Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'ile du cundeamor

Couverture du livre « L'ile du cundeamor » de Rene Vasquez-Diaz aux éditions Corti
  • Date de parution :
  • Editeur : Corti
  • EAN : 9782714309013
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

si vous n'aimez ni la mer, ni la montagne, ni la campagne, ça tombe bien : l'ile du cundeamor ne se passe nulle part.
si, malgré la mode de la world-littérature, vous résistez à vous apitoyer consciencieusement sur le sort de ces bons sauvages
crevant de faim, de guerre, de dictature ou... Voir plus

si vous n'aimez ni la mer, ni la montagne, ni la campagne, ça tombe bien : l'ile du cundeamor ne se passe nulle part.
si, malgré la mode de la world-littérature, vous résistez à vous apitoyer consciencieusement sur le sort de ces bons sauvages
crevant de faim, de guerre, de dictature ou d'acculturation, ça tombe encore mieux : voilà un cubain de l'exil pour qui l'exil est matière à poétique plutôt qu'à bons sentiments. [. ] cette île mystérieuse oú la tante ulalume règne sur un panier de crabes-malfrats [. ] se situe [.
] théoriquement au large de miami beach. outre qu'il utilise à peu près toutes les situations narratives imaginables (jusqu'à se déposséder de son livre, dont on apprendra in extremis quel en est l'auteur !), [vazquez-diaz] mélange tous les genres, avec une préférence marquée pour le feuilleton mélo. de temps en temps les personnages se mettent à parler aussi comme des livres, d'histoire ou de médecine [.
]. enfin, vazquez-diaz se joue des clichés de la littérature sud-américaine, en rajoute dans l'érotico-moite et la plante grasse. mais s'il n'est dans l'île du cundeamor finalement question que d'amours, de cocufiages, de meurtres et de roses couleur de sang, le tout dans un style à faire pâlir d'envie une pub pour les infusions saveurs du soir, c'est que le cul et la politique sont ici inséparables : " tout le monde m'a trahie ", résume dès le début betty boop,
désignant les cibles du livres : " fidel castro, kennedy, mes amants.
" (éric loret, purée de morue, libération, 13 novembre 1997. )
l'écriture de vazquez-diaz, précise et désinvolte, solennelle et comique, élaborée et quotidienne, réussit à tirer d'éléments disparates une conclusion diaphane : le rêve de tous les cubains, qu'ils copient de l'intérieur ou en exil, n'est autre que cuba elle-même. (ramon chao, le monde, 10 avril 1998. ).

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.