    Engrenage infernal, basculement vers la folie...
    Brenda Navarro utilise des phrases courtes, un style percutant qui épouse parfaitement son propos. C'est dur, parfois cru, et c'est un miroir de cette société laissée pour compte qui ne peut répondre à la violence que par la violence.
    https://urlz.fr/iW7x

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com